Leo_Zagami_Illuminati_P7


Click Here For Your Up To Date World Live Sports Scores

Yahoo Money Converter into any currency

Click here to watch great I Player Features from the BBC 

including 
The American Future: A History, by Simon Schama:

 What is an American?


While the 2008 presidential campaign is in full swing, Simon Schama travels through America to dig deep into
 the conflicts of its history to understand what is at stake right now,,,,

International News Limited Domain Pricing Per Year
.com* $9.99 | .net* $9.99 | .org* $9.99 | .info* $9.99 | .us* $9.99 | .biz* $9.99 | .ws* $9.75 | .name* $7.95
Save even more on multi-year registrations!
Visit International News Limited for the best values on: domain names, domain transfers and more!

Click Here For Your Up To Date World Live Sports Scores

INLNews YahooMail HotMail GMail AOLMailUSA MAILYahooMail HotMailGMail AOLMail MyWayMail CNNWorld IsraelVideoNs INLNsNYTimes WashNs AustStockEx 
WorldMedia JapanNs AusNs World VideoNs WorldFinance ChinaDaily IndiaNs USADaily BBC EuroNsABCAust WANs NZNews QldNs MelbAge AdelaideNs 
TasNews ABCTas DarwinNsUSA MAIL

USA Economist 
also see 
www.YahooUSANews.com and www.YahooUKNews.com 
for world-USA-UK historical Video News for September and October 2008 

Click here for email login for YahooRealEstate.com.au

Visit International News Limited for the best values on:                     domain names, domain transfers and more!
all from $9.99


International News Limited Domain Pricing Per Year
.com* $9.99 | .net* $9.99 | .org* $9.99 | .info* $9.99 | .us* $9.99 | .biz* $9.99 | .ws* $9.75 | .name* $7.95
Save even more on 
multi-year registrations!
Visit 
International News Limited for the best values on: domain names, domain transfers and more!
FULL COVERAGE  News 
Iraq  Zimbabe  Myanmar Radovan KaradzicChina  ยป All Full Coverage 

ABC News Video  FOX News Video  FOXBusiness Video  CNN Video  AP Video  BBC News Video  Reuters Video  AFP Video  CNET Video
CNBC Video  Australia 7 News Video   Rocky Mountain News Elections Video  CBC.ca Video  NPR Audio  Kevin Sites in the Hot Zone Video
Richard Bangs Adventures Video  Charlie Rose Video   Expanded Books Video  Assignment Earth Video  ROOFTOPCOMEDY.com Video 
Guinness World Records Video  weather.com Video  AccuWeather Video  You Witness News User Video

NPR Audio BY CATEGORY Top Stories  Politics  World  Business  Sports  Technology  Health & Science  Arts  U.S. 

VIEW LOCAL VIDEO KVUE-TV Austin  WJZ 13 Baltimore  WBZ Boston  WCNC Charlotte  CBS 2 Chicago

CBS 11 Dallas  CBS4 Denver  13 News, WVEC Hampton Roads  11 News Houston  CBS 2 / KCAL 9 Los Angeles

WHAS TV11 Louisville  CBS4 Miami  WCCO Minneapolis  WWL-TV, Channel 4 New Orleans  CBS 2 New York

CBS 3 Philadelphia KTVK 3TV Phoenix  KDKA Pittsburgh  KGW NewsChannel 8 Portland, Ore.  WRAL.com Raleigh

CBS 13 / CW 31 Sacramento  KENS 5 - TV San Antonio  Channel 8 San Diego  CBS 5 San Francisco

KING5 Seattle  KREM.com Spokane/Coeur d'Alene  KMOV Channel 4 St. Louis  FOX 11 Tucson

Video by Category
 
U.S. Business  World  Entertainment  Sports  Tech  Politics Science Health Environment Weather Opinion  Odd 

Video by Topic Campaign '08   Wall Street  Iraq  Gas Prices  Mideast Conflict  Climate Change 

More INL News Video !Finance Sports




NEWS OF THE WORLD: 

 

A.Crowley: 33° Mason who knew about human sacrifice (4/11/2007)

33° Mason, Aleister Crowley would definitely get some votes in the "most wicked man who ever lived contest" and is the clear cut favorite for the title of "The Father of Modern Satanism". Crowley's wicked life and his intimate association with Freemasonry are both well known.

Crowley himself was terribly decadent. A happily heroin-addicted, bisexual Satan worshiper, he asked people to call him "The Beast 666." Crowley believed that he was literally the antimessiah of the apocalypse.

During the first World War, Crowley transferred his activities to America. The press proclaimed him "the wickedest man in the world." He also spent time in Italy, but was expelled because Italian authorities accused his disciples of sacrificing human infants in occult rituals. According to one source, Crowley resided in the Abbey of Thelema near Cefalu Sicily, and revived ancient Dionysian ceremonies. During a 1921 ritual, he induced a he-goat to copulate with his mistress, then slit the animal's throat at the moment of orgasm.

WAS ALEISTER CROWLEY JUST A 'CLOSET' FREEMASON?

 Read more about Aleister Crowly further below on this page

Exclusive Interview With Leo Zagami, Ex-Illuminatus, on Greg Szymanski's Radio Show

 Part One

Part Two

Please listen to:

The Entities - A Song from The Film The Great American Novel

Stuck In Babylon - ASong from The Film The Great American Novel

The Great American Novel=The Theme Song From The Film The Great American Novel

,Arctic Beacon -
(Posted here: Sunday, January 07, 2007)

Please listen to:
- Is the Illuminati's house of cards falling apart because of countries like Venezuela, Cuba and North Korea? Listen to Alex Jones interviewing Robert Gaylon Ross Sr., author of the famous "Who is Who of the Elite?" -
-
PrisonPlanetTv.com, Feb 06, 2006 -
(Posted here: Feb 13, 2006)

Jerry Pippin Interviews Mr. X
- Mr. X, shown in the photo with Jerry on the left, was very leery and worried about someone finding out his true identity as he arrived for the interview. We made some small talk and immediately started rolling tape. Over the years, I have found this was the best way to get the story. Do it fast, clean and simple with point blank questions. What I heard was stunning. -
-
JerryPippin.com -
(Posted here: Friday, May 26, 2006

Chemtrail Documentaries - Clouds of Death vs. Aerosol Crimes
[Video Evidence]
- The "Clouds of Death" documentary is an excellent piece of information, which is a mandatory watch for everyone who wants to know the truth about chemtrails. Please don't just skim through this article without either downloading or watching this 23+ minutes video (scroll down to the end of this article to do so). People NEED to know what is going on, because it is negatively affecting us all and slowly killing us. THIS IS DONE BY OUR OWN GOVERNMENT IN A SILENT WARFARE AGAINST ITS OWN POPULATION! Wes Penre -
- WorldWithoutParasites.com -
(Posted here: Wednesday, January 03, 2007)

Vaccination - The Hidden Truth
[Video: 01:30:30]
- This is the shocking but extremely informative video documentary "Vaccination - The Hidden Truth" (1998) where fifteen people, including Dr. Viera Scheibner (a PhD researcher), five medical doctors, and other researchers, reveal what is really going on in relation to illness and vaccines.
Ironically, the important facts come from the orthodox medicine's own peer-reviewed research. With so much government and medical promotion of vaccination for prevention of disease, the video is clearly devoted to presenting the other side of the issue that parents and others are not being told. -
- from vaccination.inoz.com, 1998 -
(Posted here: Saturday, September 08, 2007)

 

I AM AN ANIMAL - The Story of Ingrid Newkirk and PETA
- On the frontline on animal rights we have Ingrid Newkirk, founder and President of PETA (People for the Ethical Treatment of Animals). Just like Sheehan, she is a brilliant strategist, fearless and driven when comes to protecting and fighting cruel and unethical behavior towards animals. Despite, or rather thanks to, her controversial methods of exposing those cruelties, she gets a lot of Media attention. -
- by Wes Penre, Nov 25, 2007 -
(Posted here: Sunday, November 25, 2007)

Antidepressants and School Shootings, Suicide, Addiction
[00:07:57]
- A shocking Compilation of Video clips showing negative side effects of Antidepressants. Suicide, homicide even to the point of school shootings. Best Case scenario you only experience Withdrawal and Addiction. My solution has not been medications/drugs but a company called Truehope: www.truehope.com-
- YouTube -
(Posted here: Wednesday, December 19, 2007)

An Evening with Lloyd Pie
Lecture on human origins and the Starchild Skull

[02:08:15]
- Lloyd is also the caretaker of the famous Starchild skull, and has written a new book about his eight years of struggle to get it scientifically tested to establish beyond dispute the precise genetic heritage of both of its parents. So far, extensive testing indicates that its mother was a normal human but its father was, in all probability, something other than entirely human. -
- LECTURE BY LLOYD PIE -
(Posted here: Monday, July 14, 2008)

C:\Users\Sasha\Pictures\Skull_and_Bones_Society.htm
www.newsoftheworld.bz

 

 

www.newsoftheworld.bz

www.newsoftheworld.bz

 

www.newsoftheworld.bz

 

www.newsoftheworld.bz

 

Elenin Comet Dwarf Star

Amy Winehouse Tragic Death

http://newsoftheworld.bz/EleninComet_Dwarf_Star.html

http://newsoftheworld.bz/Halcyon_Daze_NowExposed.html

http://newsoftheworld.bz/ZaraPhillips_MikeTindal.html

http://newsoftheworld.bz/AmyWineHouse_TragicDeath.html

Halcyon Daze No Exposed

Zara Phillips and Mike Tindal Tie the Knot

International News Limited Domain 
Pricing Per Year
.com* $9.99  | .net* $9.99  | .org* $9.99  | .info* $9.99  | .us* $9.99  | .biz* $9.99  | 
.ws* $9.99 
 | 
.name* $9.99 
Save even more on multi-year registrations! 

Visit International News Limited  for the best values on: domain names , domain transfers
  and more
!
INLNews.com Exclusive:
Are you on their death List?
Click here at NEWS OF THE WORLD to find out: http://newsoftheworld.bz/WhatIs_CODEXALIMENTARIUS.html


THE PROPERTIES OF MONATOMIC GOLD

By Reg Presley





The former Troggs lead singer and now long-time researcher of the mysterious and unknown writes about the background to monatomic gold in his book, Wild Things They Don't Tell Us. This section is reproduced for you by kind permission of Blake Publishing.

For an Adobe PDF Version - Click Here

I must have been a teacher's nightmare when I was at school. When other children were satisfied with the teacher's answer, I was the one who asked, 'Why?' and wasn't always satisfied with the answer I got. This did not stop when I left school – it got worse. Teachers' replies were generally the stock answers that they had received when they were at school. Things change, and I, for one, needed up-to-the-minute, well-thought- out answers.

The problem is that when you leave school the first of your adult problems surfaces, the business of earning a living. That nasty five-letter word that you never really place any importance on at school rears its ugly head - money. Having to earn money puts an immediate brake on real learning, because we're forced into concentrating on learning our job so that we can feed ourselves and get from one end of the week to the other.

That, for most people, is the way it stays for the rest of their lives. Unless of course you become older, with more time on your hands, or you become a millionaire, or both. You have no time to think about the fringe elements of life or to trace them to any decent conclusions. The powers that be probably like it that way no time to question anything. 

It has been said for years that money is the root of all evil, and that's right. If it weren't for money there would be no drug problems. If people were not earning money from selling it, they would not push it. That in turn would free up our police force, because crime connected to drugs would cease. In fact, you would have no new addictions.

It might be a good idea, right now, if those in power made centres all over the country and supplied drugs for free. This would stop pushers immediately, which would prevent young people and even children getting hooked - so your six-year-old need never come into contact with drugs. For those already hooked it's too late. Let's try to save the innocent. Even judges have said this would be a good idea, so why hasn't this implemented? The only conclusion you can draw is that people in high places would cease to make money from it.

If the government really wanted to free up the roads to stop the pollution that traffic causes, they should never have privatised the railways. If everyone in the country paid than the cost of a TV licence the railway could be run for and if the railway was free, more people would use it instead of their cars.

But no, what will happen is one of two things. The government will either do as the continentals have build toll booths, which will cost billions, or they will put petrol up so high that it makes the railways look cheap. Neither of these will stop pollution. It'll just mean the government will be able to thieve more money from us when we travel. And pollution will carry on getting worse.

What happened to the billions of taxpayers' money that was used to drill for the then promised oil bonanza from the North Sea? We didn't see oil prices drop! In fact we've only seen them rise. The price of oil in England is almost the highest in the world. Why? By now you're probably thinking that this is a party political broadcast on behalf of the They Screw You Out Of Everything Party. All I ask is for your patience. It all has relevance to the wider picture.

We humans, for example, have always been told that gold is a precious metal and we never question it. Why? It is not precious. It is in everything. It's even in seawater. Governments use gold to underpin their currency. Why? Startling new evidence is slowly coming to the fore that could stand the world on its head.

In the early 1900s an archaeologist called William Flinders Petrie climbed Mount Horeb in Iraq and discovered what was first thought to be a temple. Now it is believed it was where the large-scale smelting of a particular metal took place - that metal being gold. Also found at this site was a large amount of a strange white powder.

The site was thought to be at least 6-8,000 years old. Now it may be that we haven't heard about this because it doesn't fit in with the consensus of archaeologists on when man could melt certain metals. However, it is more likely to be because of the way it was smelted. Gold melts at 1063°C. But it appears that at Mount Horeb they used heat close to the temperature of the Sun's surface - which is approximately 6,000 degrees C.

To get those kinds of temperatures 8,000 years ago was a feat in itself. But this next piece of information is mind-boggling. They were not content just to melt the gold, they went one step further and almost vapourised it. I'll explain. Today if we want to analyse a metal to find out what it consists of, it is burnt at a temperature close to that of the Sun for a period of 15 to 20 seconds. In that 20 seconds, a chart will tell the scientist exactly what elements the metal consists of. At least, that's what most scientists think.

However, buried in red tape, and only just coming to light, is the work of a Russian scientist, who asked; 'Why burn for only 15 to 20 seconds?' He then set up apparatus to burn for much longer periods. Nothing happened at 20 seconds, 30 seconds, 40 seconds, 50, 60, or 69 but at 70 seconds, the apparatus then registered elements from the palladium group - platinum and other precious metals - all from an ordinary piece of iron.

Although amazing in itself, the really incredible thing is what happens to the metal, especially when gold is melted this way. At a 70-second burn there is suddenly a bright light, like a thousand flash bulbs going off, and all that is left behind in the crucible is a white powder. The gold vanishes. Another amazing thing is that the crucible has very little weight and so does the powder. If you then take the powder out of crucible, the weight returns to the crucible. Now I'm scientist, but that sure sounds like what is known as 'super-conductivity' to me.

So, why did a race of people 8,000 years ago need super conductivity? What did they need the white powder for? If a heavy stone crucible loses its weight with this white powder in it, could you put this powder on large stones and move them to build large structures with ease, perhaps while building pyramids? Pyramids are by their very name 'fire begotten'; derived from the Latin word pyre meaning fire. To find out the answer to this question, it's perhaps better to tell you about the civilisation responsible.

It has always been assumed that the Sumerians were the first civilisation on Earth. However, since the dig at Mount Horeb by Petrie, it appears they were not. Found at the site were thousands of what looked like earthenware rolling-pins with writings around their circumferences. The writing was like no other known to man, and has taken many years to decipher.

The stories they tell are chilling but also exciting. The one thing about finding pottery scrolls is that you have the master dye, unlike books, which could be changed over the years. All that was needed was for them to roll the scroll onto wet clay then decipher what they saw.

The civilisation called itself the Anunnaki. They were as civilised as we are. They had schools, lawyers, books and fashion shows. The scrolls told the story of a whole civilisation, and its way of life. The civilisation spoke of making Cro Magnon man from Neanderthal man. They were not happy with the results, and their leaders argued they should destroy them, which they did by way of a great flood, saving only a few. Those who survived were bred with the Anunnaki women to make Homo Sapiens, or thinking man.

God said, 'let us make man in our image, in our likeness'. Notice a plural is used for God. In the Old Testament Genesis account it states, 'male and female created he them and he called their name Adam'. Older writings use the more complete name Adama which means 'Earthling'. The first of these beings were called Adam and Eve, then known asAtaba and Khawa. It may well be that they were bred by the Anunnaki to be the Earthly Rulers, that they were the beginning of the blood royal, the Holy Grail. Who were these people! If this is correct, no wonder they've never found the missing link.

At this point I suddenly had a thought. Why do human beings have to shield their eyes with their hand to see on a sunny day! No other animal has to squint so why do we! You don't see a horse or a cow squinting do you! A bird which flies high up in the sky where the Sun shines the' brightest doesn't even use its eyelids until it goes to sleep. A polar bear doesn't suffer with snow blindness caused by the reflection of the Sun that shines even brighter with the glare. When a deer or rabbit gets caught in your car headlights, they do not even blink let alone squint. Why!

Because they have adapted to living on Earth. Cro-Magnon man had a large forehead, which shielded his eyes; he would not have had to squint either. Evolution doesn't go backwards does it?

If we were from Earth we would still have a large protruding forehead to protect our eyes. Or our eyes themselves would have adapted by now. We must have come from a planet that was a little further away from its Sun. Are we the descendants of the Anunnaki! In the Old Testament we can read stories of people living until they are 800 or 900 years old. This has been put down to translating errors by those who collated the Bible, with the Church merely saying, they meant to say 80 or 90 years old.

According to the Anunnaki, to rule over their subjects, their leaders needed longevity.

Let's face it, if you get older you usually get wiser. Eight hundred years' worth is a lot of wisdom. To ensure this was the case, the Anunnaki fed their leaders bread and wine. Red wine as we know today, is very good for you; a glass a day can unclog your veins and keep them clear. The bread the Anunnaki fed their leaders was made from a white powder made from the burning of the gold. Eating the bread made from the powdered gold, according to the Anunnaki, made their leaders more intelligent and made them live much longer.

Now the Catholic Church must have known about this, because they still give the bread and wine in their Holy Communion ceremonies. One thing we can all be sure of today, is that there will be no gold powder in their bread. We know that the last person to be fed this bread in a ceremony was the second Pharaoh. Then it stopped. When Moses led the Jews out of Egypt, the Bible would have you believe he went up Mount Sinai and saw the burning bush and God gave him the Ten Commandments. If that were the case, he marched his people about 50 miles out of their way, and they would not have been pleased. It is more likely he went up Mount Horeb, which is en route and the story then fits what happened to him there.

The Ten Commandments were no problem for Moses. Having been brought up by a Pharaoh he would have known the inaugural ceremony of the Pharaohs, in which they had to repeat after the high priest: 'I have not killed. I have not committed adultery.' And so on.

All Moses did was change the first words to Thou shalt, instead of, I Have, and it was all over bar the carving.

The ordinary Israelites would not have been aware of the inaugural words so would not have been any the wiser.

The interesting part of this is the burning bush. When you arc gold for 70 seconds at Sun temperature, it has been found that a pencil standing on its end right next to the flash, scorches but does not fall over. What did Moses witness on top of Mount Horeb? Was it the burning of gold, when he saw the blinding light and spoke to God through the burning bush that didn't actually burn? Did Moses make a mistake and think that the Anunnaki was God or did he know the Anunnaki as his creators so naturally thought of them as his God?

On Moses' return to his people from the Mount, he sees them worshipping a golden calf and, according to the Bible, becomes angry, burns the golden calf to dust and makes them eat it. He then smashes the tablets of stone, throws them in the Ark of the Covenant, and off they go. The Bible makes it sound as though Moses was punishing the Israelites by making them eat the calf.

It could be that he was actually turning them all into leaders. You actually smelt gold - you don't burn it. But it sounds as if that is exactly what he did. The only way of burning gold to a powder is in 70 seconds at the temperature of the Sun's surface, and only then if the gold is very thin. Otherwise you need to maintain that high temperature for 300 seconds.

It is interesting to note that the Bible puts all the emphasis on the Ten Commandments which, as we now know, were easy for Moses to create. Could the Bible be taking our attention away from the importance of the Ark of the Covenant and what it really held within? Remember it took at least four people to lift and eight to carry the Ark of the Covenant. They were told not to touch the sides, only the handles.

Did the Bible conveniently get the spelling wrong? Could it be the Arc of the Covenant? As in electrical arc? Is it the arc that melts the gold, with which they make the bread for higher intelligence? Is this why it's been hidden from us for thousands of years? To get the kind of temperature necessary to almost vaporise gold you would need a capacitor, and that sounds very much what the Ark of the Covenant was.

It is a fact that our brains contain a white substance. Gold is the best conductor of electricity. Our brains receive messages by electronic impulses which travel through this white substance. Scientists also know that something in your brain is super-conducting but as yet they don't know what. If we were all very intelligent, there wouldn't be any workers. We'd all be leaders.

The people responsible for putting a value on gold had to be somebody who knew gold's ultimate potential or capabilities. To the Anunnaki it was more than prized, they needed it for their way of life and probably their very existence. They could not have been from this planet, because they were too advanced for that time. So could it be they arrived from somewhere to find that the inhabitants of planet Earth are Neanderthal - not even intelligent enough to work for them.

Perhaps they then set about upgrading them to Homo Sapiens and, eventually, succeeded.

They would then have needed leaders to keep order, and perhaps they fed these leaders with the white powdered gold. The Homo Sapiens would then have been taught that gold is precious and that it needed to be mined. When the Homo Sapiens had mined it, their leaders could hoard it in vast quantities. Once the process was in motion, it would be able to run by itself. Not, perhaps, forever, but for at least a few thousand years or so. All that would be needed would be to give the Homo Sapiens a helping hand occasionally, and you would have a mining community that takes care of itself, doesn't need paying and doesn't even know who its boss is.

If you are an Anunnaki, and you live for 800 years, you don't have to wait many generations to collect your rewards. Like gathering the honey from the bees, one day the bosses will be coming back to harvest the gold, which is kept in nice convenient little heaps like at Fort Knox, ready for collection. Think about it. If you asked anybody on this planet why we prize such a common metal as gold, they could not tell you. There is no reason; most gold just sits there collecting dust.

The Anunnaki's system would continue to operate unhindered. They gave us a way of life that suited them, not necessarily us, but we knew no different. If we are looking for answers to the thousands of questions this raises, the answers have to lie with the Anunnaki themselves. Who were they? Where did they come from? And, just as important, where did they go?

They certainly existed, and we know this because of the scrolls and their writings. Some of these are in the British Museum, along with vials of the white powder made from the gold, although the latter is not on public display. The remainder are in the Baghdad Museum which the Americans bombed during the Gulf War. By accident? I think not. To hide a secret as big as this, you have to be in complete control of the evidence. Now they are.

According to their scrolls, the Anunnaki must have had a long-term objective when they start talking about changing Neanderthal into Cro-Magnon man, then into Homo Sapiens. This is powerful stuff; this is no ordinary race of people we're talking about. We're talking about manipulating DNA. The idea of anybody knowing about such things at that time is difficult to comprehend. Then, when this race of people are successful, seeding two Homo Sapiens who they name Adam and Eve, through to Abraham, Moses and Jesus this is mind blowing.

It is a strong possibility that the Anunnaki will soon come back for their gold. Can you imagine if the Anunnaki are doing this all round the universe? Upgrading life forms so that they can gather gold for them? Will there soon come a time when we realise that we needed the gold for our own technical evolution, and it'll be too late to save any of it?

The Europeans did the same thing to the native Americans, the native Australians, the Africans, and many others. When will we be paying them back for the gold we took? I think never. Nor will the Anunnaki be paying us back. With so many UFO sightings since the war, the Anunnaki could be here sooner rather than later.

The way all this information came to light really intrigued me. When I first spoke to Laurence Gardner, a genealogist and author of Bloodline Of The Holy Grail, I was amazed to learn that the book was a by-product of his being commissioned by a European prince to trace his family tree.

He began the laborious job of tracing the Prince's ancestors back through the ages until he reached a point where he felt the need to confront the prince with the question, 'Do you know where this is all leading?' The prince asked, 'What do you mean?' Laurence replied, 'Do you realise your family lineage goes back to Jesus?' to which the royal replied, 'Oh yes I knew that, I just wanted to know how it got there.' Laurence replied, 'Well, I'm sure not many people know this.' What the Royal took for granted, we mere mortals knew nothing about. 

When Laurence had finished the work for the Royal he decided to write the book. However he became so intrigued by his findings he could not stop at that, and carried on investigating Jesus' bloodline, and produced his second book, Genesis Of The Grail Kings, which led a trail through from Jesus to Moses, Abraham and Adam and Eve.

An interesting point that this raises is that the Bible states that Jesus' father Joseph was a carpenter. However, this is not what the original text of the Bible states. What was actually said was that Joseph was a Master of the Craft. Anyone who knows a little of modern Freemasonry will know the term 'the craft' and it has nothing to do with wood.

What the Bible was actually telling us (before the Church got hold of it) was that Joseph was just one of a long line of highly trained metallurgists. The only people that could be metallurgists at that time were priests and royalty and you would need to be a metallurgist to be able to convert gold into white powder.

To add more weight to Laurence's work (if that's possible) is the work of the pioneering researcher David Hudson, an American dirt farmer. Now according to David, the difference between dirt farmers and ordinary farmers is that the dirt farmer has to make his own soil from pulverising rock. In 1975 he was doing an analysis of natural products in the area where he was farming. David explains:

'You have to understand that in agriculture, in the state of Arizona we have a problem with sodium soil. This high-sodium soil, which looks like chocolate ice cream on the ground, is just crunchy black. It crunches when you walk on it. Water will not penetrate this soil. Water will not leech the sodium out of the ground. It's called black alkali.'

David was aware that it was possible to leech the sodium from the soil with sulphuric acid. Neighbouring his farm was a copper mine whose waste product was sulphuric acid. He was able to obtain as much as he needed as long as he moved it himself. He eventually administered between 30-60 tons per acre over his land. This penetrated 3 or 4 inches into the ground. When he irrigated, the soil would froth and foam due to the action of the sulphuric acid. What it did was to change black alkali into white alkali, which was water-soluble.

Within two years he was able to grow crops. Evidently it is very important to have enough calcium in the soil in the form of calcium carbonate. Calcium carbonate will act as a buffer for the acid in the soil. If you do not have enough calcium, the acidity in the soil goes down. You get a pH of 4 to 4.5 and it ties up all the trace nutrients, that being the case the cotton plant would come out of the ground and suddenly stop growing. David said, 'It is important when you are putting all these amendments to your soil that you understand what is in your soil, how much iron there is, how much calcium and so on.'

In doing the analysis of these natural products David was coming across a 'material consisting of no one knew quite what, It seemed more abundant in one area so they decided to begin there. Using chemistry he dissolved the material in a solution and it became blood red. Yet when he precipitated this material out chemically by using a reductant of powdered zinc, the material would come out as a black precipitant just like it was supposed to if it were a 'noble' element. With a noble element, if you chemically bring it out of acid, it won't re-dissolve in the acid.

After he precipitated this material out of the black he took the material and dried it. At the time David had no drying furnace so he just took it outside in the warm Arizona sunshine which, he says, was 115 degrees at 5 per cent humidity, so it really dried fast. Then a strange thing happened.

After the material dried, it exploded. But this was no normal explosion. It just went poof! It was neither an explosion, nor an implosion; all the material had gone in a flash as if 50,000 flash bulbs had gone off all at one time. So David took a new pencil and stood it on end next to the material as it was drying. When the material detonated, it burned the pencil about 30 per cent but did not knock the pencil over. Whatever this stuff was, David thought, it was wild.

He discovered if he dried the material away from sunlight, it not explode. He then took some of the powder that had dried away from the sunlight, and using a crucible reductionvessel made of porcelain, he mixed the powdered material with lead and flux, and heated it until the lead melted. When you do this, the metals that are heavier than lead stay in the lead and those that are lighter float out. This is a tried  and-tested way of doing metals analysis.

This material settled to the bottom of the lead just as if it was gold and silver. It seemed to be denser than lead and it was separated from it. Yet when he took this material and put it on a bone ash cupel, the lead soaked into the cupel and left a bead of gold and silver. He then took this bead of gold and silver for analysis to all the commercial laboratories and they said, 'Dave,       there is nothing there but gold and silver'. The strange thing was, Dave could take the bead and hit it with a hammer and shatter it, like glass. There is no known alloy of gold and silver that is not soft. Gold and silver dissolve in each other readily and form a solid solution.

Both are soft elements so any alloy made from them will be soft and ductile. If you hit gold and/or silver with a hammer it will flatten out like a pancake. David told them, 'Something's going on here that we don't understand. Something unusual is happening,' David took the beads of gold and silver back to his laboratory and separated them chemically.

All he had left was a quantity of black stuff. He then took this back to the commercial laboratories and they told him it was iron, silica and aluminium. He told them it couldn't be iron, silica and aluminium. Firstly you can't dissolve it in any acids or any bases once it is totally dry. It doesn't dissolve in fuming sulphuric acid, it doesn't dissolve in sulphuric nitric acid, and it doesn't dissolve in hydrochloric nitric acid. Even gold dissolves in that, yet it won't dissolve this black stuff.

David decided to hire a PhD at Cornell University who considered himself an expert on precious elements. He paid the doctor to go to Arizona to see the problem for himself. He told David he had a machine back at Cornell that could analyse down to parts per billion. He said, 'If you let me take this material back to Cornell I'll tell you exactly what you have, if it's anything above iron we will find it.'

When they arrived back and tested the material he told David, 'You have iron, silica and aluminium.' David asked, 'Can we borrow a chemistry laboratory?' The doctor told him there was one not being used and together they spent the rest of the day there. They were able to remove all of the silica, all of the iron and all of the aluminium. Yet they still had 98 per cent of the sample that was pure nothing.

By now, more than a little frustrated, David said, 'I can hold this in my hand, I can weigh it, I can perform chemistry with it. That has to be something. It is not nothing.' The doctor told David if he would give him US$350,000 dollars as a grant he would get graduate students to look into it. David had already paid him US$22,000, because he said he could analyse anything, and he hadn't. Neither had he offered to pay David back. So David said, 'I don't know what you pay people around here, but I pay minimum wages on the farm and get a whole lot more out of US$350,000 than you can. So I'm going back to do the work myself.'

He went back to Phoenix totally disillusioned with academia. He was neither impressed with the PhDs or the money they charged. He discovered whilst at Cornell that they work students to generate papers, but the papers say nothing. The government however pays them for every paper they write, so they get their money based on the amount of papers they turn out. They all say the same thing: they just reword it and turn out another paper.

David was in no way about to give in, and began asking around the Phoenix area where he found a man who was a spectroscopist who had studied in West Germany at the Institute for Spectroscopy. He had also been a technician for a Lab Test company in Los Angeles, which actually built spectroscopic equipment.

He was also the man who blueprinted the machines, and designed them, constructed them, then took them to the field and made them work. David thought, here is a good man. This is not just a technician. Here is a man who knows how the machine works. Around this time, David had obtained a Soviet book entitled, The Analytical Chemistry of the Platinum Group Elements by Ginzburg, et al. The Soviet Academy of Science published it. David continues:

'In this book, according to the Soviets, you had to do a 300 -second burn on these elements to read them. For those who have never performed spectroscopy, it involves taking a carbon electrode that is cupped at the top. You then put the powder on that electrode; you bring the other electrode down above it, which creates an arc. In about 15 seconds, the carbon at this high temperature burns away, the electrode's gone and your sample's gone.

All normal laboratories in the USA and possibly right around the world are doing this, then giving a full and final result after only a 15 second burn. 'According to the Soviet Academy of Sciences, the boiling temperature of water is to the boiling temperature of iron just as the boiling temperature of iron is to the boiling temperature of these elements. As you know from driving a car, as long as there is water in the motor of your car the temperature of the car engine will never get hotter than the temperature of water.

If you just heated the water on the stove in a pan, you know that the pan never gets hotter than the boiling temperature of water until the water is gone. Once all the water is gone, the temperature skyrockets very fast.

'As long as there is iron there, the temperature of the sample can never get hotter than the boiling temperature of the iron, so you can then heat this stuff. Now, it is hard to fathom how something with as high a temperature as iron could be just like water to these elements, but it is.

'So we had to design and build an excitation chamber where argon gas could be put around this electrode so that no oxygen or air could get into the carbon electrode and we could burn it not for 15 seconds but for 300 seconds. According to the

Soviet Academy of Sciences, this is the length of time we had to burn the sample.

'We set up, we got the Pk blenders, we got the standards, we modified the machine, we did all the analysis for results, we did all the spectral lines on this three-and-a-half-metre instrument. It was a huge machine. It took up the whole garage area. It was about 30 feet long and about 8 or 9 feet high.

'Anyway, when we ran this material, during the first 15 seconds we got iron, silica, and aluminium, little traces of calcium and sodium, maybe a little titanium now and then, and then it went quiet and nothing read. So, at the end of 15 seconds, we were getting nothing. Twenty seconds, 25 seconds, 30 seconds, 35 seconds, 40 seconds - still nothing. Forty-five seconds, 50 seconds, 55 seconds, 60 seconds, 65 seconds, but if you looked in through the coloured glass, sitting there on the carbon electrode was this little ball of white material. There was still something in there.

'At 70 seconds, exactly when the Soviet Academy of Sciences said it would read, palladium began to read. And after the palladium, platinum began to read. After the platinum, rhodium began to read. After rhodium, ruthenium began to read. After the ruthenium, then iridium began to read and after the iridium, osmium began to read.

'Now, if you're like me, I didn't know what these elements were. I had heard of platinum, but what were these other elements? Well, there are six platinum group elements in the periodic table, not just platinum. They didn't find out about them at the same time, so they have been added one at a time.

'They are all elements: ruthenium, rhodium and palladium are light platinum. Well, we came to find out that rhodium was selling for about US$3,000 per ounce. Gold sells for about US$400 an ounce. Iridium sells for about US$800 an ounce. Then you say to yourself "Gee, these are important materials, aren't they?" They are important materials because the best known deposits in the world are now being mined in South Africa.

'In this deposit you have to go half a mile into the ground and mine an 18-inch seam of this stuff. When you bring it out, it contains one-third of one ounce per ton of all the precious elements. We checked our analysis, which we ran for two-and -a-half years, over and over. We checked every spectral line. We checked every potential on interference; we checked every aspect. We wanted exact matches.

'When we were finished, the man was able to do quantitative analysis, and he said "Dave, you have 6 to 8 ounce per ton of palladium, 12 to 13 ounces per ton of platinum, 150 ounces per ton of osmium, 250 ounces per ton of ruthenium, 600 ounces per ton of iridium, and 800 ounces per ton of rhodium, or a total of 2,400 ounces per ton, when the best-known deposit in the world is one-third of one ounce per ton."

This work wasn't an indication that these elements were there. These elements were there and they were there in beacoup amounts. They were saying, "Hey stupid man, pay attention! We are trying to show you something." lf they had been there in little amounts, I probably would have been content with this. But they were there in such huge amounts, I said, "Golly, how can they be there in these quantities and no one knew it?"

'Now, you keep in mind, it wasn't one spectral analysis! It was two-and-a-half years of spectral analysis, running this material every day. And the man actually sent me away when they read because he could not believe it either. He worked on it another two months before he called me up and said, "Dave, you are right". That is how sceptical he was about it. He couldn't apologise to me. He is a German researcher with German pride, so he had his wife call and apologise to me.

'He was so impressed that he went back to Germany to the Institute of Spectroscopy. He was actually written up in the spectroscopic journals as having proven the existence of these elements in natural materials in the south-western United States. They're not the kind of journals that you and I would ever get to read, but I actually saw the journals and he was written up.

They had no idea where this stuff was coming from, how we were producing it, what concentrations we had gone through or anything. They had analysed just this small amount of powder. The crazy thing about it was that all we had done was to remove the silica and send the other stuff in

They were pretty unbelievable numbers. After we had come at this in every way we knew, in order to disprove it, I decided all we had to do was throw money at this problem, because money solves everything, right? So, at 69 seconds, I stopped the burn. I let the machine cool down and I took a pocket knife and dug that little bead out of the top of the electrode. When you shut off the arc, it absorbs down into the carbon and you have to dig down into the carbon to get the little bead of metal.

'So I sent this little bead of metal over to Harwell Laboratories near Oxford in England. They made a precious metal analysis of this bead. I got a report back: "No precious elements detected." Now this was one second before the palladium was supposed to start leaving. Yet, according to neutron activation, which analysed the nucleus itself, there were no precious elements detected. This made absolutely no sense at all. There had to be an explanation here. Either this material had been converted to another element or it was in a form that we didn't understand yet. So I decided I had to get more information on it.

'I went to a PhD analytical chemist, John Sickafoose, a man trained in separating and purifying individual elements out of unknown material. He was trained at Iowa State University and had a PhD in metal separation systems. He's the man that Motorola and Sperry used in the State of Arizona to handle their waste water problems. He has worked with all the rare earths, he has worked with all the man-made elements.

'He has physically separated everything on the periodic table with the exception of four elements. Coincidentally, I went to him to have him separate six elements; four of those were the elements he had never worked on. He said "You know, Mr Hudson, I have heard this story before. All my life and I'm a native Arizonan, too - I heard this story about these precious elements.

I am very impressed with the way you have gone about this, with the systematic way you have approached it. I cannot accept any money because if I accept money from you I have to write you a written report. All I have to sell is my reputation. All I have to sell is my credibility. I'm a certified expert witness in the state of Arizona in metallurgical separation systems."

'He said, "Dave, I will work for you for no charge until I can show you where you are wrong. When I can tell you where you are wrong, I'll give you a written report. Then you will pay me US$60 an hour for the time I spent." This would have come to about US$12,000 to US$15,000 dollars. If this got rid of the curse, if this just got the thing answered once and for all, it would be worth it. Do it, get on with it.

'Well, three years later, he said, "I can tell you it is not any of the other elements on the periodic table. We are educated; we are taught to do the chemical separation of the material and then send it for instrumental confirmation. The example I use is rhodium because it has a unique colour in the chloride solution. It is a cranberry colour, almost like the colour of grape juice. There is no other element that produces the same colour in chloride solution. When my rhodium was separated from all the other elements, it produced that colour of chloride.

The last procedure you do to separate the material out is to neutralise the acid solution, and it precipitates out of solution as a red-brown dioxide. It is heated under a controlled atmosphere to 800 degrees for an hour, and that creates the anhydrous dioxide. Then you hydro-reduce that under a controlled atmosphere to get the element, and then you anneal away the excess hydrogen.

'So, we neutralised the acid solution and precipitated it out as a red-brown dioxide, which is the colour it is supposed to precipitate out at. Then we filtered that out. We heated it under oxygen for an hour in a tube furnace, then we hydro-reduced it to this grey-white powder, exactly the colour rhodium should be as an element. Then we heated it up to 1,400 degrees under argon to anneal away the material, and it turned snow-white. Now this wasn't expected. This just isn't what is supposed to happen.

'What John did was, he said, 'Dave, I'm going to heat it to the anhydrous dioxide. I'm going to cool it down. I'm going to take one third of the sample and put it into a sealed vial.

 I'm going to put the rest of the sample back onto the tube furnace and heat it up under oxygen, cool it back down, purge it with inert gas, and heat it back up under hydrogen to reduce away the oxides.

"'The hydrogen reacts with the oxygen, forming water, and cleans the metal. I'll cool that down to the grey-white powder. I'll cool down that grey-white powder. I'll take half of that and put it into another sealed vial. I'll take the rest of the powder and put it back into the furnace. I'm going to oxidise it, hydro -reduce it and anneal it to the white powder. Then I will put it into a vial and send all three vials to Pacific Spectrochem over in Los Angeles, one of the best spectroscopic firms in the U.S."

'The first analysis came back: the red-brown dioxide was iron oxide. The next material came back: silica and aluminium: no iron present. Just putting hydrogen on the iron oxide had made the iron quit being iron, and now it had become silica and aluminium.

'Now, this was a big sample. We'd just made the iron turn into silica and aluminium. The snow-white annealed sample was analysed as calcium and silica. Where had the aluminium gone? John said, "Dave, my life was so simple before I met you. This makes absolutely no sense at all."

'He said, "What you are working with is going to cause them to rewrite physics books, rewrite chemistry books and come to a completely new understanding." John gave me the bill: it was US$130,000, which I paid. But he said, "Dave, I have separated it physically and I have checked it chemically 50 different ways. You have 4 to 6 ounces per ton of palladium, 12 to 14 ounces per ton of platinum, 150 ounces per ton of osmium, 250 ounces per ton of ruthenium, 600 ounces per ton of iridium, 800 ounces per ton of rhodium."

'These were almost the exact same numbers that the spectroscopist had told me were there. It was such an incredible number that John said, "Dave, I've got to go to the natural place where this stuff comes from and I've got to take my own samples."

'So he went up and actually walked the property and took his own samples, put them in a bag, brought them back to the laboratory, pulverised the entire sample and then started doing the analysis on what is called the master blend sample. This represents the whole geology, and he got the same numbers.

'We worked on this from 1983 until 1989, one PhD chemist, three master chemists, and two technicians working full-time. Using the Soviet Academy of Sciences' and the US Bureau of Standards' weights and measures information as a starting point, we literally learned how to do qualitative and quantitative separations of all these elements.

'We learned how to take commercial standards and make them disappear. We learned how to buy rhodium trichloride, as the metal, from Johnson, Matthey & Engelhardt and we learned how to break all these metal-metal bonding until it was literally a red solution but no rhodium was detectable. And it was nothing but pure rhodium from Johnson, Matthey & Engelhardt.

'We learned how to do it with iridium, we learned how to do it with gold, we learned how to do it with osmium, and we learned how to do it with ruthenium. This is what we found when we actually purchased a machine for high-pressure liquid chromatography.

'For your information, this person named John Sickafoose was the man who actually wrote his PhD thesis at Iowa State University on how to build this instrument back in 1963-64. After he graduated, some of the graduate students there took that technology and developed it, and eventually Dow Chemical came in and bought it.

'Dow went ahead and commercialised it, and now it is the most sophisticated chemical separation instrument that the world has. It's computer-controlled, all high-pressure, and you can do very precise separations with it. Because this is the man who conceptualised and designed it and told them what the limitations would eventually be on it, he was the ideal man to take the technology and perfect it.

'So we were able to use their basic technology and develop a separation system for the rhodium trichloride. We actually separated five different species in the commercial rhodium trichloride. The word "metal" is like the word "army". You can't have a one-man army. The word metal refers to a conglomerate material.

'It has certain properties: electrical conductivity, heat conduction, and all these other aspects. When you dissolve the metals in acid, you get a solution that is clear without solids. You assume it's a free-ion solution, but when you are dealing with noble elements they're still not free ions. It's what is called "cluster chemistry".

'Since the 1950s there has been a whole area of research in colleges on cluster chemistry and catalytic materials. But what happens is that the metal-metal bonds are still retained by the material. So, if you buy rhodium trichloride from Johnson, Matthey & Engelhardt, you are actually getting Rh12Cl36 or Rh15Cl45. You really aren't getting RhCl3. There is a difference between the metal-metal bonding material and the free ions. What you are buying is cluster chemistry; you are not getting free ions. When you put the material in for the instrumentation to analyse, it is actually the metal-metal bonds of the cluster that are analysed. The instrumentation is not really analysing the free ions.

'I heard that General Electric was building fuel cells using rhodium and iridium. So I made contacts with the fuel cell people back in Massachusetts and travelled there to meet with them. They had three attorneys meet with us, and the GE people were also there.

The attorneys were there to protect the GE people because a lot of people say they have technologies and they meet with them; then after the meeting they sue them, claiming that GE stole their technology. Then to defend themselves, GE has to divulge what their technology really is. So CE is very sceptical when you say that you have something new. They bring their high-faluting attorneys to really screen you.

'After about an hour they said, "These guys are for real. You attorneys can leave." That was because they had also had the explosions. They knew that when they buy the commercial rhodium trichloride it analyses very well. But to make it ready to go into their fuel cells they have to do salt effusions on it, where they melt the salt and put the metal in with it to disperse it further. They know that when they do that, the metal doesn't analyse as well any more. So when we told them we had material' that didn't analyse at all, they couldn't conceive how this was possible. They had never seen it, but they said, "We are interested".

'Now the GE are the people who build analytical instrumentation! They said, "Dave, why don't you just make a bunch of rhodium for us and send it to us and we'll mount it in our fuel-cell technology. We'll see if it works in places where only rhodium works. What is the mechanism of conversion of monatomic rhodium to metallic rhodium in these fuel cells? No other metal has ever been found which will perform the catalysis in the hydrogen-evolving technology of the fuel cell, other than rhodium and platinum. And rhodium is unique compared to platinum because rhodium does not poison with carbon monoxide and platinum does.

'They said, "Dave, we'll just run it to see if it's a hydrogen evolving catalyst and, if it is, then we will see if it is carbon monoxide-stable and, if it is, then it's rhodium or it's a rhodium alternative."

'So we worked for about six months and refined that amount of material and we re-refined it and re-refined it. We wanted to be absolutely sure that this was really clean stuff. We didn't want any problems with this. We sent it back to Tony LaConti at GE. GE, who by that time had sold their fuel-cell technology. All the GE fuel-cell people had gone to work for United Technologies, and, since United Technologies already had their in-house people, the GE people were not integrated into the existing teams. So all the GE people were junior people; they weren't senior any more. After a certain period of months they all quit and left United Technologies.

'Well, Jose Giner, who was the head of fuel-cells at United Technologies, also quit and went to set up his own firm, called Giner Incorporated, in Waltham, Massachusetts. Tony and all the GE people went with him. By the time our material got there, they'd set up their own company in Waltham, so we contracted with them to build the fuel cells for us.

'When our material was sent to them, the rhodium, as received, was analysed as not having any rhodium in it. Yet when they mounted it on carbon in their fuel-cell technology and ran the fuel cell for several weeks, it worked and did what only rhodium would do, and it was carbon monoxide-stable. After three weeks, they shut down the fuel cells, took out the electrodes and sent them back to the same place that said there was no rhodium in the original sample.

'Now there was over 8 per cent rhodium in the original sample. What happened was it had begun to nucleate on the carbon! It actually had begun to grow metal-metal bonds! So now there was metallic rhodium showing on the carbon, where before there was no rhodium.

'These GE people said, "Dave if you are the first one to discover this, if you are the first one to explain how to make it in this form, if you are the first one to tell the world that it exists, then you can get a patent on this." I said, "I'm not interested in patenting this." Then they told me that if someone else discovered it and patented it, even though I was using it every day, they could stop me from doing it. I said, "Well, maybe I should patent it."

'So in March 1988, we filed US and worldwide patents on Orbital Rearranged Monatomic Elements. Now that is a mouthful, so, to make it short, we called it ORMEs. You have ORMEs gold, ORMEs palladium, ORMEs iridium, ORMEs ruthenium, ORMEs osmium. While we were doing this patent procedure, the Patent Office said, "Dave, we need more precise data, we need more exact data, we need more information about this conversion to this white powder state."

'One of the problems we had was that when you make this white powder and you bring it out into the atmosphere, it really starts gaining weight. I'm not talking about a little bit of weight, I'm talking about 20 to 30 per cent. Now that normally would be called absorption of atmospheric gases: the air is reacting with it and causing weight gain, but not 20 to 30 per cent.

'Nonetheless, we had to answer the Patent Office. We had to come up with exact data for the Patent Office. So what we did was use this machine for thermogravimetric analysis. This is a machine that has total atmospheric control of the sample. You can oxidise it, hydro-reduce it, and anneal it, while continually weighing the sample under a controlled atmosphere. Everything is all sealed. We were getting short of funding and couldn't afford to buy one, so we leased one from the Bay Area from Varian Corporation. They sent it in to us and we set it up on computer controls.

'We heated the material at 1.2 degrees per minute and cooled it at 2 degrees per minute. What we found was that when you oxidise the material, it weighs 102 per cent; when you hydro-reduce it, it weighs 103 per cent. So far, so good. No problem. But, when it turns snow white, it weighs 56 per cent! Now that's impossible!

When you anneal it and it turns white, it only weighs 56 per cent of the beginning weight! If you put that on a silica test boat and you weigh it, it weighs 56 per cent! If you heat it to the point that it fuses into the glass, it turns black and all the weight returns. So the material hadn't volatilised away. It was still there. It just couldn't be weighed any more.

'That's when everybody said, "This just isn't right; it can't be!" Do you know that we heated it, and cooled it, and heated it and cooled it, and heated it and cooled it under helium or argon? When we tooled it, it would weigh 300 to 400 per cent of its beginning weight; when we heated it, it would actually weigh less than nothing? If it wasn't in the pan, the pan would weigh more than the pan weighs when this stuff is in it! Keep in mind, these are highly trained people running this instrumentation, and they would come in and say, "Take a look at this. This makes no sense at all"

'Now, this machine is so precisely designed and controlled that they have a magnetic material they can put into this that is non-magnetic when it goes into the machine but at 300 degrees it becomes magnetic. It is in fact a strong magnet. Then, after you get up to 900 degrees, it loses its magnetism. You can actually see if the interaction of the magnetism with the magnetic field of the heating element causes any change in weight.

'The heating element is bifilar-wound. This means that it goes round and round the sample; then you reverse it and wind it right back up so all the current runs against itself all the time. So when a wire flows electricity there is a magnetic field that forms around it, but when you run the wire right next to it, going in the other direction, it forms a magnetic field in the other direction. The idea is that the two fields will cancel. This is the kind of wiring that is used in television to cancel all the magnetic fields. The designers of this machine wanted to eliminate the magnetic field aspect here.

'When we put the magnetic material in the sample and ran it in the machine, there was no response at all. There was no change in weight when the material became magnetic or lost its magnetism. Yet when our material was put in there and it turned white, it went to 56 per cent of its beginning weight. If you shut off the machine and let it cool, it was exactly 56 per cent. If you heated it, it would go less than nothing, and if you cooled it, it would go 300 to 400 per cent, but it always went back to a steady 56 per cent.

'We contacted Varian in the Bay Area and said, "Look, this just doesn't make any sense. There's something wrong with this machine; something isn't right. Every time we use the machine it works fine unless we make the pure monatomic material, and when we do, it turns snow-white and doesn't work correctly any more." Varian looked over our results and said, "You know, Mr Hudson, if you were working with the cooling of the material we would say it is super-conducting. But inasmuch as you are heating the material, we don't know what you've got."

'I decided, well, I have had to learn chemistry and I've had to learn physics, and now I've got to learn the physics of super-conductors. So I bought and borrowed a bunch of graduate books on super-conductivity and I began to read about super-conductors.'

'Evidently there are several phenomena which occur. We hooked a voltmeter (used for checking circuitry) up to the white powder expecting the needle to leap across the voltmeter because this was supposed to be perfect conductivity, but nothing happened. Instead of this being a perfect conductor of electricity it's a perfect insulator.

'So we went back to the book for more information, and discovered that super-conductivity by definition will not allow any voltage potential to exist inside the sample. Now to get the electricity off the wire and into the sample takes a voltage potential, likewise to get electricity out of the sample and on to the wire needs a voltage potential.

'Yet by definition a super-conductor does not allow any voltage potential to exist in the sample. So we thought, what good is this? But what you learn is that you must resonance frequency tune the vibration frequency of the electron wave, until the vibrational frequency of the electron wave is perfectly matched with the vibrational frequency wave of the super-conductor.

'Then the electrons will go on with no push at all because they are seeking the path of least resistance and that is in the super-conductor. When you do get them matched up, a strange thing happens when they go onto the super-conductor; the electrons pair up. They don't go on as individual electrons they go on in pairs! They go on as light.

'Now a curious thing happens, an electron has mass and it exists in space-time, you cannot have two electrons in the same space-time, it won't happen. They exist in different places and locations, but when they pair up and become light you can put billions of them in the same space-time.

'So now what happens with a super-conductor, as long as the frequency electron wave matches the frequency of the super -conductor, is that they keep going onto the super-conductor, more and more and more and more, you don't have to take them off, because they are going on as light. And the only way you know they are in there is by checking the size of the Meissner that forms around the super-conductor.

'So what is a Meissner? Well, when electricity flows through a wire it produces a magnetic field around the wire, but with a super-conductor it produces what they call a Meissner. The cool thing about this is that it does not produce a north and south pole. It's a null field. A super-conductor has no resistance, so you could keep putting energy into it, to the point where it has so much Meissner around it that it becomes larger and larger, because of all the electrons and amperage.

'It will then begin to float on the Earth's magnetic field. It will cause the Earth's magnetic field to travel around it; it will not enter into the sample. It will become stuck in the magnetic field it is sitting in. To a point, you can put, as much energy in a super-conductor as you like, before it becomes HCL, which is a critical mass where as it becomes so huge it collapses and becomes normal. You don't want to be around when this happens.

'To get the energy out of a super-conductor you put the wire up to it and resonance frequency tune the vibration frequency of the wire to match the super-conductor and apply a voltage potential and it comes out. The neat thing is you can make a super-conductor that say runs from Tampa to San Francisco and you can resonance frequency tune the energy, put it in the super-conductor here, and it will get a free ride all the way to San Francisco. All these atoms in perfect resonance harmony producing a quantral wave, and the energy gets on this wave' system and has a free ride all the way to San Francisco.'

At this point, while David goes on to talk about the possibility of floating trains, which they already have in Japan but which work by using opposing magnetic fields, I was imagining a huge egg-shaped craft with Dave's super conductive powder sandwiched in-between an outer skin with people inside ready to go to Australia at the speed of light. Because if Earth's gravitational field has no effect on the occupants because of the Meissner, speed would not be a problem. Perhaps even to the Moon and beyond. Travel would become so quick and easy.

 David continued:

'In March 1988 we filed worldwide patents and US on Orbital Rearranged Monatomic Elements, ORMES. Each element had individual patents. You can imagine the patent office when we tried to patent gold, oh great, who are these guys? Then I filed another set of patents on the super-conductive state. Which is a resonance couple system of quantum oscillators, so there had to be a many atom state of ORMES so we had to can it S- ORMES. The super-conducting state.

'You can have a patent on the atom but you also have to have a patent on the systems of atoms. It's like a man being an army, a man can't be an army, a one-man army isn't real, an army is many men. Well a super-conductor is many atoms, you can't have one atom being a super-conductor. So we had to have a patent on ORMES and a patent on S-ORMES.

   'Well I didn't know that the law said that any patent involving super-conductivity has to have the approval of the Department of Defence, because of the strategic interest of the government. I didn't know this, so I just went ahead and filed the patent. Well, the Department of Defence didn't get involved. I only used the word super-conductivity once in the closing paragraph on the summary page of my patent application.

'I said it has horns, it has four hooves, it moos, it gives milk, it has baby calves, but I didn't use the word cow. I talked about the Meissner, its reaction with gravity (the levitation), but I didn't use the word super-conductivity except one time in the closing paragraph. So they never realised it was a super conducting patent.

'By law you have one year's grace, from when you file a US patent, to file a worldwide patent. So I waited until about three weeks before the end of the year, and contacted the patent office and told them I'm going to file a worldwide patent. Evidently, someone at the patent office re-read my patent application again and said, "Oh gosh it's about super-conductivity."

'Off to the Department of Defence it went, back it came and it said, "He cannot file worldwide". Then I went back to them and said, "Wait, by law I have a six month appeal period, I've only got three weeks. So they over-rode the Department of Defence, and let me file worldwide.

'Now needless to say by now my name was mud at the Department of Defence. Next, I get a phone call from this guy out of the blue, who wants to invest in my technology. I said, "How did you hear about this?' he said, "Well, everybody's talking about it"

'Anyhow, he's telling me about things that nobody should know, he's quoting specific references out of my patent, and nobody is supposed to have seen this, except the patent office and the military review board. So I had a private investigator check him out; I said "Find out who he is and where he comes from."

'We found out he flies out of Langley air force base, he gets his money from a Swiss bank account that the military keeps stocked with money and his job is to provide money to companies whose technologies they need for Star Wars. When they took this legislation to the legislator here in the United States, they turned it down. They didn't allow funding money for Star Wars.

     'So what the military does is put money in Swiss bank accounts that nobody knows about, and this investor goes around looking for companies that need support and when he finds them he funnels money into those companies.'

He said to Dave, 'I've got to have this stuff, because the only way you're going to get absolute confirmation that no one will question, is to have it show that it reflects neutrons.' He went on to say, 'I can get you on line for this in a couple of weeks, whereas it will take you three years.' Dave said, 'Then I'll wait three years.'

He said, 'Dave, have you ever taken this to a university and had university funding or government funding or grants of any kind?' Dave said, 'no'. There was just no way they could get involved with him legally. Dave said, 'he came back to me a couple of times and then gave up'. There was no way he could make Dave do anything. He could see he was totally private and there was nothing he could do.

   When you understand that this produces gamma radiation, the last thing you need is the military having this information.

However, before they let Dave go to patent pending in the US, the military had to approve it. They told him, 'You must get this confirmed by a totally independent laboratory, someone who has no affiliation with you, someone with credentials.' So he told them how about Argon National Laboratories. Were they good enough?

'Yes they're a government laboratory,' they said. 'OK, so we'll have it done by them,' Dave said. So they said, 'Here's what we want you to do, we want you to buy pure yellow gold, 999.99 per cent pure gold, and convert it into white powder, and if you can do that, we'll let your material patent application go to patent pending.'

So Dave went to the Argon National Laboratories and met with Roger Popel, Head of Ceramics and Super-conductivity. When Dave told him his whole story, he said, 'we have physicists here at the national labs that have theorised that the very elements you are telling us should, do this. We know this already. We just don't have anybody who can make them into that state. We're making them one atom at a time in the nuclear facility and know they exist in this state, but making them one at a time it's going to take years and years to produce enough to evaluate it as a super-conductor.'

So he was very excited about it. He wrote it all up and submitted to the Argon National Laboratories, and their attorneys turned it down. Because, they said, 'It involves chemistry and it can be done without the government lab's involvement. You can go to a private lab to get this done, and our very purpose for existence was to do things that you couldn't get done at a private lab.'

Dave said, 'Roger, the problem is if you don't make the white powder, how do you know it's gold, because you have no machine that will confirm it's gold?' What I have to have is, 'You take gold and change it into white powder so you know it came from gold.' He said 'I see your point Dave, it is a problem isn't it?' He said, 'I'll tell you what, there are two guys who used to work here, I know them personally, I socialise with them, I go places at the weekend with them, I know them real well. I'll write to them, and tell them I want them to make this white powder for you. I know them well enough that, if they say it came from gold, I will accept it as coming from gold.'

So he sent Dave to Mike McNallon and Steve Daniluck over there at High Tech. They told Dave they would do the work for $20,000. They bought the yellow gold, and using his procedure made the white powder. And they acknowledged they didn't know where this stuff came from, because it doesn't analyse to be gold, it doesn't have the properties of gold, but it came out of gold.

So David provided the affidavit to the patent office, all signed sealed and notarised. Now it goes to the Department of Defence and they say, That's not enough, now we want to know how you take the white powder and change it back to the yellow metal, gold'. Dave said, 'You must understand this is a materials patent not a procedural patent for the white powder, I was patenting the white powder. I showed them how to make the white powder from a known material, I made an apple into apple sauce, now they wanted me to make the apple sauce into an apple.'

David told them, I can do it, but I don't think I want to tell you how to do it.' What it boiled down to was they wanted as much information as possible from him before they gave him the patent. If they got that piece of the puzzle they would know exactly how this phenomenon works. They would get this stuff and put it into lasers and learn how to energise those with OCR and help produce gamma radiation. And that's a weapon you don't want Gadaffi having, or Hussein, or the military. It will go through brick walls and lead; it will kill everybody in the building but not harm the building. It is a very dangerous material, and no one should mess with it.

So in 1993 David Hudson quit pursuing the patent. The attorney said, 'They never can grant a patent to anyone else that will ever apply for yours, because you applied for it and got turned down.' David said that was all he wanted anyway. So after the expenditure of $540,000 he stopped pursuing the patents. So anyone who is searching for his patents and not finding them that's the reason why, all you'll find is 'patent applied for'. David was financially strapped by then, as it was costing a hell of a lot to maintain the patents. He coupled this with the assurance that they could never issue another patent to anyone on his patent, and said, 'Drop it, don't let us pursue it anymore.'

In 1994 his uncle came to him with a book and said, 'This book talks about white powdered gold.' Dave said, 'Oh really I got a white powdered gold and nobody will allow me a patent on it.' His uncle said, 'Dave it's a book on alchemy,' Dave said, 'I'm really not interested in alchemy. I'm a dirt farmer trying to get credibility in physics and chemistry and you bring me a book on alchemy. I'm really not interested in alchemy. Alchemy is when the Church were involved, this is the occult, I'm not interested in that stuff.'

His uncle said, But Dave, it talks about a white powder gold, it even talks about gold glass.' Dave said, 'And they are right, it does look like gold glass, it looks clear, it just looks white to the naked eye. But if you heat it in a vacuum at 1,160 degrees it will fuse to a pure glass, it's very brittle, but it will grind back down to the white powder. But it is glass.' Dave was amazed to learn that it talked about this in the alchemy text. It also talked about it being the main container of the essence of life.

'Well, we once said that when we have the analytical method this stuff could be anywhere,' Dave continued. 'Like a stealth atom it could be in anything and no one would know it. So one of the first things we did was to go to Safeways and buy some cow and pigs brains and take them to the laboratories and put them in fuming sulphuric acid and carbonise them, and then oxidise away the carbon and do a metal sulphate analysis on the residue.

'And we found that over 5 per cent of the dry matter weight in the brain was made up of rhodium and iridium in the high spin state, and nobody knows it. Then we read this text that says it's the container of the essences of life. I thought, gosh is this possible that this is the same white powder that they are talking about? So I began to do medical studies with it. Now I've done physics, chemistry, super-conductivity, quantum mechanics, and now I'm into medicine.

'I went to a doctor and I told him the stories about it, and he began to administer the white powder to a dog. This dog was a golden retriever who had an abscess, valley fever and tick fever. No medicine they had could cure this animal, nothing would work.

They injected 1 milligram, 1 cc in the tumour on his side, 1 cc intravenously and after a week and a half everything has gone away, and the dog's feeling great. One milligram! That's nothing. That's so small you can barely see it. However, after a week it began to grow back. So they began to inject the dog again, but this time they kept it going for about two weeks and it never came back.'

Then, without telling Dave at the time, the doctor began to give it to an HIV patient. The HIV patient was literally so weak he could not eat or speak. He was on his deathbed being fed by IV every two days. The doctor injected 2 milligrams of the powder into his IV After a week and a half, he is getting dressed on his own, he's eating on his own, and he's thrown away the IV lines, and they have to inject directly into his arm. In a month and a half he's on a plane flying back home to Indiana to attend a family wedding and shaking hands with everybody. They don't even know he's HIV positive.

'You do not get spontaneous remission from HIV. With some cancers you may from time to time, but not with HIV. The doctor was very impressed. So impressed he went on to treat a man who had carposious sarcoma, they are cancers that travel all over your body on the skin. This fellow had 30 lesions over his body. So he injected him with 2 milligram a day and in a month and a half the lesions were totally gone. When the lesions were dry you could literally just rub them away. You may get a slight discolouration where they have been, but the lesions just go. That's with just 2 milligrams a day.'

Dave puts special emphasis on the fact that they were using white powder, made of rhodium and iridium and not gold. Because they discovered that was already in the body, they thought that's what they'd start with. 'Doctors have worked on patients with cancers, ALS, MD, MS, pancreatic cancers, and liver cancers. They have done some experimentation with brain cancers. And one of the things they find is, when the dead tissue of the cancer actually begins to turn to healthy tissue, the cancer appears to get larger, and that's the opening up of the cancer. If you have brain turn ours there is a size limitation, you don't necessarily want to use this material so you may want some other way of treating it initially.'

This remarkable material is now being evaluated by the alternative medicine division of the National Institute of Health in New York City and many other places throughout the United States. And data is being developed on the information discovered. So not only are we talking about a new form of patent, we're talking about a room temperature super conductor that super-conducts up to 800 degrees. The implications for many areas of science are immense.

Then to find out that it is a natural constituent of your body and that it literally flows the light of life around your body. People have actually confirmed that there is super conductivity in your body. The US Navy researchers have measured super-conductivity in your body. What they don't know is what is super-conducting, because it's like some stealth atom that they can't identify. And they're right, that's exactly what it is. It's a higher form of matter that they're not aware of.'

While most scientists today wouldn't know what David Hudson is talking about, some must see its possibilities. Through David's work we now have the ability to take the next step towards free energy. The problem I now see is that scientists themselves will not like the idea that a dirt farmer is able to tell them where they went wrong. And will not want to lose face by having to study work that has gone on outside the scientific fraternity. I hope in the near future to use David's material to heal a friend who has MS. The outcome of this I will make public knowledge so that others can try. I do not intend to let his findings slip away into oblivion.

Through the stress of his work on reaching a conclusion with the white powder, plus government trying to close a factory where he was just starting to try and make the material, David suffered a heart attack and has had a triple by-pass. His doctor and his family are advising him to take things easy, so it is going to be difficult for him to continue with his good work. Many people - myself included - have offered to help, and hopefully when he is better he will accept. Surely we can't get this close to the answer to all our dreams only to walk away.



By GainesvilleSun, Beppe Grillo, Xare420| 3 videos


 

ARTICLES 106-115

Brother Julian Rees famous illuminati and satanist with crew (10/26/2006)

W.Bro.Julian_Rees_and_crew.JPG

W.Bro.Julian Rees editor of Freemasonry Today (directed by Michael Baigent) is probably one of the most influential people in English Freemasonry at the present time, and unfortunately a dangerous agent of the Jesuits in constant contact with the American illuminati satanic network of the various OTO's and other illuminati organizations like for example the illuminati Accademy of Di Bernardo in Italy. Illustrius Brother Julian Reees speaks perfect German and as a past in the military intelligence field working at times for NATO during the cold war in West Germany. In addition to this Julian is a Past Master of Pilgrim Lodge 238 the only German speaking lodge in the English Constitution, and most important a notorious place for illuminati revolutionaries like A.Crowley's Master Bro.Theodor Reuss. Julian Rees was my Mentor in the English Constitution untill I started to rebell against the American illuminati in 2003 . In the photo above Julian Rees and crew (including two Crowleyte satanist in visit from the Grand Lodge of Uruguai).

Leo Lyon Zagami

 

INSIDE FELLINI'S SECRET ILLUMINATI SCHOOL - HIERARQUIA DE MYRIAM (10/26/2006)

HIERARQUIA DE MYRIAM

Pragmatica di Myriam

La presente Pragmatica fu creata dal Kremmerz per la sua Schola Hermetica e approvata nei suoi 60 commi nella convezione del 22 Dicembre 1909, in sostituzione dei precedenti 33 articoli dell’istruzione generale, approvati il 20 Marzo del 1896.

Tale Pragmatica costituiva il fascicolo A, il primo quaderno che la Miriam forniva a tutti i nuovi iscritti alla Schola.

Ritengo che il materiale e la documentazione interni alla Schola e le opere che il Kremmerz non dette alle stampe, debbano rimanere tali, non fosse altro che per il rispetto verso la volontà del Maestro. In seguito però alla pubblicazione della Pragmatica, insieme alla "Relazione ai Dodici Supremi Vecchi Maestri del Collegio Operante", alla "Circolare del 29 Giugno 1914" e al "Credo", su di un testo intitolato "Le carte storiche della Fratellanza di Myriam", a cura di Giammaria Gonnella, un allievo del Ricciardelli, edito dalla Kemi di Milano nel 1980, la Pragmatica non è più un documento riservato e mi sento quindi legittimato alla sua pubblicazione.
I 60 commi della Pragmatica descrivono l’organizzazione gerarchica della Schola, i suoi fini e i suoi mezzi, e sono quindi di fondamentale importanza per chiunque voglia comprendere meglio il messaggio del Maestro Kremmerz e la sua Schola.

CAPO I
Scopo, gradi e noviziato

1
Scopo di questa Scuola è:

1° Lo studio delle scienze che si occupano dei poteri non ancora ben conosciuti dell'organismo umano, animismo, attività mentale, chiaroveggenza, previsione, telepatia e tutti i fenomeni supernormali e spirituali.
2° L'invenzione sui documenti classici, opere, memorie, scienze alchimiche e magiche, religioni, riti, tradizioni popolari, mitologie delle verità occultate dagli antichi o per ostruzionismo religioso o per regola settaria.
3° L'affratellamento di tutti gli studiosi di buona volontà e l'allenamento alle pratiche per conquistare possibili attività dell'organismo mentale e psicofisico tali da spiegare col proprio controllo gli effetti e i fenomeni non comuni.
4° L'applicazione di queste forze alla medicina, alla terapeutica e alla psicurgia e taumaturgia.
2
Questa Scuola segue un doppio metodo di cultura: uno di letture, conferenze, pubblicazioni intese a dare un corredo di cognizioni di tutto ciò che è argomento di ermetismo e magia antica e psichismo moderno, l'altro di pratiche tradizionali per provocare la propria educazione ascensionale e dirigerne in senso utile ai dolori umani l'esplicazione.
3
Non essendo le cose, di cui la scuola fa materia di sua investigazione ed insegnamento, tali da paragonarsi alle scienze sperimentali fisiche e matematiche, adotta un metodo di insegnamento e di esplorazione tutto differente da quello adoperato finora dalle società di ricerche psichiche e sopranormali, sviluppa le attitudini occulte di ogni allievo ed esperimenta le correnti di volontà collettive per ottenere fenomeni benefici controllabili da tutti.
4
A questa scuola possono appartenere tutti gli uomini di buona volontà che si impegnano a seguirne gli insegnamenti pratici, a obbedire alle regole di ogni classe, a rispettarne l'organizzazione gerarchica e a rivolgere nell'unica applicazione delle forze psichiche alla cura delle infermità ogni manifestazione del proprio ascenso.
Sono pregati di non domandare l'iscrizione quelli che appartengono a società di studi psichici, teosofici, spiritisti o i praticanti fervidi di religioni o i facenti parte di sette mistiche.
La nostra scuola deve considerarsi dal punto di vista della sua organizzazione come una famiglia col diritto di primogenitura dei più avanzati e l'autorità patriarcale dei preposti alla sua direzione.
5
L'idea generale della Scuola è compresa in cinque circoli o classi.
Il primo (circolo esterno) comprende due sezioni: i novizi praticanti e gli anziani.
Il secondo (circolo interno) è formato dai discepoli propriamente detti integrali.
Il terzo (circolo interno) dai terapeuti.
Il quarto (circolo interno) dai maestri ermetisti.
Il quinto (direzione) dal Collegio degli Operanti.
6
Ogni iscritto è considerato come un numero, cioè una quantità concreta di forza, ed è l'unità minima di una catena di volontà.
Il Collegio Operante è l'unità più alta e si fa rappresentare da un delegato all'insegnamento generale e alla propaganda, il quale può avere nello archivio centrale uno, due o più segretari o dirigenti.
7
Per essere ammesso alla iscrizione bisogna farsi presentare da un iscritto quando non si sia conosciuto dal Delegato Generale, ed avere i requisiti di rettitudine che rendono rispettabile ogni uomo nella società in cui vive, la cultura anche elementare delle materie che formano lo scopo dei nostri studi e poi farne domanda con:
1° Nome, cognome, maternità e paternità, data e luogo di nascita.
2° Promessa di seguire le regole e le pratiche della scuola.
3° Dichiarazione di non appartenere a società come al secondo capoverso del n° 4° Impegno di tenere riservate le istruzioni pratiche e gli insegnamenti particolari che dalla direzione gli saranno concessi.
8
Accolta la domanda l'iscritto riceverà una pagella di ammissione contenete il numero determinativo che gli spetta, la sua serie o categoria di tendenza generale, e una cifra ideografica indicante lo sviluppo geniale cui deve aspirare, un quaderno di istruzioni particolari al grado e un rito o regola da seguire come novizio operante.
L'iscritto deve provvedersi di un camice di lana rosso con cappuccio e un cordone di seta, che rappresentano il tipo uniforme di ogni numero della catena psichica della scuola.
9
I1 novizio deve formare intorno a se un gruppo di dodici nuovi iscritti per ottenere l'anello di anziano, e dopo di aver mostrato di ben dirigerli potrà aspirare a diventare del circolo interno col grado di discepolo.
10
L'iscritto che si renda socialmente indegno della stima pubblica, o subisca condanne degradanti è radiato dai numeri componenti la nostra scuola; ma violando le regole subirà le punizioni disciplinari che il collegio dei dirigenti vedrà giuste.
11
Al novizio praticante saranno consigliati i libri da leggere o studiare o commentare. e saranno concessi aiuti in ragione della solerzia e degli studi che compie.
12
La Scuola non domanda il rimborso di nessuna spesa. Costituita intorno ad un ideale di Bene. tutti gli ascritti sono considerati come stretti da un patto affettuoso di famiglia. Chi può concorra alle spese generali, chi può meno paghi le sole spese di invio. i poveri non saranno in debito con nessun dovere di contribuzione.

CAPO II
Carattere generale della scuola

13
La Scuola nella forma esteriore non ha simbolo ma l'insieme delle volontà ed anime che compiono i riti in tutti i cinque circoli in una catena o comunione di idealità è conosciuta come Fratellanza Terapeuta, magica o ermetica, di Miriam e ogni iscritto è un fratello, a qualunque circolo o classe appartenga.
Le abbreviazioni sono indicate da una croce, così Fr+ Tm+ di Mir+.
14
Esteriormente i gruppi di iscritti che si riuniscono autorizzati dal Delegato Generale sotto la direzione di un anziano, in sede fissa, con programma speciale di studio, istituzioni di carità, devono presentarsi al pubblico sotto il nome di Accademia seguita da un appellativo speciale scelto dai fondatori e approvato dalla Delegazione Generale, così accademia Lulliana, Della Porta, Paracelsiana o semplicemente accademia scientifica, psichica, filoterapica etc.
15
Ogni gruppo di non meno di cinque iscritti può riunirsi in accademia, purché tra i componenti vi sia almeno un anziano o un discepolo e siano tutti di accordo per sostenere a proprio carico ogni spesa occorrente ad una sede particolare con modesta dignità.
16
Ogni Accademia deve avere tre offici elettivi, un Preside, un Archivario e un Censore. La nomina del Preside cade di spettanza su chi tra gli associati ha grado più avanzato, e tra quelli di pari grado per elezione, salvo l'accettazione della carica da parte dell'eletto o il veto della segretaria generale. L'Archivario fa officio di segretario e il Censore di cassiere ed economo.
17
I fondatori di ogni Accademia sono liberi di stabilire uno statuto o regolamento interno, determinare il modo o il tempo di elezione degli offici, le contribuzioni degli associati alle spese di mantenimento dell'Accademia, casa, illuminazione, suppellettili, spese di segreteria etc., le attribuzioni particolari di ogni ufficio, i giorni di riunioni particolari, obbligatorie o libere, la fondazione di sale di lettura, di dispensari medici quando tra i soci vi sia un medico legalmente esercente, e per fino di sale ospedaliere ove il numero dei soci o i fondi lo permettano.
18
E' obbligatoria in ogni accademia l'esistenza regolamentare di tre registri:
l° Uno pei verbali delle sedute di spettanza del segretario o Archivario.
2° Uno per le spese, gli incassi e le oblazioni di qualunque specie, e che sarà tenuto dal Censore.
3° Uno per certificati originali e documentati di tutte le guarigioni ottenute o propiziate e deve essere tenuto, custodito e redatto sotto la assoluta responsabilità morale del Preside.
19
Le regole pei lavori collettivi o conferenze o insegnamenti verranno comunicate volta per volta dalla direzione generale, la quale conserva assoluta autorità gerarchica come su tutti i soci, su tutte le accademie, e dove non creda regolari le gestioni, può incaricare d'ufficio un iscritto di altra sede perché ispezioni e riferisca per provvedere alle irregolarità.

Però in massima, quando non siano violate le disposizioni di studi, pratiche e lavori, la Delegazione Generale assicura la più ampia indipendenza alla vita ed espansione locale delle accademie che devono comparire innanzi al pubblico come istituzioni indipendenti e profane, ma escludere assolutamente la partecipazione ad esse di soci non iscritti alla scuola.
20
Quando una Accademia affidi ad uno dei soci, medico esercente legalmente, l'istituzione di una clinica gratuita pei poveri o ricchi che si presentino, il medico deve essere assistito da due fratelli per turno tra i soci e tutti devono indossare la vestaglia o camice rituale. Tutti i rimedi farmaceutici o del Laboratorio Ermetico devono essere dati gratuitamente, però le Accademie nella loro personalità collettiva possono accettare donazioni o oblazioni di qualunque specie.
21
Un novizio può indicare la sua qualità facendo precedere il suo nome da una croce;
l'anziano da tre croci; tutti del circolo interno da un punto circolare nero — , il segretario generale da due linee parallele tagliate da una perpendicolare, e il delegato generale dalla croce egiziana o da cinque punti o cinque croci.
22
Tutti i soci sparsi in una regione devono essere ascritti come corrispondenti all'Accademia più vicina stabilita e riconosciuta; devono accettare le condizioni fatte dall'Accademia ai soci corrispondenti, hanno il diritto di aver comunicate le relazioni più importanti e il dovere di assistere una volta almeno all'anno ad una riunione plenaria dell'Accademia di cui sono corrispondenti.
23
E' obbligatoria in ogni Accademia una festa annuale, con un pranzo rituale collettivo e una riunione plenaria nella sede sociale con conferenza del capo, il giorno del plenilunio della costellazione di leone. In tale circostanza possono partecipare alla festa persone estranee alla scuola, con regolare permesso dell'ufficio presidenziale.
24
L'Accademia che voglia erigersi ad ente morale secondo le leggi dello stato, deve presentarne domanda alla Delegazione del Collegio o Capitolo operante.
La chiusura di un anno accademico è fissata al 21 Marzo di ogni anno; in tale giorno si rinnovano o si confermano gli uffici elettivi.

CAPO III
I1 circolo interno - Il discepolo integrale

25
Ai due gradi accademici del circolo esterno (novizi praticanti e anziani) si dà il carattere di preparazione degli elementi numeri alla iscrizione nel circolo interno, dove veramente comincia la pratica integrale dei poteri umani e si seguono i metodi tradizionali della educazione magica, cioè del gruppo di conoscenze accertate o trasmesse nei libri e oralmente da chi ci ha preceduto, con adattamento esclusivo allo sviluppo dei poteri terapici.
Non si accede al circolo interno se non dopo esame dell'anziano come cultura generale e come condotta morale di vita sociale, e con iniziatura rituale che è data dal Delegato Generale o da suoi procuratori, e si conferisce o pubblicamente nelle accademie tra i già facenti parte del circolo interno, o in forma privata.
Per considerazioni speciali l'investitura del grado di Discepolo può essere conferita anche a chi non abbia formato intorno a se un nucleo di dodici iscritti, ma solo come eccezione e per servizi resi alla scuola.
26
Non diventa regolare l'investitura del Discepolo se non dal giorno in cui questi riceve la Pagina o il diploma dal Delegato Generale o dal suo Procuratore, e previa dichiarazione dell'investito di non appartenere a nessuna Scuola di psichismo, setta, società o circolo che si occupi di scienze delle religioni, di pratiche religiose, di riunioni mistiche e di forme massoniche con concetti iniziatici. Sarà dato con riserva l'elenco delle società del genere, alla cui iscrizione il discepolo può partecipare.
27
La domanda di iniziatura al circolo interno deve essere scritta e presentata il giorno precedente al plenilunio di ciascun mese al Segretario della Delegazione Generale, e le investiture concesse non possono esser compiute che tra il 3° giorno del novilunio e la vigilia del plenilunio seguente nelle ore di Mercurio propizie del calendario astrologico della scuola, e l'aspirante alla investitura deve presentarsi con almeno tre giorni di preparazione.
28
Il Discepolo riceverà gratuitamente dalla Delegazione Generale carte, diploma, pagina, comunicazioni, quaderni senza aver altro obbligo che di rimborsare le spese postali e nel caso sia decisa la pubblicazione di opere, stampe o bollettino della scuola, di acquistarne un esemplare che può essere gratuitamente concesso a chi non possa in alcun modo pagarne l'importo.
Si firmerà nei rapporti con la scuola facendo precedere il suo numero da un punto circolare nero.
29
Il Discepolo di primo grado deve formarsi un corredo di cognizioni proprie a spiegare a se stesso, e non ad altri, le pratiche che sono speciali al suo grado. La nostra regola non proibisce anzi facilita a tutti, promuovendo l'impianto di biblioteche nelle accademie, la lettura di libri di ogni genere attinenti alle scienze che studiano l'anima umana, e vuole che tutto venga appreso con criterio e discernimento positivi, ma impedisce assolutamente che si adoperi nelle relazioni scritte ed orali fra gli ascritti di qualunque grado, una logologia diversa da quella adoperata nei quaderni di iniziazione che saranno dati manoscritti o stampati nell'insegnamento delle classi.

In pari tempo è proibito di eseguire pratiche magnetiche o far parte di sedute spiritiche e sperimentali, o praticare riti che non siano direttamente autorizzati in via gerarchica.
30
Il Discepolo deve in modo concreto raggiungere la prova che egli è numero di una Scuola Unica, perché Uno è l'Ermete Universale e il Nume, e che la sua compagine consacrata in questo statuto fondamentale non può né deve essere scrollata con innovazioni di forme, solo perché a qualcuno non chiamato a questi studi o non comprendendone il nobile fine, non possa piacere la rigida istituzione gerarchica, fondata sul governo dei più evoluti, nelle anime magicamente oranti in catena per un fine comune.
31
Il Discepolo, oltre al completo adattamento esteriore alle leggi morali della società in cui vive, deve:
• rinunziare ad ogni vanità di eccellere in apparenza nella stima del volgo e non dimenticare che è un numero il cui valore è dato dal Nume e non dalla società umana;
• non imporre la propria fede, coscienza e opinione se non con l'esempio e l'esercizio delle virtù acquistate. L'intolleranza deve essere bandita da ogni cuore ed anche dinanzi all'errore di quelli che negano la Luce;
• non mancare alla promessa e non dimenticarla;
• non rifiutare mai il suo aiuto a colui che glielo chiede e ricordarsi che dove non può con la persona bastano le parole, e se non ha parole basta un pensiero e che se a lui un suo simile s'inchina è il Nume o l'Ermete che glielo manda, e contemporaneamente gli dona il potere di aiutarlo, consolarlo o sanarlo;
• non sognare in vana fantasia che egli possa sanare tutte le infelicità umane, poiché l'umanità è fatta di uomini simili a lui in apparenza, a lui eguali in elementi virtuali, ma differenti da lui e tra loro stessi per grado di sviluppo e di virtù in atto, dalla quale cosa emergono i mali sociali, per sanare i quali egli non ha missione universale se non quando diventerà l'incarnazione di un nume.
32
Il Discepolo deve compiere verso la sua donna compagna, se non ha scelto a tempo la via del celibato, missione di padre prima che di sposo, e considerarla come simbolo della donna nella umanità universale, fonte di tutto ciò che è nobile e bello, se in lei, matrice della società maschia, egli semina nobiltà e bellezza; guidarla, amarla, perdonarle generosamente ogni errore dovuto alla sensibilità del suo organismo, poiché Ermete predilige il profumo delle anime sensitive; sostenerla nelle sue debolezze, perché di lui più debole e soggetta al governo della luna; non offenderla, non disprezzarla, non imprimere sul suo animo le stimmate dello spavento; e pensare che quello che egli fa sulla donna si riproduce nelle generazioni nelle quali egli deve vivere fino alla fine dei secoli.
33
Il Discepolo verso i figli deve esercitare non solo ogni cura che impone l’affetto e la società umana, ma ogni vigilanza perché prima di una maturità intellettuale riconosciuta, non siano avvinti a società religiose.
Ai figli deve insegnare con l'esempio continuo che ogni atto della vita ha origine dalle nostre azioni, dalle nostre parole, dai nostri pensieri;
che il dolore nella carne e nello spirito umano è come l'ombra e l’oscurità in un oceano di luce;
che la morte non deve far paura, perché la vita è nel rinnovarsi perpetuo delle forme;

che qui siamo sempre gli stessi e raccogliamo, soffrendo o godendo, quello che abbiamo seminato e seminiamo;
che gli dei si manifestano in noi e per mezzo nostro e che l'Unico grande Dio dell'Universo è la Legge per la quale l'Universo è.
34
Il Discepolo, oltre le cose che potranno essergli comunicate oralmente, ha l'obbligo di copiare di suo pugno, nel tempo assegnato, i quaderni necessari alla sua istruzione, né comunicarli neanche a condiscepoli, né farne oggetto di discussioni pubbliche. Deve eseguire con solerzia le pratiche assegnate a lui dal suo procuratore o maestro e compiere ogni sua azione con solerzia e puntualità, avere un giornale intimo dei progressi fatti e dei fenomeni ottenuti, e riferirne in iscritto se richiesto dal Capo della Scuola o dalla Segreteria centrale.
35
Il Discepolo può aspirare al grado di terapeuta dopo almeno un anno di grado, e appena in lui si presenta la certezza di poter compiere guarigioni nella corrente della catena della Fratellanza; a tal punto deve informare con rapporti quindicinali la segreteria del Delegato Generale di ogni cosa ottenuta e provata e tali rapporti saranno acclusi alla sua storia nella scuola e protocollati.
36
Quando la domanda del discepolo è presa in considerazione, il capo del Circolo o il Delegato Generale, gli assegna per controllo due condiscepoli e, risultato esatto alla prova, passa al circolo dei terapeuti.

CAPO IV
Circolo interno: i terapeuti e maestri ermetici

37
I1 grado di terapeuta è conferito con anello d'oro massiccio di forma rituale. Deve esser acquistato o fatto costruire da chi è insignito del grado e consegnato alla Segreteria Generale perché siano incisi i caratteri talismanici, poi gli sarà riconsegnato con un breve rito da un Procuratore o dal Delegato Generale.
38
Assieme all'anello di grado, verrà data scritta od oralmente l'istruzione per adoperarlo efficacemente.
E' proibito al terapeuta di fare dell'anello di grado segno appariscente e ordinario di decorazione personale, e lo conserverà con le disposizioni che gli saranno comunicate alla consegna.
39
I1 terapeuta nella scuola comincia ad esercitare officio di istruttore o di docente e gli possono essere affidati più novizi che egli deve curare e far progredire, e non può rifiutarsi a tale ministero, perché per lui questo insegnamento è una prova.
40
Il terapeuta deve esercitare praticamente tutti i poteri animici e psichici acquistati, consolidare la sua cultura, e tentare la manifestazione diretta del Kons o Dioscuro e vederne la faccia o sentirne la parola e avere la chiave delle tre forme del serpente del male.
41
Il terapeuta passerà alla conoscenza dell'Unica Sorgente da cui emanano i poteri guaritivi dei dolori della carne e dello spirito umani, e delle tre forme di emanazione dei poteri curativi e miracolosi: la preghiera. la incantazione e lo scongiuro o carme.
42
Il terapeuta acquisterà conoscenza della Rosa nella corrente delle anime, per intendere i principi della terapeutica ermetica adattabile alla elaborazione dei medicamenti e su che riposa la fallacia di tutte le scuole mediche profane rispetto alla terapia magica; imparerà l'applicazione del magnetismo animale fuori l'empirismo delle scuole note; e conoscerà senza parlare i centri emanatori di vita e di morte; intuirà la possibilità di una terapia assoluta senza medicinali, nella psicurgia e taumaturgia.
43
Al terapeuta saranno impartite solo comunicazione orali a periodi fissi e passerà senz'altro nella categoria dei Maestri Isiaci o di Miriam appena avrà intravisto la conoscenza dell'arcano simbolizzato nella tradizionale clavicola salomonica ed il suo uso.
44
L'investitura dei maestri è data con la stola nera dei necrofori sacerdoti isiaci e la stola bianca e oro dei celebranti; essi si daranno esclusivamente allo studio alchimico per la ricerca del secondo arcano conosciuto tradizionalmente coi nomi di Elixir di Lunga Vita, Medicina Ermetica, Polvere di proiezione, Trasmutatore alchimico e altri caduti in dispregio per non avervi gli studiosi profani voluto vedere l'artificio di nascondimento di poteri ignoti, per analogia e non per similitudine.
45
I maestri saranno chiamati a perpetuare la scuola, a formare i laboratori ermetici, ed essere in missione di propaganda e ad eleggere tra essi un capo, che sostituirà l'attuale Delegato Generale preposto ora alla scuola ed entrerà direttamente in contatto coi dodici vecchi maestri del Collegio Operante.
46
Ai Maestri è confidato il mandato di mantener salda la campagine della Scuola e assi curarne la continuità; a prendere iniziative per la sua sistemazione avvenire come ordine laico di vera scienza delle anime adattata ad un fine di utilità umana; a renderla strumento di progresso scientifico e fonte di luce su ogni tirannia tenebrosa dell'ignoranza sacerdotale delle vecchie religioni monopolizzate con intendimenti oppressori degli spiriti e della scienza.
47
Il Delegato Generale è il più giovane dei maestri scelto dai dodici vecchi formanti il Collegio o Capitolo Operante. Apparisce come fondatore di questa Scuola, ma deve essere considerato come uno strumento della Mente del consesso da cui è scelto.
Il Delegato Generale manterrà coi mezzi consentitigli dal suo ufficio la disciplina e la osservanza delle regole e non verrà meno al suo mandato.

Gli ascritti che violano i regolamenti o dimenticano le promesse o che in modo qualunque si rendano indegni della scuola saranno puniti con l'interdizione negligente o la punitiva.
L'una e l'altra importano la sospensione dei poteri acquistati, temporaneamente o definitivamente o con l'aggravante di altri provvedimenti di ordine morale.
48
I1 Delegato Generale può lasciare il suo ufficio per ordine del Collegio o Capitolo Operante, suo giudice diretto e suo mandante.
Può, autorizzato, farsi sostituire temporaneamente o delegare a sua volta un rappresentante diretto per una regione o stato, può conservarsi anonimo o manifestarsi apertamente.
In caso di morte, dal circolo dei maestri sarà eletta una terna su cui cadrà la scelta del Collegio Operante, secondo speciale regola che il circolo dei maestri conoscerà a suo tempo.

CAPO V
Disposizioni complementari

La Scuola Ermetica deve essere considerata da ogni ascritto come un Ente Benefico, alle cui simboliche fonti ogni ascritto deve sapienza e grazia e la Fratellanza una immensa corrente di bene e di Luce.
La personalità collettiva e grandiosa di questa Fratellanza Ideale, famiglia di perfettibili senza altra pretesa che di progredire e spandere dovunque e comunque l'esempio di una grande opera civile che si manifesta con un insegnamento progressivo a tutti gli uomini di buona volontà, non deve essere menomata posposta o impersonata da un nome o da alcuni nomi, anche che questo uno o questi più ripetano i miracoli taumaturgici dei grandi iniziati di tutti i tempi e di tutte le razze.

Ogni adepto di questa scuola quindi non può emergere ne lo deve a detrimento della personalità collettiva della Scuola e della Fratellanza, anche che il Nume lo renda degno di reverenza e fama. Non per principio di falsa umiltà comune a diverse sette, ma perché ognuno di noi deve considerarsi un numero, che tanto esplica le sue funzioni virtuose nella realtà della vita per quanto il proprio valore è originato, aumentato e intensificato dalla grande corrente psichica di una catena di volontà che può diventare immensa, pur passando ignorata dalla folla.
50
Onde non si stabiliscano viziose abitudini fino dal suo inizio funzionale, si vieta di attribuire al nome del Delegato Generale ogni successo che stia per ottenere riconoscimento di un pubblico più o meno ristretto, e si fa ordine esplicito di riferire e addebitare ogni cosa riuscita alla Scuola Ermetica o Fratellanza di Miriam.
51
La Scuola conserva i suoi insegnamenti secreti, non perché sia o aspiri a diventare una setta, ma per l'indole stessa dei metodi e procedimenti di educazione psichica degli iscritti. Se oggi questi metodi paiono non scientifici ai volghi e rifuggenti la luce della pubblicità, appena le scienze psichiche studiate da singoli cultori delle università europee saranno per poco avanzate, si troverà opportuno che una scuola della nostra indole non possa servirsi di altri metodi. Poiché gli insegnamenti e le pratiche variano spesso non solo da gruppi a gruppi, ma da uomo a uomo, per differenza di preparazione, di carattere, di tendenze, di costituzione di ogni allievo.
52
La Scuola Ermetica nata integrativa pei poteri dell'organismo fisico e psichico dell'uomo, tendente ad acquistare qualità supernormali, non è una Fratellanza mistica nel senso ovvio della parola, perché non fa procedere dall'Ignoto il Grande Ignoto padre di ogni religione volgare per grazia la concessione delle qualità superiori alle medie della umanità contemporanea, ma allena le potestà virtuali dell'organismo vivente e vitale alla produzione di effetti vari o non comuni, materia di miracoli attribuiti agli Dei sacerdotali e se i suoi discepoli arrivano alla conoscenza di vere entità (eoni) individue fuori la sensibilità umana, lo devono non all’avvicinamento fortuito o impreciso e eccezionale di quelle a noi, ma per lo studio di leggi conosciute da certi sacerdozii speciali per le quali, se queste entità esistono, si devono rendere sensibili e intelligenti a noi.
53
La Scuola Ermetica Fr+ Tm+ di Miriam proibisce ad ogni ascritto di qualunque grado, di tentare realizzazioni fuori l'unico intento di curare o sanare infermi: quindi saranno disciplinarmente puniti coloro che si occupano di ricerche a scopi diversi, o cercano di abusare della libertà dell'intelligenza dei meno evoluti, o prevaricano per adattare le doti acquisite a procurarsi ricchezze o vincere in competizioni commerciali, o sopraffare in modo qualunque i disarmati alla lotta. Anzi si fa obbligo a tutti di denunziare qualsiasi persona fuori gruppo che, esercitata nelle pratiche di alcuni segreti psichici, tenda a violare la incolumità delle persone e delle famiglie.
54
Si fa obbligo a tutti gli ascritti di non modellarsi su alcune scuole di empirismo medico che denigrano tutti gli studi moderni e le investigazioni dei pazienti scienziati glorie con temporanee, col pretesto che, non essendo credenti nelle leggi dello spirito, non sono giovevoli alla società umana come dovrebbero.
Essi ascritti devono invece considerare che la Scienza Umana è il risultato dei contributi di tutte le intelligenze, e il secolo passato e questo che comincia hanno contribuito ad essa in copia maggiore dei diciotto secoli di ignoranza precedente in cui l'Occidente diventò mancipio della tirannia spirituale esercitata dal fanatismo cristiano cattolico sugli sperimentatori liberi asserviti al pregiudizio di un sacerdozio indotto nelle cose che sono oggetto di osservazione e sperimentalismo.
Essi ascritti, più che vedersi in conflitto con un medico che cura un infermo devono comprendere che l'opera del medico non manca di intenzione benefica accoppiata ad una osservazione sperimentale chiara, imperfetta solo nel rendere il rimedio virtuoso; essi quindi comprenderanno ancora che se a donare questa virtù concorrono coi mezzi psichici che sono loro a disposizione, faranno bene egualmente a chi si ha il dovere di soccorrere.
55
A tutti gli ascritti si richiede la libertà assoluta da ogni impegno precedente o contemporaneo all'affiliazione nella Scuola Ermetica, ma s'intende per ogni qualsiasi società religiosa, mistica, iniziatica.
La nostra Fratellanza è e sarà come è stata nei secoli, non ha pretesa di apostolato unico, ma vuole raccolti e raggruppati, col vincolo dell'Ideale santo della Scienza e della Verità, pochi ma saldi elementi che ne assicurino l'esplicazione e la realizzazione fuori ogni lotta politica, sociale e religiosa, poiché la Scienza deve essere considerata di là dai confini delle nazioni e delle razze, e patrimonio della Umanità intera.
56
In base al concetto fondamentale formulato nel paragrafo precedente, la Fratellanza si intende esclusa da ogni preconcetto che determina le lotte di opinioni nella politica e si afferma come strumento solo di scienza libera dai vincoli della superstizione ignorante, monopolizzata da questa o quella forma religiosa, e generante l'idra ostacolante il libero sviluppo dell'anima umana alla conquista del suo diritto all'ascenso: esempio di tolleranza per ogni opinione, si circoscrive nel risultato delle proprie esperienze.
57
La Fratellanza Ermetica come nella sua entità collettiva esclude ogni servitù di spirito, e prescinde dalle divisioni occasionali delle società umane, così tende a formare di ogni suo numero un uomo integrale, cioè un individuo completo nella famiglia umana, prototipi di cittadini della Città Civile Umana, dominatori delle passioni bestiali, correttori della asprezza nei conflitti delle idee umane, pionieri di quella Pace tra i Popoli che deve preparare il simbolico avvento di un giorno di giustizia e di paradiso senza limiti di ore.
Quindi il simbolo della Matriarchia di Miriam valga ad essere interprete di un programma di Amore, in cui la formula matematica arida ed inesorabile della filosofia maschia si umanizza nella sensibile dell'ideale di affetto della madre, della bellezza nella forma e della delicatezza nell'essenza muliebre.
58
Scuola e Fratellanza si presentano al candidato senza la pompa della dovizia esteriore, poiché di mezzi e pecunia umani esse son povere, il loro tesoro è una Idea, alla quale tutti i fratelli devono concorrere perché diventi una realtà e spanda il bene comunque e dovunque, nelle anime e nella carne umana. Ricchi o poveri, gli aspiranti di buona volontà e di retto sentire sono accolti nello abbraccio fraterno. La pecunia non mancherà, perché i Numi provvidenti suppliranno alla povertà del contributo umano, ma il tesoro della scienza deve essere alimentato e consolidato col tributo di tutte le forze intelligenti chiamate a raccolta.
59
Il segno esteriore di riconoscimento e affermazione della Scuola, come la croce pel cristianesimo, è la destra mano aperta in alto, con le dita separate. E' il riconoscimento dei cinque elementi costitutivi dell'uomo integralizzato, e il segno della costituzione quinaria della scuola e della liberalità in alto, nel mezzo e nel basso.
60
Questo programma non deve restare infruttuoso tra i libri documentali delle poesie e dei sogni. Si affida alle anime buone, come il seme alla terra fertile, perché generi un albero robusto dal fogliame spesso, che offra ricovero contro le tempeste della vita agli umani che, perduta la fede, ricercano la verità nell'Amore che é la Scienza della Luce.
I. M. Kremm - Erz

 

SIAMO TUTTI IN PERICOLO- ORDER OF THE ROMAN EAGLE ARRIVING (10/26/2006)

aquilaincornice.jpg

In the photo the symbol of the Order of the Roman Eagle of Romano Mussolini who carried out the assasination of Pier Paolo Pasolini for the P2 masonic Lodge.

Still nowdays the Order is in the hands of dangerous Zionist like Freemason Massimo Palazzi and P2/GLADIO agents like Brother Roberto Amato a Grand Master of italian freemasonry.These known satanist are working directely under the wings of USA/ISRAEL intelligence, constantely serving their American illuminati Masters like slaves for a further degree of supposed knowledge in their diabolical system.

Siamo tutti in pericolo", di Furio Colombo, l'Unità 9 maggio

[Si tratta del testo integrale dell'intervista di Furio Colombo a
Pier Paolo Pasolini pubblicato sull'inserto "Tuttolibri" del
quotidiano "La Stampa" l'8 novembre del 1975, ripubblicato
dall'Unità del 9 maggio 2005 quasi del tutto integralmente ]

Questa intervista ha avuto luogo sabato 1° novembre, fra le 4 e le 6
del pomeriggio, poche ore prima che Pasolini venisse assassinato.
Voglio precisare che il titolo dell'incontro che appare in questa
pagina è suo, non mio. Infatti alla fine della conversazione che
spesso, come in passato, ci ha trovati con persuasioni e punti di
vista diversi, gli ho chiesto se voleva dare un titolo alla sua
intervista.
Ci ha pensato un po', ha detto che non aveva importanza, ha cambiato
discorso, poi qualcosa ci ha riportati sull'argomento di fondo che
appare continuamente nelle risposte che seguono. «Ecco il seme, il
senso di tutto - ha detto - Tu non sai neanche chi adesso sta
pensando di ucciderti. Metti questo titolo, se vuoi: "Perché siamo
tutti in pericolo"».

Pasolini, tu hai dato nei tuoi articoli e nei tuoi scritti, molte
versioni di ciò che detesti. Hai aperto una lotta, da solo, contro
tante cose, istituzioni, persuasioni, persone, poteri. Per rendere
meno complicato il discorso io dirò «la situazione», e tu sai che
intendo parlare della scena contro cui, in generale ti batti. Ora ti
faccio questa obiezione. La «situazione» con tutti i mali che tu
dici, contiene tutto ciò che ti consente di essere Pasolini. Voglio
dire: tuo è il merito e il talento. Ma gli strumenti? Gli strumenti
sono della «situazione». Editoria, cinema, organizzazione, persino
gli oggetti. Mettiamo che il tuo sia un pensiero magico. Fai un
gesto e tutto scompare. Tutto ciò che detesti. E tu? Tu non
resteresti solo e senza mezzi? Intendo mezzi espressivi, intendo...
Sì, ho capito. Ma io non solo lo tento, quel pensiero magico, ma ci
credo. Non in senso medianico. Ma perché so che battendo sempre
sullo stesso chiodo può persino crollare una casa. In piccolo un
buon esempio ce lo danno i radicali, quattro gatti che arrivano a
smuovere la coscienza di un Paese (e tu sai che non sono sempre
d'accordo con loro, ma proprio adesso sto per partire, per andare al
loro congresso). In grande l'esempio ce lo dà la storia. Il rifiuto
è sempre stato un gesto essenziale. I santi, gli eremiti, ma anche
gli intellettuali. I pochi che hanno fatto la storia sono quelli che
hanno detto di no, mica i cortigiani e gli assistenti dei cardinali.
Il rifiuto per funzionare deve essere grande, non piccolo, totale,
non su questo o quel punto, «assurdo» non di buon senso. Eichmann,
caro mio, aveva una quantità di buon senso. Che cosa gli è mancato?
Gli è mancato di dire no su, in cima, al principio, quando quel che
faceva era solo ordinaria amministrazione, burocrazia. Magari avrà
anche detto agli amici, a me quell'Himmler non mi piace mica tanto.
Avrà mormorato, come si mormora nelle case editrici, nei giornali,
nel sottogoverno e alla televisione. Oppure si sarà anche ribellato
perché questo o quel treno si fermava, una volta al giorno per i
bisogni e il pane e acqua dei deportati quando sarebbero state più
funzionali o più economiche due fermate. Ma non ha mai inceppato la
macchina. Allora i discorsi sono tre. Qual è, come tu dici, «la
situazione», e perché si dovrebbe fermarla o distruggerla. E in che
modo.
Ecco, descrivi allora la «situazione». Tu sai benissimo che i tuoi
interventi e il tuo linguaggio hanno un po' l'effetto del sole che
attraversa la polvere. È un'immagine bella ma si può anche vedere (o
capire) poco.
Grazie per l'immagine del sole, ma io pretendo molto di meno.
Pretendo che tu ti guardi intorno e ti accorga della tragedia. Qual
è la tragedia? La tragedia è che non ci sono più esseri umani, ci
sono strane macchine che sbattono l'una contro l'altra. E noi, gli
intellettuali, prendiamo l'orario ferroviario dell'anno scorso, o di
dieci anni prima e poi diciamo: ma strano, ma questi due treni non
passano di li, e come mai sono andati a fracassarsi in quel modo? O
il macchinista è impazzito o è un criminale isolato o c'è un
complotto. Soprattutto il complotto ci fa delirare. Ci libera da
tutto il peso di confrontarci da soli con la verità. Che bello se
mentre siamo qui a parlare qualcuno in cantina sta facendo i piani
per farci fuori. E facile, è semplice, è la resistenza. Noi
perderemo alcuni compagni e poi ci organizzeremo e faremo fuori
loro, o un po' per uno, ti pare? Eh lo so che quando trasmettono in
televisione Parigi brucia tutti sono lì con le lacrime agli occhi e
una voglia matta che la storia si ripeta, bella, pulita (un frutto
del tempo è che «lava» le cose, come la facciata delle case).
Semplice, io di qua, tu di là. Non scherziamo sul sangue, il dolore,
la fatica che anche allora la gente ha pagato per «scegliere».
Quando stai con la faccia schiacciata contro quell'ora, quel minuto
della storia, scegliere è sempre una tragedia. Però, ammettiamolo,
era più semplice. Il fascista di Salò, il nazista delle SS, l'uomo
normale, con l'aiuto del coraggio e della coscienza, riesce a
respingerlo, anche dalla sua vita interiore (dove la rivoluzione
sempre comincia). Ma adesso no. Uno ti viene incontro vestito da
amico, è gentile, garbato, e «collabora» (mettiamo alla televisione)
sia per campare sia perché non è mica un delitto. L'altro - o gli
altri, i gruppi - ti vengono incontro o addosso - con i loro ricatti
ideologici, con le loro ammonizioni, le loro prediche, i loro
anatemi e tu senti che sono anche minacce. Sfilano con bandiere e
con slogan, ma che cosa li separa dal «potere»?
Che cos'è il potere, secondo te, dove è, dove sta, come lo stani?
Il potere è un sistema di educazione che ci divide in soggiogati e
soggiogatori. Ma attento. Uno stesso sistema educativo che ci forma
tutti, dalle cosiddette classi dirigenti, giù fino ai poveri. Ecco
perché tutti vogliono le stesse cose e si comportano nello stesso
modo. Se ho tra le mani un consiglio di amministrazione o una
manovra di Borsa uso quella. Altrimenti una spranga. E quando uso
una spranga faccio la mia violenza per ottenere ciò che voglio.
Perché lo voglio? Perché mi hanno detto che è una virtù volerlo. Io
esercito il mio diritto-virtù. Sono assassino e sono buono.
Ti hanno accusato di non distinguere politicamente e
ideologicamente, di avere perso il segno della differenza profonda
che deve pur esserci fra fascisti e non fascisti, per esempio fra i
giovani.

Per questo ti parlavo dell'orario ferroviario dell'anno prima. Hai
mai visto quelle marionette che fanno tanto ridere i bambini perché
hanno il corpo voltato da una parte e la testa dalla parte opposta?
Mi pare che Totò riuscisse in un trucco del genere. Ecco io vedo
così la bella truppa di intellettuali, sociologi, esperti e
giornalisti delle intenzioni più nobili, le cose succedono qui e la
testa guarda di là. Non dico che non c'è il fascismo. Dico: smettete
di parlarmi del mare mentre siamo in montagna. Questo è un paesaggio
diverso. Qui c'è la voglia di uccidere. E questa voglia ci lega come
fratelli sinistri di un fallimento sinistro di un intero sistema
sociale. Piacerebbe anche a me se tutto si risolvesse nell'isolare
la pecora nera. Le vedo anch'io le pecore nere. Ne vedo tante. Le
vedo tutte. Ecco il guaio, ho già detto a Moravia: con la vita che
faccio io pago un prezzo... È come uno che scende all'inferno. Ma
quando torno - se torno - ho visto altre cose, più cose. Non dico
che dovete credermi. Dico che dovete sempre cambiare discorso per
non affrontare la verità.
E qual è la verità?
Mi dispiace avere usato questa parola. Volevo dire «evidenza».
Fammi rimettere le cose in ordine. Prima tragedia: una educazione
comune, obbligatoria e sbagliata che ci spinge tutti dentro l'arena
dell'avere tutto a tutti i costi. In questa arena siamo spinti come
una strana e cupa armata in cui qualcuno ha i cannoni e qualcuno ha
le spranghe. Allora una prima divisione, classica, è «stare con i
deboli». Ma io dico che, in un certo senso tutti sono i deboli,
perché tutti sono vittime. E tutti sono i colpevoli, perché tutti
sono pronti al gioco del massacro. Pur di avere. L'educazione
ricevuta è stata: avere, possedere, distruggere.
Allora fammi tornare alla domanda iniziale. Tu, magicamente abolisci
tutto. Ma tu vivi di libri, e hai bisogno di intelligenze che
leggono. Dunque, consumatori educati del prodotto intellettuale. Tu
fai del cinema e hai bisogno non solo di grandi platee disponibili
(infatti hai in genere molto successo popolare, cioè sei «consumato»
avidamente dal tuo pubblico) ma anche di una grande macchina
tecnica, organizzativa, industriale, che sta in mezzo. Se togli
tutto questo, con una specie di magico monachesimo di tipo paleo-
cattolico e neo-cinese, che cosa ti resta?
A me resta tutto, cioè me stesso, essere vivo, essere al mondo,
vedere, lavorare, capire. Ci sono cento modi di raccontare le
storie, di ascoltare le lingue, di riprodurre i dialetti, di fare il
teatro dei burattini. Agli altri resta molto di più. Possono tenermi
testa, colti come me o ignoranti come me. Il mondo diventa grande,
tutto diventa nostro e non dobbiamo usare né la Borsa, né il
consiglio di amministrazione, né la spranga, per depredarci. Vedi,
nel mondo che molti di noi sognavano (ripeto: leggere l'orario
ferroviario dell'anno prima, ma in questo caso diciamo pure di tanti
anni prima) c'era il padrone turpe con il cilindro e i dollari che
gli colavano dalle tasche e la vedova emaciata che chiedeva
giustizia con i suoi pargoli. Il bel mondo di Brecht, insomma.
Come dire che hai nostalgia di quel mondo.
No! Ho nostalgia della gente povera e vera che si batteva per
abbattere quel padrone senza diventare quel padrone. Poiché erano
esclusi da tutto nessuno li aveva colonizzati. Io ho paura di questi
negri in rivolta, uguali al padrone, altrettanti predoni, che
vogliono tutto a qualunque costo. Questa cupa ostinazione alla
violenza totale non lascia più vedere «di che segno sei». Chiunque
sia portato in fin di vita all'ospedale ha più interesse - se ha
ancora un soffio di vita - in quel che gli diranno i dottori sulla
sua possibilità di vivere che in quel che gli diranno i poliziotti
sulla meccanica del delitto. Bada bene che io non faccio né un
processo alle intenzioni né mi interessa ormai la catena causa
effetto, prima loro, prima lui, o chi è il capo-colpevole. Mi sembra
che abbiamo definito quella che tu chiami la «situazione». È come
quando in una città piove e si sono ingorgati i tombini. l'acqua
sale, è un'acqua innocente, acqua piovana, non ha né la furia del
mare né la cattiveria delle correnti di un fiume. Però, per una
ragione qualsiasi non scende ma sale. È la stessa acqua piovana di
tante poesiole infantili e delle musichette del «cantando sotto la
pioggia». Ma sale e ti annega. Se siamo a questo punto io dico: non
perdiamo tutto il tempo a mettere una etichetta qui e una là.
Vediamo dove si sgorga questa maledetta vasca, prima che restiamo
tutti annegati.
E tu, per questo, vorresti tutti pastorelli senza scuola
dell'obbligo, ignoranti e felici.
Detta così sarebbe una stupidaggine. Ma la cosiddetta scuola
dell'obbligo fabbrica per forza gladiatori disperati. La massa si fa
più grande, come la disperazione, come la rabbia. Mettiamo che io
abbia lanciato una boutade (eppure non credo) Ditemi voi una altra
cosa. S'intende che rimpiango la rivoluzione pura e diretta della
gente oppressa che ha il solo scopo di farsi libera e padrona di se
stessa. S'intende che mi immagino che possa ancora venire un momento
così nella storia italiana e in quella del mondo. Il meglio di
quello che penso potrà anche ispirarmi una delle mie prossime
poesie. Ma non quello che so e quello che vedo. Voglio dire fuori
dai denti: io scendo all'inferno e so cose che non disturbano la
pace di altri. Ma state attenti. L'inferno sta salendo da voi. È
vero che sogna la sua uniforme e la sua giustificazione (qualche
volta). Ma è anche vero che la sua voglia, il suo bisogno di dare la
sprangata, di aggredire, di uccidere, è forte ed è generale. Non
resterà per tanto tempo l'esperienza privata e rischiosa di chi ha,
come dire, toccato «la vita violenta». Non vi illudete. E voi siete,
con la scuola, la televisione, la pacatezza dei vostri giornali, voi
siete i grandi conservatori di questo ordine orrendo basato
sull'idea di possedere e sull'idea di distruggere. Beati voi che
siete tutti contenti quando potete mettere su un delitto la sua
bella etichetta. A me questa sembra un'altra, delle tante operazioni
della cultura di massa. Non potendo impedire che accadano certe
cose, si trova pace fabbricando scaffali.
Ma abolire deve per forza dire creare, se non sei un distruttore
anche tu. I libri per esempio, che fine fanno? Non voglio fare la
parte di chi si angoscia più per la cultura che per la gente. Ma
questa gente salvata, nella tua visione di un mondo diverso, non può
essere più primitiva (questa è un'accusa frequente che ti viene
rivolta) e se non vogliamo usare la repressione «più avanzata»...
Che mi fa rabbrividire.
Se non vogliamo usare frasi fatte, una indicazione ci deve pur
essere. Per esempio, nella fantascienza, come nel nazismo, si
bruciano sempre i libri come gesto iniziale di sterminio. Chiuse le
scuole, chiusa la televisione, come animi il tuo presepio?
Credo di essermi già spiegato con Moravia. Chiudere, nel mio
linguaggio, vuol dire cambiare. Cambiare però in modo tanto drastico
e disperato quanto drastica e disperata è la situazione. Quello che
impedisce un vero dibattito con Moravia ma soprattutto con Firpo,
per esempio, è che sembriamo persone che non vedono la stessa scena,
che non conoscono la stessa gente, che non ascoltavano le stesse
voci. Per voi una cosa accade quando è cronaca, bella, fatta,
impaginata, tagliata e intitolata. Ma cosa c'è sotto? Qui manca il
chirurgo che ha il coraggio di esaminare il tessuto e di dire:
signori, questo è cancro, non è un fatterello benigno. Cos'è il
cancro? È una cosa che cambia tutte le cellule, che le fa crescere
tutte in modo pazzesco, fuori da qualsiasi logica precedente. È un
nostalgico il malato che sogna la salute che aveva prima, anche se
prima era uno stupido e un disgraziato? Prima del cancro, dico. Ecco
prima di tutto bisognerà fare non solo quale sforzo per avere la
stessa immagine. Io ascolto i politici con le loro formulette, tutti
i politici e divento pazzo. Non sanno di che Paese stanno parlando,
sono lontani come la Luna. E i letterati. E i sociologi. E gli
esperti di tutti i generi.
Perché pensi che per te certe cose siano talmente più chiare?
Non vorrei parlare più di me, forse ho detto fin troppo. Lo sanno
tutti che io le mie esperienze le pago di persona. Ma ci sono anche
i miei libri e i miei film. Forse sono io che sbaglio. Ma io
continuo a dire che siamo tutti in pericolo.
Pasolini, se tu vedi la vita così - non so se accetti questa
domanda - come pensi di evitare il pericolo e il rischio?
È diventato tardi, Pasolini non ha acceso la luce e diventa
difficile prendere appunti. Rivediamo insieme i miei. Poi lui mi
chiede di lasciargli le domande.
«Ci sono punti che mi sembrano un po' troppo assoluti. Fammi
pensare, fammeli rivedere. E poi dammi il tempo di trovare una
conclusione. Ho una cosa in mente per rispondere alla tua domanda.
Per me è più facile scrivere che parlare. Ti lascio le note che
aggiungo per domani mattina».
È diventato tardi, Pasolini non ha acceso la luce e diventa
difficile prendere appunti. Rivediamo insieme i miei. Poi lui mi
chiede di lasciargli le domande. «Ci sono punti che mi sembrano un
po' troppo assoluti. Fammi pensare, fammeli rivedere. E poi dammi il
tempo di trovare una conclusione. Ho una cosa in mente per
rispondere alla tua domanda. Per me è più facile scrivere che
parlare. Ti lascio le note che aggiungo per domani mattina».
Il giorno dopo, domenica, il corpo senza vita di Pier Paolo Pasolini
era all'obitorio della polizia.

 

ROBERTO NEGRINI,L'OPUS DEI E GLI ILLUMINATI DI BOLOGNA (10/26/2006)

ShowLetter.jpg

Roberto Negrini

 

Nato a Bologna nel 1958, parallelamente alla sua professione di agente d’affari Negrini svolge da un trentennio attività di saggista e conferenziere su tematiche esoteriche, religiose e filosofiche.
Come esoterista e libero ricercatore è attivamente impegnato negli ambienti culturali massonici e paramassonici italiani e ha fondato nel 1989 l’Akkademia PanSophica Alpha Draconis (APsAD), di cui è tuttora Presidente: un’organizzazione culturale senza scopi di lucro che, finalizzata a forme di collaborazione interdisciplinare fra studiosi/e orientati/e verso un nuovo Rinascimento culturale, parascientifico e magico, ha attivato in Italia vari programmi di divulgazione su neopaganesimo, rapporti fra sessualità e sacro, neostregoneria e tradizioni magiche.

Negrini ha inoltre contribuito alla pubblicazione di opere specialistiche di ricerca sulle culture pre-monoteistiche, partecipando anche - nell’ambito del progetto culturale Elissa inerente alle tradizioni precristiane dei Monti Sibillini - a saggi a più voci curati dall’Editrice Miriamica di Montemonaco, fra i quali: Sibilla Appenninica. I volti di pietra della Matriarchia (1997), Le terre della Sibilla Appenninica. Antico crocevia di idee, scienze e cultura (1999). Errante Erotica Eretica. L’icona sibillina fra Cecco d’Ascoli e Osvaldo Licini (2000), Sibilla sciamana della montagna (2001).

Come libero ricercatore di Antropologia del sacro ha collaborato a periodici specializzati in culture e filosofie di frontiera quali Il Giornale dei Misteri, Re Nudo, Mystero e a opere di approfondimento sulle eresie medievali. Nel 1998 ha pubblicato con Giordano Berti I Tarocchi Aleister Crowley, un saggio sulle 78 immagini ermetiche elaborate nel ’47 dal magista inglese, di cui ha pure sceneggiato una completa rielaborazione pittorica, ispirata in gran parte ai Decani rinascimentali e illustrata dal pittore Andrea Serio (Edizioni d’Arte Lo Scarabeo, 2004).

Ha scritto inoltre uno studio introduttivo sulla storia e sulle dottrine della Magia moderna nell’opera La Qabala della Bestia Trionfante di Charles Stansfeld Jones, discepolo e collaboratore di Crowley (Venexia, 2004).

Ha collaborato ai volumi Psicologia e psichiatria nel Terzo Millennio. La prospettiva Next Age (Istituto Internazionale di Psichiatria e Psicoterapia, ’99), La Magia della sessualità (Atanòr, 2000) con il saggio “Magia erotica e Alchimia sessuale†e L’immaginazione al podere. Che cosa resta delle eresie psichedeliche (Stampa Alternativa, 2005), con l’intervento “L’estasi di Luciferoâ€, un contributo sugli aspetti iniziatici, magici ed ermetici dell’uso sacramentale di sostanze psicoattive ed enteogene.
Sotto il profilo della divulgazione editoriale, artistica e culturale in genere si occupa da qualche anno di computer-grafica sia nell’ambito illustrativo delle proprie iniziative che di altre collaterali.

Autore di alcune copertine per conto di case editrici (fra le quali Akkuaria di Vera Ambra) ha curato il logo e le scenografie digitali di Crezia, uno spettacolo multimediale finanziato dalla Regione Toscana su una condanna per Stregoneria nella Lucca del XVI secolo, scritto da Selene Ballerini e andato in scena nel 2002, con regia di Sonia Prezioso e interpretazione di Ottavia Piccolo.

Attualmente sta partecipando come elaboratore d’immagini alla realizzazione dello spettacolo Nelle Spire della Draco che, ispirato al libro Il Corpo della Dea di Selene Ballerini (peraltro pure regista e sceneggiatrice della versione teatrale) e interpretato dalla Compagnia PanSophica (un’emanazione dell’Akkademia omonima), ha debuttato al San Martino di Bologna sabato 4 marzo 2006.

Roberto Negrini e la sua filiazione Luciferiana degli illuminati (OTO-FHL) sono legati sia alla Loggia Monte Carlo della P2 del Fratello Giunchiglia, sia alla mitica sede di Bologna dell' Opus Dei ovvero Villa Leona dell'amico e Fratello Carlo Maria Baserga. Carlo Maria e' un importante personaggio dell'Opus Dei che al momento e' coinvolto nella grande opera di rimodernamento del porto di Genova condotto dall'Opus Dei.

Carlo Maria Baserga in realta' non prende molto sul serio gli illuminati o la Massoneria (in cui e' stato tra l'altro iniziato) ma li usa per i propri scopi da buon businessmen nordista. Egli ritiene giustamente tutto questo mondo di vane glorie e patacche varie un teatrino inutile, ma nel frattempo e' un fedele servo dell' Opus Dei e di Santa Madre Chiesa con cui lavora ai massimi livelli. La figlia di Carlo Maria Baserga una devotissima dell'Opus Dei e iniziata anche lei alla Massoneria, ha detto di recente che il Papa' sarebbe la TV e la voce di Dio (poveri noi...).

In un colloquio segreto che si e' tenuto a Villa leona nell'Estate 2005 con il Fratelllo Roberto Negrini Gran Maestro degli illuminati di Bologna , il Fratello Baserga ed io abbiamo offerto al Negrini una posizione da Cardinale nella Chiesa Cattolica del nuovo millennio, anche perche' gli abbiamo detto che il teatrino Vaticano si adattava molto alle suo modo di essere e al suo credo AntiCristiano ecco perche' tutti gli infedeli lavorano con il Vaticano.

Khaled Saifullah Khan

 

"S'io fossi Satana..." di Gian Carlo (10/26/2006)

“S’io fossi Satana…â€

Ci sarebbe di che divertirsi, parafrasando il famoso Cecco; ed essendo tale, in quanto ex puro spirito, avrei conservato un certo senso dell’umorismo, mi muoverei con disinvoltura nel tempo e nello spazio e avrei memoria di tutto, dal primo vagito del bipede implume alle ultime, allarmanti grida di aiuto provenienti dalla purezza umana calpestata dalla iniquità massonica con annesso anatema “usque ad finemâ€.
Forse c’è bisogno di questo. Che sarebbe Topolino senza Gambadilegno?
Ci vuole l’antagonista, soprattutto ora che il comunismo non fa più paura (la fame, la sopraffazione, l’idiozia, ci sono sempre state e non sono scomunicabili) ed eccotelo servito su un piatto d’argento.
C’è bisogno di tenere alta la tensione, sennò la fede può vacillare, anche se tutto, cioè ogni cosa, dacché vive è in movimento, ovunque, sia sul piano fisico che su quello mentale e spirituale.
Tutto si evolve, si modifica, si “storicizzaâ€, per alcuni ciò vuol dire che migliora, per altri c’è il rischio del baratro. Così fu in ogni tempo, ne seppe qualcosa Socrate, poi Giordano Bruno, poi Galileo e tanti altri, meno illustri, ma non per questo meno perseguitati e martoriati.
Ma, s’io fossi Satana, farei in modo che l’uomo spendesse bene la più grande moneta che ha: la Stupidità, duttile e fertile come nient’altro. Anche perché, da Satana, mi farebbero sbellicare dalle risa le parole autorevoli di Leone XIII: “Orrende e mostruose opinioni levano la testaâ€.
Sogghignerei soddisfatto nel constatare che questa mediocrità umana, non avendo il coraggio di ammettere di nutrire “dentro†di sé sia il Bene che il Male, quindi di essere artefice (come sostenevano quei rozzi pagani dei Romani) della propria Fortuna, crea il mostro permanente e non riflettono, quei bravi ragazzi, che il Male agisce in maniera diversa. Non è mai esplicito né dichiarato; è subdolo, è suadente, è accattivante, è mansueto, è simpatico, è goliardico, ed ha sempre delle apparenti giustificazioni morali, anche al massimo dell’immoralità.
Non è forse per questo che la più precisa definizione del demonio, secondo le Scritture, è “Ingannatore�
Che bisogno c’è di sguinzagliare le logge all’insegna diabolica, c’è già tanta gente dabbene che ammazza in nome di Dio! C’è anche tanta gente che aiuta, che sfama, che consola, che spende i suoi soldi, pochi o molti, in Africa, per dare agli altri l’acqua; e magari non sa o non si chiede perché lo fa: “Sente†che deve farlo e basta.
Quando ci si allontana dall’Uomo, si perde di vista Dio, per conto del quale pullula uno sciame di rappresentanti, su questa terra, dimentichi del fatto che quel rapporto è diretto: se c’è passa, si trasmette, si moltiplica, in maniera diretta. Fortunato, chi sa percepire il Silenzio.
In questa valle di lacrime e di lucro, per troppi, non c’è altra SpA che abbia ottenuto, investendo poco, il massimo del profitto, come la Chiesa Cattolica, attraverso il confessionale, con la speranza del Paradiso e la paura dell’Inferno.
AUGURI
Gian Carlo

 

da il Giornale del 23 Settembre (10/26/2006)

Il Giornale 23 settembre 2006
Tavaroli: non rendevo conto a Tronchetti - di Gianluigi Nuzzi -
L’ex capo della sicurezza: «Dipendevo dall’ad Buora e agivo solo su incarico dei dirigenti del gruppo. Indagammo sui dipendenti per paura d’infiltrazioni Br»
Gianluigi Nuzzi

da Milano
«Non sono una scheggia impazzita di Telecom. Soddisfavo le richieste dei vari dirigenti, come il capo dell'ufficio personale e dipendevo da Carlo Buora, amministratore delegato della società e non da Marco Tronchetti Provera. Non ho mai agito in autonomia, di mia spontanea iniziativa». Giuliano Tavaroli vuol dire Telecom, Buora e chi sa chi altri ancora. Tre ore di interrogatorio e l'ex capo della sicurezza del gruppo telefonico in carcere da mercoledì, respinge tutte le accuse. Assistito dal penalista Massimo Dinoia, rivendica di aver agito esclusivamente nell'interesse di Telecom-Pirelli. E tira in ballo le Brigate rosse per giustificare quei controlli a tappeto disposti su migliaia di operai e impiegati che ambivano a essere assunti da Pirelli e da Telecom.
«Ebbi l'incarico dal direttore del personale Pirelli - mette a verbale Tavaroli - subito dopo l'omicidio di Massimo D'Antona. Si temevano infiltrazioni delle Brigate rosse. Tra l'altro era stato ritrovato un volantino delle Br in una cabina telefonica vicino all'azienda». Situazione fotocopia, assicura Tavaroli, per i controlli sui candidati Telecom: «Anche queste verifiche avvengono subito dopo l'omicidio del professor Biagi a Bologna». Che poi Cipriani attingesse i dati da banche dati riservate, corrompendo forze di polizia infedeli, Tavaroli dice di non saperne nulla: «Io gestivo 150 milioni di budget all'anno per la sicurezza. Qui parliamo di 20 milioni di euro in nove anni». Come dire: vicende marginali. «Non seguivo ogni singola pratica, i dirigenti di Pirelli prima e di Telecom poi chiedevano notizie ai miei manager che agivano in autonomia». Ma quali manager? Tavaroli indica i capi del personale che si sono succeduti: «Mi evidenziavano la necessità di compiere indagini sui candidati e io delegavo i miei dipendenti che gestivano in autonomia le pratiche». Tra chi bussava alla sua porta, Tavaroli indica anche il capo dell'audit Armando Focaroli: «Ogni tanto mi chiedeva delle pratiche». L'indicazione non è casuale. Focaroli infatti aveva messo a verbale che non poteva compiere i dovuti accertamenti interni per l'autonomia gestionale di Tavaroli che «riferiva direttamente al presidente». E a questo punto ha indicato Buora: «Ci sono delle imprecisioni. Io dipendevo da Buora e non dal dottor Tronchetti Provera».
La difesa si gioca quindi in tre mosse. Negare ogni accusa scaricandola sui sottoposti che lavoravano con gli 007 privati di Emanuele Cipriani. Sostenere quindi che ruolo e incarico erano organici a manager e strategie del gruppo. Indicare in Valente e Lambiase i dipendenti Telecom che pagavano le fatture estero su estero per la Polis d'Istinto di Cipriani e che saldavano le fatture (false) emesse dalla struttura dell'amico di infanzia. Anche lui è stato sentito e ha confermato quanto sostenuto nei precedenti interrogatori. «Sta spiegando tutto», taglia corto il difensore Vinicio Nardo. Su di lui emergono anche altri particolari. Cipriani per poter utilizzare dei conti correnti a Montecarlo, spostare quindi soldi da un conto corrente alla Barclays Bank di Londra alla Abc Banque International de Monaco, aveva un domicilio nel Principato che corrisponde a quello della nuora del venerabile Licio Gelli, moglie di uno dei due figli del capo della loggia Propaganda 2. Uno spunto approfondito: il gip Paola Belsito nell'ordinanza sostiene che «Cipriani gode di importanti conoscenze in ambito massonico». Quanto ciò sia rilevante e non suggestivo ancora non si capisce. Di sicuro quei 13 milioni di euro di Cipriani sequestrati all'estero sono stati bloccati al momento giusto. L'investigatore privato li stava per trasferire a una fondazione nel Liechtenstein.

 

SECRET TEACHINGS OF THE FRENCH P2 ILLUMINATI RING LEADER JEAN PIERRE GIUDICELLI (10/26/2006)

NOTE OF THE AUTHOR OF THIS WEB SITE:
ILLUSTRIUS FRENCH BROTHER JEAN PIERRE GIUDICELLI IS ALSO INVOLVED WITH GINO SANDRI ( SECRETARY OF THE LATE PLANTARD SINCLAIR) IN RUNNING THE SO CALLED PRIORY OF SION OPERATION, A FRENCH RIGHT WING INTELLIGENCE NETWORK FOR VICHI SUPPORTERS AND CATHOLIC LEFEVRE FANATICS PILOTED BY GLADIO AND THEIR P2 ILLUMINATI MASTERS UNDER JESUIT CONTROL. JEAN PIERRE GIUDICELLI IS ALSO A CLOSE FRIEND OF JESUIT PUPPET MASTER MASSIMO INTROVIGNE.

Préface 11
Introduction 17
Avertissement 21
Des diverses alchimies 27
Les voies extérieures 33
Les courants rosicruciens et hermétistes 45
Ordres actuels ayant un rapport avec une ou plusieurs voies alchimiques 59

Les Arcana Arcanorum 66
Précisions sur les rites de Memphis et Misraïm 77

Gnostiques et Rose + Croix en Corse, une permanence de la Tradition 81
Un Ordre mystérieux, les Frères Ainés de la Rose + Croix.. 95
Graal et Alchimie ou les voies développées 101
La Doctrine du corps immortel 103
La voie des sons 117
La voie secrète ou le réel Art chimique 123
Ibis - cinquième proposition 131
L'aide des Dieux ou des Anges de Lumière dans la quête .... 139
Ésotérisme, Tradition et Franc-Maçonnerie 143

Gnosticisme et initiation 151
Ésotérisme, paganisme et religions 157
Les femmes, ésotérisme et chevalerie, histoire d'un faux problème 167
Conclusion 173
Appendices: 181

1 - Histoire secrète du Pythagorisme 181
2 - Giuliano Kremmerz et la « Myriam » 183
3 - La voie alchimique féminine dans le Taoïsme en Chine 187

Préface

Alchimie... Rose-Croix... deux qualificatifs étroitement liés à l'histoire Traditionnelle de l'humanité. Si l'origine du premier remonte à la plus haute antiquité greco-égyptienne et lui est certainement antérieure, le second est d'émergence relativement récente bien qu'il associe deux symboles représentatifs de Traditions plus que millénaires.
Les Ordres qui, sous le vocable Rose + Croix, apparurent en Occident au xive siècle, héritiers de filiations prestigieuses', détenaient les clefs de l'Art Royal. Ainsi, depuis cette époque, l'histoire de l'alchimie tend à se confondre, du moins dans ses manifestations les plus extérieures, avec celle de la Rose-Croix. Malheureusement depuis la démocratisation et la modernisation pernicieuse de la société, qui fait tout pour abrutir l'individu, diluant son peu de conscience dans l'avoir quantitatif, de

1. Michel Maier précisa dans son Silentium post clamarens que les Rose-Croix étaient les successeurs des Collèges Brahmanes Indous, des Égyptiens, des Eumolpides d'Eleusis, des Mages de
Perse, des Gymnosophites d'Éthiopie, des Pythagoriciens et des Arabes.

nombreuses spéculations, fruits des échecs répétés de chercheurs déçus, se sont greffées sur ce courant. Face à ce verbiage chaotique, qui relève plus d'une logorrhée mentale que du désir d'intégrer une connaissance Traditionnelle, les collèges R+C s'occultèrent, se cachant parfois dans les structures initiatiques que nous connaissons aujourd'hui.
Totalement asservi par la matière, soumis à ses illusions, et croyant échapper à cet esclavage pesant, l'humain en vint même à inventer les théories fumeuses de l'alchimie dite spirituelle. Mais de solve en coagula abstraits et moribonds, il ne fit que flatter et renforcer son ego, s'éloignant encore un peu plus du but qu'il s'était fixé...
Heureusement, ce livre présente le témoignage d'un Collège détenteur des Arcanes Majeurs, non pas qu'il se soucie des opinions humaines dont il n'a que faire, mais parce que le monde est parvenu à un tel point de confusion que peu de chercheurs sincères pouvaient espérer encore appréhender un des fils de la Toison d'Or. La Quête est suffisamment ardue en elle-même pour ne pas avoir à se débattre avec les interprétations dérisoires des philologues de l'Ésotérisme qui, surtout s'ils n'ont pas les compétences nécessaires, s'emploient à étaler sur le papier leur propre confusion, ajoutant leur désarroi à celui du lecteur. Soyons donc reconnaissant à M. Jean-Pierre GIUDICELLI de CRESSAC BACHELERIE qui, ayant impétré la plupart des filiations justes et vraies2 et pos

2. Vraies c'est-à-dire Réelles, ayant dépassées les contingences humaines.

sédant toutes les qualifications nécessaires, a bien voulu préciser ici quelques points essentiels de la Quête alchimique et entrebâiller certaines portes.
Dans cette étude, le lecteur trouvera beaucoup d'indications utiles, trop même reprocheront certains souffleurs arguant du secret et du fait qu'ils ont cherché pendant de longues années, et parfois avec succès, les clefs que l'auteur donne ici. Mais c'est oublier que les impératifs liés à la conquête héroïque de l'Arbre de Vie sont tellement éloignés des préoccupations de l'humain moyen que pour beaucoup le Verbum ne se fera pas chair. En effet, le prix à payer est bien souvent lourd, le quêteur croyant tout perdre, mais en fait ce ne sont que ses propres fantômes qui se dissolvent dans l'unité retrouvée. Au-delà de l'ego il n'y a rien à perdre'.
La Quête commence là où la volonté est suffisamment forte pour quitter le courant vulgaire, mais puissant, de l'identification et de la soumission aux désirs et instincts, grands dévoreurs de substances fines. Il faut donc s'évertuer à se rapprocher de l'Axe vertical afin que le « Dieu subtil » qui réside en nous puisse se faire entendre, car les lois occultes échappent à la logique commune du mental analytique.
Développant l'axiome alchimique selon lequel la Nature est vaincue par la Nature4, ce livre est avant tout

3. L'ego peut être considéré comme un complexe mouvant de petits « moi » qui naissent et meurent au gré des événements extérieurs, ce n'est que la persistance mémorielle et la rapidité des
changements qui donne l'illusion d'un moi stable et unique.
4. Fermicus disait : « La Nature se réjouit dans la Nature, la Nature conquiert la Nature, la Nature domine la Nature. »

le livre des substances car la rédemption doit se faire par la matière qui est Dieu se manifestant. L'auteur rend ainsi
à l'alchimie sa signification originelle, en rappelle les deux aspects, Wouei Tan et Nei Tans, et précise leur complé
mentarité : le travail sur la matière extérieure à l'homme n'est pas une fin en soi mais une étape de l'alchimie
interne du Corps de Gloire6. L'Art Royal permet donc
de déclencher et maîtriser le processus créateur des substances qui forment ce Corps Solaire et Christique, que
KREMMERZ définissait comme un principe intellectif participant à la vie universelle'.
Le dernier mérite de ce livre, et non le moindre, est de rappeler que la Tradition est Une et que ce sont les hommes et les circonstances qui sont multiples. L'alchimie
a de tous temps répandu son message universel, qui fit dire à PAUL dans son épître aux Éphésiens (5-14)
Éveille-toi, toi qui dors,
Lève-toi d'entre les morts
et sur toi luira le christ8

5. Wouei Tan = Alchimie externe, Nei tan = Alchimie interne.
6. D'ailleurs en Inde le Mercure (une des matières de l'ceuvre externe) est appellé : celui-qui-confère-le-passage-dans-l'autremonde.
7. G. Kremmerz « Introduction à la Science Hermétique », Éd. Axis Mundi.
8. Cette universalité de la Tradition qui a toujours su «chevaucher le Tigre » se retrouve aussi d'une manière saisissante chez le Soufi Ibn Sab'in qui considérait « Hermès (= Idris) comme le premier philosophe spiritualiste, qui a démontré que l'âme était une substance autonome, indépendante du lieu, en la faisant sortir hors de son corps durant sa vie : lors de son ascension (raf), grâce à son ascèse » (in « La révélation d'Hermès Trismégiste », Éd. des Belles Lettres).

Ce message est parfaitement illustré par la légende rapportée par ZOZIME : « Certains Anges s'étant épris de femmes trahirent les secrets de la Nature en apprenant aux hommes les signes magiques, les propriétés des racines, des métaux, des arbres. » TERTULLIEN mentionna aussi que les Anges enseignèrent aux hommes « l'art de teindre les Toisons ». M. GIUDICELLI de CR.ESSAC BACHELERIE nous rappelle, par ailleurs, que les voies de l'alchimie interne ne sont révélées qu'à celui qui a suffisamment développé l'Hermès en soi, ce qui donne toute sa signification à cette légende.
En effet, c'est bien l'Ange-gardien (ou Hermès) qui enseigne à l'homme les secrets de l'alchimie. De cette union (l'accouplement de l'Ange-Hermès avec la FemmeNature) naîtra la race des Titans, des Héros dont il est dit qu'ils sont les Seigneurs des hommes et des Dieux.
Le Corpus Hermeticum précise (X-24) : « Bien plus ne craignons pas de dire la vérité, l'homme véritable est audessus des Dieux ou tout au moins égal à eux. » Le Héros est celui qui a dépassé la Nature et qui apparaît dans un Corps de Lumière, échappant à la fatalité, libre de l'esclavage, de l'illusion et de l'identification: « Ils n'ont plus besoin de nourriture, ne souffrent plus de soif, échappent à la perception » (ENOCH XV, 2).
EVOLA écrivit à ce sujet : « Selon l'enseignement initiatique, l'état suprême est au contraire au-delà soit de l'être soit du non-être ; dans le mythe cosmique des cycles, dans cet état indifférencié identique à la transcendance absolue, même le Dieu personnel et tous les cieux sont résorbés au moment de la grande dissolution (ou incendie cosmique). L'extrème perfection de l'oeuvre, réalisée lors-

que la Terre a été entièrement dissoute et qu'on s'est uni au Venin, signifie avoir atteint cette limite extrême tout en restant actifs. Alors il n'y a plus de résorption possible. L'initié royal, vêtu de Rouge, est un vivant qui dure et est aussi là, ou aussi quand, dans le mythe cyclique - les mondes, les hommes et les dieux disparaissent9. »
Il ne nous reste plus qu'à conseiller au lecteur de lire et relire cet ouvrage et surtout d'expérimenter les voies qui sont indiquées car « l'expérience est la grande Maîtresse, parce que sur la base des résultats prouvés, elle enseigne à celui qui comprend, ce qui peut mieux le conduire au but » (ZOZIME). Dans l'Univers il n'y a pas d'échecs, il n'y a que des expériences.
Michel MONEREAU

9. Julius Évola : « La Tradition Hermétique », Éditions Traditionnelles.

Introduction

Dans une époque de confusion, telle que celle que nous vivons, condensé du Kali Yuga dans ses derniers soubresauts, apparaissent néanmoins plusieurs signes clairs d'une reprise du désir de CONNAISSANCE.
Comme il arrive toujours, à la charnière de deux époques, une qui touche à sa fin et l'autre qui s'annonce, il se produit un pullulement déréglé d'organisations qui s'autodéfinissent traditionnelles et initiatiques, tandis qu'elles confondent la Tradition avec les coutumes et doctrines récemment apparues et l'Initiation avec quelques cérémonies scénographiques de réception.
Puisque le désordre et la confusion pèsent, il sera nécessaire de faire le point, de s'assurer des doctrines et lignes authentiquement traditionnelles et, en même temps, de traiter comme elles le méritent, toutes les organisations néo-spiritualistes et modernes ainsi que celles qui furent à un moment traditionnelles et sont maintenant dénaturées par les réformes, et tombées dans la banalité.
De cette nécessité d'éclaircissement naît ce livre, qui

est le fruit d'une recherche sérieuse, fidèle et engagée, qui
éclaircit, pour ceux qui veulent avec un coeur pur, entreprendre la voie du réveil de la Divinité qui dort dans les profondeurs de l'homme, lignes et voies de la Tradition que les Grands Maîtres du passé nous ont transmis depuis la nuit des temps.
La Tradition, même si diversifiée dans les formulations des différents peuples est UNE et Sacrée, et personne ne peut se permettre de la modifier sans commettre un sacrilège et encore moins de l'inventer selon son bon plaisir. Elle nous a été donnée et ne peut être changée.
Ce livre, dans lequel Jean-Pierre GIUDICELLI de CRESSAC BACHELERIE a transmis son désir ardent de clarté dans un domaine aussi important, évoque, en exposant leurs doctrines, les grands esprits guides de l'humanité ; lesquels sont toujours présents pour éclairer avec leurs sacrifices le difficile chemin de l'Initiation.
Ce livre aura certainement la fortune qu'il mérite, mais plus encore de fortune auront ceux qui le rencontreront sur leur chemin et le méditeront avec un coeur pur.

Sebastiano CARACCIOLO 330 90° 97° S:': I:: I Souverain Grand Hiérophante Général de l'Antique et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis.

Aujourd'hui, aujourd'hui, aujourd'hui,

Ce sont les noces du roi ;

Si tu es né pour y prendre part

Élu par Dieu pour la joie,

Va vers la montagne

Qui porte trois temples.

Cependant prends garde à toi,

Examine-toi toi-même

Si tu ne tes pas purifié assidûment,

Les noces te feront dommage.

Malheur à celui qui tarde

Et malheur à celui

Dont l'esprit manque de poids.
SPONSUS et SPONSA (Le Fiancé et la Fiancée).
Si le pauvre genre humain

Voulait ne pas se révolter,

Il recevrait beaucoup de biens

Dune véritable mère ;

Mais refusant d'obéir,

Il reste avec ses soucis,

Et demeure prisonnier.

« Les Noces Chymiques de Christian Rose + Croix » de Valentin ANDREAE

Il n'est rien dont l'homme ne soit aussi fermement convaincu que d'être éveillé, en réalité il
est captif d'un filet de sommeil et de rêve qu'il a confectionné lui-même.
Gustave MEYRINCK « Le Visage Vert »

Avertissement

Nous avons écrit ce livre pour quelques lecteurs capables de se livrer à une recherche sérieuse sur les traditions les plus fermées. Ainsi avertis dans une époque de confusion, ils pourront peut-être découvrir un des filons qu'ils pressentaient. Les,..cercles~ tiaticuues ordres divers sont fort nombreux les f ations traditions çixs so~,pt,,,par contre rares fe e_çsaarfois escamotées derrière tout un assembi4ge, de structures diverses. Insaisissables historiquement, elles connaissent les autres, mais ne sont pas connues ni même soupçonnées, qui a assez d'HERMÈS en soi les rencontre ou les retrouve, malgré le prix à payer. Leurs secrets ne tiennent pas de la jalousie de caste, comme le pensent quelques petits curieux plus proches dans leur esprit des inquisiteurs que des nobles voyageurs.
Nous aurions pu donner bien plus d'indications, et aussi déranger divers cercles ou auteurs établis... Tel n'était pas notre but car tout ce qui converge vers la recherche libre et non sectaire nous convenait.
Le problème des filiations n'est pas réellement impor-

tant et ne concerne chaque fois que des secrets terminaux, la plupart des ordres initiatiques ne s'en préoccupent pas, et en fait, dans l'exotérique ou le mésotérique peuvent avoir encore plus d'efficacité que d'autres cercles extérieurs émanant de filiations indiscutables, mais peu adaptées à des extériorisations. Giuliano KREMMERZ en Italie, qui tenta de vulgariser la voie hermétique est un exemple, la MYRIAM fut ainsi une source de troubles. La voie ésotérique„ étant expérimentale, elle n'a ni vérités pré-établies, ni dogmes.
Quant aux filiations les plus internes, elles n'ont jamais eu de problèmes pour se perpétuer... Les traqueurs, les assoiffés des quêtes rudes et totales finissent par les découvrir, et souvent y mettent le prix, les maîtres de ces filiations n'ayant pas la manie des débordements affectifs et des réceptions mondaines et courtoises que certains attendent. Elles concernent des méthodes précises, une praxis initiatique rigoureuse, liée à un ou plusieurs secrets non extériorisables parce que dangereux s'ils étaient mis entre toutes les mains.
Dans ces voies, comme dans celle du BOJA YOGA, la connaissance sans la puissance n'est que plaisanterie. Non pas le pouvoir en tant que but, mais en tant que moyen de vérification. Méthode d'ascèse qui de facto ne pouvait être réservée qu'à ceux qui ne cherchent plus le pouvoir, ou qui n'en ont que faire, et ils sont rares ) et ses principes aristocratiques, au sens étymologique et platonicien du terme.
Ce livre est aussi une mise au point d'un collège dépositaire de filiations multi-millénaires dans leur essence, même si les formes extérieures restent anachroniques ou dépassées dans certains cas, nous avons tenu à ne parler que de ce que nous avons expérimenté et constaté après trente années de recherches et de quête inconditionnelle. La forme extérieure compte peu, le prince ou le mendiant selon les cas sont les dépositaires ; chaque fois il faudra une stratégie différente, mais cette dernière fait partie de la quête, et le chevalier ne juge pas le"1ïnricë pour lequel il se bat, notion d'éthique élémentaire, si incomprise à notre époque.
Les critères traditionnels resteront toujours les mêmes en ce qui concerne les alchimies, il est impossible d'en

changer car la porte est ouverte à l'imposture, au verbiage et aux impressions fumeuses. Ils sont doubles et immuables.
Sur la voie extérieure, la pierre au rouge transmutatoire est le seul moyen de vérification qu'un adepte puisse avoir, on ne peut rentrer dans le processus des divagations diverses surtout créées autour d'une voie où on parle d'aurore boréale provoquée par l'explosion de l'œuf, et toute une série d'autres faits des plus discutables, très en vogue à l'heure actuelle où l'aberration mentale s'ampli _ fie. Cette pierre pouvant être faite à partir de divers métaux selon les écoles, étant entendu que la voie la plus simple et la moins onéreuse est la plus intéressante.
Sur la voie interne, la création tangible d'un corps de gloire, corps de conscience coagulée, qui permet à l'adepte de monter au ciel de son vivant, lui donne ainsi la certitude de son immortalité. Le taoïsme, dans les écrits de certains maîtres, précise qu'il y a divers degrés d'immortalité, certains allant jusqu'à la maîtrise du corps physique. Mais notre propos n'est pas d'aborder des questions qui ne concernent que des adeptes terminaux, lesquels n'ont plus rien à voir avec l'alchimiste habituel, tant les divers constats de la pratique provoquent une conscience de plus en plus réelle et donc différente de celle de l'humain.
Il est ainsi indispensable de préciser que ces états de conscience sont aussi précis que le reste de la voie, ils n'ont rien à voir avec des états d'ataraxie mentale, ou émotionnels, ils sont liés au contrôle de la pensée, et concernent le regard OBJECTIF, conscience non parasitée par les productions de l'EGO. Conscience regardante

et non cogitante, verticale et non horizontale, PRÉSENTE et non oscillant entre le futur et le passé, bref conscience totale de l'HIC ET NUNC (ici et maintenant). Rien de commun donc avec le monde des impressions, de l'à-peu-près si en vogue dans les milieux spiritualistes contemporains, dits traditionnels, plus amateurs de verbiage et d'inféodation aux doctrines ahurissantes actuelles, que de recherche véritable, honnête, lucide, sur un sentier déjà difficile sans les obstacles des théories.
Il nous reste à souhaiter que la véritable race des seigneurs, éternels rebelles, amoureux fous d'un monde UN, puisse toujours éveiller les éléments qualifiés des jeunes générations afin qu'ils perpétuent à leur tour la voie de l'ÊTRE.

Des diverses alchimies

Les diverses définitions de l'alchimie et leur analyse nous conduiraient à des spéculations inutiles. L'intention de ce livre n'est pas de donner un aperçu de plus sur l'ART ROYAL, mais d'éclairer le lecteur sur la situation actuelle de certains filons traditionnels, d'examiner certains problèmes, et surtout d'indiquer un chemin, non par des révélations, mais par l'indication d'opportunités hermétiques qu'il devra explorer par lui-même, non par curiosité, mais avec un désir profond de connaissance.
Beaucoup d'auteurs actuels n'arrivent pas à comprendre que l'Hermétisme est par définition... hermétique ! Si un Ordre traditionnel pouvait être cerné par un historien, il ne serait plus ésotérique, surtout à une époque où le secret est bien plus difficile à protéger.
C'est LANZA DEL VASTO qui a le mieux défini la situation actuelle quand il écrit : « La conjuration des imbéciles, des charlatans et des Sages a parfaitement réussi.
Cette conjuration avait pour objet de cacher la vérité.
Les uns et les autres ont servi cette grande cause, chacun selon ses moyens : les imbéciles par le moyen de

l'ignorance, les charlatans par le moyen du mensonge, les Sages par le moyen du secret.
Les imbéciles ne veulent pas qu'on découvre la vérité. Ils soupçonnent d'instinct qu'elle les dérangerait. Si on la leur montrait, ils détourneraient les yeux ; si on la leur mettait dans la main, ils la laisseraient tomber... Si on les forçait au face à face, ils hurleraient d'horreur et courraient se cacher sous terre.
Les charlatans ne veulent pas qu'on découvre la vérité car elle ruinerait leurs artifices, empêcherait leur profit, étalerait leur honte.
Les Sages qui possèdent la vérité ne veulent pas qu'on la découvre. Ils l'ont tenue cachée pour quatre raisons
La première, c'est qu'ils savent que Savoir c'est Pouvoir, et veulent en écarter les indignes. Car le Savoir chez l'indigne devient malice, le Pouvoir danger public et fléau. C'est pourquoi les réserves de connaissance accumulées pendant des millénaires dans les temples d'Égypte demeuraient inaccessibles à celui qui n'était pas passé par tous les degrés des purifications et des épreuves. Plus tard, les philosophes inconnus, les nobles voyageurs, les alchimistes, se sont légués les restes du mystérieux héritage de la même manière c'est-à-dire de bouche à oreille, ou plutot par la presence et par l'exemple, en symboles et en énigmes, Y,et_ toujours_ sous le sceau du secie'ils ont vécu dans l'intimité des formidables puissances de la nature, ils se sont bien gardés d'en faire
part aux étourdis... 1. »

1. Extrait de la préface de Lanza Del Vasto au livre de Louis

Le terme Alkimia apparut au XIIie siècle sous sa forme latine. Il est probable que le mot chimie vienne du grec cheuma qui désigne tout ce qui peut être fondu. Mais qu'elle soit la chimie- de la terre noire : ALKHEMIA (chemia désignant la terre noire), ou l'alchimie de Dieu AL KIMIA, que des Anges l'aient communiquée aux humains, ou que ces derniers l'aient progressivement découverte à une époque où leur conscience était normale, c'est-à-dire moins pathologiquement analytique qu'actuellement, ne change rien à la question.
Le constat le plus extérieur que l'on puisse faire est que cet Art était connu de diverses civilisations, avec particulièrement deux berceaux importants : l'Égypte et la Chine ; mais le terme berceau ne serait-il pas plus heureusement remplacé par relais ou axe, car l'histoire est l'étude d'un phénomène, à travers le peu que l'on sait, et encore très extérieurement.
L'alchimie est en tout cas la voie de la transmutation, c'est-à-dire d'un processus d’accélération et de mutation ou modification d'une situation donnée, quel qu'en soit le règne.
Comme le dit le Maître LEHAHIAH dans sa préface à « Introduction à la Science Hermétique » de Giuliano KREMMERZZ : « Il existe et il a toujours existé un secret
Cattiaux « Le Message Retrouvé », édité par les amis de Louis Cattiaux (Bruxelles). Cette préface ne peut être donnée en entier du fait de sa longueur, mais il était indispensable de la citer partiellement.

2. « Introduction à la Science Hermétique » de Giuliano Kremmerz, Éditions Axis Mundi.

initiatique qui peut donner à l'homme la clef de son essence, déchirer le voile de son Être occulte et lui dévoiler la science de la vraie évolution. En possession d'un tel secret, l'homme devance les termes naturels de son ascension et en relation avec le vulgaire - intellectuel ou non - de son siècle, il peut apparaître comme un demi-dieu. Ce secret a toujours été jalousement gardé par les anciennes Théocraties... »
Cela explique bien entendu la responsabilité liée à un tel secret : toute matière n'est pas propre à subir un processus d'accélération et tout humain qui n'aurait pas les qualifications requises devrait être écarté de la praxis initiatique.
Pour ce qui concerne l'Occident, l'alchimie est d'origine égyptienne. Les autres alchimies occidentales sont des dérivés, en particulier l'alchimie hébraïque que MOÃSE, comme le rapporte PHILON LE JUIF, étudia en Égypte. (MOÃSE étant probablement un Égyptien, car CLÉMENT D'ALEXANDRIE précise que les prêtres égyptiens n'enseignaient cette science qu'aux enfants des rois ou à leurs propres enfants'.)
« L'art sacré des Égyptiens et la puissance de l'or qui en résulte, écrit ZOSIME, n'ont été révélés qu'aux juifs, par fraude, et ceux-ci l'ont fait connaître au reste du
monde4. »
Toutefois, bien que les preuves historiques manquent, on ne peut négliger l'existence probable d'une alchimie

3. Clément d'alexandrie, stromates, V, 7.
4. « Le premier livre de l'accomplissement » de Zozime le Thébain.

des Trois Règnes avec Magistères internes comme le rapportent certains druides. La tradition druidique de l'OEuf de Serpent renferme, comme le précise SAVORET, un des secrets majeurs du Sanctuaire, mais cet enseignement est resté très fermé et la plupart des Sociétés Celtiques actuelles n'en sont plus dépositaires, car il concerne surtout une alchimie interne.
Parallèlement à l'alchimie égyptienne, se pratiquait en Chine une alchimie dont les diverses voies furent mieux expliquées.
Dès le début de l'histoire de l'Art alchimique, on signale qu'il existe deux conceptions, certains adeptes travaillant sur la Pierre et réalisant transmutations et élixirs, d'autres travaillant au contraire sur leur propre corps physique et s'attachant à la réalisation d'un corps
d'immortalité.
Pour plus de clarté nous allons adopter la classification chinoise, qui distingue le Wouei-tan (voie du cinabre extérieure), qui consiste à travailler sur une matière

extérieure à l'homme (ici le sulfure de mercure), et le Neitan ou alchimie intérieure dans laquelle l'adepte se sert de son propre corps, tant pour les ingrédients que comme laboratoire. Il est évident que la pierre au rouge transmutatoire et les élixirs sont issus de la pratique de la voie extérieure, alors que la constitution du corps de gloire ou corps d'immortalité, ne peut s'obtenir que par les pratiques internes.
Comme de nos jours, il y eût très tôt trois écoles, l'une pratiquant le Wouei-tan, l'autre uniquement le Nei-tan, enfin quelques adeptes de la vieille Tradition alliant les deux.

Les voies extérieures

Nous allons aborder les « voies extérieures », qui utilisent un produit extérieur à l'être humain, métal ou plante, ce qui ne signifie pas que de bonnes dispositions intérieures ne soient necessaires.
Dans le Traité d'Alchimie et de Physiologie Taoïste de ZHAO BICHEN', Catherine DESPEUX écrit : « Le cinabre, ou sulfure de mercure, sous la forme d'une pierre rouge, est en alchimie chinoise la matière première de la Pierre Philosophale. En d'autres termes, le cinabre est le matériau de base de l'élaboration de l'or en alchimie externe, de la drogue d'immortalité en alchimie intérieure... »
Le terme champ de cinabre, qui désigne une partie du corps, apparaît plus tardivement ; pour citer encore le même auteur : « Ce n'est que vers le 11Ie-IVe siècle que l'on voit apparaître trois champs de cinabre distincts

1. Zhao Bichen « Traité d'Alchimie et de physiologie Taoïste ». Introduction, traduction et notes de Catherine Despeux, Éd. Les Deux Océans (Paris).

étagés dans le corps. Ce sont:' le champ de cinabre inférieur localisé au-dessous du nombril, le champ de cinabre médian au niveau du coeur, le champ de cinabre supérieur dans la tête ».
Il est certain que d'autres précisions pourraient être apportées sur la voie du cinabre mâle ou Yan tan (voie du cinabre extérieur), et sa différence avec ce qui a été qualifié de voie du cinabre femelle ou Yin tan où l'on utilise des substances végétales en absorption, en combinaison avec des pratiques internes surtout basées sur la respiration.
De même, à l'intérieur d'une voie existent des divergences. Si l'on prend par exemple la classification de KO CHANG KENG, nous pouvons distinguer trois méthodes pour l'alchimie ésotérique interne
• Dans la première, le corps est le plomb, le coeur le mercure. Dans ce cas, la méditation est le liquide nécessaire (l'eau), les lueurs de l'intelligence le feu.
• Dans la seconde, la respiration fournit le plomb et l'âme le feu. Il s'agit là d'états psychiques, ou de réactions émotionnelles qui produisent elles-mêmes des substances.
• Dans la troisième, le sperme est le plomb, et le sang le mercure. Ici les reins fournissent l'élément eau, et l'esprit le mercure.
La première est considérée comme pouvant être très rapide, remplaçant dix mois de gestation par un battement de paupières.
En Égypte, la voie du mercure est souvent évoquée. DIOSCORIDE qui étudia à Alexandrie précise

« D'aucuns affirment que le mercure est un constituant des métaux. » Et si ÉPICTÈTE dit : « Le pouvoir du vrai bâton d'Hermès réside dans le fait qu'il change en or tout ce qu'il touche », il sait qu'il s'agit du mercure.
Le chaînon le plus ancien entre l'alchimie grecque et l'alchimie arabe, le Livre de Crates, contient trois songes. Dans le deuxième on précise que dans le sanctuaire de Phta se trouve une idole de Vénus qui tient en main un vase duquel coule de l'argent liquide... Il s'agit là du premier mercure ou vif-argent. Dans la suite du même songe, quand le rêveur voit une femme d'une grande beauté qui ressemble à l'idole de Vénus, qui détache sa ceinture d'or incrustée de deux pierres, l'une blanche l'autre rouge, on souligne que sur ces deux pierres sont sertis deux morceaux de soufre. Ainsi sont définis les constituants de la Matière Première de l'OEuvre et son aboutissement : la Pierre au blanc et celle au rouge.
Certains auteurs occidentaux rejoignent cette conception. Dans le « Livre de la Philosophie des Métaux », LE TRÈVISAN écrit : « Mais le soufre et vif-argent sont appelés la propre et première matière des métaux. »
Comme le précise Wilhem GANZENMULLER2: « La théorie du mercure simple fait son apparition dans la nouvelle pierre précieuse de PETRUS BONUS (1330). La séparation entre les deux théories se fait jour dans différentes oeuvres du xlve siècle ; ainsi, le "De magni Lapidis Compositione" expose en principe que le composant originel de tous les métaux est formé d'un liquide

2. W. Ganzenmuller : « L'Alchimie au Moyen Age », Éd. Aubier (Paris 1910).

sec appelé vif-argent et d'un esprit appelé soufre. Il renvoie pour plus de détails au IVe siècle de la Météorologie d'ARISTOTE, au livre d'ALBERT LE GRAND sur les Minéraux et à la Somme de GEBER. Ce dernier dit que le principe essentiel des métaux est une vapeur très fine de vif-argent et de soufre qui, par notre Art, naît de ces deux corps. Beaucoup de philosophes prétendent qu'on peut créer cette fumée sans l'aide du soufre, mais cela revient au même, car le vif-argent contient, par sa nature, le rouge soufre. »
Au sujet de cette Materia Prima pour la voie métallique ou extérieure, il existe une querelle inutile. Si beaucoup de voies exprimées (Taoïste, Égyptienne, Indienne) partent du mercure3 ou du cinabre, il reste évident que d'autres sulfures (sulfure d'antimoine, de plomb, etc.) peuvent conduire à la Pierre au Rouge. Basile VALENTIN ne précise-t-il pas que l'antimoine est le « Loup Gris des Philosophes ». Il faut noter cependant à ce sujet que pour ARTEPHIUS, l'antimoine est « notre vinaigre », de même que DOM PERNETY écrit que « c'est l'eau céleste qui nettoie, purifie et lave ».

3. Certains prétendent que les alchimistes, par soufre-sel-mercure, parlent des trois principes, ce qui est exact car Paracelse précise dans son « Traité des Trois Essences Premières »
- « L'un est une liqueur, c'est le Mercure - L'autre est une oléité, c'est le Soufre
- Le troisième est un Alkali, c'est le Sel. »
Chaque découverte expérimentale donna lieu au cours de l'histoire à des extensions sur des corps analogues. Mais la voie du « sable rouge » et du mercure métallique est évoquée sans ambiguïté à un
moment de l'histoire alchimique ; les voyages de certains princes à la recherche de l'immortalité sont révélateurs.

On constate d'entrée qu'il n'est pas difficile de démontrer une chose et son contraire selon les partisans d'une voie ou d'une autre. Pour citer un exemple précis : quand un auteur écrit : Mars attaque le Loup Gris, un alchimiste de la voie de l'antimoine dira que cela signifie que le fer (Mars) attaque l'antimoine (Loup Gris), donc qu'il faut d'une certaine manière utiliser du fer et de l'antimoine. D'autres comme nous l'avons vu précédemment, pour lesquels l'antimoine est leur eau, considéreront que le Loup Gris est le mercure, et Mars le soufre rouge qui va donc attaquer le mercure et provoquer la mondification par l'action de l'eau céleste. Cette incompréhension apparaît d'autant plus grande que certains textes concernent des voies internes, comme nous le montrerons dans d'autres chapitres.
Il existe une voie de la stibine (sulfure d'antimoine), liée à un vieux courant qui fût plus accentué au xxe siècle avec les travaux de CANSELIET et de toute une école qui reste sur ses positions, lesquelles sont parfaitement légitimes si on considère certains textes traditionnels comme ceux du Sieur de GRIMALDI, médecin du roi de Sardaigne, qui donne dans un luxe de détails la voie du Loup Gris. Ce qui n'empêche pas cette voie très complexe qui part du fameux Régule, et qui demande force chaleur et de nombreux ingrédients, d'être intéressante par l'attention qu'elle porte à l'esprit universel et à la manière de le capturer.
Une étude approfondie des textes et une longue pratique avec constat des résultats, discussions avec de nombreux adeptes, nous la font considérer comme une de plus complexes, et comme support d'un autre ensei-

gnement et d'une autre voie plus secrète qui n'apparaît pas encore à certains des adeptes actuels, trop ahuris par de soi-disant maîtres. Comme nous ne le répéterons jamais assez, sur la voie extérieure le seul critère est la Pierre au Rouge transmutatoire, et non pas quelques vagues transmutations exécutées à quels frais avec la méthode du particulier... !4
Sur les voies extérieures nous ne citerons pas les autres aspects, particulièrement ceux de la voie du plomb évoquée par un vieux sixain
Il est une partie dans l'homme Dont le nom six lettres consomme. Si tu y vas un P ajoutant Puis l'S en M permutant Tu trouvera sans nul ambage Le vrai nom du subject des Sages.
Basile VALENTIN dans « Le Dernier Testament » précise l'importance de Saturne : « Prenez de la céruse blanche ou du minium rouge ou du plomb jaune, c'està-dire de la litharge. »
Nous ne traiterons pas des voies utilisant le phosphore, mais il est certain qu'on ne peut négliger les voies toujours extérieures, liées à une substance universelle qui
est trouvée en tous lieux, en tous temps et chez toute
personne, de laquelle on peut extraire un archéus, d'un intérêt majeur, à condition que cette matière soit issue de

4. Il s'agit de procédés parallèles à la voie alchimique pour obtenir ces transmutations, en général on parle du particulier à propos de Blaise de Vigenere, auteur du « Traité du Feu et du Sel », Pans 1618.

l'union du ciel et de la terre, c'est-à-dire riche en nitre. Dans d'autres voies cette Matière Première joue un autre -rôle, devenant un des sels, ou dans d'autres cas un constituant actif de l'eau qui ne mouille pas les mains, dans une voie interne très secrète elle est cependant MATERIA PRIMA. La séparation qu'en font certains alchimistes en quatre éléments relève cependant de décisions gratuites toujours liées à un mental analytique, encore qu'ils soient sur une piste intéressante. La voie de l'eau (sous forme de neige ou de rosée car elle doit être riche en nitre) peut servir pour les voies internes comme celle du mercure (qu'il soit traité à travers le cinabre ou seul, à l'aide de plantes). On retrouve curieusement cette situation d'un sel qui peut devenir Matière Première, dans d'autres voies, cas de la salive humaine par exemple.
Ainsi nous ferons nôtres, en conclusion, les affirmations de trois alchimistes avertis, SYNESIUS, ARTEPHIUS, et Nicolas FLAMEL. Ce dernier écrit : « Les philosophes n'ont couché sur le papier leurs conceptions que pour ceux qui en connaissaient déjà les principes, lesquels ne se trouvent dans aucun livre car ils appartiennent à DIEU, qui seul le révèle à qui bon lui semble, ou bien les fait enseigner par la bouche d'un Maître selon la tradition. » L'alchimiste SYNESIUS, après avoir répété que les philosophes parlent de manière à n'être compris que de ceux qui possèdent la sagesse, dit alors : « Ils ont toutefois indiqué dans leurs oeuvres une certaine voie et prescrit certaines règles grâce auxquelles un Sage peut comprendre ce qu'ils ont écrit occultement et parvenir au but qu'il se propose, même s'il s'est fourvoyé dans quelqu'erreur ainsi que cela m'est personnellement arrivé. »

ARTHEPHIUS confirme ces points de vue : « Est-ce qu'on ignore que notre Art est un Art cabbalistique ? C'est-à-dire à ne transmettre qu'oralement, et qui est plein de mystères ? Pauvre imbécile ! Seras-tu assez ingénu pour croire que nous t'enseignons ouvertement et clairement le plus grand des secrets ? Je t'assure que celui qui voudra expliquer avec le sens ordinaire et littéral des mots, ce que les philosophes écrivent, se trouvera pris dans les méandres d'un labyrinthe duquel il ne pourra s'échapper parce qu'il n'aura pas le fil d'Ariane qui le guidera pour en sortir. »
Il existe cependant des constantes qui concernent l'ensemble des voies extérieures

1) La Materia Prima, certains diront plus exactement une Matière Première. Si on considère que la Materia Prima est la substance noire universelle qui permit la manifestation, ISIS, la Vierge Noire, est le symbole de cette substance très dense par rapport à la matière de notre univers qui est un véritable trou.
2) Les sels ou un sel selon les voies.
3) Les étapes de l'(Euvre (séparation, solve, coagula blanc, coagula rouge, multiplication, transmutation) pour la voie du cinabre.
4) La Pierre philosophale qui est rouge, quelles qu'en soient les variantes, et fusible.
Mais quels sont les éléments clefs de la voie du cinabre ?
Pour les orientaux, il s'agit du cinabre extérieur, Wouei tan
1) Préparer, à l'aide de ce que nous foulons aux pieds, notre sel, en prenant bien soin que notre végétal soit bien

ancien, car le chaos est multiple, et précisé sans équivoque par GEBER, JEAN XXII et PARACELSE.
2) Séparer les constituants de la Matière Première sans feu vulgaire, mais avec le feu secret, est l'un des aspects majeurs de la manipulation circulaire ou périphérique.
3) Entamer l'(Euvre au Noir, à ce sujet beaucoup de voies du Mercure commencent directement par ce stade, les adeptes savent pourquoi. Mais le problème réside dans la vie du soufre et du mercure qui ne doivent pas être brûlés par le feu vulgaire, utilisé seulement dans certaines voies extérieures plus récentes dans l'histoire.
Les matières constituantes dé l'(Euvre doivent créer les mondes par le mouvement féminin horizontal circulaire et masculin axial vertical, puis noircir sous l'action des divers feux, sans oublier le Feu Céleste.
Quand la Couronne du Sacrifice apparaît, aller à la pêche au filet et couper la tête du Corbeau. Parfois certains inversent.
4) Travailler Coagula en saison sèche.
5) Procéder à l'Albification sans omettre la Barbe de l'Éternel.
6) Commencer l'(Euvre en Rouge progressivement en ne poussant le feu que vers la fin.
7) Multiplier trois fois, transmuter et préparer les élixirs.
8) Ingérer, aux équinoxes et solstices, l'Élixir de longue vie, manger et faire des opérations de la voie interne à l'aide d'objets en or de transmutation.
9) Utiliser la Pierre dans l'OEuvre interne (alchimie du

Nei tan), non seulement comme régénérateur mais dans son rôle efficace pour la Separatio, séparation du corps embryonnaire, ce pourquoi elle était faite réellement, car le fait de promener du mercure purifié sur l'œil de la main (centre de la paume), produit cette separatio.
Le mercure est ainsi un pont dans l'Univers. Si on recherche une relation entre le minéral et l'animal, elle pourrait passer par cette substance, il ne faut pas oublier que dans certaines alchimies secrètes du Cachemire, l'alchimiste extrait son sperme qu'il remplace par du mercure métallique purifié.
Des alchimistes de la voie extérieure ont pu constater le rôle de pont du mercure au niveau physique, et la possibilité d'interférence avec d'autres dimensions d'une situation phénoménale. Faut-il faire un rapprochement avec le fait que les Vimana à Swastykas sont propulsés au mercure, d'après les anciens textes indiens ?
Il s'agit là de processus liés à une alchimie classique, il est évident que les matières de l'OEuvre peuvent être traitées d'une autre manière. Par exemple dans le cas du mercure, il est possible d'utiliser d'autres soufres et moyens de purification6. Les plantes jouent d'ailleurs un grand rôle dans l'alchimie indienne où le mercure est travaillé jusqu'au 18 samskar, il devient progressivement Pierre Rouge. Ce même processus peut se rencontrer avec les autres matières (antimoine, plomb) mais plus diffici

5. Vaisseaux aériens des « dieux » ou de la race des géants.
6. Ainsi, la voie du Cinabre peut se faire d'une toute autre manière en partant d'un nitre que l'on trouve au bord des lacs ou que l'on doit recueillir dans certaines eaux.

lement car le mercure a l'avantage peu commun d'être en fusion à la température ordinaire qui est celle de la vie végétale ou animale sur terre, c'est un point de détail qui échappe trop souvent à certains alchimistes des voies extérieures'.
Il faudrait aussi se poser d'autres questions essentielles quant à la différence des pierres transmutatoires, selon que l'on part du mercure ou du plomb, non pas sur une transmutation mais sur les corps subtils et le corps humain. Il ne faut pas oublier que le mercure est dans la tradition indienne le sperme de SCHIVA, et qu'un sublimé de sulfure de mercure peut être bénéfique pour l'organisme, alors qu'un sublimé de su fure de plomb peut avoir un tout autre effet. Enfin les alchimistes indiens et thibétains connaissent le rôle important de ce métal sur la voie interne, particulièrement dans la separatio.

7. A ce propos, Paracelse donne bien des précisions sur la voie du cinabre dans « le Trésor des Trésors » : « Prends du cinabre minéral... »

Les courants rosicruciens et hermétistes

Les courants rosicruciens liés à la voie alchimique, plus ou moins directement, se manifestèrent tout au long de l'histoire et d'abord dans les Écoles de Mystères, lesquelles furent anéanties ou persécutées par l'Église chrétienne. LIBANIUS décrivit les opérations de destruction des temples païens conduites par des fanatiques « Les hommes vêtus de noir, portant des morceaux de bois, des pierres et du feu ; quelques-uns se contentent de leurs mains et de leurs pieds... Alors les toits sont abattus, les statues renversées, les autels détruits de fond en comble. Quant aux prêtres, ils ont le choix entre le silence ou la mort'. »
C'est à ce moment que les adeptes commencèrent à (-hevaucher le tigre, r c'est-à-dire à adapter les forces ahurissantes et leur donner un sens souvent traditionnel. Les cercles d'adeptes se réfugiaient dans certaines familles, puis dans certains ordres hermétiques, pour arriver à une époque que nous connaissons bien, le Moyen Age.

1. Libanius « Discours pour les temples ».

C'est au Xviue siècle, et plus particulièrement dans les pays où l'autorité centrale était faible, que les Sociétés Secrètes proliférèrent.
Un passage s'effectua des divers relais initiatiques, pour aboutir à l'Allemagne, passant par Venise, porte ouverte à l'influence orientale. C'est ainsi que nous savons que les van den RECK, dont la sueur ELISA fut la dernière Princesse de COURLANDE, et beaucoup de familles aristocratiques s'intitulaient Rose + Croix ; le siège de leur groupe était situé à Fez où se donnaient les dernières directives et où se conserve encore une stèle des Rose + Croix avec une liste des membres de cette époque. Le but de cette organisation était l'immortalité individuelle obtenue sur Terre en conformité avec les traditions égyptienne et taoïste. Un autre membre de cette organisation, le Conseiller Rudolf Johann Friedrich SCHMIDT, mort en 1761 à Hambourg, apparût à diverses personnes bien après sa mort dans un corps glorifié.
Cet ordre très secret et composé de membres hautains, puisqu'ils conservaient un mépris certain pour CAGLIOSTRO, ne doit pas être confondu avec certains ordres rosicruciens de l'époque, particulièrement les A URI et ROSICRUCIENS qui aboutirent progressivement à neuf grades. Ce critère des neuf degrés, contrairement à ce que publient certains auteurs modernes, n'est pas un critère d'authenticité, pour la simple raison que nous connaissons les étapes successives qui conduisirent à l'adoption de cette hiérarchie.
Puis vint la réforme consécutive au décret impérial qui chassait les Rose + Croix de l'Empire autrichien en 1766.

Cette réforme qui se fit en deux temps d'ailleurs, aboutit à l'obligation de la maîtrise maçonnique pour, comme le précise le livre de FESSLER, « Rozenkreuzerey », «s'assurer plus facilement de la volonté de connaissance chez les hommes ». Nous avons cité ce courant car il est à l'origine d'une recherche et d'une transmission importante en matière d'alchimie. Il faudrait préciser les titres d'auteurs de la Rose + Croix, dont le « Testamentum Thesaurorum a Fraternitate Rosae et Aureae Crucis », cité par Christopher MAC INTOSH dans son remarquable livre « La Rose + Croix dévoilée »2 et qui traite de la fabrication de l'Élixir de Vie à partir des fluides du corps. Ce même traité apporte des précisions sur la sueur et la salive, cette dernière traitée comme matière de l'OEuvre. Traité qui rejoint un des plus beaux chefs-d'oeuvre de la littérature alchimique : « L'Aurea Catena Homeri », écrit par une Rose + Croix d'Utrecht vers 1654 et publié pour la première fois en 1723. Il fut publié à Paris en deux volumes probablement pour la duchesse d'URFE, adepte de la science hermétique sous le titre : « La Nature dévoilée », et traite des divers aspects de la voie alchimique tels que « Opération sur l'eau de

2. « La Rose-Croix dévoilée » de Christopher Mac Intosh, Éditions Dervy, Paris. L'auteur précise que le Testamentum a Fraternitate Rosae et Aureae Crucis (Testament de la Fraternité de la R+C
d'Or, Bibliothèque nationale d'Autriche, Vienne) décrit les règles de l'Ordre et présente quelques processus alchimiques permettant de réaliser l'élixir de vie à partir de certaines secrétions humorales du
corps (sang, urine et salive). Ces processus sont à rapprocher de ceux de la Tradition Taoïste qui, nous le rappelle Catherine Despeux (« Zhao Bichen » Éd. Dervy), attache aussi beaucoup d'importance à certaines humeurs du corps : salive, larmes, rhinorée, semen...

pluye avec laquelle on fait les trois règnes,... l'homme, la vigne et l'or sont les trois clefs des trois règnes, description de l'Alkaest... »I.
Il faudrait citer aussi le livre de KELLNER « Officina Chymico Metallica Curiosa », sorti en 1723, qui enseigne d'une façon claire et facile le moyen de transformer le plomb en or et argent...
Plus près de nous, les Rose + Croix d'Or continuent sur ces mêmes voies dont le Docteur Bernard Joseph SCHLEISS von LOWENFELD (1731-1800) fut un des principaux responsables. Il s'appuyait sur les oeuvres de Christian KNORR von ROSENROTH (1636-1689) et François Mercure van HELMONT (1618-1699)4. Parmi

3. L'« Aurea Catena Homeri », la Chaîne d'or d'Homère, ou Annulus Platonis, parfois sous-titré Superius et Inferius Hermetis, fut publié en Allemagne pour la première fois en 1723 et connut au moins 12 éditions. Le titre est tiré de l'Iliade (VIII, 17-26) et signifie que le Monde est Un. Gérard Heym précise (revue Ambix, 1937) que l'édition la plus intéressante est celle de 1781 car elle est largement commentée par les membres de la dernière société pansophique allemande, sociétés qui avaient leur origine dans la Florence de Ficino et Cosimo de Medici. Ce traité eut, par ailleurs, trois traductions, l'une latine, les deux autres françaises, celle de Sitandre restée manuscrite, celle de Dufournel qui est plus une adaptation qu'une traduction, imprimée en 1772.
Il n'est pas inutile de reproduire ici un passage de cette ceuvre qui confirme certaines informations données précédemment quant à la Materia Prima de l'OEuvre alchimique : « L'animal est formé d'un sperme, substance aqueuse, et tout son organisme dépend d'un équilibre des humeurs acqueuses. L'eau est élément capital de tout corps vivant. »
4. Knorr Von Rosenroth et Mercure Van Helmont fréquentèrent assidument la cour du Duché de Sulzbach (Haut-Palatinat), impor

les oeuvres importantes de la Rose + Croix d'Or, il faut citer l'« Opus Mago-cabalisticum et Théologicum » de Gregorius Anglus SALLWIGT, qui traite des trois substances : sel, soufre, mercure. L'Ordre évolua progressivement pour ne recruter qu'au niveau de Maître-Maçon vers la fin du Xville siècle. Il comprenait 9 degrés ainsi distribués
1 - Junior
2 - Theoreticus 3 - Practicus
4 - Philosophus 5 - Minor 6 - Major
7 - Adeptus Exemptus 8 - Magister 9 - Magus
L'admission au dernier cycle coûtait 99 marks-or. Le lieu de réunion était tous les dix ans à Smyrne. Leurs pouvoirs semblaient miraculeux.
En liaison avec les Rose + Croix d'Or existait une société secrète très fermée : Les Frères Initiés de l Asie ou Chevaliers et Frères de Saint Jean l'Évangéliste venus d Asie en Europe, dont un des Grands Maîtres fut le prince Charles de HESSE-CASSEL, formé par le comte Hans-Heinrich von ECKER und ECKHOFFEN, conseiller privé du roi de Pologne. Les frères devaient aussi être Maîtres Maçons'. L'ordre communiquait une

tant centre ésotérique au XVIIe siècle. Ce duché sera au xvIIie siècle un des principaux centres de la R+C d'or. 5. Notons cependant que l'erreur consistant à faire automatique-

doctrine. La croyance en la rotation des âmes, tenue secrète dans certaines écoles hermétiques, était professée, elle devint plus tard la doctrine de la réincarnation, qui n'est pas aussi récente que le prétend René GUENON6, puisque le Bardo Thodol y fait allusion ainsi que le livre X de « La République » de PLATON. PYTHAGORE luimême reconnut ses armes d'une vie antérieure. Le Prince de HESSE écrit en 1821: « Le Seigneur qui m'enseigna ensuite tous les corps par où j'ai passé... »
Certaines croyances des Frères Initiés de l'Asie rappellent la notion de Boddhisattvas. L'origine orientale asiatique fut toujours attestée par les membres de l'Ordre mais aussi la kabbale et l'alchimie y jouaient un rôle important. L'Ordre était méprisant pour les autres ordres rosicruciens et les hauts grades de la Maçonnerie l'amusaient. Les dignitaires portaient des noms hébraïques kabbalistiques. Le Collège Supérieur formait le Synedrion avec 72 membres.
Nous ne citerions pas cet ordre s'il n'avait eu la clef simultanée des deux alchimies. Les deux premiers grades étaient probatoires. Ils se nommaient premièrement chercheurs, et deuxièmement souffrants.
Il y avait ensuite trois étapes supérieures
- Les Chevaliers et Frères de Saint Jean l'Évangéliste venus d'Asie en Europe.
ment d'un Rose + Croix un Franc-Maçon est souvent commise par ceux qui appréhendent mal ces questions. Il est non moins vrai que
l'appartenance aux deux sociétés est possible.

6. Guenon, remarquable dans certains écrits philosophiques, n'en
est pas à quelques affirmations gratuites.

- Les Sages Maîtres.
- Les Prêtres Rois, véritables Rose + Croix unis à Melchisédech.
Au troisième grade existait la pratique de la Pierre au Rouge. L'étape suivante était réservée à ceux qui pouvaient se libérer des penchants inférieurs. Elle abordait la constitution d'un corps de lumière éternel. On retrouve là exactement les étapes de la quête taoïste interne qui réunissait les voies alchimiques. Les initiés supérieurs de l'Ordre s'appelaient Les Pères et Frères des Sept Églises inconnues d'Asie. Notons aussi que la science pythagoricienne des nombres et des sons était utilisée. L'ensemble des connaissances de cet ordre était assez rare à cette époque.
Séparément ou parallèlement, parfois conjoint au courant Rose + Croix, plus particulièrement de l'Aurae Crucis, se perpétue un vieux filon hermétique dont les traces historiques sont sans équivoques. Nous avons pu compulser les documents de la Grande Loge d'Édimbourg, quelques européens les possèdent en photocopies, certains autres ordres actuels réservent cette histoire à leurs adhérents, encore que comme l'affirmait un responsable actuel belge il n'y ait rien de secret dans cette histoire, et qu'on peut en trouver tous les éléments aisément.
Ce filon, rescapé des Écoles de Mystères dans des périodes plus lointaines (les Fratelli Oscuri, etc.) devient plus apparent au Moyen Age, particulièrement dans l'Académie Romaine autorisée par SIXTE IV en 1471, dans les banquets platoniciens organisés en 1474 par Marcile FICIN. Le cardinal BEMBO fut membre de l'Académie de Ferrare ; c'est lui qui permit la récupération

et les études de la table d'ISIS, un des principaux documents de la voie alchimique interne. Son ami le pape LÉON X l'aida, il lui écrivit d'ailleurs une lettre qui demanderait une étude approfondie sur sa signification, dans laquelle il affirme : «Nul ne sait combien la fable de Jésus-Christ nous a été profitable. » Elle peut laisser penser que beaucoup d'adeptes f chevauchaient le tigre f c'est-à-dire qu'ils jouaient les cartes nécessaires â la sauvegarde du dépôt ésotérique, le meilleur moyen d'éviter la répression étant d'être dans la hiérarchie ecclésiale. Par la suite, ce filon s'occulta après les persécutions papales et celles de PHILIPPE II, roi d'Espagne et de Naples, pour se répandre dans les îles britanniques, particulièrement à travers la société Baconienne.
C'est à la suite de l'interdiction par CHARLES II en 1669 concernant les sociétés secrètes que Thomas STANLEY transforma les tavernes en clubs de priseurs (snuff-Takers), et opta pour une allégorie de la culture du tabac. Parallèlement, ce filon grâce à William PENN, s'implante à Philadelphie, s'étend en Amérique et retourne en France en 1778 où il prendra le nom d'Ordre des Nicotiniaques.
Nous avons les preuves historiques, cependant, d'autres courants parallèles à la même époque y compris dans le monde francophone. En 1780 nous le trouvons dans les Sublimes Maîtres de l'Anneau Lumineux, rite éphémère qui devint le 12e degré du Rite Écossais Philosophique'. C'est le plant de tabac rouge (MOLLY) connu par les Grecs qui était la plante symbolique. La hiérarchie était

7. Voir Appendice 1 : « Histoire de la doctrine pythagoricienne »

aussi pythagoricienne car si les cercles de l'Ordre sont des manufactures, le Vénérable Maître est un didascale. JeanMarie RAGON de BETTIGNIES, dont nous préciserons dans un autre chapitre le rôle important dans le courant hermétique, et Bernard Raymond FABRE PALAPRAT (1775-1838), fondateur des Néo-Templiers, avaient été reçus dans cet ordre hermétique.
Faut-il concevoir la filiation de l'Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem, expression actuelle des Néo-Templiers, comme ayant été le cercle extérieur d'un ordre plus fermé ? Il ne faut pas oublier que le Sâr PELADAN en fut grand Maître (1892). Or, on sait qu'il fut dépositaire d'une certaine filiation rosicrucienne et hermétique sur laquelle nous reviendrons. Il semble que cela soit le départ de cet ordre dit de semi couverture.
C'est l'attitude de l'empereur qui va être la plus révélatrice. Valentin ÉRIGÈNE écrit8 : « En 1808, l'empereur donna l'autorisation à FABRE PALAPRAT en tant que régent de l'Ordre secret des Templiers, d'organiser une somptueuse cérémonie commérorative à l'occasion de l'anniversaire de la mort de Jacques de MOLAY, dernier grand Maître du Temple, brûlé vif à Paris en l'an 1314. L'événement se déroula en grande pompe au Marais, le 11 mars, en l'église Saint-Paul-Saint-Louis, rue Saint-Antoine. Des témoins, dont Monsieur de MONTAGNAC, relatèrent que ce fut une représentation d'un grand faste, comparable au sacre de l'empereur. Napoléon, non seulement donna l'autorisation pour le dérou

8. Valentin Érigène : « Napoléon et les Sociétés secrètes », Éd. Chanteloup.

lement d'un tel événement, mais mieux encore, il ordonna qu'un régiment d'infanterie s'y rendît afin de constituer une haie d'honneur... »
Monseigneur Ivan de la THIBAUDERIE, dans « Églises et Évêques Catholiques non Romains » précise « Au début du siècle dernier, l'Ordre du Temple jouissait en France de la meilleure estime et comptait parmi ses membres des personnages fort distingués : le comte de LANJUINAIS, pair de France, le duc de MONTMORENCY, l'amiral FREYSSINET, le baron FRETEAU de PENY, pair de France, conseiller à la Cour de Cassation, le comte de BRACK, officier général au service de la France, le comte de LACEPEDE, Emmanuel de LAS CASES, l'amiral Sidney SMITH, le poète TENNYSON, le conseiller FUALDES, le magistrat de CAMPOS, Sir LAMBTON, Lord DURHAM, Napoléon de MONTEBELLO, Charles de MORNAU, Eugène NEY, le comte de CHOISEUL-STAINVILLE, etc. » C'est ainsi que nous apprenons qu'au sein de l'ordre existe aussi une hiérarchie religieuse, et que Monseigneur GUILLAUME consacra le grand Maître FABRE PALAPRAT le 20 juillet 1810. Le même jour il reconsacra subconditionné Jean MACHAULT évêque johannite, coadjuteur général. Il leur donna ainsi pouvoir de transmettre les ordres. L'Église johannite va connaître une expansion qui culmina entre 1831 et 1833 avec l'admission du public à la messe johannite. Nous ne reviendrons pas sur le problème des preuves historiques et sur certains faux de FABRE PALAPRAT, qui a pu créer une couverture.
La réalité qui se cache derrrière le phénomène historique peut ne pas apparaître. Si nous tombons dans

l'historicisme, toutes les filiations actuelles, maçonnique, rosicrucienne ou martiniste, sont des créations ex nihilo. Un examen attentif des textes de certains rituels, convents, etc., est suffisant pour s'en rendre compte. Sans parler des conventiculs tel celui de la FUDOSI, qui deviendraient explosifs, s'ils étaient extériorisés.
Pour en revenir à l'Ordre Nicotiniaque, beaucoup de frères étaient membres des derniers degrés du Rite de Misraïm. Il s'agit bien entendu du régime de Naples, ARCANA ARCANORUM, qui comportait aussi quatre degrés. Précédemment, comme actuellement d'ailleurs, le quatrième degré de l'Ordre Hermétique correspond à l'échelle de Naples, à tel point qu'un membre du degré sacerdotal est considéré comme 90e de Misraïm.
La filiation de ce rite, sur ces deux lignes (hermétique et Aurae Crucis), particulièrement à travers les frères PELADAN, et via Sâr HIERONYMUS9, se prolonge jusqu'à nos jours. Nous reviendrons sur la situation actuelle dans un autre chapitre.
Il n'est pas possible de parler d'hermétisme sans évoquer la filiation druidique, non pas au niveau d'un quelconque sacerdoce, mais pour la transmission de secrets initiatiques réels. Le titre ne signifiant pas grand chose, André SAVORET y fait allusion quant il écrit « Certains secrets n'étaient confiés ni aux druides schismatiques, ni même à tous les autres, indistinctement. » Il note par ailleurs que l'histoire rapportée par PLINE, quant à la constitution d'un neuf fait avec la bave de serpents,

9. Sâr Hieronymus : Émile Dantinne (19/04/1884-21/05/1969).

renferme un des secrets majeurs du sanctuaire. Il faut ajouter que l'histoire précise que « l'oeuf doit être projeté en l'air par les sifflements, qu'il faut le recevoir dans un sayon sans qu'il touche le sol, et que le ravisseur doit s'enfuir à cheval, poursuivi par les ophidiens jusqu'à ce qu'une rivière s'interpose entre eux et lui. Comme les mages sont ingénieux à frauder, ils prétendent qu'une, certaine lune est à choisir pour se procurer cet neuf, comme s'il dépendait de la volonté humaine de faire coïncider l'opération des serpents avec l'époque choi
sie 10 ».
Tous les éléments de la constitution du corps d'immortalité semblent ainsi réunis et donnés sans équivoque pour ceux qui connaissent les aspects pratiques de la voie interne, dite aussi quatrième voie, ou voie des substances. Nous reviendrons ultérieurement sur la question des sifflements nécessaires à la séparation, de même que sur la notion de monter à cheval, c'est-à-dire de savoir maîtriser son véhicule psychique (support le plus extérieur du corps de gloire), enfin de passer l'eau sans encombre, car il faut savoir faire le voyage avant la mort naturelle, comme le voulaient les écoles sérieuses des mystères, dont la plupart des soi-disant ordres initiatiques actuels ne sont plus que des parodies. Le degré de maître maçon (avec sa légende d'Hiram), celui de l'Ordre Hermétique (avec la légende d'Osiris et des éléments bien plus originaux que ceux de la maçonnerie), évoquent cette phase.
Les secrets celtiques furent souvent cachés dans la charbonnerie, chapeautée par des cercles ou ordres plus

10. André Savoret : « Secrets du Druidisme », Éd. Dervy.

fermés". Sans doute faut-il considérer l'Ordre Hermétique de l'Hermine d'Argent comme l'un des plus sérieux, même si sa situation actuelle, sur laquelle nous reviendrons, nous semble plus proche de l'axe immobile que de la manifestation.
11. Il est intéressant de rapprocher nos « Carbonari » de l'École derviche des Charbonniers, surtout si l'on sait que le terme « Fehm » signifie en Arabe aussi bien Noir que Connaissance. Les trois principaux degrés d'initiation soufie comportent l'exploitation du thème de la mort: Mort Blanche, Mort Verte, Mort Noire, suivie d'une renaissance.

Ordres actuels ayant un rapport avec une ou plusieurs voies alchimiques

Nous n'allons pas donner des précisions sur le type de voie alchimique que certains ordres détiennent, dans certains cas. Nous excluons de facto ceux qui s'attachent à définir des voies dites spirituelles, ou de verbiage en verbiage, avec le moteur de l'espérance, si essentiel (et si exploité) à l'être humain, on prétend conduire un élève vers la lumière, en lui laissant espérer plus dans les prochaines vies...
Tout d'abord il nous faut parler des filiations du courant dit Rose + Croix ou rosicrucien avec ses multiples facettes.
Les branches liées à 'l'ancienne ROSAE CRUCIS, plus précisément l'ancienne Rose + Croix d'Or, se perpétuent encore aujourd'hui, avec parfois des émergences, lesquelles ne doivent pas être confondues avec l'ORA, Ordre de Rose Croix d'Or qui fût un moment dépendant de Sàr HIERONYMUS, ni même avec les Rose + Croix d'or de Harlem, qui sont une expression du Lectorium Rosicrucianum fondé aux Pays Bas par van RIJCKENBORGH, mouvement chrétien gnostique, qui s'intéresse peu à la matière, ou en tout cas pas comme moyen de rédemption, selon les vues du manichéisme.

Dans une expression plus ouverte, la Rose + Croix d'Or se retrouve dans les cercles internes liés à la filiation HIERONYMUS et ELGIM1 (plus ouverte par rapport aux filiations internes : en fait ces cercles sont encore assez fermés actuellement, et c'est mieux ainsi). Ces ordres ne recrutent pas, ils se maintiennent par cooptation dans d'autres groupes ou dans la Franc-Maçonneriez.
Sâr HIERONYMUS avait amalgamé diverses filiations à sensibilité parfois opposées. Il est surtout connu dans le cadre de l'Ordre de la Rose + Croix Universitaire qui a neuf degrés (Zelator, Theoreticus, Practicus, Philosophus, Adeptus Minor, Adeptus Major, Adeptus Exemptus, Magister Templi, Magus) et conduisait à la « Rose + Croix Intérieure, à quatre degrés (Écuyer, Chevalier, Commandeur, Imperator). Ce courant à sensibilité chrétienne avait été dissocié de son expression païenne hermétique, réorganisée par François SOETEWEY (Sâr SUCUS), ce qui ne signifiait pas que ces ordres étaient en conflit. Il faut préciser cependant que la filiation hermétique était la plus complète au niveau

1. Maître Jean Mallinger.
2. Il n'est pas possible dans la conjoncture actuelle, et afin d'éviter les divagations d'auteurs en mal de sensations, de donner des précisions sur certains courants R + C très fermés, dépositaires
encore, entre autres, des deux voies (externe et interne). Faut-il préciser qu'il existait encore à Florence au xvlle siècle un « Ordre des Magiciens », scission des Frères de la Rose + Croix, au xve siècle, un Ordre plus interne que l'on retrouve à la clef d'événements dans d'autres pays.
C'est actuellement l'Amérique qui compte le plus d'Adeptes de ces voies internes.

de la filiation interne, elle perpétuait le vieux courant des ARCANA ARCANORUM dont nous aurons à reparler.
L'Ordre Hermétique' se présentait, et se présente encore, comme une forme de Maçonnerie plus occulte, pouvant donner l'orientation exacte aux autres maçonneries, en fait à juste raison, car la vieille filiation des ARCANA, et les degrés qui leur succèdent légitimaient cette prétention.
D'autre part, dans l'Ordre Hermétique se continuait toujours 1'AURAE CRUCIS. De nos jours, si l'ambition est moindre, les filons n'ont pas changé. Curieusement, il semble que ce soit une organisation de l'ex-FUDOSI qui a provoqué une occultation encore plus grande des autres filiations : il s'agit de l'AMORC (Ancien et Mystique Ordre Rosae Crucis), qui a adopté une manière américaine de publicité (acceptée, il est vrai par la FUDOSI), puis en Europe une méthode de cours par correspondance (non acceptée cette fois).
Donc, contrairement à ce qu'affirment certains auteurs, d'autres ordres de la défunte FUDOSI se per

3. Il faut rendre hommage au responsable actuel de ce filon, Sâr Neb Ta qui a su le conserver dans la ligne et l'esprit voulu par Sâr Sucus et Sâr Elgim, c'est-à-dire dans l'esprit des Écoles de Mystères
égypto-grecques qui n'ont pas besoin des ajouts ultérieurs kabbalistiques puis chrétiens, pour exprimer le message de lumière, et perpétuer une Théurgie active en relation avec les Dieux. Beaucoup
d'ésotéristes commencent à réaliser que les alphabets égyptiens et grecques peuvent être plus parlants, efficients et bien plus clairs quant à l'explication de l'Univers. Il est regrettable que les Écoles
qui détiennent leur signification ne se soient pas manifestées extérieurement.

pétuent, conservant les vieilles règles de cette FEDERATIO UNI VER SA LIS DIRIGENS ORDINES SOCIETATESQUE INITIA TIONIS.
A ce sujet, certains documents plus internes, dont un procès verbal contresigné par certains Sârs (dont nous ne pouvons faire état car nous risquerions de déclencher des crises inutiles) confirment ce que nous savions de la plupart des filiations, qui ne sont que des créations ex nihilo. Il est vrai que l'humain a besoin de refuges, et qu'une orientation culturelle et quelques exercices psychiques le satisfont pleinement, d'autant plus qu'il garde l'espoir que le degré supérieur lui donnera les clefs qu'il attend... Par ailleurs il faut reconnaître que certains étaient détenteurs des ARCANA ARCANORUM, c'est pourquoi nous nous sommes étendus sur ce sujet controversé.
D'autres détenteurs de filiations (ou soi disant...) avaient choisi un autre camp, celui de R. Swinburne CLYMER, grand maître de la fraternité Rosae Crucis, et ennemi de H. Spencer LEWIS (Imperator de l'AMORC) : il s'agit entre autres de Constant CHEVILLON, responsable de l'Ordre Maçonnique de Memphis Misraïm, de l'Ordre Martiniste, de la Rose + Croix Kabbalistique et de l'Église Gnostique (filiation BRICAUD, décédé en 1934, puis Henri Charles DUPONT, etc.). Ils signèrent un traité qui institua la FUDOFSI (Fédération Universelle des Ordres, Sociétés et Fraternités des Initiés).
Au sujet du rite de Memphis Misraïm, il faut noter que la FUDOSI avait aussi les siens car nous remarquons dans les ordres admis en 1934

- L'Ordre Maçonnique Oriental du Rite ancien et Primitif de Memphis Misraïm représenté par les frères GRUTER (33e, 97e), et FITAU (33e, 95e).
- L'Ordre Maçonnique Mixte de Memphis Misraïm, représenté par le frère Raoul FRUCTUS (33e, 98e), et le frère DESECK (33e, 66e).
La FUDOFSI reçut un coup fatal avec le décès de Constant CHEVILLON, assassiné par la milice en 1944. A ce sujet, il faut préciser qu'une certaine littérature peu informée a souvent assimilé le mouvement synarchique de CHEVILLON, issu des idées de SAINT YVES D'ALVEYDRE, à la synarchie (sorte de cercle de la haute finance que les chrétiens d'extrême droite combattaient). La mort de ce dignitaire, d'ailleurs chrétien lui aussi, fut causée par cette erreur de jugement. Il est à souhaiter que les courants aristocratiques se rapprochent plus de la démarche qualitative de la Gnose, que des voies plébéiennes de la foi ! Cela leur éviterait bien des erreurs fatales, et des orientations contre nature. Il est assez surprenant de nos jours de constater que des ahuris continuent à diffuser certaines confusions...
Notre propos n'est pas de disserter sur les règlements de comptes entre deux dignitaires d'ordres rosicruciens américains, conflits qui apparaissent bien dérisoires quand on connaît les dossiers. Souhaitons que le livre de Serge CAILLET « Sâr Hieronymus et la FUDOSI »4, avec sa remarquable préface de Robert AMADOU, soit repris un jour avec d'autres éléments plus substantiels...

4. Éditions Cariscript (Paris, 1986).

Toujours en restant sur la notion d'ordres et non d'associations (ce qui nous obligerait à traiter de trop de cercles tels que les Philosophes de la Nature, l'équipe de SOLAZAREFF qui a au moins l'avantage d'égayer un peu le microcosme alchimique)', il faut citer sur les mêmes courants deux cercles extérieurs
- La Collégiale AL KIMIA animée par un groupe d'adeptes issus de l'enseignement des Frères Ainés de la Rose + Croix, ordre sur lequel nous reviendrons, et qui est dépositaire de la voie du cinabre (il s'agit bien entendu du Wouei Tan).
- Les FAR + C, vieux collège réservé à trente-trois frères chevaliers, seuls des adeptes y sont cooptés.
Nous reviendrons ultérieurement sur la question des FAR + C, car c'est une des rares organisations à avoir de nombreuses archives et une histoire écrite. De même il faut noter qu'elle est la seule à témoigner d'une vieille pratique : la voie du cinabre. Il s'agit là d'un Wouei Tan (voie du cinabre extérieur), encore que nous ayons la preuve que certains Imperators connaissaient l'aspect interne, c'est le cas par exemple de Lord BULWER LYTTON6. Il ne faut pas s'étonner si on retrouve parfois

5. Citons aussi la société « Spagy Nature » qui anime des stages et diffuse un enseignement qui peut mener à une confrérie : la CHR + CHM. La société « Spagy Nature » enseigne la spagyrie et peut
conduire à une alchimie proche de la ligne Canseliet.
6. Sir Edward George Bulwer Lytton (1803-1873) fut le 51e Imperator des FAR + C (1849-1865), membre de la Société Thulé et responsable du Metropolitan College en 1871. Mais, contrairement à ce qui est souvent avancé, il ne fréquenta pas la SRIA.

dans l'histoire des maîtres d'une ou de l'autre voie et plus rarement de deux ou plusieurs à la fois...
En fait, peu de personnes supportent d'une part la diversité des voies, ensuite on peut être un expert d'une lignée et être complètement réfractaire à une autre. Enfin l'humain est ce qu'il est : facilement ahurissable, dogmatique né, il s'empare de la première idée, et ne la lâche plus... Là comme ailleurs, le cas des arts martiaux est typique, chacun applique son programme, et parfois heureusement. Mais, comme l'a dit un grand auteur « Celui qui n'a plus la possibilité de s'émerveiller, celui là est comme s'il était mort. » C'est pour ceux qui ne veulent pas mourir idiots que nous avons écrit ce livre où il n'y a pas tout, mais où il y a beaucoup pour ceux qui veulent devenir des traqueurs ou des chevaliers verts'. Encore une fois nous ne le répéterons jamais assez, ce ne sont pas les voies qui sont petites, mais les humains qui en sont les supports. On a bien d'autres preuves de nos jours de luttes idiotes et filiations dites opposées, dont les maîtres passés étaient en étroite relation amicale.
La fraternité Thérapeutique Magique de la Myriam8 F+T+M+M, vieille fraternité de moines rouges organisée au siècle dernier par Giuliano KREMMERZ, était le cercle exotérique d'un collège d'Adeptes, lié à l'Ordre

7. On qualifie ainsi ceux qui font vcuux de chevalerie errante et adoptent la couleur vert foncé pour la vêture et les armes, à l'instar' du comte Amédée VI de Savoie, qui fut appelé « le comte vert ».
Le chevalier vert subit ainsi une épreuve purificatrice, étape fondamentale de la quête hermétique.
8. Voir appendice 2.

Osirien. (Nous publions par la suite un texte d'un des maîtres de l'Ordre, commentaire de la 5e proposition de la « Table d'Emeraude »). L'Ordre s'est mis en sommeil. Les adeptes - dont semble-t-il faisait partie le Prince CAETANI, qui publia dans la revue « Commentarium » en 1911 un texte intéressant reproduit aussi par la suite - se réfugièrent au Canada, au moment du Concordat, appréciant sans doute fort peu le mariage fascisme-église. La MYRIAM, qui fut donc cautionnée un moment par Le Grand Ordre Égyptien, a perdu sa légitimité, par rapport au pyramidion ; situation que nous allons retrouver pour la Franc-Maçonnerie du rite de MemphisMisraïm en ce qui concerne les ARCANA ARCANORUM.

Les ARCANA ARCANORUM

On désigne ainsi les quatre degrés, parfois trois, ou un, d'un enseignement très secret qui constituait - et qui constitue encore - le pyramidion de certains Ordres. Parmi ceux-ci le plus connu fut le rite de Misraïm, devenu dans certains cas, associé au rite de Memphis9, le rite de

9. Le rite de Memphis eut et peut avoir encore dans certains cas un aspect interne. Le 86e degré « Sublime maître de l'anneau lumineux » fut une expression de la tradition secrète nicotiniaque des Arcana.
Par ailleurs les sept degrés égyptiens de la loge « Les disciples de Memphis » de Montauban, contenaient les enseignements de certaines connaissances ramenées d'Égypte par des officiers
français, d'autre part ils étaient aussi les héritiers des trois degrés « égyptiens » de l'Ordre des Architectes Africains créé en Allemagne

Memphis-Misraïm. Cet enseignement concerne une Théurgie, c'est-à-dire une mise en relation avec des eonsguides qui doivent prendre le relais pour faire comprendre un processus, mais aussi une voie alchimique très fermée, qui est un Nei tan, c'est-à-dire une voie interne. En effet, dans la Maçonnerie se chevauchent les deux alchimies, et pour qui connaît certains Ordres Internes, on sait avec précision quand ces alchimies furent introduites dans la Maçonnerie, tout en restant aussi dans leur contexte primitif, ce que ne savent pas la plupart des maçons actuels, fussent-ils 33e ou 95e, les degrés représentent uniquement les clefs symboliques. C'est ainsi qu'une partie de la Maçonnerie suggère sans équivoque la voie du cinabre. Par exemple dans le cabinet de réflexion où se trouvent Sel-Soufre-Mercure, dans le premier degré, on prépare le sel par les quatre éléments, précisés d'ailleurs par la formule VITRIOL du cabinet de réflexion. Enfin c'est au grade de chevalier Rose + Croix, qui développe un Wouei Tan (voie extérieure) et non un Nei Tan, que l'œuvre est plus développée.
En effet, le 18e degré concerne les deux étapes classiques de la voie extérieure
- La première étape, SOLVE, est bien décrite : « Le premier appartement est tendu de noir, ciel parsemé

vers 1768 avec trois grades : Apprenti des secrets égyptiens, initié... et Maître. Nous avons eu la preuve de cette survivance initiatique
en Égypte, sans doute des continuateurs de l'ancien Grand Orient d'Égypte dont le marquis Joseph de Beauregard était le G.M. en
1866. Celui-ci devint chef suprême du Rite en 1869. Cette ligne, s'autorisant de la succession directe, ne reconnut pas Joseph Gari
baldi comme Grand Hiérophante mondial.

d'étoiles, nuages obscurcis par les ténèbres pour le tableau, pierre cubique suant sang et eau... »
- La seconde étape, COAGULA, commence avec le second appartement « tendu d'une tapisserie lumineuse... » dans sa phase blanche, puis dans sa phase rouge, que nous n'allons pas développer, mais qui commence dans le second appartement et se termine dans le troisième.
Par contre, la voie interne est suggérée sans équivoque au 12e degré, après qu'il ait été précisé au 4e, à travers le symbolisme de la clef, que Le Saint des Saints est en l'homme. Au 12e degré, « Grand Maître Architecte », la suprême ambition des Grands Maîtres Architectes est de faire vivre en eux la vérité et de manger du fruit de l'Arbre de la connaissance, d'être des Dieux. On précise d'ailleurs que c'est un combat de tous les instants, et cela ne s'applique qu'aux maîtres, c'est-à-dire à ceux qui sont en chambre du milieu, qui ont donc atteint le centre, l'état HIC et NUNC, que ce soit au début ou à la fin des travaux. Le maître est à midi ou à minuit toujours sur l'Axe (rappel de la conscience de la verticale par la pratique constante de la Présence). De plus amples explications sur cette voie, et sa traduction philosophique, sont données dans le 28e degré « Chevalier du Soleil » ou Prince Adepte. Enfin, il faut reconnaître que la clef terminale opérative, ou d'application pratique, était et est encore l'échelle de Naples (87e, 88e, 89e, 90e du Misraïm) ou ARCANA ARCANORUM. A ce sujet certains Grands Hiérophantes de Misraïm ou de Memphis-Misraïm ne savent pas que les ARCANA ARCANORUM ne se trouvent pas que dans leur Ordre, mais en plus

complets dans d'autres cercles plus fermés et même parfois sur des lignes plus anciennes - je fais allusion à la filiation grecque pour les experts -, que l'on peut les avoir sans rien y comprendre, enfin il faut préciser que certains Grands Maîtres ne les ont pas 10 ! Et qu'ils doivent être assistés d'une TRADITION ORALE. Comme me le précisait un maître réel des ARCANA : « Peu les ont, encore moins les ont compris, très rares sont ceux qui ont l'autorisation de les assister". »
Il semble que cette vieille structure initiatique ait fabriqué la couverture misraïmique, entre autres, assez tard. Ce type d'enseignement doit pouvoir se retrouver dans des ordres très fermés, dont nous ne pouvons citer

10. Le Grand-Maître actuel du Rite de Memphis-Misraïm, Gérard Kloppel (successeur de Robert Ambelain depuis 1985) nous a précisé que les Arcana Arcanorum, contenus dans les 87, 88, 89e et 90e degré du Rite, ainsi que les instructions secrètes conjointes ne sont pas systématiquement données aux Frères titulaires même du 95e degré. Il en est de même pour le 66e qui n'est transmis qu'aux FE.. ayant une filiation gnostique parallèle valable, de même le 20e degré, « Chevalier du Temple » au sein duquel est déposé la filiation Templière. Ainsi, en fonction de leur degré d'évolution, les FF... reçoivent certains degrés très ésotériques, mais qui doivent être donnés en dehors de la E M. classique, même si ces degrés sont réservés à très peu...
11. Ces enseignements doivent être compris d'une part, et surtout pratiqués, faute de quoi ils perdent leur valeur. Or, à ce sujet il faut reconnaître qu'il demeure peu de hiérophantes opératifs, surtout sur les supports des A.A. Maçonniques. Une dernière précision s'impose. En effet, beaucoup de 95e ou 90e ne les ont pas reçus, soit que ceux qui leur ont donné ces degrés ne possédaient pas l'enseignement interne, soit qu'ils n'aient pas jugé bon de le leur communiquer.

les noms, mais liés à certaines organisations du monde anglo-saxon et germanique. Il ne faut pas oublier que le Maître de KREMMERZ, IZAR (Pasquale de SERVIS) et BULWER-LYTTON appartinrent au même Ordre Hermétique. Le Metropolitan Collège ou la SRIA ont pu servir de couverture à un moment, quant au nom de l'Ordre dépositaire au cours des siècles de l'enseignement le plus prestigieux, il ne doit pas être donné et demeure insaisissable.
En matière de Maçonnerie initiatique, si on tient compte des critères traditionnels
- structures aristocratiques (sous l'autorité du Grand Hiérophante),
- spécificité des initiations masculines et féminines à certains degrés,
- légitimation par le pyramidion, en l'occurrence les ARCANA ARCANORUM sur une ligne continue et sans équivoque,
il faut reconnaître que le Grand Sanctuaire Adriatique est l'obédience qui devrait servir de référence, y compris au soi-disant Francs Maçons réguliers. Le livre remarquable du comte Gaston VENTURA « Les rites maçonniques de Misraïm et Memphis »12, pose bien certains problème. Le frère Sébastiano CARACCIOLO, 33e, 90e, 97e , est le Grand Hiérophante actuel, et maintient l'Ordre dans la ligne traditionnelle.
Contrairement à ce qu'écrit le frère BRUNELLI dans son livre : « Rituali dei gradi simbolici della massoneria

12. Éd. Maisonneuve et Larose (Paris).

di Memphis misraïm », la pratique du petit arcane naturel n'est pas l'apanage du rite égyptien de Cagliostro, ou de l'Ordre d'Osiris. Comme l'auteur ne le sait pas les ARCANA ARCANORUM ont toujours existé sur la ligne pure, c'est-à-dire exempte de tout caractère judéo chrétien, tant dans le monde anglo saxon que dans la francophonie et surtout dans leurs pays d'origine : la Grèce qui recueillit l'héritage égyptien, ces filons sont plus complets et certains se sont même exprimés dans certains congrès pythagoriciens, précisant qu'il existait une voie secrète pythagoricienne donnant la certitude de l'immortalité. CAGLIOSTRO comme malheureusement KREMMERZ par la suite, ont adapté certains enseignements pris dans ces écoles, adaptation d'ailleurs dont on a pu voir le résultat et qui heureusement ne représentent pas l'esprit des ordres originaux, lesquels aujourd'hui comme dans le passé réussirent à passer inaperçus. Ces antiques filiations sont restées heureusement très fermées (comme la plupart des courants internes). Certains passèrent en Amérique, et y sont encore.
Il existe aussi un courant en rapport avec une vieille alchimie de réintégration, fort dangereuse en Kali Yuga, liée au couple et conservée jusqu'au siècle dernier dans certaines familles qui agrémentaient leur mariage religieux et mondain d'un rituel réservé aux intimes, dans lequel le fiancé vêtu de rouge et la fiancée vêtue de bleu tournaient autour d'un Caducée tenu par Mercure-Hermès. C'est ainsi que nous eûmes la première révélation d'un secret interne réservé à certaines d'entre elles. Le journaliste qui fut admis à la cérémonie, ne fit que la relater sans en comprendre le sens. Cette filiation se

corme aiteree, comme a autres uernierement. L une ae ces branches est dite du comte de CATENAIA (Erim). Le comte Umberto Amedea Alberti di CATENAIA, de la noblesse florentine, fut un valeureux officier durant la première guerre mondiale. Il transmit un enseignement réservé aux couples traditionnels, c'est-à-dire indissolubles, voie d'Amour et de réalisation à deux, mais fort dangereuse car ici le couple doit être réel, ce qui est fort rare en Occident (Un ouvrage extérieur fait allusion à cette voie réellement alchimique : « Il conseguimento
celestiale » de ERIM 13). On la retrouve en ligne plus
essentielle dans les courants du Dragon ou du Serpent et de la Mère. Un document sur ces filiations, plus interne, sera publié sans doute prochainement.
Les courants occidentaux, purs, sont aussi dépositaires de l'alchimie de l'œuf du serpent, à laquelle nous avons déjà fait allusion à propos de l'« Ordre Hermétique de l'Hermine d'Argent ». Cet ordre s'est occulté après la disparition de son dernier Grand Maître, Joseph CHARPENTIER, décédé en 1967 dans son château des Brousses de Bellevue, à Saint-Mars la Jaille, comme le précise le druide KERDASTOS. L'ordre prêchait en secret le retour au règne de la nature, considérée comme le vêtement majestueux, pur, illimité, de l'esprit divin... On comprend que comme pour les autres filiations secrètes, il ne pouvait que s'occulter totalement et enterrer le « Grimoire Vert », sorte de compendium ésotérique.
Il existe dans une certaine église chrétienne toujours

13. Éd. Zéphir (Italie).

en vie actuellement (christianisme ésotérique, gnostique), et de tradition directe, une filiation de même nature, mais elle n'a rien à voir avec l'Église Gnostique de France qui n'est pas en possession des éléments précis et internes de cette filiation.
A ce propos, ni les Martinistes, déjà cités, ni les Martinézistes, et autres ordres très en vogue de nos jours, n'ont aucune trace de ces enseignements. Il en est de même pour les autres créations ex nihilo. Ce qui n'enlève rien à la valeur de ces cercles de recherches, bien au contraire, ils sont utiles dans un premier temps. Certaines figures de Martinez de PASQUALLY, tableaux des opérations Élus Coens, prouvent cependant que l'auteur connaissait l'Arcane. Il en est de même pour LouisClaude de SAINT-MARTIN.
Les filiations internes dites du Serpent ou du Dragon, sont soit réservées à certaines familles depuis des siècles, soit à certaines aristocraties de sensibilité plus sèche, tels que l'Ordre du Dragon14, les Frères de la Croix Lumineuse... Ce courant, dirons nous, est à tendance soit Chamanique, soit Bouddhiste, soit Hermétique et Tantrique, ce qui n'empêche pas la compassion. Outre quelques familles connues, Paracelse les fréquenta, et plus près de nous le prince CAETANI, qui prendra le contre-pied de KREMMERZ (en matière d'ésotérisme). Très peu d'humains ont accès à cette filiation, et sans doute là aussi il y a une seule manière de se présenter dans le temple

14. L'ordre du Dragon : le premier Ordre était dépositaire de la filiation hyperboréenne de Transylvanie, voie chamanique et
hermétique réservée au Roi, à la Reine et à vingt-deux membres de familles aristocratiques, exilés depuis la révolution marxiste.

et de regarder ceux qui sont devenus des Soleils dans Saturne, ou des porteurs de la Croix Lumineuse. Voie réservée uniquement aux éveillés, elle est insaisissable à l'heure actuelle, car elle demande plusieurs qualifications simultanées, bien éloignées des préoccupations de l'être humain moderne, fut-il ésotériste.
Hermann de CILLEI, membre célèbre de l'Ordre du Dragon, écrivit : «Votre Corps immortel existe déjà. Faites grandir cette autre réalité en vous, laissez-vous posséder par ce Réel. Soyez celui qui ne dort jamais, qui ne succombe pas aux automatismes, celui qui ne s'oublie jamais une seconde, un homme vainqueur du coma, triomphateur de la mort. Votre corps suivra. Comment pourrait-il subir la loi de la décomposition? Votre esprit éveillé retiendra entre elles les molécules de chair, dès lors le corps ne pourra plus tomber. C'est le manque de vitalité, de volonté, qui fait que le corps s'effondre en poussière, comme une maison dont on retirerait les moellons... Il faut d'abord agir sur le double, le rendre autonome, le forcer à sortir du corps, à errer dans le plan astral, lui apprendre à vivre sans dépendre du corps et de ses habitudes. Lorsque le double est parfaitement maîtrisé, alors la conscience peut quitter le corps et venir habiter ce double. Après la mort, le double continue à errer, vous devez alors le nourrir avec la vitalité qui est contenue dans le sang... »
Les cercles d'Atoum15 ont gardé un témoignage cul

15. Les Cercles Atoum sont une des expressions extérieures de l'OSIHA (Ordre Souverain Interne et Hermétique d'Atoum), et témoignent de certaines filiations internes. Cet Ordre est réparti en trois classes distinctes (noire, blanche, rouge) et implique la nécessité

turel de ce courant. En effet, la matière de l'oeuvre de nos jours et de plus en plus pervertie, d'où la difficulté de certains ordres tels que l'Ordre Souverain Interne et Hermétique d'Atoum, en sommeil (expression d'une filiation plus ancienne dont il n'est pas opportun de citer le nom), pour se maintenir. Il semble qu'à l'heure actuelle seules les filiations spirituelles conviennent, elles ont d'ailleurs un grand succès, pourtant la matière est bien le reflet de Dieu, et il est lui-même en éternelle gestation. La mettre de côté philosophiquement et pratiquement, est une preuve de l'évolution pathologique et subversive du monde moderne.
La Tradition n'est jamais morte, certains pays comme les Indes devraient être la référence, tellement les courants issus de cette terre sont bien plus vrais, et profonds, que les traditions issues du judéo-christianisme. Un autre pays, l'Égypte, a été trop déconsidéré, il faut rendre hommage à SCHWALLER de LUBICZ d'avoir su si bien transmettre l'esprit de la tradition égyptienne, dont il était dépositaire comme nous le savons par certains textes. Cette tradition n'est pas liée à une quelconque personne ou à un quelconque ordre, voulait-il faire croire qu'il est autorisé. Le symbolisme de la Rose + Croix lui-même est très ancien, comme le démontrent les tombes du monastère de San Juan de la Pena, où on retrouve les croix soit avec la rose centrale, soit avec les quatre roses, croix qui datent du xIe siècle, et qui témoignent avec l'Ordre de Saint-Jean d'un terrain qui appelle les émergences plus tardives.
des trois filiations de base (artisanale, guerrière, sacerdotale) à l'extérieur pour être admis.

Précisions sur les Rites de MEMPHIS et de MISRAIM

La situation actuelle de ces rites est très confuse, cependant on ne peut pas pour autant admettre certaines déviations dont les auteurs se prétendant 90e et 95e ignorent jusqu'au nom des ARCANA ARCANORUM, d'autres les citent sans même savoir qu'il s'agit d'une classe occulte à contenu doctrinal et pratique. Une publication historique concernant la doctrine de ces rites, où les règles de transmission sont encore plus sévères que dans les autres rites, résumera la situation actuelle'.
A l'heure actuelle, si on excepte les Loges de Memphis encore existantes en Égypte (ligne du marquis de BEAUREGARD), on doit reconnaître du point de vue des Arcana Arcanorum et de la transmission de Hiérophante à Hiérophante que les filons suivants sont les seuls acceptables
- Le Grand Sanctuaire Adriatique, la plus traditionaliste des Obédiences qui représente une réunion des rites du Misraïm et du Memphis dans l'esprit primitif de ce courant. Le Grand Hiérophante actuel Sebastiano CA

1. A paraître aux Éditions Axis Mundi.

CARACCIOLO, successeur du Comte VENTURA, lui-même successeur du Comte Ottavio ZASIO, a eu la transmission de l'aspect interne des Arcana Arcanorum.
- L'ensemble des Loges du Misraïm et du Memphis (rites séparés), il s'agit là de loges dites de la filiation PROBST BIRABEN, avec divers Grands Maîtres nationaux et un Grand Hiérophante (actuellement le Frère BRUNNINCK de Belgique - seul détenteur des sceaux de l'Ordre). Implantées par DUBOIS en France et BRUNELLI en Italie, ces loges ne se sont jamais complètement fédérées, ce qui est déplorable au niveau des classes secrètes que certains Grands Maîtres pratiquent de manière scénographique car ils n'ont reçu ni le contenu doctrinal, ni la praxis initiatique. Cette ligne est étroitement liées à l'Ordre Hermétique (détenteur des Arcana Arcanorum) dont BOGÉ de la GREZE fut d'ailleurs responsable pour la France.
- L'Ordre de Memphis-Misraïm (Grand Hiérophante Gérard KLOPPEL, successeur de Robert AMBELAIN) qui, par précaution, a réservé les classes occultes à seulement quelques-uns des détenteurs des 90e et 95e degrés, d'où certaines confusions. Beaucoup de frères ne comprennent pas les relations étroites de cet ordre avec des obédiences sociales (Grand Orient...).
Il existe par ailleurs des loges pratiquant l'un ou l'autre de ces rites et se rattachant à l'une de ces filiations, parfois aussi à la filiation PLATOUNOFF, certaines travaillant parfois avec plus de sérieux que leurs détracteurs ne le pensent (cas des loges de la G.L.I.S.). Il est vrai que jusqu'au 33e degré les problèmes ne se posent pas car, selon la tradition de ces rites, un 33e du Rite Écossais

Ancien et Accepté ne peut prétendre qu'à l'équivalence avec le 77e degré selon les précisions de RAGON de BRETIGNIES, ou au 87e en tant que responsable d'un groupe de création nouvelle (Obédience récente, cas d'un Grand Maître d'un pays), les trois derniers grades restant « voilés » et de toute manière dépendent du Grand Hiérophante. C'est pourquoi certains Grands Maîtres ne les ont pas et ne peuvent prétendre à la légitimité.
Contrairement à ce que prétendent certains Vénérables, les problèmes des filiations est fondamental ; le sérieux en loge bleue implique le même sérieux dans les ateliers supérieurs à moins qu'on n'ait rien compris à la notion du rite, surtout quand il est dépositaire d'une praxis et d'un corpus initiatique ) suffira pour accéder au 18e ou au 30e, malheureusement on compte par milliers ces exemples d'une véritable imposture.
Comme l'a indiqué le G.M. BRUNELLI dans ses remarquables ouvrages sur les rites de Misraïm et Memphis, d'autres ordres succèdent aux Arcana Arcanorum. Mais nous sortons ici de l'aspect maçonnique pour découvrir quatre ou cinq autres ordres (Grand Ordre Égyptien, Rites Égyptiens ainsi que trois autres que nous ne pouvons mentionner).

Gnostiques et Rose + Croix en Corse, une permanence de la tradition

A diverses reprises, certaines régions vécurent le souffle de la TRADITION, parfois rélié à une rébellion face au pouvoir. Si nous citons le cas de la Corse, c'est que ce pays sauvage dont les habitants à mentalité guerrière, comme le précise NIETZSCHE, ne pouvaient s'accommoder d'un pouvoir extérieur lié aux valeurs mercantiles du troc et non aux conceptions aristocratiques et communautaristes. Ainsi furent conservées très secrètes diverses traditions, auxquelles nous ne ferons qu'allusion extérieurement, mais en nous appuyant sur certains textes qui cernent suffisamment le problème et qui prouvent que dans l'histoire mouvementée de ce pays, l'ésotérisme joua un rôle non négligeable.
Si les cathares corses prospérèrent durant toute une partie du XIVe siècle, avec une doctrine et un but sans doute un peu différent des cathares de France, puisqu'un de leurs détracteurs FILIPINI affirme: «peut-être voulaient-ils renouveler cet âge d'Or que les fictions des poètes placent dans le temps de Saturne », et bien que dirigés efficacement par POLO et Henri d'ATTALA au point que ce même détracteur écrit : « la secte se multiplie

bientôt d'une manière étonnante non seulement dans le delà mais aussi dans le deçà des monts », ils n'en furent pas moins anéantis avec une brutalité sauvage... Et ce à la suite de la réaction du pape INNOCENT VI qui déclara les Giovannali (c'était le nom de la secte) hérétiques et les excommunia avant d'organiser la répression.
Ce courant, plus proche de la gnose de CARPOCRATE - qu'on devrait plutôt appeler la Gnose d'ÉPIPHANE, son fils, qui lui donna l'aspect communautariste - que des cathares, subsista jusqu'à nos jours, comme le confirme PIOBB'.
Celui-ci était le comte Pierre VINCENTI PIOBB (1874-1917), en fait avant abréviation VINCENTI da PIOBBETTA. En 1893 il fonda un écho de la Corse à Ajaccio. Il publia le « Formulaire de Haute Magie » en 1907, en 1908 une étude : Vénus. En 1909, un de ses articles fait sensation, il s'agit de « La fabrication de l'or », publiée dans « La Revue des Revues ». Ami de Charles BARLET, il fut très discret sur certaines filiations. Pourtant ii écrit dans sa « Clef Universelle des Sciences Secrètes », d'abord sur l'alchimie : « Ce qu'on appelle l'art d'HERMÈS désigne alors l'alchimie, le minerai d'HERMÈS étant le métal mercure », puis sur un aspect important de la Gnose en relation avec l'histoire de la Corse «Plus possible de se tromper: la Bible peut être lue et interprétée complètement, chrétiennement avec fruit. On a appelé cela la Gnose, et on a condamné,

1. Auteur de «La Clef Universelle des sciences secrètes», Éd. Ominium Littéraire, du « Formulaire de Haute Magie », Éd. Dangles et de « Vénus, Déesse magique de la chair », Éd. d'Aujourd'hui.

poursuivi, martyrisé même les gnostiques. Certains, il est vrai, versaient dans des erreurs répréhensibles. Mais d'autres étaient simplement Johannites conservant en secret les enseignements de Saint Jean, auteur de l'Apocalypse. » Il précise plus loin : « Les Johannites, qu'en italien on disait giovannaï, ont été persécutés au xive siècle. Beaucoup se réfugièrent en Corse. Ils y furent impitoyablement exterminés. Quelques-uns pourtant ont échappé au massacre, et c'est là un fait ignoré. Il y a dans une haute vallée de l'Ile, dont les eaux coulent vers l'Est, en un endroit si inaccessible qu'on ne peut l'atteindre qu'à pied, toute une famille de Giovannaï qui vit retirée, presque sans relations, avec personne d'alentour. Les hommes portent des prénoms bizarres, tirés du grec : ils s'appellent Chiron, Geryon, Scamandre, Priam, les femmes Perséphone, Aphrodite, Pallas, Hécate. Ils se marient entre eux. Mais si par hasard, quelque jouvenceau tient à épouser une jeune fille d'un village voisin, les parents de la fiancée ne sont pas autorisés à assister au mariage religieux. Celui-ci a lieu dans une chapelle basse où jamais un prêtre n'a officié, ou personne d'ailleurs sauf un Johannite n'a pénétré. Et plus tard, la jeune étrangère ne révèle sous aucun prétexte les rites auxquels elle a assisté. Je tais moi-même le nom de cette bourgade pour éviter à ces braves gens les ennuis qu'ils redoutent toujours. »z.
Il serait intéressant de faire une parenthèse pour aborder certains problèmes de la magie corse, non pas dans ses aspects populaires comme l'a fait un récent

2. In « La•clef universelle des Sciences secrètes ».

ouvrage, mais à travers l'étude de filiations plus fermées. Nous avons eu l'occasion de constater les effets indiscutables d'une certaine théurgie, basée sur l'évocation des ancêtres, dite de « la clef des morts », placée préalablement d'une certaine manière dans l'Évangile de Saint JEAN, et de bien d'autres aspects tangibles'. De même que nous pûmes constater combien la relation avec certains adeptes de la présence à soi-même était difficile, tant leur densité traumatisait les autres paysans, quand ils retournaient au village, après de longues retraites. Nous pûmes aussi observer comment dans un état de conscience différencié et de paix illuminatrice, un des hobereaux faisait participer les objets du château à la fête cosmique. C'est d'ailleurs Maître COLONNA d'ANFREANI qui nous avait recommandé d'écrire un équivalent de « Rencontres avec des hommes remarquables », pour montrer que certaines terres d'Europe détenaient encore des dépositaires de la Tradition.
Ce fut dans ces mêmes circonstances qu'un membre de l'aristocratie corse me remit un vieux témoignage sur la Rose + Croix'. Il ne nous est pas possible de citer tous

3. La Filiation corse possède des rituels s'apparentant par de nombreux aspects à ceux du « Sacramentaire du Rose + Croix »
(Robert Ambelain, Éd. Scientifique), particulièrement au niveau des « Sorts de Saint-Jean » où l'on retrouve l'utilisation de la Clef des
morts. Mais l'invocation est différente car la Filiation corse utilise directement le début de l'Évangile de Saint-Jean, ce qui est plus réel
au niveau de la Tradition que les prières chrétiennes mentionnées dans le Sacramentaire. De plus, elle se base aussi sur l'évocation
des ancêtres ce qui rend le Rituel très puissant:
4. Une fraternité Rose + Croix a effectivement existé jusqu'à un certain moment, dans des circonstances tellement curieuses qu'il

les noms de ce cercle de « JO » corses' et d'autres, rebelles de la montagne, dépositaires de l'attitude la plus juste qui se puisse concevoir pour recevoir la coupe du GRAAL, mais qui ne purent beaucoup communiquer, faute d'éléments qualifiés pour recevoir une science avec la conscience indispensable. Cela pour revenir après l'histoire des Giovannali (ou giovannaï) à une deuxième rébellion, toujours à caractère ésotérique.
Nous citerons une phrase en apparence anodine, que les lecteurs peuvent trouver dans une « Apologie de la Rose + Croix » reproduite en partie dans une étude de J.M. RAGON parue vers 1860: « L'histoire du Baron de NEUHOFF (il s'agit du Roi de Corse), n'est que l'histoire de l'établissement du chef-lieu de notre Ordre dans l'île. » Cette révélation est d'une importance majeure étant donnée la notoriété de l'auteur, mais qui est cet historien de la Franc-Maçonnerie ?
Jean-Marie RAGON de BETTIGNIES (1781-1866) exerce sous l'Empire les fonctions de caissier à la recette générale de Bruges (Belgique), alors département français. Il est initié dans cet Orient (c'est-à-dire ville) à la loge « Les Vrais Amis » qui connaît grâce à sa personnalité une certaine notoriété, et en devient le Vénérable Maître. Il appartient également à la loge « Phoénix » du Grand Orient de France, et au Rite de Misraïm. Enfin, il anime

n'est pas possible même à l'heure actuelle (les Corses qui sont concernés savent pourquoi) de donner des précisions. Pourtant ces témoignages tangibles existent toujours et furent enregistrés.
5. Il faut rapprocher le JO du IO qui se trouve devant les noms d'aristocrates de Transylvanie, parenté surprenante à plus d'un titre Régime de Naples Le roi de Corse, lui, n'a jamais mis en avant ces distinctions qui semblent d'ailleurs fabriquées de toutes pièces. Jamais pourtant il ne révélera qu'il est membre de l'Ordre de Sainte-Marie des Allemands, c'est-à-dire Chevalier Teutonique. Une remarque s'impose : dans cette première moitié du xviIIe siècle, n'est pas Chevalier Teutonique qui veut ! La règle de cet Ordre, né aux alentours de 1128 en Terre Sainte, s'apparente à celle des Templiers. Il est difficile, aujourd'hui encore, d'imaginer la puissance et la richesse de cette Chevalerie à la fois religieuse et militaire qui a entretenu cent cinquante hôpitaux et qui possédait, en Prusse seulement, quatre-vingt-dix villes et cent villages. »
L'énigme de ce baron qui n'a eu qu'à se baisser pour ramasser un trône, reste posée. Plus de deux siècles après son entrée dans l'histoire de la Corse, bien des mystères restent à élucider. Pour le compte de qui a agi Théodore ? A-t-il voulu, sur un coup de poker magistral, s'octroyer

6. In « Vive le Roi de Corse » de Jean-Baptiste Nicolaï, Éd. Cyrnos et Méditerranée.

un trône par pure ambition personnelle? Les sociétés secrètes naissantes, initiatrices des Lumières, n'ont-elles pas joué la carte Corse pour prouver à l'Europe en fièvre la possible constitution d'un état de fraternité ?
Le baron de NEUHOFF est, quelque temps après son arrivée, proclamé roi de Corse... Et par qui, grands Dieux Il n'est pas ici dans notre intention de
tirer moralité de cette méchante affaire, dans laquelle on 3 voit le peuple le plus libre du monde se livrer pieds et poings liés aux caprices d'un aventurier. Ainsi le 20 mars 1736, Théodore débarque à Aléria. A peine a-t-il mis le pied sur la terre ferme qu'il signe une adresse aux Illustrissimes Seigneurs de l'Ile, qui, en fait, sont les chefs des insulaires en révolte contre l'occupant génois : « Me voici enfin en Corse, proclame-t-il, où m'ont appelé de leurs prières des corses, et les nombreuses lettres que j'ai reçues d'eux... »
René de WEECK7 révèle comment Théodore et le chanoine ALBERTINI devaient se reconnaître l'un et l'autre membres de la Rose + Croix. Deux jours après avoir réalisé l'accord des chefs corses sur sa proclamation, Théodore décide de prendre un peu de repos. Il congédie tout le monde, à l'exception de Don Joseph ALBERTINI qu'il fait asseoir à son chevet. « Théodore étendit sa main à plat sur la couverture, raconte de WEECK, et contempla fixement, à l'annulaire, le châton d'une bague. Les regards du prêtre suivirent les siens et s'arrêtèrent sur le

7. In « Vive le Roi des Corses ».

même objet. C'était une pierre dure, noire, de forme carrée, sertie dans de l'or jaune ; l'entaille, très nette, figurait une croix de Saint-Jean, ornée aux quatre angles de roses épanouies. Sous les pans de son rabat, le chanoine tira une chaîne à médaillon où apparaissait, gravée pareillement, la même figure.
- Frère, dit-il, je te salue. Sans le savoir, c'est la cause d'un frère que j'ai plaidée l'autre jour à Matra. Comme j'avais raison de leur dire, à ces ignares, qu'un homme de ta sorte, abordant sur nos rivages dans les jours où l'église célèbre l'Annonciation de la Très Sainte Vierge, leur apportait la délivrance.
- Tu ne t'es pas trompé, frère, répliqua Théodore. »
René de WEECK, dans une note placée en fin de son ouvrage, prend la précaution de préciser que dans son récit rien n'est inventé. Il rappelle aussi comment le chanoine ALBERTINI sombra dans l'anonymat. Après avoir cité devant l'official par les autorités ecclésiastiques pour ses travaux de kabbalistes, Don Joseph fera amende honorable. Aucune peine canonique ne lui sera infligée. Et le brillant théologien terminera sa carrière terrestre à Buccugnanu, comme simple curé de ce modeste village de montagne.
NICOLAY, raconte une autre anedocte : « Il faut croire que sur le plan de la foi, le Rose-Croix Théodore et Paoli parlent le même langage. Au cours d'un repas ce dernier placera, entre autres, ce tercet, à la gloire du Roi :
"Qu'il m'assiste aujourd'hui, le Dieu plein de vigueur ! Et qu'il m'aide à placer le Roi et ses mérites Dans le vaste séjour de l'immortalité..." »

Le roi de Corse tenta d'établir la toute puissance de l'ordre à l'aide de deux couvertures aristocratiques qui malheureusement ne furent comprises que par les détenteurs de certaines clefs ésotériques. Pour ouvrir la Voie à tous les fils des comtes et marquis qu'il crée, il fonde l'Ordre des Chevaliers de la Clef d'Or dont le symbolisme est évident comme le précise Jean-Baptiste NICOLAà « La clef ouvre aux jeunes gens nouvellement honorés la voie initiatique. »
L'ordre qui va lui succéder hiérarchiquement sera l'Ordre de la Délivrance, dont les statuts se composent de 16 articles. Jean-Baptiste NICOLAà se livre à un énoncé et à des analyses dont nous citerons certains extraits
- L'article II indique que le roi sera toujours le Grand Maître. Ce titre et sa fonction, on les retrouve dans toutes les sociétés initiatiques et les ordres de Chevalerie.
A l'article III, il est dit que les chevaliers portent un habit céleste. Le bleu couleur profonde et immatérielle est considéré par les Égyptiens comme la couleur de la Vérité. J. M. RAGON rappelle : « La voûte du Temple est azurée et étoilée comme celle des cieux, parce que, comme elle, elle abrite tous les hommes, sans distinction de rang, ni de couleur. La Maçonnerie n'a pas l'exclusivité des voûtes étoilées : les temples de l'Antiquité ainsi que les églises en étaient décorées. »
On peut en déduire que l'ordre, bien que chrétien, ne pratique pas la charité mais au contraire la solidarité.
De prime abord, l'article XIII peut paraître choquant, tout au moins dans sa première partie. Il est dit en effet que « personne ne sera reçu dans l'ordre que le roi ne

le juge assez riche et que l'on fasse voir qu'il descend de parents honnêtes jusqu'à la quatrième génération ». Certes, il faudra attendre le XIXe siècle pour que certaines sociétés initiatiques se démocratisent.
Plus curieux est l'article XIV. Il note que « ceux-là sont déclarés incapables d'entrer dans l'ordre qui exercent quelques métiers, ou dont le père, l'aïeul, ou le trisaïeul en auront exercé un ». La sélection est draconienne. L'Ordre de la Délivrance est essentiellement spéculatif. Cette restriction peut également s'expliquer par le fait que Théodore veut que les chevaliers soient uniquement des hommes de guerre. Et plus précisément « des capitaines de galères et de vaisseaux du roi, commandants de forts et autres places où il y a garnison ».
Enfin, dans l'article XV, on découvre l'universalité et l'esprit de tolérance de l'ordre puisqu'il est dit expressément qu'on y « recevra les étrangers de quelque nation ou religion qu'ils soient ».
Précisions importantes : chaque chevalier qui est obligé de réciter chaque jour deux psaumes sous peine de sanction, doit se souvenir que l'ordre auquel il appartient « est établi en mémoire de la délivrance de la domination de Gênes et du rétablissement de l'ancienne liberté dans le royaume de Corse ».
Les règles II, III et IV sont inspirées des Templiers, en partie.
Notons que le roi touche trois fois le chevalier de son épée et que les présents le reçoient et l'embrassent comme un frère. Trois, chiffre symbolique par excellence, fait partie depuis la plus haute antiquité de la tradition ésotérique. Qu'il s'agisse de la Sainte Trinité en passant

par les trois pointes du triangle ou encore du Triple Joyau bouddhique, le ternaire est une source inépuisable d'inspiration.
La description du blason et des armoiries de l'ordre précise : « La Croix ou Étoile de cet ordre est un champ de sinople (le vert des héraldistes) avec un ourlet d'argent ou blanc. Les sept pointes de la Croix ou Étoile, l'anneau par lequel elle est attachée, sont d'or ou jaune ; et les sept autres petites pointes, de sable, et chargées des armes du Roi, blanches ou d'argent ; et le rebord de la Croix jaune ou d'or. Dans le milieu de la Croix est la Justice, couleur de chair, représentée par une femme qui a une ceinture d'où pend une feuille de figuier d'or. Elle tient à la main droite une épée d'acier et de la gauche une balance dans un des bassins triangulaires de laquelle est une tâche rouge et dans l'autre une couleur de plomb. Au-dessous de la main qui tient l'épée est un globe d'or, surmonté d'une croix ; et au-dessous de la main qui tient la balance est un triangle d'or au milieu duquel est un T. »
Pourquoi le roi a-t-il choisi l'étoile à sept branches ? On pourrait longuement épiloguer et rappeler tout le symbolisme se rattachant au chiffre sept : les sept degrés de la Perfection, les sept branches de l'arbre cosmique, etc. Mais Théodore est avant tout Rose + Croix. L'emblême de cet ordre mystique est une rose à sept pétales ; on connaît une allégorie rosicrucienne dessinée à Francfort en 1626 qui est marquée précisément par une rose à sept pétales.
Il semble aussi que l'Ordre Teutonique et les Allemands aient joué un rôle dans la résistance corse face à

l'envahisseur génois, car le roi de Corse apparenté aux puissantes familles allemandes NIENROD, NUCINGEN et DROST a eu un oncle Bernard de DROST, Grand Commandeur de l'Ordre Teutonique, dont le fils joue un rôle dans la résistance aux génois en terre corse. La réaction du général baron de WACHTENDONCK qui, en 1731, débarqua dans l'Île avec une troupe de 4000 Allemands, d'abord à la solde de Gênes, puis début octobre 1740 accueillant Frédéric de NEUHOFF, chassé à son tour de Corse, est révélatrice. Le rôle de ce dernier est aussi important, car après le départ du roi en novembre 1736, il continue à agiter la Corse, dirigeant la résistance. Le baron Matthieu de DROST, bien qu'arrêté le premier et réembarqué vers le continent, se retrouve encore dans l'Île en octobre 1741.
Quoi qu'il en soit, avec la défaite de la résistance Corse, les Rose + Croix vont encore s'occulter, transmettant comme les Giovannali leurs secrets en famille, ou dans un clan déterminé.
En dehors des courants exprimés dans les lignes précédentes il faut donner quelques précisions sur certains cercles très fermés de chamanes de l'Île. Il s'agit d'une branche des Mazzeri qui avaient la maîtrise du double, ils arrivaient non seulement à lui rendre une consistance visible mais chassaient ainsi la nuit les sangliers qui, pourchassés par une meute de corps volants, étaient conduits dans une course folle à se précipiter du haut d'un rocher. Le lendemain il suffisait aux Mazzeri d'aller récupérer les corps. Les témoignages sur cette confrérie sont fréquents dans le sud de l'Île, bien d'autres pouvoirs étaient prêtés à ces cercles, qui se tenaient à l'écart de la

vie religieuse, dont celui de frapper de mort ou d'une malédiction de manière irrémédiable. Si les filiations religieuses se continuent encore très vivaces, il semble que les confréries de Mazzeri se soient presque complètement éteintes dans leur branche chamanique pure.

Un ordre mystérieux : l'Ordre des Frères aînés de la Rose + Croix

Parmi les ordres qui se sont extériorisés, les FAR + C sont les seuls à avoir fourni à quelques chercheurs de très nombreux documents, malheureusement non soumis à une commission, ce qui a provoqué des jugements très rapides d'historiens qui se sont évertués, par ailleurs, à légitimer (ou tenter de le faire) des filiations bien plus contestables. Mais là comme ailleurs, le temps aidant, certaines vérités émergeront. L'Imperator n'ayant pas voulu montrer à tout venant les très nombreux éléments d'une filiation, et sans doute a-t-il eu raison, car ils semblent trop prosaïques, ou évidents, démystifiant ainsi le mystère dont s'alimente si bien l'humain pathologique actuel. Par ailleurs, les FAR + C n'ayant eu dans leurs rangs que très peu de membres, il n'était pas nécessaire de justifier leur existence.
Comme le précise l'Imperator Pierre PHOEBUS « les FAR + C ne remontent pas au temple de Salomon, ni à TOUTMES III, mais leur présence est virtuellement démontrée avec ces 115 parchemins munis de leur scel d'origine s'étalant de 1317 à nos jours. La continuité est

parfaite. Du reste, sans être un spécialiste en la matière, un seul regard suffit pour s'apercevoir que ces antiques reliques du passé sont authentiques. Parmi celles-ci, n'oublions pas qu'un seul manuscrit, retraçant les actes vécus de 1503 à 1723 est un in-folio de 23 X 34 X 8 contenant 1 211 pages. On y relève plus de trente écritures différentes. Quelles explications pourrait-on fournir aussi pour les 340 pages manuscrites de Mr de BASVILLE (41e Imperator), qui traitent de l'Ordre de Pont Saint Esprit, de Malte et des comtes de MONT FORT, etc. (date 1693). Enfin, quelle justification donnerait-on à ce recueil de « Discours faits au Roi LOUIS XIII » par David RIVAULT (30e Imperator), entièrement écrits à la main, dont la bibliothèque de Laval possède le premier
tome ?...8 » Mais pour notre part, ce n'est pas à une histoire
que nous avons voulu rendre hommage, mais à une des rares filiations qui a donné des exemples de son savoir, par l'obtention de la Pierre.
L'histoire de l'ordre part du contact entre quelques rares templiers (et non les templiers plus guerriers que quêteurs de sciences hermétiques) et des adeptes liés particulièrement à l'École de Bagdad « Beit et Hikmat » créée par le Khalife AL MAMOUN en 830. Les chrétiens l'appelèrent Maison de la Sagesse. Il ne faut pas négliger non plus le rôle de la mosquée d'El-Azhar, lieu de rencontre important de l'époque, où un maître de l'université cachait aussi parfois un hermétisme.
Enfin il faut aussi citer les relations entre les templiers

8. Dans « Legenda des FAR + C » de Roger Caro, Éd. privée hors commerce.

et les ismaëliens, pour se rendre compte que la circulation des élites, si chère à PARETO, existait sans doute mieux à cette époque que de nos jours.
Selon l'histoire de l'ordre, en France, prévenus à temps par le chapelain du manoir de la Buzardière, près du Mans, sept templiers, Gaston de la Pierre PHOEBUS, Guidon de MONTANOR, Gentilis de FOLIGNO, Henri de MONTFORT, Louis de GRIMOARD, Pierre Yorick de RIVAULT et César MINVIELLE, se replièrent en toute hâte vers Dinard, puis vers Saint-Malo où ils affrétèrent de nuit une barque de pêcheurs qui les déposa sur le sol d'Angleterre. La commanderie de Londres les reçut et les hébergea. Afin d'éviter les persécutions du roi ÉDOUARD, quelques chevaliers adeptes s'enfuirent à lile de Mull, ils retournèrent plus tard en France, où ils donnèrent un nom à l'ordre le 2 décembre 1316: « Les Frères Aînés de la Rose + Croix». Nous n'allons pas suivre l'ordre au cours des siècles, mais il nous semble important de signaler quelques noms des derniers Imperator, le 51e était Lord BULWER LYTTON, lié étroitement à divers cercles très fermés, l'abbé Louis CONSTANT (Eliphas LEVI) lui succéda, suivi par William Wynn WESTCOTT (membre de la SRIA). Passant ainsi entre les mains de frères dépositaires de filiations diverses, l'ordre va par la suite retourner à son pays d'origine : la France, où il manifestera sa présence sous l'impulsion de Pierre PHOEBUS, faisant publier de nombreux livres hors commerce.
Les FAR + C étant limités à 33 membres, ils ne peuvent coopter que chez quelques adeptes. L'extrême prudence de l'Imperator a permis que quelques frères

seulement accèdent à la connaissance opérative, mais il se refuse à rentrer dans la notion de mythes, de rêves si chers à l'humain plus avide de sensations et d'évasion que de réalités. L'ordre ne se propose pas de réformer le monde, il est dépositaire d'une Tradition.
Il existe un autre Ordre des FAR + C réservé à 12 membres et qui concerne une autre opérativité alchimique interne mais, malgré son ancienneté, nous pensons que les deux ordres n'en constituaient qu'un seul à un moment de l'histoire, ou qu'ils étaient imbriqués l'un dans l'autre de toute manière. Cet ordre interne pratique la voie du corps d'immortalité par la méthode des substances.

Graal et alchimie, où les voies développées

Nous ne voulons pas développer un thème bien établi, mais comme les voies sont entremêlées, le chercheur se retouve là aussi dans un véritable labyrinthe. Or tout s'y trouve.
Sur la voie extérieure le château du Graal se nomme CORBENIC, ce qui, si la matière de l'OEuvre n'est pas si clairement énoncée que, par exemple, dans les contes d'HOFMANN, qui se terminent par l'histoire héroïque du célèbre ministre KLEIN ZACH surnommé cinabre, il n'en est pas moins vrai que CORBENIC se décompose en CORNI-BEC et CINEBRO à l'envers, désignant aussi bien le vaisseau que la matière de l'OEuvre. Nous retrouvons cela dans le nom du père de PERCEVAL, BLIOCADRAN, qui en anagramme donne CINABRO. Ainsi il n'est pas bien difficile de préciser les ingrédients et les étapes.
La voie interne apparaît durant la rencontre du vendredi saint avec l'ermite. Certains l'ont confondue avec l'albification, étape de la voie du cinabre (coagula blanc) quand l'ermite précise que le roi n'est nourri que

d'une hostie et rien d'autre, laquelle est servie dans le GRAAL. Il ne s'agit plus d'albification mais d'un magistère interne donné comme par l'ermite, de bouche à oreille, et qui conduit au développement du corps christique ou embryon de gloire et d'immortalité, à condition que l'ermite, comme dans les tarots, chasse avec prudence le serpent de l'astral qui pourrait récupérer les énergies. Il ne faut pas oublier que la coupe du GRAAL est verte et que le sang du Christ, comme s'en rendit compte le soldat LONGINIUS avec sa lance, est blanc comme celui d'OSIRIS.
Le vert est issu du noir, prima materia. Il fut la première couleur, celle de la vie. De celle-là, par dissociation, naissent une couleur légèrement Yin, le bleu, et légèrement Yang, le jaune, les autres couleurs naissant de l'accentuation, ou densification de cette première SEPARATIO. Ainsi par exemple, le jaune accentué donne l'orange puis le rouge (couleur très Yang, nous retrouvons dans l'oeuvre cette démonstration, le bleu accentué va donner l'indigo puis le violet très Yin). Mais le vert signifie aussi de facto la puissance de la vie. Si la table alchimique est dite table d'émeraude, et si la coupe du Graal est verte, c'est tout simpement qu'on a voulu indiquer une clef qui n'apparaît sans doute qu'après les périgrinations du Chevalier Vert, dans la solitude la plus nécessaire qui soit, quand HERMÈS-MERCURE se manifeste, soit directement soit avec l'aide de l'ERMITE ou de MERLIN.

La doctrine du corps immortel

S'il existe des voies extérieures, elles doivent conduire l'adepte à la compréhension de la matière, puis, par reflet, de lui-même. Ensuite il lui faut entreprendre la réunion des voies : comme le précise bien le taoïsme, il faut passer du WOUEI TAN au NEI TAN. Il est nécessaire de rappeler que l'Ordre des Frères Asiatiques proposait à ses adeptes la même progression traditionnelle, puisqu'après la pratique de la Pierre au rouge, ceux qui pouvaient se libérer de leurs penchants humains pouvaient tenter la création du corps de gloire ou corps d'immortalité.
Dans « Ur et Krur », Julius EVOLA explique le pourquoi de cette étape' : « ... L'immortalité, la réincarnation, n'est pas une vérité pour tous les hommes mais seulement pour ceux qui sont parvenus à s'accomplir selon une voie, en fait, radicalement perpendiculaire à celle des hommes... La parure de gloire ou corps immortel des traditions gnostiques, en remplaçant la guenille d'esclavage, serait l'ultime consécration de celui qui, après

1. Éditions Arché, Milano.

avoir traversé victorieusement cette série d'épreuves, s'émanciperait ainsi totalement de la sphère du Destin et de la domination des Régents ou Archontes. »
A l'enseignement traditionnel concernant l'immortalité correspond la doctrine du triple corps. Précisons immédiatement que le terme corps est employé ici d'une façon analogique pour désigner de nouvelles formes de conscience et d'action que le Moi peut faire siennes, en vertu de possibilités qui, toutefois, dépassent le commun des mortels. De sorte que la doctrine en question - comme toute doctrine ésotérique - ne peut être considérée comme vraie que dans le cadre propre à l'aristocratie restreinte de ceux qui sont parvenus à fouler le sentier de l'initiation. En parler à propos de l'homme ordinaire n'aurait aucun sens : pour lui n'existent ni les trois, ni les sept, ni les neuf corps, ni tous ceux que l'on pourrait se plaire à imaginer.
La vie après la mort a pour condition de parvenir à la capacité de maintenir la conscience, une fois celle-ci privée de l'appui du corps physique. Celui qui a atteint ce sommet est, virtuellement, hors des eaux, et le fait que l'unité de l'organisme physique se défasse n'a plus pour lui aucune importance. A ce propos, on a également évoqué la possibilité de partir pour ne plus revenir. L'affirmation de l'existence (ego sum) est alors ressentie comme une entrave, comme une négation de l'être. Cette voie consiste donc à se défaire de tous les déterminismes, réels et possibles, de dépouillement en dépouillement, de mise à nu en mise à nu, jusqu'à ce que - une fois tombée l'enveloppe par une intégration absolue à l'ipséité - le sum se dissolve et se résolve dans l'est.

Mais si l'immortalité ne doit pas être uniquement la prolongation de la pure conscience, si au contraire cette conscience doit s'articuler en formes d'action et d'expression propres au niveau qui est le sien, et puisque les formes corporelles sont inhérentes à la conscience des mortels, il faut dans ces conditions que la qualité individuelle que celle-ci possède, s'étende également aux divers éléments et vertus constitutives de l'agrégat humain, pour les faire siens, pour les tenir en laisse sous une forme qui porte précisément le sceau de l'individualité. C'est cela le corps magique ou corps de résurrection.
La constitution du corps de gloire passe par l'alchimie interne que nous allons définir à l'aide d'un extrait des « Procédés Secrets du Joyau Magique », un traité d'alchimie taoïste du xle siècle2 : « L'alchimie intérieure est un système syncrétiste très complexe qui poursuit sur le plan théorique le même idéal que l'alchimie opératoire, à savoir l'élaboration d'une drogue dont l'absorption est censée rendre l'homme immortel et lui permettre de monter au ciel en plein jour. Mais c'est de son propre corps que l'adepte du Nei Tan fait son laboratoire ; il y trouve en effet tous les ingrédients et les ustensiles de l'alchimie traditionnelle : fourneau, chaudron, mercure, cinabre, plomb et autres minerais ; et c'est en suivant un processus mental et physiologique qu'il installe le laboratoire, allume le feu du fourneau, en surveille la chaleur, provoque le mariage des ingrédients dans le chaudron et recommence le processus à un niveau différent, une fois obtenu le résultat désiré. »

2. Édition des Deux Océans, Paris.

En d'autres termes, les textes de l'alchimie intérieure empruntent le langage de l'alchimie opératoire pour décrire leurs processus de purification destinés à une transformation spirituelle et corporelle. Mais on n'aboutit pas au corps d'immortalité par une simple recette... Une opération très longue est nécessaire. De plus, des pièges redoutables peuvent se présenter. EVOLA écrit encore à ce sujet3 : « Les étapes successives de ce processus sont les mêmes que les diverses épreuves et étapes de l'initiation, dans la mesure où celles-ci sont le résultat de rapports établis avec les divers êtres, d'abord psychiques et ensuite naturels (dieux) qui règnent en maîtres sur les êtres humains et agissent au travers de leur corps et de leur esprit. C'est sur ces êtres que le mage doit, dans ce domaine opératif, réaffirmer sa propre autonomie, et même plier sous la loi les forces qui attestaient la présence de ces êtres à l'intérieur de son organisme. »
Le résultat peut être la fin des corporifications (les morts et réincarnations) pour celui qui a, comme le dit Ibn JABIR, communiqué sa fixité au volatil, et SCHWALLER de LUBICZ indique que « la renaissance définitive, ou résurrection, est la complémentation absolue. BA est le volatil, le subtil, et KA est le fixe énergétique qui est l'aimant de BA »4. Le texte indique que le BA doit retrouver le KA, ce dernier engendrant le fils.
Dans la tradition hébraïque le corps de gloire se situe à Tipheret, qui sur l'arbre kabbalistique est sur l'axe central délimité par Kether et Malkut, appelée aussi

3. In « Ur et Krur », Éd. Arché, Milano.
4. R.A. Schwaller de Lubicz « Her Bach disciple », Éd. Flammarion, Paris.

Shemesch, sphère du soleil, ce mot s'écrivant avec deux Shin qui encadre un Mem, or Shin signifie le feu du ciel et Mem la mère primordiale, l'interaction fécondante terre-eau produisant l'Or ou Corps de Gloire.
Les phases de la voie alchimique sont donc complexes, et l'obtention de la Pierre au rouge n'est qu'une étape d'une longue quête, techniquement précise. Outre leurs pouvoirs régénérants et transmutatoires, les pierres ont aussi un pouvoir de séparation en ce qui concerne la partie conscience de l'homme qui peut voler. Il ne faut pas oublier que dans la tradition indoue, le mercure-métal (traité alchimiquement) est le sperme de Schiva. En cela, il possède l'essence de Dieu, et la possibilité de l'actualiser dans l'homme. C'est la raison pour laquelle nous avons insisté sur l'alchimie du mercure, ou plutôt du sulfure de mercure ou cinabre. Cette voie du mercure pouvant bien entendu se réaliser aussi sans utiliser le cinabre, par un processus de purification progressif du mercure à l'aide de plantes, cas de l'alchimie indienne qui utilise les purifications jusqu'à 18 samskar.
L'homme qui doit réaliser la suite de la voie se trouve confronté à divers problèmes, le plus grave étant déjà de savoir ce qui va être cristallisé, dans ce qui constitue les agrégats plus ou moins informels qui composent un je humain. Il est certain que l'approche de la voie va passer par la conquête préalable d'un état de conscience différencié, où le regard prend le pas de plus en plus sur le je humain, avec les crises inhérentes à cette élimination progressive de l'Ego. Celui-ci, ayant constitué et secrété un monde dans lequel, tel un cocon, il a enfermé la conscience, ne va pas accepter cette modification.

D'autre part, avant de sortir du filet de sommeil, il faut avoir assez de . conscience seconde (le chen des taoïstes), pour tenter l'aventure. Enfin, la plupart des humains étant des agrégats artificiels, il ne s'agit pas de casser en eux un univers sans lequel ils n'existeraient plus, car l'humain moyen est un ensemble complexe, passant de l'être particulier sur lequel il a projeté son amour (en fait, sa détresse...) à la considération que les autres ont de lui, à sa nourriture, à son désir de se projeter dans le futur à travers la procréation, au plaisir des sens, et parfois à ses autres opiums que sont ses considérations religieuses ou politiques, lesquelles sont parfois aussi fluctuantes que les humeurs du moment. Le sortir du monde qu'il s'est créé est suicidaire, et comme le dit si bien MEYRINCK : « la voie de l'éveil est jonchée de cadavres. » Ainsi ces voies s'adressent à des personnes qui ont mis fin aux intérêts humains ou en tout cas qui les voient comme extérieurs à leur regard sur le monde.
La première étape de la voie interne est donc l'accession à l'état de conscience aussi appelé ÉTAT OBJECTIF, c'est-à-dire un état où les choses sont perçues pour ce qu'elles sont, et non pas conceptualisées. C'est dans un tel état que l'humain se rend compte qu'il n'avait en fait jamais vécu, mais qu'il n'avait fait que dormir. Cet état d'être, parfois appelé ÉVEIL, est inconsciemment recherché par les humains. Ils savent plus ou moins que rien ne les satisfait réellement, mais ils cherchent des solutions dans des remèdes horizontaux liés au monde de l'avoir, de l'acquis, ou aux théories analytiques liées aux fadaises de la psychanalyse ou de la psychologie moderne dont on serait bien en peine de tirer quelque chose d'utile,

même si certains « pères » comme JUNG ont fait preuve de beaucoup d'ouverture d'esprit en ce qui concerne les sciences traditionnelles.
C'est donc un combat total pour la quête de l'instant PRÉSENT qui va constituer la première étape de l'alchimie interne, une lutte difficile, faite de hauts et de bas, de crises, parfois de conflits, tant que le moment juste ou la place ne sont pas trouvés.
L'aide de frères extérieurs pouvant être requise, ce ne sont pas les faux gourous qui vont manquer pour apporter leur concours, pendant que le quêteur va se fatiguer dans une recherche illusoire, où le temps compte, et beaucoup, pour ceux qui doivent terminer l'oeuvre. Quant aux vrais maîtres, conscients de ce que représente une telle quête, ils se cachent soigneusement, et n'ayant pas de temps à perdre, ne sont découverts que par les vrais traqueurs, dont la sagacité et l'HERMÈS en eux - parfois aussi une longue pratique -, leur permettent de trouver celui qui peut apporter les éléments manquants. Celà nous conduit à une seconde considération : la nécessité d'avoir un HERMÈS développé, c'est-à-dire un guide intérieur ou une intuition sûre pour trouver la voie juste, laquelle peut se cacher dans des formes qui ne la laissent pas paraître. Sans tomber dans les aspects très difficiles de certaines voies directes et de certains maîtres impitoyables, évoqués par exemple dans la vie de Jetsun MILAREPA, il est certain que les véritables maîtres n'ont pas le choix des moyens, et que seuls un certain type de disciple a des chances de trouver le terminal d'une quête.
Conséquence de ces considérations : la nécessité

d'avoir un type de vie peu conforme à la vie moderne, bien que pouvant s'y accommoder... Tout est fait pour abrutir l'individu et le pousser à consommer. Quant à ceux qui font semblant de lutter contre ce système en se croyant révolutionnaires, ils enferment la plupart du temps l'individu dans un système étatique redoutable. Très peu de politiques posent les problèmes de liberté et de qualité. Quant à la culture et l'information, elles sont adaptées à une humanité de zombies, soigneusement parquée dans des champs. Entendons par là des façons de penser ou de voir autorisées. Il est certain, comme l'a montré PLATON, que l'aristocratie véritable ne peut se sentir concernée par cette farce, et qu'elle n'y participe pas.
La Quête implique la création d'un équilibre psychophysiologique grâce à plusieurs facteurs
- Une alimentation réduite, ponctuée de périodes de jeûne avec purification indispensable de l'appareil digestif. Les repas doivent tendre à se composer le plus possible de produits non liés à une agression. Le feu diminue considérablement l'apport vital d'un aliment, c'est pourquoi il faut éviter les fritures, mais aussi diminuer les cuissons. De même il faut faire des cures régulières de produits livrés directement par la nature, cas des fruits, aliments solaires (yang) indispensables. Un poireau, au contraire, est arraché à la terre, il apporte du Yin. Il subit aussi une agression. Si un fruit tombe naturellement dans la main, il ne nécessite aucune violence pour le récupérer. Il en est de même pour les produits animaux, le lait et les fromages, qui constituent un apport élaboré mais naturel. La sensation progressive confirmera ces critères

qui aident au développement de l'HERMÈS en nous, notre corps solaire.
- Nécessité également de la prise de conscience de plus en plus réelle de l'instant PRÉSENT, d'abord le jour, puis jour et nuit. Souvent à ce stade la présence d'un expert est requise, la sortie du monde des identifications demande un labeur peu commun.
- Conséquence de l'Art de vivre : le contrôle de plus en plus complet et définitif de l'acte sexuel, particulièrement au niveau de la non-déperdition de la semence. Un couple marié qui contrôle les émissions est plus chaste qu'un moine ou un prêtre qui, sans se marier, vivent des déperditions (qu'elles soient noctures à cause des rêves, ou pour d'autres raisons...).
- Pratique plus initiatique de certains exercices
a) liés à la respiration,
b) basés sur certains mantras (répétition d'un son). Le zikr des soufis en est un exemples. Ces conseils précédents permettent de créer le sepa
ratio progressivement en le débarassant de l'ego d'une part, et en l'autonomisant et le densifiant d'autre part. Ce n'est que par la suite qu'une voie alchimique prend son sens. Qui voudrait tromper un maître ne tromperait que lui-même.
- Autre aspect de la quête : l'épreuve du métal. Un disciple doit savoir attendre, parfois très longtemps, un résultat, comme le Chevalier du Moyen Age. Il se bat sans

5. Le Zhir ou Dhikz est un des exercices fondamentaux des Soufis, il permet, par la répétition d'un Mantra, le rappel de Soi et une élimination progressive du parasitage du mental.

investir sur le futur, sans considérer le passé, et en cela il prouve qu'il existe d'une part, qu'il a vaincu en lui la notion mercantile et peu initiatique de l'intérêt, d'autre part. Cette patience et cette persévérance forgent en lui une direction, comme le disait Guillaume d'ORANGE, là où existe une volonté, existe un chemin ; si rien ne l'a perturbé dans sa quête, il est la preuve que celle-là lui ressemble.
On peut ajouter que seuls les quêteurs ayant fait leurs preuves dans la société en assumant leurs responsabilités peuvent suivre une voie car, comme l'a dit KREMMERZ, qui n'a pas fait de l'or à l'extérieur n'en fait pas en soi. Les conséquences de la pratique de ces rectifications dans la vie de tous les jours peuvent être importantes, il en sera de même pour ceux qui persévèrent dans la quête quoditienne de l'attention ou présence. Il leur faut souvent aboutir à des solutions douloureuses et passer par des crises qui, parfois, peuvent conduire à l'abandon de la quête. C'est ainsi que le départ de la voie passe par un constat purement intellectuel : les valeurs habituelles et sociales ne présentent aucun intérêt.
La première étape qui consiste à regarder le Je humain est souvent déterminante, nos préoccupations et intérêts quotidiens sont dérisoires, les justifications que nous donnons à nos actes sont le plus souvent le pur fruit de l'hypocrisie, quant aux motivations réelles, mieux vaut qu'elles n'apparaissent pas Ici et Maintenant

La voie des sons

Au début était le Verbe. La voie du Verbe est un des éléments clefs de l'Initiation, et complète heureusement les Magistères alchimiques. Divers alchimistes ont fait allusion au Verbe Créateur, dont KALLID en 1662, et tout adepte averti doit connaître la signification et l'utilisation des voyelles. D'après BIRCH : « La Gnose ou la connaissance des noms divins dans leur sens extérieur et leur sens ésotérique était en fait le grand mystère religieux ou l'initiation chez les Égyptiens. » DÉMÉTRIUS écrivait trois siècles avant notre ère : « En Égypte, les prêtres chantent les louanges des Dieux en se servant des sept voyelles qu'ils répètent successivement, et l'agréable euphonie du son de ces lettres peut tenir lieu de flûte et de cithare. »
On sait que les Théurges invoquaient la Divinité avec des sifflements stridents ou roucoulés, et avec des sons sans consonnes, inarticulés. Nicomaque de GÉRASE, disciple de PYTHAGORE, écrit : « Les sons de chacune des sept sphères produisent un certain bruit, la première réalisant le premier son, et à ces sons l'on a donné les noms des voyelles. » Eusèbe de CÉSARÉE nous apprend

que, suivant les oracles d'Apollon, il faut se concilier les Dieux « par des invocations muettes dont le plus grand des Mages est inventeur, le roi des sept sons que tous connaissent ».
Les sept voyelles sont les suivantes phonétiquement

Omega-ô
Y-u
O-o
I-i
H-ê
E-é
A-a

Utilisées correctement, ces voyelles sont des instruments de puissance, comme le précise Edmond BAILLY' « On serait porté à ne voir dans les incantations que de simples prières formulées en vue d'une union mystique entre les choses du Ciel et celles de la Terre, ce qui fait l'objet de toute pratique religieuse proprement dite. Il s'en faut qu'il en ait été toujours ainsi dans l'antique Égypte où le postulant brigue, bien plutôt qu'il n'implore, l'intervention d'En-Haut. Ici comme avec la plus grande partie des formules enseignées par les Brâhmanes, nous sommes en pleine théurgie ; et cette communauté des rites égyptiens avec ceux de l'Inde doit arrêter notre attention. L'incantation n'est donc pas une prière, mais un ordre auquel les Dieux sont contraints de se rendre, si nulle faute ne s'est glissée dans l'accomplissement du rituel ».
Valentin ÉRIGÈNE écrit dans « Mystères et Pouvoirs

1. Edmond Bailly : « Le Chant des-voyelles », Éd. Bellisane, Nice.

des Sons au Temps des Pharaons »': « Généralement, on admet que le clergé de Memphis chercha à aller plus loin que ses prédécesseurs et qu'il s'efforça d'apporter des idées nouvelles. On pense qu'il commença par observer comment se développe le processus de la connaissance (SIA) et de la réalisation (HOU). Il est d'ailleurs intéressant de noter que SIA et HOU (la connaissance et la réalisation) furent divinisées... »
Nous ne pouvons oublier bien sûr que l'OEuf de Serpent que créent les Druides avec la bave du Serpent doit se maintenir en l'air avec des sifflements. Pour bien comprendre la notion de voyelles il faut en trouver l'essence.
Comme le précise von SEBOTTENDORF3: « ARTHÉPHIUS nous enseigne, dans son Clavis Majoris Sapientae, l'art de facere descendere spiritum, et donne les formules suivantes dans lesquelles l'esprit s'épanche volontiers : I V X O par L. Nous trouvons ici le "I" et le "O", "V" et "X" sont deux formes du "A". » Malheureusement l'auteur n'a pas compris par manque de sensations ou de clefs traditionnelles, la notion de Création avec les sons. « A » est la voyelle centrale, un équivalent de la couleur verte. Si on étend ou plutôt dissocie la couleur verte, nous obtenons la bipolarisation légèrement chaude, jaune (léger Yang), légèrement froide bleu (léger Yin). Si nous continuons à étendre sur la bipolarisation, nous obtenons l'extrême Yang rouge rubis à l'extrême Yin

2. Éd. Trédaniel, la Maisnie, Paris.
3. Von Sebottendorf : «La pratique de l'ancienne Franc-Maçonnerie turque », Édition du Baucens, Belgique.

l'indigo. Il en est de même pour les voyelles : le « A » étendu sur ses extrêmes donne le « I », voyelle la plus aiguë, et l'« O » voyelle la plus grave. Le « I » produit le froid au niveau de la sensation, or, c'est un symbole mâle, le « O » produit le chaud, or c'est un symbole femelle. Chacun sait, dans la voie des mutations, que Yang produit Yin et Yin produit Yang. Le « A » reste donc hermaphrodite même si dans d'autres traditions ou symboliques il puisse avoir une connotation diverse et prendre la place du « I » comme symbole mâle, exemple dans Je suis l'Alpha et l'Omega, mais comme il s'agit de science précise nous ne pouvons nous attacher aux dérives postérieures de situations essentielles.
Saint IRÉNÉE, citant le gnostique MARCUS, nous confirme en donnant les clefs de la distribution pour ceux qui peuvent comprendre : « La voyelle A retentit dans les voix du premier ciel ; dans les voix du second, E seul résonne ; H, dans celles du troisième ; le quatrième, qui est en même temps le ciel du milieu répète la voyelle I ; la cinquième O ; le sixième R, le septième, qui est le quatrième, depuis celui du milieu SL »
Quant à la centralité de l'A et son extension, SCHWALLER de LUBICZ donne des précisions qui complètent ses premières informations' : « Ces deux syllabes assemblées, ia aou, expriment l'origine de l'Être dans sa plénitude non divisée, non spécifiée. Écoute l'enseignement de nos Sages : au commencement, iaaou vivait dans le corps unique, avant qu'il y eût dualisation,

4. « Her-Bak, Disciple » de R.A. Schwaller de Lubicz, Éd. Flammarion.

avant que fussent les choses terrestres... Quand il n'y avait pas encore de naissance... quand aucun dieu n'existait... quand le désir pour Ikou n'était pas encore formulé... Nous avons déjà effleuré le sujet du dédoublement de l'Unique, iaaou ; considère-le maintenant sous l'aspect de la formation des quatre directions contenues en possibilité dans l'Unique. La première syllabe du mot iaaou, ia, exprime la polarisation de l'Origine : Nord et Sud, haut et bas, et tout ce qui, dans la Nature, présente obligatoirement cette polarisation, par exemple iat, bâton, perchoir, colonne dorsale, la tombe (de la tête aux pieds).
La seconde syllabe, aou, exprime l'idée d'extension d'amplitude, par possibilité du volume : ainsi la sphère en rotation a son axe, le reste n'est que volume. Nul ne pourra jamais expliquer le pourquoi ni le comment de la division de ia et aou, qui produit le volume par la fixation des quatre directions. »
Pour l'utilisation, une fois les essences perçues, l'adepte doit travailler les consonnes émettrices, condensatrices ou réceprices. Est-ce un hasard si le sifflement commence par un S, le soleil égyptien (Râ) par un R, ou le mot Mer ou Mère par un M, qu'on retrouve à la fin du mot ATOUM. Il ne saurait trop être question de disserter sur le iaou dont le ton le plus exact est donné par le chat, animal d'Osiris. Il faut noter aussi que certains oiseaux et insectes donnent les clefs d'autres sons de puissance.

Si la science des sons est très utile, dans la théurgie active, elle est aussi indispensable dans l'alchimie interne, car elle doit être utilisée, tel le ZIKR des Soufis (mantra répétitif pour provoquer l'animation puis la séparation

des éléments constitutifs qui aboutissent à la formation du Corps de Gloire ou d'Immortalité)5.
Il faut arriver à l'époque moderne pour trouver des voies contre-initiatiques, fragmentaires pour ne pas dire résiduelles, qui n'enseignent pas ces clefs et aboutissent à des résultats déviés (quand il y a résultats bien entendu !). Mais ce type de considérations ne concerne que les adeptes de certains magistères très fermés qui touchent au corps humain, et ce que nous écrivons constitue plutôt une forme de mise en garde aux détenteurs de sciences traditionnelles tronquées.
Le signe mudra chez les Indous peut constituer aussi un élément important de la voie, et là aussi la sensation et la logique priment ; si l'index levé du bras droit (pour un droitier), est le signe mâle d'émission d'énergie (Yang), le pouce et l'index recourbés' ou fermés sous forme de O permettent la réception dans les deux dimensions. Cette émission et cette réception peuvent se faire sur l'extérieur et sur l'intérieur. Il en est de même pour les sons quand il s'agit d'invocation ou d'évocation, l'une se faisant en inspirant, l'autre en expirant. Notre propos n'étant pas dans ce livre de donner toutes les clefs qui doivent être le produit d'une recherche individuelle comme c'est le cas de la 4e Voie, dont GURDJIEFF dit que « avant tout elle doit être trouvée. C'est le premier test ».

5. L'utilisation du son est trifonctionnelle, outre ce que nous avons mentionné précédemment (balayage du mental), il peut agir comme Sel c'est-à-dire qu'il a un pouvoir de modification physiologique et enfin d'action extérieure.
6. Le binaire est femelle, récepteur.

La voie secrète ou le réel art chimique

A part les diverses voies, parfois fort complexes, de la série des WOUEI TAN, ou voies extérieures, qu'elles soient du cinabre, de la stibine, de la galène, de la céruse, du bismuth ou du phosphore, il existe des voies directes, simples, parfois même très rapides, ou bien des voies de longue haleine, mais exécutées par des processus très simples... Comme ces voies sont, et furent très fermées, et qu'elles ne peuvent être enseignées, car la première condition de la pratique est que l'HERMÈS en soi soit assez fort pour les découvrir... le maître ne joue plus qu'un rôle de témoin.
La simplicité extrême de cette voie est attestée par de nombreux alchimistes
« Il est une pierre de grande vertu, et est dite Pierre et n'est pas pierre, et est minérale, végétale et animale qui est trouvée en tous lieux et en tous temps, et chez toutes personnes... » (Nicolas VALOIS, « La Clef du Secret des Secrets »)
« Si HERMÈS, le Père des Philosophes, ressuscitoit aujourd'hui avec le subtil GEBER, le profond Raymond

LULLE, ils ne seroient pas regardés comme des Philosophes par nos chymistes vulgaires qui ne daigneroient presque pas les mettre au nombre de leurs disciples, parce qu'ils ignoreroient la manière de s'y prendre pour procéder a toutes ces distillations, ces circulations, ces calcinations, et toutes ces opérations innombrables que nos chymistes vulgaires ont inventées, pour avoir mal entendu les écrits allégoriques de ces Philosophes. » (Jean d'HOURY, « Cosmopolite ou nouvelle lumière chymique » Paris, 1669)
« Il ne s'agit pas en -alchimie de procédés dans le vaste monde extérieur, mais de processus microcosmiques très secrets; qui ont constitué la matière centrale des mystères depuis la plus haute antiquité. On peut donc dire à raison que la science hermétique est la plus haute science de l'humanité, très vraisemblablement issue de traditions que les anciens Égyptiens désignaient avec respect sous le nom de secret des Anciens. » (« Prologue microcosmique » de 1720)
Une manifestation actuelle des Rose + Croix d'Or affirme: « Mais les amateurs et chercheurs indignes ne peuvent, avec leur SUBJECTIS et LABORIBUS contre nature, faire naître l'enfant philosophique du soleil et de la lune. Ils cherchent cet Art naturel et divin sans la connaissance de Dieu ; ils ne savent même pas ce que la nature est avant tout, encore moins comment, avec quoi, et où elle opère.
Ils tournent en rond avec leurs états d'âme, et savent parler des maintes actions de la nature, mais le centre de la nature qui provoque toutes les actions de celle-ci, ils ne le trouvent pas. Alors qu'ils devraient, dans le feu

vivant, tirer, des métaux vivants des Sages, la semence et par conséquent faire le mercure par le mercure, ou la matière première par la matière première : ainsi, ils ne savent ni ce qu'est la vie, ce qu'est la semence des métaux, ni ce qu'est le mercure et ce qu'est la matière première, mais ils travaillent avec des agents morts ou éteints, tels que l'or, l'argent, le mercure etc., vulgaires, et ils font ceci avec du feu de bois, de charbons, des lampes ou tout autre feu mort, et ils pensent par ce moyen préparer la médecine universelle qui donne la vie et la multiplie, et la teinture ; comme si mort et vie étaient dans leur main.
Ils cherchent un art facile et un travail difficile, alors qu'il s'agit d'un art difficile et d'un travail facile ; il leur en coûte beaucoup en matériaux, que l'on peut se procurer pourtant sans bourse délier et que l'on ne trouvera dans aucun bric à brac, aucune pharmacie, etc., mais que l'on peut prendre directement dans la nature. »
Quant aux causes de l'aveuglement, elles sont bien définies dans cet extrait de la « Clavicula Hermetica Scientiae, ab Hyperboreo Quodam Horis Subsectivis Consignata Anno 1732 » : « Mais voici la première et véritable cause pour laquelle la nature a caché ce palais ouvert et royal à tant de philosophes, même à ceux nantis d'un esprit très subtil, c'est que, s'écartant, dès leur jeunesse, du chemin simple de la nature par des conclusions de logique et de métaphysique, et, trompés par les illusions des meilleurs livres mêmes, ils s'imaginent et jurent que cet art est plus profond, plus difficile à connaître qu'aucune métaphysique, quoique la nature ingénue, dans ce chemin comme , dans tous les autres, marche d'un pas droit et très simple. »

Certains textes occidentaux font allusion nettement à cette alchimie, « Le Monde Magique des Héros » de Cesare della RIVIERA', ou des citations telles que celleci, extraite de « Rosinus ad Sarratantum Episcopum »
Cette Pierre est une chose qui se trouve en toi plus fixe que nulle part ailleurs, créée par Dieu et tu en es la minière (prima materia) et extraite de toi... Et de même que l'homme est composé de quatre éléments, de même la pierre, et ainsi elle provient de l'homme et tu en es la minière, à savoir par l'opération ; elle est extraite de toi à savoir par la science. Autrement dit, elle est fixée en toi, à savoir dans le mercure des sages ; tu en es la minière, c'est-à-dire elle est enfermée en toi et tu la tiens cachée et elle est extraite de toi, puisqu'elle est réduite (à son essence) et dissoute par toi, car elle ne peut pas être parfaitement en toi, et toi tu ne peux vivre sans elle, ainsi regarde le commencement et vice-versa. »
La voie interne est aussi suggérée par certains gnostiques, et appelée par GURDJIEFF quatrième voie ou voie des substances, bien que la vie privée de ce dernier n'ait pas tellement coïncidé avec l'ascétisme nécessaire à cette voie très périlleuse, et délicate. Saint ÉPIPHANE y fait allusion dans « les Interrogations », évoquant la vision de Marie MAGDELEINEB, à propos de laquelle il est dit : « Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous

7. Éd. Arche, Milano.
8. Marie Magdeleine semble la continuation d'ASTARTE, d'ISHTAR et d'INANNA encore plus antérieure (Dame du Ciel des Sumériens).

dirai les choses du ciel ? » et ils interprètent : « quand vous verrez le Fils de l'Homme remonter où il était auparavant » ; hoc est, inquiunt, profluens semen exsorptum, ut eo unde exierat revertatur...
La sensation juste de l'univers, permet au véritable religieux (au sens étymologique, religare = relier) de faire les voies extérieures sans frais et dans des temps brefs. S'il existe la voie sacerdotale, très brève, dans la voie du cinabre, d'autres auteurs ont mis l'accent sur ces réalisations dont aucune ne demande plus de quelques heures, parfois quelques jours pour d'autres. Sans faire mention de la voie sacerdotale, ou de la voie de la foudre, TOLLIUS dans « Le chemin du ciel chimique » écrit en 1688: « Laissant donc à part tous les sentiments différents, je me suis proposé cette règle certaine avec laquelle je puisse heureusement parvenir à la fin de ma carrière
- Que la Pierre des philosophes doit être faite en trois ou quatre jours.
- Que la dépense ne doit point excéder la somme
de trois ou quatre florins.
- Et qu'enfin un seul creuset ou vaisseau de terre
suffit.
J'estime qu'il faut rejeter toutes les propositions qui ne s'accorderont pas avec ces trois aphorismes. Prévenu de la sorte, Basile VALENTIN m'a été d'un grand secours, car après avoir fait représenter un creuset dans ses premières Clefs, il ordonne de continuer par cette voie, et de laisser là tous autres vaisseaux, le feu de la lampe, de fientes de cheval, de cendre, de sable et de flamme, et d'appliquer son esprit aux plus profonds mystères de l'Art. »

L'utilisation du feu du ciel ou foudre, est présente dans la voie, sans évoquer les fulguratores étrusques (prêtres maîtres de la foudre). Il y eut dernièrement certains constats sur les pouvoirs provoqués accidentellement chez certaines personnes frappées par cette force et qui en ont réchappé. Outre le fait qu'elle permet l'acquisition de la MATERIA PRIMA pour certaines voies, elle est aussi utilisée pour modifier le corps humain par des maîtres qui ont les signes et les sons nécessaires. Le remarquable roman de VILLIERS de l'ISLE ADAM, « Isis », où une comtesse italienne alchimiste et initiée à certains mystères hermétiques, invoque la foudre et se fait frapper par elle dans une pièce du palais, y fait allusion. La foudre est alchimiquement un mariage du ciel - père - Yang, et de la terre - mère - Yin. Elle produit donc un Fils qu'il faut récupérer. Il existe aussi une foudre interne au corps humain.
Nous retrouvons aussi cette voie interne de l'alchimie dans la tradition bouddhique ésotérique Shingon où elle est décrite avec précision par le Moine japonais KUKAI (774-835), qui écrit dans sa « Thèse de l'Ermite Ultra
Vide »9
« D'un coup de pied, rejetez au loin les richesses, comme on se débarrasse d'une écharde ; face aux honneurs du rang, ayez l'attitude qu'on a quand on se sépare d'un soulier de paille usé. Que les regards que vous posez sur les femelles aux hanches fines soient les mêmes que

9. In « La Vérité finale des Trois enseignements » de Kukai, traduction et commentaires de Allan Georges Grapard, Éd. Poiesis, Paris.

ceux portés sur les démons, et que celui porté sur les rangs et les salaires soit le même que sur un rat en décomposition. Soyez calmes et sans agir, tranquilles et sans désirs, diminuez le nombre de vos actes. Quand vous aurez réalisé ceci, l'étude deviendra chose aisée. D'autre part, ce que l'homme du commun prise le plus pour se divertir est ce que le taoïste déteste avec le plus de conviction. Cependant, si vous réussissez à vous en éloigner, devenir un Immortel ne sera point chose difficile.
Rire aux éclats et éprouver de grandes joies, se mettre en colère comme être excessivement triste : autant de facteurs ayant de fatales conséquences. Nombreux sont, à l'intérieur du corps, les ennemis de ce genre. Mais à moins d'en venir à bout, nul ne peut comprendre ce que l'on entend par longévité et éternelle conservation. S'éloigner de cette situation est ce que les êtres du commun considèrent être le plus difficile. Mais qu'on y réussisse, et alors devenir un Immortel est la chose au monde la plus aisée. Il faut que je vous indique l'essentiel de ces techniques, et il ne vous restera plus qu'à prendre ces remèdes. Le chardon blanc et le grain jaune, la sève de pin, les graines du murier balayent les maladies internes ; la flèche d'armoise, la lance de jonc, les amulettes, les exorcismes et les interdictions protègent contre les autres maux. Comptant rythmiquement les respirations, mettezles en harmonie avec les saisons. Ouvrant le nez, buvez à la source pure. Creusant le sol, dégagez-en et avalez la pierre précieuse. Les herbes grasses et maigres satisfont la faim au matin, tandis que les pommes de pin et leur sève chassent la fatigue au soir. Cachant votre ombre en plein jour, vous pourrez écrire sans lumière au milieu de

la nuit. Pénétrant profondément la terre du regard, vous pourrez marcher sur la surface de l'eau. Faisant des démons et des esprits vos acolytes, les dragons et les étalons de Mou-wang seront votre monture. Avalant les épées et ingurgitant le feu, vous provoquerez vents et nuages. Si vous parvenez à maîtriser ces techniques, quel souhait ne serait exaucé ?
En outre, l'argent et l'or jaune sont les substances par excellence de l'univers, tandis que le cinabre et sa purification par le feu produisent des remèdes merveilleux. Il y a une manière de les prendre, et une certaine technique pour les fabriquer. Si vous réalisez l'unité parfaite, vous réunirez vos proches et monterez au Ciel. Grâce à un peu de cinabre, vous vous rendez en plein jour dans la Voie Lactée. »

Ibis - cinquième proposition

Tu sépareras la Terre du Feu, le subtil de l'épais, doucement, avec grand art. Il remonte de la Terre au Ciel et, subitement, redescend dans la terre et recueille la force des choses supérieures et inférieures.
Il est notoirement connu qu'un secret alchimique existe, et qu'il est jalousement gardé. Aussi, même ceux qui n'en savent rien mais ont lu SCHURE, PAPUS et jusqu'à BESANT et quelques revues ésotériques, affichent un air de suffisance et feignent de passer pour savants.
Ce sont, en vérité les meilleurs gardiens du Secret, et il faut reconnaître que s'ils n'en parlent pas plus ouvertement, c'est qu'ils n'en savent rien.
Ceux-là, dans le fond, ne font de mal à personne parce qu'ils ne connaissent ni voie ni pratique, et ne se targuent pas de pouvoirs, ils essaient seulement de se donner un peu d'importance.
Mais ceux qui ont atteint ou croient avoir arraché quelques secrets, ou qui possèdent vraiment des secrets ne doivent pas les laisser tomber au hasard sous les yeux des ignorants. Car ceux-ci ont aussi pratiqué, attirés par

les mirages profanes, et ils n'ont rien obtenu. Mais ils se gonflent de Science, ils s'entourent de mystère. ils s'infiltrent chez les crédules, parlant à mots couverts et, aussitôt qu'ils le peuvent, écrivent quelque petit livre irraisonné, fruit particulier de plagiat effronté et déformé, philosophie de boudoir, sophistique pédante de ce qu'ils n'ont manifestement pas digéré.
Ils prennent très au sérieux ce qu'ils racontent dans une langue malmenée, entre des notes de seconde ou troisième main, enrichies de citations autorisées, ne pouvant personnellement rien conclure.
Ce sont de pauvres diables qui s'imaginent par leurs indiscrétions violer le secret de la révélation, s'arrogeant le droit d'en assumer la responsabilité (comme s'ils pouvaient être responsables !) avec des avis de maîtres émancipes.
Mais comment expliquer l'authenticité absolue de ce secret, en dépit des indiscrétions ? Comment expliquer l'existence d'un Ordre qui en assure la pérennité, en dépit des indiscrétions ?
C'est simple : les notes et les textes (quand ils échoient à quelqu'un de sérieux) sont, pour celui qui s'en montre digne, une preuve et une indication pour parvenir à la connaissance du secret : mais ils ne sont pas en eux,-mêmes le Secret'.

1. A la connaissance de ce Secret préside, invisible des profanes et de tous ceux qui n'en sont pas dignes, un collège d'intelligences
justement distribuées. Les indignes ne pourront jamais l'atteindre. Les égoïstes perdront la route. Ceux qui parleront pendant la
pratique de l'Arcane trouveront la mort (G. Kremmerz «Introduction à la Science Hermétique »).

C'est pourquoi le TRISMÉGISTE reste laconique quand il l'expose dans sa Table ; il prend la peine de ne pas toucher au Principe ; il dit seulement : « Tu sépareras, etc. »
Mais de quelle façon?
Et bien le moyen, n'a jamais été transmis, ni oralement, ni par écrit, et c'est là la garantie certaine du Secret. Voilà pourquoi tous ceux qui sont parvenus à l'atteindre se sont tus et savent pourquoi.
Ce moyen, quand il n'est pas transmis par des symboles pratiquement incompréhensibles, s'apprend par vision directe, en entrant, en compagnie d'un MAÎTRE INITIATEUR dans le laboratoire alchimique d'une LOGE D'AMON, et en assistant à une transmutation réelle dans le silence le plus rigoureux du Maître et du Novice.
Mais même ici, pour une raison qui va de soi, la transmutation qui consiste en quatre opérations et quatre résultats spécifiques, n'est pas montrée dans son entier2.
Elle s'occulte à partir de la troisième opération, et tout ce qu'on peut dire, pour l'édification du cercle interne pour lequel sont rédigées ces notes, est révélé ici, sans voile, pour la première fois.

2. Les alchimistes se gardent bien d'exposer le secret dans sa nudité, ils ont toujours dit que seul, est autorisé à accéder à la Porte Majeure celui qui en aura reçu la permission divine. Ils préparent le Disciple à intégrer des concepts sans la compréhension fondamentale desquels il lui serait impossible de pouvoir interpréter les visions ou manifestations divines reçues (Kremmerz).

Le laboratoire alchimique est une petite pièce simple de forme carrée, aux murs rigoureusement peints en noir, avec deux ouvertures surbaissées opposées : une pour l'entrée, l'autre pour la sortie. Au centre se trouve un cube sur 1 quel est posé à la verticale un serpent en verre soufflé d Murano recourbé en cercle sur lui-même (le serpent qui se mord la queue) avec la gueule ouverte, à peu de distance de l'extrémité caudale. Ce serpent entièrement creux, possède un renflement ovoïde dans la gorge : à sa base, près de l'étranglement inférieur est inséré un filtre au niveau duquel s'ouvre un purgeur. La queue, creuse comme le reste, se termine par une ouverture et l'ensemble est maintenu à température constante par un bain-marie.
Le Maître dépose dans la gueule de l'animal une substance gélatineuse qu'il prélève d'un récipient latéral prévu à cet effet et muni d'un robinet ; celle-ci va cuire dans le renflement ci-dessus mentionné, se dissoudre peu à peu et traverser le filtre, s'écoulant dans la partie inférieure (Tu sépareras la Terre du Feu).
Quand il ne passe plus rien au travers du filtre, au moyen de la valve latérale, on ôte les dépôts insolubles et, grâce à un ingénieux dispositif manoeuvré de l'extérieur, on fait passer, à travers la queue du Serpent le liquide obtenu (passe de la Terre au Ciel) jusqu'à ce que tout ait transité de la partie incurvée dans la gueule ouverte où elle recommence à tomber (subitement elle redescend dans la Terre).
A ce stade on remplace le filtre par un autre, plus ténu, et on répète l'opération et ainsi de suite à l'aide d'un filtre toujours plus fin jusqu'à ce qu'il ne vienne plus, de l'extrémité caudale, qu'une précieuse vapeur, sans aucun

liquide : il s'agit d'un état de la matière à mi-chemin entre liquide et gaz.
Alors se termine la PREMIÈRE OPÉRATION TRANSMUTATOIRE qu'on peut dire réussie lorsque la vapeur recueillie se congèle en une masse homogène opalescente qui, obtenue par le biais du passage d'un état de la matière à l'autre, recueille la force des choses supérieures et inférieures, c'est-à-dire la consistance de l'éther et celle de la matière.
L'insuccès de cette première opération serait certain pour celui qui s'entêterait à poursuivre sans avoir procédé aux rectifications, lesquelles peuvent concerner les temps d'ouverture et de fermeture, la température, les obstructions, les interruptions, le bain-marie et beaucoup d'autres qu'il est superflu d'énumérer.
En cas de succès, par contre, et, parce que le processus est linéaire, on passe à la seconde opération qui est identique à la première mais change par l'adjonction d'un composé accessoire qui va se mélanger au premier élément transmutatoire selon « les modalités déterminées qui sont les conditions indispensables et nécessaires à 1'oxydabilité sans laquelle la pratique reste nulle et peut devenir tout à fait improductrice ».
Cet extrait est tiré de l'ortosvodum (inutile que les latinistes cherchent un sens à cet archaïsme) rigoureusement gardé dans un enclos impénétrable fermé au désir de n'importe quel animal mâle.
Ce réactif, par des centrifugations, coctions et filtrages réitérés, dynamise le mélange au point qu'il faut surveiller avec le maximum d'attention son expansion dans l'alam-

bic, au risque de voir exploser l'appareil et se perdre irrémédiablement la substance.
Mais si tout est fait selon les précautions requises, en mettant la main à l'extrémité de la queue, on sera d'abord averti par une bouffée d'air froid, sec, et recueillera une poudre subtile (poudre de projection) qui a la propriété de séparer la force de la matière, mais pas de façon explosive (rien à voir avec la bombe atomique!) aussi
bien induit-elle le mouvement dans les corps (IBIS
Mobile).
Cependant elle est légèrement stupéfiante et aphrodisiaque, aussi est-elle dangereuse pour l'imprudent qui en ferait mauvais usage, laissant en cet état d'enchantement tout le loisir au serpent toujours vigilant de dévorer le petit oisillon.
Mais l'alchimiste austère ne se laisse pas séduire par l'attrait érotique et procède impertubable à la troisième opération.
Il effectue un second mélange, tirant d'un récipient approprié deux fioles pleines de deux essences différentes provenant de plantes de la République Argentine, l'une de couleur rouge écarlate et l'autre de couleur blanc laiteux.
Ces deux essences ont des propriétés réciproquement corrosives, si bien que, mises ensemble elles se détruiraient réciproquement et ne laisseraient d'elles-mêmes qu'une odeur caractéristique, hautement significative pour le pratiquant de haut niveau.
Mais faites tomber goutte à goutte, séparément sur quelques milligrammes de poudre obtenue, elles perdent leur caractère corrosif, s'accordent, c'est-à-dire, dans la

nature essentielle de l'excipient, en se mêlant, toujours par effet de coction et filtrage, en un amalgame phosporescent aux reflets de l'Arc en Ciel.
Et ici se termine la troisième opération ostensible, après laquelle Maître et novice sortent du laboratoire alchimique, muets comme lorsqu'ils y sont entrés.
Ils se séparent immédiatement avec la promesse tacite du novice de se revoir quand son IBIS aura mis ses ailes, et lui permettra de retourner avec son propre vol SEUL MOYEN DE SE REPRÉSENTER POUR LA RECONNAISSANCE RITUELLE, avec le droit d'assister à la fin de l'OEuvre pour être consacré Maître Amonéen dans le Synedrion Éternel de l'Or .. O .. Eg .. (Ordre Osirien Égyptien).

L'aide des Dieux ou des Anges de Lumière dans la quête

Dans certains textes taoïstes, et dans les traditions hermétiques et alchimiques liées aux écoles de mystère, il est un point qui revient souvent. Nous voulons parler du rôle des Dieux.
Dans la voie taoïste par exemple, il s'agit de faire la Pierre au rouge, afin de créer des ustensiles de cuisine et des élixirs, lesquels vont accentuer le processus de separatio. Puis l'adepte passe à la constitution du corps immortel. Enfin il est question là aussi d'une mystérieuse troisième étape, le sacrifice aux dieux. Ici le face à face avec d'autres êtres plus réels que l'humain est évoqué et concerne surtout l'adepte du troisième magistère, même si on peut considérer que tout alchimiste doit rechercher l'aide de ces puissances pour mieux comprendre le sentier. Nous soulignons le très haut degré de purification nécessaire et de courage dans cette quête qui n'a rien à voir avec les expériences des spirites, lesquels n'attirent que leurs projections.
Voir les dieux, c'est aussi commencer à leur ressembler et comme l'a dit un écrivain : « Il nous arrive non pas ce

qu'on mérite mais ce qui nous ressemble »... L'immortalité n'a en effet un sens glorieux que dans la béatitude et l'illumination.
PROCLUS disait : « Dans les initiations et les mystères, les dieux revêtent souvent plusieurs formes et se montrent sous plusieurs apparences. Il émane d'eux une lumière parfois informe et parfois d'aspect humain, et parfois se transformant en une autre forme. » PLUTARQUE, quant à lui, parle de l'initiation en ces termes : « Je m'approchai de la présence des dieux inférieurs et supérieurs et je les adorai de près. » REGHINI dans son livre « Les Mots Sacrés et de Passe » 10, ajoute quant à ces témoignages : « Il est vraiment difficile de mettre en doute le sérieux, la véracité et l'équilibre d'hommes comme PLUTARQUE, PLATON, APULÉE, ARISTOTE, CICÉRON. » Il ajoute à propos de ce dernier « CICÉRON était romainement équilibré pour savoir ce qu'il disait, et il n'est guère facile de voir en lui un pauvre rêveur, croyant connaître vraiment le principe des choses seulement pour avoir assisté au déroulement des représentations sacrées. » Outre les philosophes, les empereurs étaient presque tous initiés. Il est vrai que la notion royale à cette époque était réelle, le roi étant sur le pont, qui reliait le ciel à la terre, il avait une fonction cosmique, il représentait l'Axe, le Centre, le SOI, SCHIVA immobile pendant que SCHAKTI (la manifestation) danse. C'est d'ailleurs ce sentiment de normalité du royalisme qui inspire encore quelques partisans politiques qui ne voient pas (ou refusent de voir) que seul le roi dormant (fait

10. Éd. Arche, Milan

néant) invisible peut être servi à l'heure actuelle, et non de véritables caricatures. Il est vrai que, comme l'a écrit SCHWALLER de LUBICZ, « ce qu'est le roi régnant en tant qu'homme est presque secondaire ». Le roi est identifié à ATOUM, c'est-à-dire qu'il sait créer l'immortalité en lui, à partir de lui-même.
Monter au ciel en plein jour, c'est accéder aussi à un autre monde, où l'assistance d'autres êtres est utile. L'ange de lumière est en nous, parcelle solaire, c'est elle qui doit être exaltée pour provoquer la réponse. Elle est établie dans le coeur, centre principal de relation avec le soleil, car comment comprendre l'Univers et les dieux si on est pas amoureux de la vêture de DIEU sous tous ses aspects, et non pas à travers le dualisme pathologique qui nous empêche de voir la danse cosmique et d'entendre le grand éclat de rire, de voir l'explosion de joie et de lumière de CELUI qui s'est manifesté pour se voir sous tous ses aspects.

Ésotérisme, tradition et franc-maçonnerie

Le courant traditionnel a toujours été aristocratique, non pas au sens abusif de caste nobiliaire figée, mais étymologiquement comme gouvernement des meilleurs. C'est pourquoi il faut partir de la définition platonicienne des cinq régimes politiques afin que personne ne soit abusé. Dans « La république », PLATON montre que le régime idéal est l'aristocratie (du grec Aristos qui signifie meilleur régime) des philosophes, assemblée collégiale de sages à la tête d'une cité. Il définit ensuite les dégradations du régime aristocratique. D'abord peut lui succéder la timarchie, pouvoir des guerriers qui renversent l'aristocratie, ces régimes militaires conduisent quand il n'y a plus guerre à une oligarchie, pouvoir d'un petit nombre de riches, qui se faisant à leur tour renverser, amènent la démocratie, où chacun juge de tout à égalité et qui produit par excès une tyrannie, pouvoir d'un homme qui se fait plébisciter pour mettre de l'ordre. Le courant aristocratique fut développé par les pythagoriciens, renversés d'ailleurs par une révolte populaire. Ainsi il faut rétablir certaines vérités, et on ne peut considérer les castes de gros marchands à la tête des états actuels comme des régimes

aristocratiques. De même il faut reconnaître contre MARX, et en faveur de NIETZSCHE, que les sociétés actuelles ont été produites par excès d'égalitarisme, lequel a permis les concentrations quantitatives marchandes qui font des hommes politiques des commis au service des épiciers, par marchands il ne s'agit pas du petit artisan ou commerçant, qui est ce qu'il y a de plus indispensable dans la communauté, mais des patrons de multinationales et de la haute finance, et d'un état d'esprit.
Certes on a pu constater dans l'histoire que les concentrations de pouvoir, avec une hiérarchie stricte, pouvaient conduire à des abus, mais il n'est pas difficile de démontrer que ces régimes n'étaient pas aristocratiques, bien au contraire ! Un aristocrate ne peut être raciste, il accepte et respecte les spécificités, il réduit les lois au minimum afin que l'état ne pèse sur les hommes, comme disait LAO TSEU : « C'est quand on dresse le plus de barrières pour protéger le peuple que le peuple est le plus misérable... C'est quand il se promulgue le plus de lois et d'ordonnances qu'il y a le plus de voleurs et de brigands. »
Dans un monde de valeurs marchandes où l'argent est roi, seule une nouvelle méritocratie peut redonner un sens à l'existence des peuples. Le retour à la quête par le désir de perfection en chaque chose, au qualitatif contre le quantitatif, aux devoirs contre les droits, à la solidarité communautariste contre l'égalitarisme communiste, à l'être contre l'avoir à tout prix, permettrait de sauver une terre polluée et ses enfants qui se meurent tranquillement dans la tiédeur de la décomposition.
Le caractère conservateur et surtout aristocratique de

la voie ésotérique est affirmé par tous les adeptes. SYNESIUS écrit dans ses lettres : « Le peuple se moquera toujours des vérités simples : il a besoin d'impostures... Un esprit ami de la sagesse et qui contemple la vérité sans voiles, est contraint de la déguiser pour la faire accepter aux masses... La vérité devient funeste aux yeux trop faibles pour soutenir son éclat. Si les lois cannoniques autorisent la réserve des appréciations et l'allégorie des paroles, j'accepterai la dignité épiscopale qu'on m'offre ; mais à condition qu'il me soit loisible de philosopher chez moi, et de raconter au dehors de réticentes paraboles. Que peuvent avoir de commun vraiment la vile multitude et la sublime sagesse ? La vérité doit être cachée ; il ne faut donner aux foules qu'un enseignement proportionnel à leur intelligence bornée... »
De même dans « La Rose + Croix dévoilée» de Christopher MC INTOSH : « A part la recherche de la connaissance alchimique, une autre caractéristique attirait les gens vers le nouvel ordre rosicrucien. Ce furent ses positions politiques. Le mouvement rosicrucien à la fin du Xviiie siècle devint le point de ralliement des conservateurs opposés aux tendances sociales, radicales, rationalistes et antireligieuses... » Concernant deux membres au pouvoir des Rose + Croix d'Or: « EPSTEIN a fait la remarque suivante à propos de WÔLLNER et de BISCHOFFSWERDER : "On peut les décrire comme les premiers politiciens conscients d'être conservateurs de l'histoire allemande, des politiciens au sens honorable du terme, des hommes cherchant le pouvoir uniquement pour la réalisation de leurs principes". Le pouvoir de ces deux hommes prit fin à la mort de FREDERIC-GUIL-

LAUME en 1797 lorsque son fils FREDERIC-GUILLAUME III monta sur le trône. »
Enfin, dans son livre « Les Rites Maçonniques de Misraïm et Memphis », Gaston VENTURA met les choses au point en ce qui concerne la Franc-Maçonnerie" : «Des hommes d'origine sociales variées - hommes libres et de bonnes moeurs, de la manière dont on entendait alors le terme libre - qui dans leurs réunions de loge ne s'étaient jamais préoccupées du problème posé par la devise Liberté, Égalité, Fraternité. Et comment les Maçons du Régime de Naples auraientils pu même s'intéresser à ce problème, eux qui reconnaissaient l'autorité souveraine de leur Grand Maître et n'entendaient absolument pas la remplacer par la prétendue souveraineté populaire à laquelle la Maçonnerie devait ensuite se rallier avec l'abérration démagogique de l'élection du Vénérable Maître par la base, c'est-à-dire par les apprentis Francs-Maçons qui ne savent ni lire, ni écrire, mais seulement épeler ? »
Les adeptes des ARCANA ARCANORUM - c'està-dire de ces grades que RAGON, pourtant ennemi acharné des hauts grades et contempteur de Misraïm, affirmait catégoriquement être ceux qui « forment tout le système philosophique du vrai Rite de Misraïm ; lequel satisfait l'esprit de tout Maçon instruit » - savaient très bien, ayant étudié le sujet d'une autre manière, que là où est la liberté il ne peut y avoir égalité et que les termes de la formule révolutionnaire et mystificatrice importée de France étaient les antithèses les uns des autres.

11. Éd Maisonneuve et Larose, Paris.

Marius LEPAGE conclut : « La Franc-Maçonnerie, société initiatique traditionnelle, a été dénaturée par l'infiltration en son sein d'éléments qui ne possèdent aucune des qualifications spirituelles requises pour devenir d'authentiques initiés. » Ce travail d'infiltration s'est encore plus accentué de nos jours car la subversion a des appuis logistiques. Dans son remarquable livre « La Franc-Maçonnerie oubliée », Robert AMBELAIN écrit":
« Il est tout aussi certain qu'en actuelle Europe occidentale la Franc-Maçonnerie n'a jamais subi de persécutions de la part des huit monarchies qui susbistent. Pour deux d'entre elles, c'est même le souverain qui en est le Grand Maître, et en Espagne, c'est encore le souverain qui a rouvert les loges maçonniques après la fin de la dictature du général FRANCO. A plus forte raison, dans les sept républiques actuelles, il en est de même.
Mais où cela change, c'est de l'autre côté du rideau de fer. En Europe orientale, Russie soviétique, Hongrie, Bulgarie, Roumanie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Albanie, Allemagne démocratique, il n'est aucune possibilité d'existence pour des loges maçonniques. Et en 1927, en Russie soviétique, lorsque la dernière loge fut découverte par la Guépéou (police politique d'État ayant succédé à la Tchéka le 6 février 1922, et alors dirigée par MEJINSKI jusqu'en 1934), le président fut fusillé et les membres prirent le chemin de la Sibérie septentrionale. On n'en entendit jamais plus parler.
C'est pourquoi, lorsque nous entendons des membres

12. Éd. Robert Laffont, Paris.

du Parti communiste prétendre que des loges existent, parce que tolérées, nous n'en croyons pas un mot.
Que des Maçons appartenant aux obédiences maçonniques situées à la gauche politique française soutiennent ce point de vue, cela fait partie de leur rôle s'ils sont membres actifs du Parti communiste. Ils font leur travail d'infiltration, et il en est qui se placent à de très hauts niveaux au sein de ces obédiences. Le Parti socialiste est d'ailleurs tout aussi infiltré, et à de très hauts niveaux également. »
Nous sommes passés d'une citation d'alchimiste à la philosophie conservatrice Rose + Croix, pour analyser la situation maçonnique où la subversion bat son plein, relayée par les églises chrétiennes plus préoccupée de social que de spiritualité, cela pour aboutir à la question suivante liée aux faux problèmes des antagonismes.
Certains disent que la composante trotskyste est différente, mais n'est-ce pas Léon TROTSKY qui a écrit « Il faut détruire la Franc-Maçonnerie au fer rouge. » ?
Il est vrai que certaines obédiences ne sont pas concernées et poursuivent une ligne traditionnelle ou ésotérique, cas en France de la Grande Loge Nationale Française13, de la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique « Opéra », de la Grande Loge Indépendante et Souveraine des Rites Unis, de l'Ordre de MemphisMisraïm et quelques loges rebelles ou sauvages. Les autres obédiences sont plus préoccupées de la chasse au fas

13. L'ostracisme de cette Obédience est cependant déplorable quand il concerne des Loges ou des Obédiences traditionnelles bien plus intéressantes que certaines de ses loges d'affaires...

cisme (bien que le frère PINOCHET et la plupart de ses généraux soient maçons, alors que la loge Salvatore ALLENDE a été dissoute), que des dictatures marxistes où les frères ont été parfois sauvagement éliminés, mais cela était normal, c'était pour la cause du peuple Alors que les obédiences réellement traditionnelles sont écartées (Grande Loge d'Italie, Grand Sanctuaire Adriatique...). Encore une preuve que la véritable Maçonnerie n'a que faire des deux bords, et qu'elle doit se libérer14, tout comme le continent européen.
Les frères devraient méditer la réponse de l'anarchiste BAKOUNINE à Karl MARX : « J'ai bien peur que derrière votre désir de justice ne se cache un désir de puissance innassouvie », ou celle de SOCRATE qui dit aux cyniques : « Je vois votre orgueil à travers les trous de vos vêtements. »

14. Il est évident que la Maçonnerie doit rejeter nombre de dogmes et superstitions si elle veut renouer avec sa véritable nature
qui est de transmettre la Tradition. Ainsi Jean Mallinger rapporte dans son livre « Des Initiations antiques aux Initiations modernes »
(Éd. Planquart) : ce qu'écrivait le 4 septembre 1934 le Frère Oswald Wirth au Frère Marius Lepage : « Je n'excommunie personne pour
cause de Bible ! J'estime que nous devons enseigner la FrancMaçonnerie pure, non christianisée ou teintée d'un particularisme
quelconque. Évitons la superstition du Livre qui est la plus sotte de toutes. »

Gnosticisme et initiation

Le point de vue païen a été développé par « OTTAVIANO » dans la revue COMMENTARIUM en 1911. Il s'agit du Prince Don Leone CAETANI, (18691935), éminent orientaliste, destructeur non pas de la tradition comme l'a écrit le Jésuite Henri LAMMENS, mais des mythes, il fut lié à divers mouvements ésotériques et sans doute aussi influencé par Lord LINDSAY (membre de la S.R.I.A.).
Le fait qu'il écrivit : « Je sens que le monde a besoin d'une nouvelle forme religieuse, dépouillée de tous les caractères barbares du Jehova hébraïque », ou qu'il voyait dans l'Islam « une société sans aristocratie et sans clergé... au caractère pratique universel et égalitaire... précurseur des démocraties modernes », semble lui avoir créé de nombreux adversaires.
Ce texte qui pourra sembler excessif à certains, n'est publié qu'à titre documentaire afin de préciser les divers aspects de la Tradition. Celle-ci ne peut, en effet, être soumise à des points de vue réducteurs.

« Très Chers amis du COMMENTARIUM,
L'Ultra de Rome, me prenant pour une personne qui a de l'érudition critique à revendre, plaisante et m'invite à lire les oeuvres de MEAD. J'accepte le conseil et je vais lire ces oeuvres que je ne connais pas encore. Mais comment donner un jugement, alors que je vais seulement lire MEAD, l'Ultra et les autres journaux Théosophiques et vais apprendre tant de choses que je n'ai jamais sues ?
Dans une note additive à une brève étude sur le dieu Pan, publiée dans le premier fascicule de cette revue, j'ai simplement dit que MEAD ne savait pas ce qu'est la Gnose. En effet, même si je ne sais pas tout ce que l'auteur a écrit sur la question et quand bien même si je l'apprenais par ses écrits, je sais cependant ce qu'est la Gnose ; or, dans tout le livre, l'auteur ne m'a pas prouvé, même par un seul mot, qu'il le sait. J'ai seulement fait part sur ce point de ma déduction claire et logique, et l'Ultra, en publiant dans ce même fascicule qui se moque de mes vélléités critiques, un écrit de MEAD sur le thème de l'Initiation, confirme ma conviction et me rassure en me prouvant que l'auteur anglais ne connaît même pas la véritable signification du mot initiation qui vient de inire qui signifie aller en. Mais alors, in doit être suivi de quelque lieu ou d'une indication de lieu ou locum. Quel est-ce lieu, quel fut-il ? L'auteur laisse trotter ses idées qui sont les idées à la mode : je crois, dit-il, que lorsque nous évoluons, le maître paraît en nous. Ce n'est pas là être initié ou devenir adepte, mais devenir un saint, phénomène relatif au concept évolutionniste et religieux de l'âme mystique, toujours avec le bénéfice de l'invention qui veut que l'évolution relative de l'âme humaine soit une

réalité éternelle et non une étape temporaire d'une vie. Par conséquent, MEAD ne connaît ni la Gnose ni l'Initation qui sont sueurs germaines.
L'initiation, le Gnose, le secret alchimique sont les mêmes serpents que le Christianisme a toujours combattus parce que, sur le sacerdoce initiatique, prit le dessus la racaille philosophique que Julien l'APOSTAT voyait triompher comme une mainmise des ignorants sur le savoir. Postérieurement, dans la liturgie Catholique, entrèrent, pour en constituer une partie, des éléments d'origine initiatique (la communion, la messe, l'huile sainte), la réforme se dut par des tentatives variées, de conquérir les églises en s'appuyant sur les initiés isolés, et aucun des grands mystiques qui fondèrent le Christianisme ne fut initié au sens réel du terme latin.
JÉSUS-CHRIST, même si vous voulez lui retirer son masque divin, et le considérer comme provenant d'une légende chrétienne, n'est pas un initié. Les apôtres partisans furent pour cela contre les Gnostiques et inventèrent les calomnies les plus impudentes contre eux ; mais la confusion qu'ont faite les écrivains contemporains en employant les mots de Chrétiens Gnostiques, d'Églises Gnostiques et d'autres équivalents, augmente l'obscurité qui voile le véritable nature du Gnosticisme : cette véritable nature qui était initiatique et qui procédait du concept de la réalisation magique, comme on a coutume de dire aujourd'hui. Les Gnostiques ne furent jamais chrétiens de même que les républicains ne pourront jamais se déclarer monarchistes.
Quant au profil du Christianisme, il est plébéien, vulgaire, à tel point que la Synagogue qui avait des

prétentions à la Connaissance, le renia, mais la canaille mystique prit le dessus, et toute l'histoire du Christianisme pontifical jusqu'à PIE X, apporte la preuve qu'il est dans l'ignorance de son origine. Il se dira, à travers les critiques religieux qui trouvent parfait le monde civilisé tel qu'il est aujourd'hui, que tout le bien nous vient de l'idée et de l'oeuvre du Christianisme, et c'est une erreur grossière puisque la société occidentale jusqu'à deux siècles avant Ponce PILATE, en morale, christianisait ; et CHRIST n'était pas encore né dans cette grotte avec les signes astronomiques du Taureau et de l'Ane.
L'idée morale qui est grandiose, contenue et mise à jour par les philosophes grecs et néo-alexandrins dans le christianisme constitué sous forme d'Église, a toujours trouvé un obstacle puissant, si bien que la civilisation contemporaine est la petit fille du Christianisme qui ne l'a jamais voulue et qui la réduirait en cendres s'il le pouvait.
Je devrais dire ce que je sais sur la Gnose et sur l'Initation comprise ou entendue de façon latine, et ce tout petit peu d'éclaircissement, je regrette de ne pouvoir le distribuer aux pauvres qui l'ignorent, parce que je ne suis que païen et admirateur du paganisme, et que je divise le monde en vulgaires et en savants ; les savants se servent de ce peu pour se défendre du vulgaire que mes ancêtres symbolisaient par le chien et représentaient avec une chaîne dans l'entrée de la maison familiale avec l'inscription : prends garde au chien parce qu'il aboie, mord et déchire.
Du fait que je suis l'unique d'entre vous à ne pas faire

partie de la fraternité (cercle extérieur de l'ordre), je peux me permettre une liberté de langage et de jugement, conserver mes idées et les exposer : alors je dis que l'erreur des contemporains qui alchimisent l'occulte philosophie en christianisant et en démocratisant la Science, est de vouloir mettre en commun - et c'est là le communisme chrétien primitif - tout ce qu'ils savent des autres sous la stupide Égide de la croyance que la sagesse est le patrimoine de tous. Au contraire, je pense que cette sagesse à laquelle je m'intéresse est le patrimoine d'un petit nombre pour le gouvernement des inférieurs : et c'est pourquoi le mage roi n'est pas le mage qui devient le serviteur gratuit des curieux et des oisifs.
Sur un tel argument, je suis parfaitement en désaccord avec le docteur KREMMERZ auquel m'unissent l'affection et la communauté d'études ; et KREMMERZ en a constaté l'erreur avec les peines, les douleurs et les ennuis procurés en 1897 quand il commença d'écrire sur ces sujets surannés et de traiter les inférieurs comme autant de frères selon l'usage de saint François d'ASSISE. L'initiation est symbolisée par le Sphynx égyptien, tête de femme et griffes de lion pour conserver : tous veulent savoir sans rien risquer, ni leur peau ni le bien être social une telle attitude est hors des règles de la nature ; que me diraient un homme riche et un employé de l'État avec trente années de service si au premier je demandais tout son argent ainsi que sa concubine, et au second ses années de service et sa pension ? Je les entends répondre que je n'ai pas le droit de prendre le patrimoine d'autrui ; donc il existe un droit de ne pas donner, pourquoi devrais-je, mois, gaspiller ce petit peu que j'ai? En la matière, je

prends parti pour l'absolutisme le plus complet, et pour cela, je m'abstiendrai d'en écrire plus dans cette revue... et aussi pour aller lire et apprendre quelque chose dans les oeuvres de William MEAD. »
OTTAVIANO

Ésotérisme, paganisme et religions

Quand on étudie les textes, il est difficile de parler d'une alchimie taoïste, islamique ou chrétienne car l'alchimie est d'origine païenne ; comme les Rose + Croix du Moyen Age, elle prend l'habit de l'endroit où elle se trouve. Le plus souvent, les adeptes ont dû chevaucher le tigre, c'est-à-dire se glisser dans les forces religieuses oppressives et ahurissantes pour jouer le jeu et sauver ainsi leur précieux enseignement.
HALDANE qui comptait le fanatisme parmi les « quatre seules inventions véritablement importantes faites entre 3000 avant notre ère et l'an 1400 » en attribuait la paternité au judéo-christianisme. BOUCHELECLERCQ se demande « si les bienfaits du christianisme (si grands qu'ils soient) n'ont pas été que trop compensés par l'intolérance religieuse qu'il a emprunté au judaïsme pour la répandre par le monde ». Il est évident que les trois religions issues d'une même source sont à la pointe du totalitarisme et particulièrement avec leurs métastases laïques (marxisme...). Il s'en est suivi une nécessité vitale pour les adeptes de chevaucher le tigre à

sa tête, cas de nombreux papes. L'Islam ne fait pas exception, et ce dès le début'.
En accord avec le premier Imâm, l'un des plus célèbres compagnons du Prophète, Abdollah Ibn'ABBÂS, s'écriait un jour au milieu d'un grand nombre d'hommes groupés sur le Mont Ararat et en faisant allusion au verset coranique 65/ 12 (relatif à la création des Sept Cieux et des Sept Terres) : « O hommes ! Si je commentais devant vous ce verset, tel que je l'ai entendu commenter par le Prophète lui-même, vous me lapideriez. » Ce propos typifie parfaitement la situation de l'Islam ésotérique à l'égard de l'Islam légalitaire et littérariste.
Hervé MASSON, dans « La gnose une et multiple», écrite : « En dépit de son constant souci de s'aligner sur le Christianisme à qui elle emprunte son vocabulaire et son apparence extérieure, la Gnose reste païenne. Sa vraie filiation est pythagoricienne et orphique. C'est au sein de la Gnose historique qu'on découvre les descriptions les

1. Louis Massignon écrit dans son « Inventaire de la littérature hermétique arabe » (in « La révélation d'Hermès Trismégiste », Éd. les Belles Lettres, Paris) que le Maître musulman Ibn Sab in (le correspondant de Frédéric II) s'est explicitement réclamé d'Hermès en «construisant une curieuse chaîne d'initiation (isnâd), publiée par son disciple Shushtari : elle descend des trois Hermès jusqu'à lui en passant par Socrate, Platon, Aristote, Alexandre (= Dhû' lgarnayn), Hallâj, Shiblî, Niffarî (l'auteur des "mawâgif ", Habashî, Qadîb alBân, Shûdî (= Hallâwî, le cadi de Séville). Cet isnâd d'hermétistes a d'ailleurs scandalisé les contemporains : car il initie à une inspiration directe sans passer par le Prophète de l'Islam ; inspiration non seulement révélatrice, mais sanctifiante, au-dedans ».
2. Éditions du Rocher.

plus complètes et les plus extravagantes de la Chute originelle. »
Il rejoint en cela le V .. M .. «Pierre DANGLE » qui précise' : « La tradition judéo-chrétienne, qui a très largement corrompu les rituels maçonniques, est empreinte d'une notion foncièrement anti-initiatique celle de faute et de péché. On ne dira jamais assez combien le mythe négatif d'Adam et d'Ève fut à l'origine d'une société cassée, inharmonieuse, déchirée, condamnant la femme et l'homme à devenir des ennemis sous les yeux d'une église qui n'en finit plus de se décomposer. »
Notons au passage que REGHINI avait déjà défendu ce point de vue dans « Ur et Krur » (1927-1928)4
« Les mystères d'Eleusis ressemblent beaucoup aux Mystères isiaques ; à l'époque alexandrine, des éléments néo-pythagoriciens et néo-platoniciens se fondent, par interpénétration mutuelle, avec les éléments typiquement égyptiens, et c'est en Égypte que se constitue la tradition hermétique de l'art sacré et divin, tradition qui sera transmise, par les Arabes, à l'Italie, l'Espagne et l'Occident en général, jusqu'à devenir la tradition hermétique de l'Art royal du Moyen Age occidental. Remarquons enfin que cette répartition de l'Orient et de l'Occident intègre géographiquement à ce dernier toute l'Afrique du Nord, si bien qu'il faut inclure dans l'Occident les écoles initiatiques du Maroc. Avec cette même répartition, le judaïsme et ses déviations restent en revanche géographiquement étrangères à l'Occident.

3. In « Loges souveraines ou Loges esclaves », Éd. du Rocher.
4. Éd. Arche, Milano.

En vérité, sans oublier ni méconnaître les éléments païens greffés sur le christianisme et plus encore sur le catholiscisme, on ne peut qu'être frappé par le caractère asiatique de ce courant, fondé par un Juif qui naquit, vécut et mourut en Palestine, et qui n'était pas du tout héllénisé. L'intolérance religieuse, qui fit de la pensée hétérodoxe un délit passible de la rigueur de la loi, n'est pas non plus un caractère gréco-romain. Ni le zèle ardent de la propagande, ni la subordination des devoirs du citoyen aux devoirs du croyant, des intérêts de la patrie terrestre à ceux de la patrie céleste, ni la prétention d'enfermer la vérité dans les articles d'un dogme, ni le fait de faire dépendre le salut de l'âme d'une profession de foi précise et de l'observance d'une certaine morale, ni l'esprit anarchiste démocratique de la fraternité universelle et obligatoire, de la similitude de prochain et de
l'égalité. »
De même Franz HARTMANN, dans « Une aventure chez les Rose + Croix », écrit : « Ces symboles n'appartiennent pas exclusivement à l'Église chrétienne et elle ne peut les monopoliser. Ils sont libres comme l'air pour quiconque peut saisir leur signification, et malheureusement bien peu de vos chrétiens connaissent cette signification ; ils offrent leur culte aux formes extérieures et ne savent rien du principe vivant que ces formes représentent. Alors, dis-je, un homme spirituellement éclairé peut devenir un membre de votre ordre, même s'il ne croit en aucun des dogmes soi-disant chrétiens ? L'Imperator répondit à ceci : "Ne peut devenir membre de notre Ordre exalté, celui dont la science n'est basée que sur des dogmes, des croyances, des credos ou des opinions qui

lui ont été enseignés par quelqu'un ou qu'il a acceptés de ouï-dire ou tirés de la lecture des livres.',' »
Warwick MONTGOMERY dans «La croix et le creuset », étude sur ANDREAE, prétend que ce dernier fut hostile à la Rose + Croix depuis toujours, et qu'il écrivit les « Noces Chymiques » afin de christianiser le personnage de Christian ROSENKREUTZ.
Si nous avons développé le point de vue païen dans un premier temps, il faut aborder maintenant le point de vue des monothéismes, christianisme et islam par exemple, car dans le judaïsme la tradition cabbalistique est très connue. Or, nous sommes obligés de reconnaître que le sectarisme païen est aussi excessif que celui qu'il condamne.
N'est-ce pas saint AUGUSTIN qui écrit : « Ce qu'on appelle aujourd'hui Religion chrétienne existait chez les anciens et n'a jamais cessé d'exister depuis l'origine du genre humain. Jusqu'à ce que le CHRIST lui-même étant venu, l'on a commencé d'appeler chrétienne la vraie Religion qui existait déjà auparavant. » ?
Le CHRIST lui-même dit aux pharisiens : « Vous avez enlevé la clef de la science LUC XI 52 »
Il en est de même pour l'islam : les exemples suivants tirés du remarquable ouvrage de Henri CORBIN « Introduction à la philosophe Islamique »5, le prouvent, d'abord à travers les propos du premier Imâm, 'Ali ibn ABU-TALIB (ob. 40/ 661) : « Il n'est point de verset qorânique qui n'ait quatre sens : l'exotérique (zâhir), l'ésotérique (bâtin), la limite (hadd), le projet divin (mottala~ ». Il écrit également : « L'Imâm JA' FAR fait encore allusion à sept modalités de la descente (révélation) du Qorân, puis définit neuf modes de lecture et de compréhension possibles du texte qorânique. Cet ésotérisme n'est donc nullement une construction tardive, puisqu'il est essentiel déjà à l'enseignement des Imâms, lequel en est la même source. »
Le problème qui se pose est donc autre, il s'agit bien de comprendre que, quel que soit le vecteur choisi, la TRADITION étant d'essence aristocratique, au sens étymologique du terme, elle ne pouvait pas s'exprimer littéralement, et il est difficile de critiquer l'une ou l'autre position, car si les païens ont raison quant au totalitarisme des religions du désert, il faut se demander si par ailleurs elles ne correspondaient pas à une nécessité : le besoin religieux de l'homme. Il est vrai que la lecture des préceptes chrétiens nous fait nous demander ce que certaines églises ont à voir avec cet enseignement, où il ne s'agit pas de se donner bonne conscience, mais de réaliser un exemple.

5. Éditions Gallimard.

Quand on considère la dimension de cet exemple, se prétendre chrétien semble déjà une imposture, représenter cette voie et s'en prétendre unique gardien semble encore plus osé, car CHRIST définit très bien ceux qui se réclameront de son nom, or on en voit peu guérir les malades ou dont la foi transporte les montagnes. Il en est de même de la philosophie sectaire de certains ayatollas qui prêchent la guerre sainte, ou d'une catégorie de rabbins qui, prenant les textes religieux à la lettre, considérent le non juif comme un goy, c'est-à-dire du bétail. On ne le répétera jamais assez et NIETZCHE l'avait fort bien exposé : « cet instinct théologique est la forme la plus répandue, la plus proprement souterraine de fausseté » ; la lettre tue l'esprit.
Les grandes religions doivent retrouver leur sens traditionnel, une dimension plus appliquée et vécue de la transcendance, et porter les pratiquants vers l'expérience mystique, et c'est seulement ainsi qu'elles auront un avenir, sinon elles se verront progressivement remplacées par les voies expérimentales qui seules intéressent la véritable aristocratie.

Les femmes, ésotérisme et chevalerie : histoire d'un faux problème

Nous ne reviendrons pas sur le passé pour affirmer le rôle de la femme dans la voie ésotérique, en Égypte particulièrement, dans certaines écoles de mystères, chez les pythagoriciennes, etc., et tout au long d'époques dites obscures un peu trop facilement comme le Moyen Age, peut-être plus exactement Age du Milieu, c'est-à-dire proche de l'Axe Traditionnel.
« Les noces chymiques de Christian ROSENKREUTZ » confirment la participation des femmes aux initiations (texte de 1459), plus près de nous dans « Une aventure chez les Rose + Croix », Franz HARTMANN écrit : « Rencontrer des dames dans le monastère des Frères de la Rose + Croix d'Or était un fait qui me surprit et me confondit, et ma confusion fut évidemment remarquée par tous ceux qui étaient présents ; mais, après avoir été présenté à toutes ces personnes, ou, pour m'exprimer plus correctement, après qu'elles m'eurent été toutes présentées, car elles semblaient toutes me connaître et n'avoir pas besoin de ma présentation -, la grande dame prit ma main et me conduisit à la table, tandis qu'elle me disait en souriant les paroles suivantes : "Pourquoi être

aussi surpris, mon ami, de voir des Adeptes habiter des formes féminines en compagnie de ceux dont les formes paraissent avoir un caractère masculin ? Qu'est-ce que l'intelligence a à faire avec le sexe du corps? Où les instincts sexuels finissent, là finit l'influence du sexe. Venez maintenant, prenez cette chaise à côté de moi et mangez ces fruits délicieux." »
Le puritanisme récent du siècle dernier occulta son rôle, mais s'il est nécessaire d'affirmer que l'initiation féminine n'est pas de même nature que la masculine, elle n'en emprunte pas moins souvent les mêmes vecteurs, c'est-à-dire des ordres qui respectent sur certains points des spécificités.
Pourtant il est vrai que si l'on excepte certains mystères majeurs, où il est impossible de considérer l'homme et la femme de la même manière, le sens exact de cette différence est ignoré de la plupart des ésotéristes, et ce n'est pas nous qui l'aborderont, les rapports exacts du YIN et du YANG, les secrets internes relatifs à l'aspect technique des différences doivent rester occultes'. Mais il n'en est pas moins vrai que la femme fut présente même dans des domaines d'où l'on veut hypocritement la chasser, la loge « Heptagone » semble être dérangée par le mot chevalière, c'est pourquoi nous avons fait dans ce livre une parenthèse, qui en fait aboutit à une conclusion évidente.
Monseigneur Roger CARO2 a fait une étude sur la

1. Voir appendice n° 3.
2. Patriarche de l'ENA (Église de la Nouvelle Alliance).

question des femmes dans la chevalerie, nous en publions des extraits
« Il existe une "Histoire des Ordres Militaires ou des Chevaliers", très rare aujourd'hui, qui fut éditée en M.DCC.XXI en quatre volumes. Plusieurs auteurs savants en la matière les ont publiés. On citera : l'Abbé GUISTINIANI, le R.P. BONANI, HERMAN, SCHONNEBEEK, R.P. HELIOT, R.P. HONORE de SAINTE MARIE et d'autres... avec dissertations sur l'Authenticité et l'Antiquité de ces Ordres.
Prenons tout d'abord le Tome II, page 250. On y trouve les Dames Chevalières de Saint-Jean de Jérusalem et de Malte (an de J.C. 1104) : une dame romaine, nommée Agnès, qui était Abbesse de l'Hopital de SainteMarie-Madeleine, et ses compagnes firent profession de foi de la règle fondée pour les femmes. La même règle, nous dit-on, était suivie par le B.H. GÉRARD et ses compagnons. Cette commanderie s'installa en 1104 sous
le règne de BAUDOIN Ier.
Plus tard, lorsque les Croisés durent quitter la Terre Sainte, ce fut la reine SANCHA fille d'ALPHONSE II roi d'Aragon (surnommée la chaste), qui fonda un Monastère à Sixenna pour les Chevalières de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Quand la Commandatrice mourait, on lui faisait des obsèques durant sept jours, puis on rompait le sceau de ses Armes (tout comme l'on fait pour le sceau du Pape à son décès.) Aux chapitres de l'ordre la Commandatrice avait séance et voix comme tous les autres chevaliers. C'est vers 1460 que les chevalières se retirèrent de l'obéissance des Grands Maîtres de l'ordre et se soumirent au Saint-Siège.

Tome II, page 265 nous trouvons les Dames Chevalières de la Hache. C'est Raymond BÉRENGER, dernier comte de Barcelone qui créa cet ordre pour récompenser le courage et les services rendus aux gens de guerre épuisés, en combattant avec des haches sur les remparts de la ville. Tome II, page 266: c'est l'Ordre des Dames Chevalières de l'Écharpe qui nous est conté. Il fut fondé par Jean Ter, roi de Castille pour les actes de bravoure des femmes de Valence qui brisèrent la résistance anglaise et les défirent dans une sortie victorieuse. Tome II, page 440, ce sont les Religieuses Chevalières de l'Ordre de Saint-Jacques de l'Épée qui sont citées, cet ordre fut créé en Espagne par BERMOND III qui régna en 1034. L'exercice de ces chevalières consistait à pourvoir à toutes les nécessités des pauvres voyageurs qui allaient en pèlerinage à Saint-Jacques en Galice. Elles suivaient la Règle de Saint AUGUSTIN. Le roi était le chef perpétuel de leur ordre. Elles faisaient les mêmes voeux que les chevaliers : obéissance, pauvreté, chasteté.
Mais je vais faire mieux : après avoir apporté la preuve de l'existence d'Ordres de Chevalerie féminine, je vais vous prouver que non seulement des femmes ont reçu l'Armement chevaleresque, mais encore l'ont transmis.
Ce qui nous intéresse donc beaucoup est de savoir que dans certains ordres il y avait des Dames «Equitissa » (Écuyères) et des Dames «Militissa » (Chevalières). Nous apprenons ainsi qu'Élisabeth, sueur de Henri de HORNES, Seigneur de PERNES, est Equitissa et que Catherine BAW en 1441 est portée comme Militissa dans les Registres de Malines.
HÉRICOURT nous apprend aussi que des femmes

non mariées se faisaient faire chevalières pour être capables de tenir les fiefs de Chevalerie ; telle fut ELISABETH d'Angleterre qui se fit armer chevalière le jour de son couronnement pour être le chef des Ordres de Chevalerie de son royaume. L'histoire nous prouve amplement que plusieurs nobles, Princes et même Rois et Empereurs se sont fait un honneur de recevoir la Chevalerie des mains des Dames. En 1115 la veuve du fameux TANCREDE, Prince d'Antioche, ne conféra pas seulement l'Ordre de Chevalerie à GERVAIS, seigneur breton, fils d'AIMON comte de DOL, mais aussi à plusieurs Écuyers. BLANCHE de CASTILLE, mère de LOUIS IX ou Saint-LOUIS, donna l'Ordre de Chevalerie à Jacques LAPANO. La reine ANNE qui gouverna le royaume d'Angleterre a donné le Collier de l'Ordre Chevaleresque de la Jarretière à un grand nombre de personnes illustres de ses états. MARIE, reine de d'Angleterre, fille d'HENRI VIII, créa chevalier PHILIPPE II le roi d'Espagne, son époux. Dans plusieurs Chapitres tenus sous le gouvernement de la reine ELISABETH, cette reine créa plus de cinquante chevaliers parmi lesquels nous trouvons: MAXIMILIEN II empereur d'Autriche; CHARLES IX, HENRI III, HENRI IV, tous trois rois de France ; FRÉDÉRIC II roi du Danemark ; JACQUES VI, roi d'Écosse, etc., etc. »

Conclusion

Les voies d'éveil, la quête ésotérique, ont toujours été possibles en tous temps, en tous lieux, les idées, les dogmes et les philosophies dissolvantes propagées particulièrement en occident n'ont pu freiner la marche de l'humain vers la lumière. L'homme est autre chose qu'une machine à produire des théories horizontales, métastases elles-mêmes des faux spiritualismes récupérateurs du sacré, lequel ne peut se vivre que par l'expérience et non l'aveuglement...
Cependant la GNOSE éternelle, témoignage vertical, est présente dans presque toutes les manifestations formelles du phénomène religieux, sans elle les littéralismes deviendraient fous et c'est ce qui se passe souvent en notre époque sombre de dissolution où les témoignages de la TRADITION s'occultent. Certains s'enfuient dans les intégrismes, adoptant aussi l'esprit théologien, mais ce qui est plus grave parlant au nom de la TRADITION. Il existe désormais un camp dit traditionnel plus ou moins inspiré par GUÉNON qui décrète par sentences boursouflées ce qui est bon ou mauvais en cette matière, s'expri-

mant avec virulence dans certaines éditions, modifiant les traductions et les parsemant de commentaires idiots.
Parlant par exemple des Yezidis on lira page 481 du volume Il ,d« Ur et Krur » des éditions ARCHE de Milan, fort spécialisées dans ce genre de faits : «On connaît le rôle sinistre que la tradition attribue à cette secte ancienne des adorateurs du diable et aux tours du diable dont parle René GUÉNON. » Ainsi se développe une philosophie de petits rats de bibliothèques, qui non seulement méconnaissent la philosophie aristocratique (comme l'écrit NIETZCHE:« Le bon dieu comme le diable, deux sousproduits de la décadence ») mais se mêlent de manipuler et de répandre le faux. Sans doute ont-ils oublié comment Julius ÉVOLA fut traité par les Paul Le COUR et compagnie, quand il publia son livre sur la tantrisme.
Pour en revenir aux Yezidis, voici un témoignage de BENNET dans « Les maîtres de Sagesse »1 : « J'ai moimême été en contact, en Iran, avec deux sociétés de cet ordre : les Yézidis et les Ahl-i Haqq. On appelle les premiers les "adorateurs du diable" parce qu'ils ont conservé le dualisme zoroastrien et qu'ils croient que nous sommes maintenant dans l'Age Sombre ou Ahriman a pouvoir sur la vie des hommes. Les Ahl-i Haqq, le peuple de la Vérité, font remonter leur origine à plus d'un millier d'années, mais leur communauté a été réformée et renouvelée plusieurs fois depuis le Xe siècle. L'impression que m'ont donnée des deux communautés fut extrêmement positive. Je me rendis à Shaikh Adi, le sanctuaire principal des Yezidis où je pus reconnaître à bien des signes

1. Éd. Le Courrier du livre, Paris.

leurs origines zoroastriennes, tant dans le respect qu'ils témoignaient pour toutes les formes de vie, et particulièrement pour les arbres, que dans leurs symboles sacrés. Chaque fois que l'on s'approche d'une communauté Yezidi, on découvre devant soi une vallée plantée d'arbres, couverte d'une riche végétation, ce qui contraste agréablement avec les villages musulmans, ou chrétiens, où les arbres ont été abattus et où des roches arides entourent les terres cultivées. Les Yézidis adhèrent totalement à la croyance dualiste que les Esprits bons et mauvais sont des puissances indépendantes qui ne cesseront jamais d'être en conflit jusqu'à la fin du monde. Le paon d'argent, caché de tous sauf des prêtres, est le symbole de l'Esprit de Vérité et le serpent noir, que l'on peut voir à l'entrée de la cour extérieure, est le symbole d'Ahriman, l'Esprit de Mensonge. »
L'imposture est encore plus grande quand, page 475 du volume II d'« Ur et Krur » le commentateur écrit à propos de l'article d'EKATLOS : « Cet occultiste dangereux (il s'agit du prince CAETANI) lié avant tout au courant Kremmerzien... », regrettant par ailleurs tout ce qui nuisait à la renaissance d'un ésotérisme chrétien de l'époque, c'est-à-dire du temps de CHARBONNEAU-LASSAY. Or nous savons que la seule structure en France qui aurait pu encore suggérer une certaine opérativité chrétienne était déjà inopérante à cette époque, bien que GUÉNON ait tout compris de ce type d'enseignement, il eut peur ; il serait souhaitable qu'un jour certaines correspondances soient publiées. L'Étoile Internelle avait déjà fini son cycle, ne laissant plus en matière d'opérativité interne qu'un ordre lié étroitement à une vieille confrérie Rose +

Croix très réduite et existant encore en Amérique, mais ce n'est pas à nous de donner des clefs à ceux qui dissertent de la vigne, pour en avoir lu des passages dans un livre, sans avoir jamais vu ni goûté une grappe de raisin. Quant à signer ce même article Transylvanus pour un auteur se réclamant du christianisme cela équivaudrait à signer Paganus un article faisant l'apologie de Saül de TARSE ! La tradition dacique de Transylvanie et la fonction des voïvodes est un des plus purs fleurons de la tradition du Nord, fort semblable d'ailleurs à certains enseignements venus d'Égypte puis devenus pythagoriciens, tradition bien antérieure à toute influence chrétienne. Cette tradition est restée strictement dans certaines familles et n'en est jamais sortie, même si des relations amicales avec d'autres adeptes purent se nouer (cas de PARACELSE). La présence du Dragon se mordant la queue dans les armoiries et certains symboles gravés sur les pierres tombales (Swastyka, ailes déployées) témoignent d'un pays du Centre, et de l'acquisition du corps d'immortalité de ceux qui ont rejoint l'Axe de la Croix rotative. Heureusement cette tradition n'a besoin de personne pour se continuer, même si les événements politiques ont obligé ses dépositaires à quitter le pays en attendant que le mont OM soit à nouveau un centre respecté. Quant au prince CAETANI il relève de la même tradition tant dans la forme que dans le fond. Pour ne pas que nos écrits soient exploités abusivement nous n'en dirons pas plus.
Enfin pour en revenir à leur inspirateur, il faut bien reconnaître que son livre « Le roi du monde », est écrit sur des bases peu crédibles. Pour en finir avec ces petits manipulateurs, il faut citer MARQUÉS-RIVIÈRE qui écrit

dans «Kalachakra - initiation tantrique du Dalaï Lama »2 : « Le mythe de Shambala et la doctrine qui en fut issue, le Kalachakra, appartiennent exclusivement à cette tradition. Celle-ci, par ailleurs, est opposée à la pensée musulmane qu'elle considère comme barbare. Ne connaissant pas la tradition bouddhique très complexe d'ailleurs dans la forme comme dans le fond, René GUÉNON ne pouvait évidemment pas contrôler les élucubrations de SAINT-YVES et les fantaisies d'OSSENDOWSKI ; il édifia sa théorie du Roi du Monde et son symbolisme sur ces bases aventureuses. Je ne mentionnerai que pour mémoire les bruits qui courent dans les mutliples petits cercles ésotérico-occultistes concernant un ou plusieurs informateurs au nom musulman, qui auraient approché et documenté GUÉNON sur ce sujet ; le fait de mêler des musulmans à la tradition de Shambala est très suspect et il me semble qu'ils seraient les derniers à savoir quelque chose du Saint-Royaume qui les a en horreur et les combattra dans la grande guerre finale du cycle actuel. L'action du pontife roi est spirituelle et elle s'opère sur des plans subtils où les églises, les groupes, les centres et les personnalités, si éminentes soient-elles, n'ont rien à voir. »
Quelques lignes polémiques pour préciser qu'en matière de spiritualité il ne peut y avoir ni dogmes ni censeurs, ni faux problèmes du type contre initiation.
Pour notre part, sans être aussi excessif que les uns ou les autres, nous pensons qu'il n'y a aucun antagonisme entre le roi du monde de la tradition bouddhique et le

2. Éditions Robert Laffont, Paris.

prophète invisible (le KHIDR au manteau vert qui peut apparaître et disparaître à volonté) ou MELKI TSE DEK de la tradition judéo-chrétienne, prêtre éternel, roi de Salem (Salem = Paix) dont on précise la primauté sur Abraham, roi du monde qui ne peut oeuvrer qu'avec les justes, ceux qui ont compris que l'homme est endormi et qu'il ne peut passer toute sa vie dans un rêve dont il ne s'éveillera même pas après la mort'.
Sur un plan plus pratique faut-il faire une grande différence entre des méthodes identiques venus de courants différents ? Par exemple, les répétitions mantriques ne se retrouvent-elles pas aussi bien dans le Zhikr musulman que dans les méthodes de certains monastères coptes et, plus près de nous, de l'hésychasme dont la méthode d'oraison, à travers le contrôle respiratoire et l'omphaloscopie, permet de trouver le lieu du cour et avec lui toutes sortes de merveilles et de connaissances ; pour ceux qui penseraient que l'ésotérisme chrétien est mort...
Les voies alchimiques externes et internes font partie des pratiques les plus efficaces pour rapprocher l'homme de la nature, donc de la manifestation de Dieu, elles ne sont pas les seules. L'exemple suivant et le témoignage de MORIHEI UYESHIBA, fondateur de l'Aïkido, qui vécut en lui l'Union du ciel et de la terre, en est la preuve
« Quand je marchais dans le jardin je sentis subitement que l'univers tremblait et qu'un esprit doré sorti du sol, enveloppait mon corps, et le changeait en un autre fait

3. Bennet confirme par ailleurs dans « Les Maîtres de sagesse », (Éd. Le Courrier du Livre) ce qui a été dit précédemment sur la chaîne des Maîtres qui est bien antérieure au prophète Mahommed.

d'or. Au même moment mon esprit et mon corps devinrent légers. J'étais capable de comprendre les murmures des oiseaux, et j'étais clairement conscient de l'esprit de Dieu, le créateur de cet Univers. A ce moment je compris la source du Budo et l'Amour de Dieu - l'esprit de protection amoureuse pour tous les êtres. Des larmes de joie coulaient sans interruption sur mes joues. Depuis ce moment j'ai été amené à sentir que la terre entière est ma maison, et que le soleil, la lune et les étoiles, sont toutes des choses qui me sont propres. Je suis devenu libre de tout désir. »
En fait tous les textes religieux sont un appel au réveil, lequel ne passe pas par des cogitations infinies, mais par l'inverse, une pratique continuelle, déterminée, qui ouvre non seulement l'esprit mais le coeur, praxis qui ne permet l'épanouissement de la ROSE que par la CROIX.

Appendice 1 : Histoire secrète du Pythagorisme

Concernant l'histoire de la doctrine pythagoricienne, il est utile de citer un passage de l'article de Maître J. MALLINGER « Histoire secrète du Pythagorisme » paru en 1955 dans la revue Inconnues (Lausanne)
Les archives des Initiés d'Angleterre nous apportent la date précise de l'émigration de la doctrine pythagoricienne vers les cités britanniques. C'est en effet en 1554 que le jeune Sir Thomas BODLEY est reçu, à Forli, à l'initiation des Fratelli Obscuri ; et c'est en 1575 qu'il rentre en sa patrie et y installe les activités traditionnelles de l'Ordre. Il lègue 80 000 volumes à la bibliothèque d'Oxford ; il initie diverses personnalités qui continueront son ceuvre. L'humanisme prend ausitôt un essor prodigieux et la forme universitaire du Néo-Pythagorisme, le Nouveau-Platonisme conquiert à la fois les esprits et les coeurs : Henri MORE, Théophile et Thomas GALE, R. CUDWORTH diffusent les textes les plus instructifs du Corpus Pythagoricum et les commentent. L'un des chefs de l'Ordre, Sir Walter RALEIGH lance la mode du tabac - qu'il a rapporté d'Amérique - et c'est sous le titre

profane d'Amis du Tabac, Club de Fumeurs ou simplement : Tabacologiques, que les Pythagoriciens d'Angleterre se réunissent fréquemment', sans éveiller les soupçons d'une police royale, toujours en état d'alerte.
La France ne pouvait demeurer en arrière en semblable domaine. De même qu'elle avait reçu de Londres les premières chartes pour établir sur son territoire les premiers ateliers maçonniques, de même, c'est de Londres encore qu'elle reçoit les premiers rituels du Pythagorisme. Mais par un euphémisme national bien compréhensible, elle intitulera ses initiés : les Nicotiniates ou les Priseurs, pour montrer que le tabac lui fut donné par l'un des siens, Jean NICOT, et qu'elle ne le devait pas à l'Angleterre !
Soulignons cependant, pour être précis, qu'outre cette branche nicotiniate, dirigée par J.M. RAGON, il y eut en France une autre voie de pénétration initiatique : c'est le rite des Négociates ou Sublimes Maîtres de l'Anneau Lumineux, introduit à Douai en 1780 par le baron G. de BLAERFIND Y, mestre-de-camp écossais passé au service de la France. Le Rite Écossais Philosophique absorba ce rite peu après.

1. Il est inutile de souligner que ces rites n'ont rien de commun avec la maçonnerie traditionnelle ; ni leurs rituels ni leurs symboles ni leurs enseignants n'ont le moindre rapport avec les usages judéochrétiens de la maçonnerie.

Appendice 2 : Giuliano Kremmerz et la «Myriam » -

La Myriam fut fondée par le Mage Giuliano KREMMERZ, personnage étrange dotée de pouvoirs tangibles la revue « Planète » le cita un jour à propos d'un exploit de télékinésie : séparation à distance de la roue d'une voiture qui passait dans la rue. Mais ses voyances sont autrement célèbres et elles servirent à soulager financièrement bien des malheureux. Giuliano KREMMERZ, de son vrai nom Ciro FORMISANO, naquit à Portici (près de Naples) le 8 avril 1868. Il fit des études littéraires (doctorat) à l'Université de Naples, puis fut nommé professeur à Alvito.
En 1896, il organise une Fraternité Hermétique : la Fratellanza Terapeutica Magica di Myriam (la Fraternité Thérapeutique Magique de la Myriam, certains liront la Fraternité Templière Magique, avec les initiales « Fr + T + M / di Myr ») chargée de propager la Magie Isiaque et d'exercer la médecine à distance (téléurgie).
KREMMERZ s'occupa particulièrement de guérisons médicales difficiles et eut beaucoup de succès. De 1896 à 1899 fut publiée à Naples l'oeuvre fondamentale du

Maître : « Il Mondo Secreto - Avviamento Alla Scienza Dei Magi », republiée récemment avec les autres écrits de KREMMERZ par les « Edizioni Mediterranee » de Rome. Le Mage séjourna longtemps sur la Côte d'Azur, surtout à Beausoleil, à Cannes et à Nice. Il rencontrait ses disciples au Casino de Monaco. KREMMERZ n'avait pas besoin de travailler parce qu'il gagnait chaque soir la somme qui lui était nécessaire pour vivre. Il mourut
en 1930. Sa tombe se trouve au cimetière de Beausoleil.
La Myriam est divisée en cinq cercles ou classes
- Le premier cercle (cercle extérieur) a deux sections, les novices pratiquants et les anciens. Un rituel doit être pratiqué, fondé sur des invocations magiques. Il demande beaucoup de constance et l'observation précise de certains cycles (lunaire, solaire, etc.).
- Le deuxième cercle (cercle interne) est formé par les disciples intégraux. Une autre étape magique leur est enseignée. Ils font un effort de purification pour obtenir la possibilité de guérison magique directe.
- Le troisième cercle est dit des thérapeutes : le thérapeute doit travailler à la guérison des malades et tenter la manifestation directe de la présence thérapeu
tique (manifestation du kons ou Dioscure).
- Le quatrième cercle, celui des maîtres Isiaques ou Maîtres de Myriam est consacré lui aussi à l'étude de l'alchimie ; les Maîtres ont une mission d'information.
Des techniques plus directes sont aussi enseignées dans ce grade.
- Le cinquième cercle est très fermé : il est l'expression du collège hermétique. La vocation extérieure de la

Myriam est surtout l'aide aux malades ; les guérisons se font à distance grâce à un rituel invocatoire. La Myriam est constituée, pour la plupart de ses membres, par des personnes cultivées. On ne peut nier la valeur des responsables qui ne sauraient être comparés aux très nombreux dirigeants fantaisistes des Ordres contemporains. La Myriam et les Ordres analogues prônent, pour certains la chasteté, pour d'autres une très grande réserve au niveau de la sexualité.

Appendice 3: La voie alchimique féminine dans le Taoïsme en Chine

La femme est présente dans le taoïsme dès l'apparition aux alentours de l'ère chrétienne des premiers mouvements religieux. L'organisation taoïste des Maîtres Célestes instaurait une société du peuple taoïste capable de survivre aux diverses calamités et de perpétuer l'ordre harmonieux. A la tête de ces communautés se trouvaient le maître du diocèse et son épouse, appelée maître féminin, cette dernière étant chargée de diriger et d'instruire les femmes. Tous les membres de la communauté étaient initiés et soumis à une vie religieuse comportant un code moral très strict et des pratiques psychophysiologiques faisant intervenir la sexualité. Depuis l'antiquité, l'activité sexuelle était en effet considérée en Chine comme nécessaire non seulement pour l'individu luimême, mais aussi pour la bonne marche de l'univers, dont elle était une expression. Aussi était-elle codifiée de manière à suivre le rythme d'évolution des énergies féminine et masculine dans l'univers. Ces conceptions ont été reprises et développées par certains courants taoïstes. La femme jouait par conséquent dans les organisations comme celles des maîtres Célestes un double rôle : d'une

part comme éducatrice des femmes, d'autre part comme partenaire dans les rites sexuels.
D'autres courants taoïstes ont adopté une attitude différente. Tout en conservant son importance à la sexualité, ils l'ont transposée dans le domaine de l'imaginaire, de sorte que l'union a lieu avec un être divinisé, une lumière compagne. La femme, partenaire de l'homme, est donc passée en partie ou entièrement du domaine du réel à celui de l'imaginaire. Idéalisée, elle appartient au monde des dieux, auquel l'adepte accède par son intermédiaire ; elle lui sert de préceptrice et de guide dans sa progression spirituelle, et l'on constate que ces courants ont connu un grand nombre de maîtres féminins. Ce passage de la femme dans le domaine de l'imaginaire va de pair avec une intensification de sa fonction médiatrice. Si l'homme est celui qui engendre, la femme est celle qui transforme, d'où le rôle privilégié qu'elle joue, lorsque des processus de transmutation sont en jeu.
L'alchimie intérieure, qui a pris naissance en Chine vers le VIIIe siècle s'est principalement développée vers les IX-Xe siècles. Celle-ci reprenait en fait diverses pratiques psychophysiologiques taoïstes antérieures, telles que la diététique, les exercices gymniques et respiratoires, l'art de l'alcôve et les procédés de visualisation. Mais elle les exprimait en s'inspirant du vocabulaire de l'alchimie opératoire et en les intégrant dans un système de correspondances entre les mécanismes de l'univers et ceux du corps très élaboré, pour former un ensemble original.
La femme fut présente dès les débuts de l'alchimie intérieure. Cependant, la tradition alchimique proprement féminine ne se développa qu'au XIIe siècle, pour

atteindre son apogée au siècle dernier. Les différences entre les voies masculine et féminine reflètent les distinctions physiologiques et psychologiques entre l'homme et la femme d'après les conceptions taoïstes. Voici comment un alchimiste du Xixe siècle les résume : « Chez l'homme, le yang s'écoule par le bas, chez la femme il s'échappe par le haut. L'homme pratique afin d'éviter l'écoulement de la semence, la femme pratique afin d'éviter l'écoulement des règles, procédé appelé décapitation du dragon rouge. L'essence séminale de l'homme circule en sens inverse et le mène à l'immortalité ; le sang de la femme remonte directement à la cavité du coeur. Chez l'homme, on parle d'embryon, chez la femme de respiration. Lorsque l'homme a maîtrisé le tigre blanc, ses testicules se rétractent ; lorsque la femme a décapité le dragon, ses seins se rétractent. L'homme peut effectuer l'ascension au ciel de lui-même, alors que la femme doit attendre d'être convoquée. Enfin, pour la fusion dans la grande Vacuité, l'homme doit nécessairement méditer neuf ans face à un mur, la femme non. »
Les écoles d'alchimie intérieure utilisaient pour certaines les techniques sexuelles, tandis que d'autres préconisent une union imaginée des énergies féminine et masculine à l'intérieur du corps de l'adepte. Mais dans les deux cas, la première étape consiste à éviter toute déperdition par les voies génitales, d'essence chez l'homme, et de sang menstruel chez la femme. Le sang est le fondement physiologique de la femme, un produit du souffle originel ; aussi une femme ménopausée doit-elle tout d'abord faire revenir ses menstrues pour à nouveau en empêcher l'écoulement, car l'absence de règles après la ménopause

signifie un épuisement du souffle originel. Les procédés de décapitation du dragon rouge consistent en massages de certaines parties du corps, concentration sur la région du coeur et absorption dans le calme spirituel.
Ce souffle originel conservé à l'intérieur du corps de l'adepte est comparé à un embryon, qui se développe pour devenir un être spirituel de lumière pouvant sortir par le sommet de la tête. Alors que dans l'alchimie masculine, l'adepte se concentre pendant dix mois symboliques sur la croissance de cet embryon qu'il nourrit en son sein, la femme, qui de par sa fonction maternelle, connaît cette sensation, devra plutôt développer la sensation de mouvement respiratoire interne, développant la conscience d'une verticalité au centre du corps.
Enfin, la nature plutôt passive et réceptive de la femme lui permet de se fondre aisément à la Vacuité, mais la rend par là même dépendante d'une intervention active pour son ascension au monde des cieux.
Dans les deux voies, masculine et féminine, la réalisation spirituelle se traduit en tout cas par une diminution des caractères sexués accompagnant le grand retour de l'adepte au Tao.

Catherine DESPEUX

 

Adolf Hitler praising Freemasonry (10/26/2006) 

All the supposed abominations, the skeletons and death's head, the coffins and the mysteries, are mere bogeys for children. But there is one dangerous element and that is the element I have copied from them. They form a sort of priestly nobility. They have developed and esoteric doctrine more merely formulated, but imparted through the symbols and mysteries in degrees of initiation. The hierarchical organization and the initiation through symbolic rites, that is to say, without bothering the brain by working on the imagination through magic and the symbols of a cult, all this has a dangerous element, and the element I have taken over. Don't you see that our party must be of this character...? An Order, the hierarchial Order of a secular priesthood."

Adolf Hitler praising Freemasonrygrail11.gif

BANKENSTEIN una proposta di Marco Saba

   

Cover Bankenstein.jpg

THULE GESELLSCHAFT, CALVI AND THE SANTA VEHME

image011.jpg

In regards to the Calvi murder dear Greg we will also have to
explore on Monday on our next show togheter the dark world of
another evil secret Society connected to the
illuminati and the Mafia, the Thule Society (thats because most
military intelligence and Mafia crooks at high level
love the tradition and love the history of this
illuminati satanic society). This group officialy
founded in Germany in 1919 was very important in the
establishment of Nazi Germany, and functions since
then as assasins for the over 1000 year old Secret
Tribunal of the Sacred Roman Empire, the much feared
SANTA VEHME. During my time with the Monte Carlo P2
Lodge I also had to be involved with the Thule
Society all over Europe and found out they were using
perverse and truly manipulative ways of abusing the
Holy Qu'ran for their adepts , these ways were
introduced by Freemason Rudolf Von Sebotendorf in 1919
and we will talk on Monday about it on your radio
show.

The password of the Santa Vehme is:
Stock,Stein,Strick ,Gras and Grein (german)

Calvi was killed by the Thule Society of Cosa Nostra
with local support and cover up from the local Thule
UK intelligence operatives,
all working under the GLADIO Jesuit controlled
network, a murder arranged for the Jesuits and
Marcinkus seeking revenge in a traditional manner
using the Santa Vehme.

Why I dont get scared of all this?

Well the Santa Vehme laws say that people of
aristocratic descent like me cant be killed, its their
own law not mine.

Lets hope is true for the sake of my kids, though al
this exposure seems to keep them away and the CIA in the meantime is
trying to find a peacefull way to keep the bad people
away from me knowing what I know about their evil illuminati show,
thats what a CIA Senior officer told me yesterday after calling me from New York
to keep me cool. But I dont trust any of them anymore
like I said to my wife, they are all in it untill
proven the contrary with the
AntiChrist G.W.Bush and his evil black Brothers of total
manipulation like Michael Ledeen and his Universal
Fascism bullshit...I had different plans for the P2 Universal Unity project
but Balestrieri and Michael Ledeen are obviously slaves to Bush illuminati Mind Control
and his Jesuit Masters so no hope for these infedels with nice Zionist sponsors as usual.

But dont ever think Im in a weak position now with
such people, they are nothing in front of God and they
are the enemies of my religion so we will fight them
untill the end of times and may God protect us.

All the best,
Fraternaly yours in the light of God,
Leo Lyon Zagami/Khaled Saifullah Khan



ARTICLES 86-95

 

GLADIO AT WORK IN THE BIGGEST SIN AGAINST MY RELIGION ...TRUE ISLAM

Posted on Monday, October 23, 2006
 

NO COMMENT ONLY TEARS IN THIS HOLY DAY BECAUSE GOD IS ONE AND LOVE IS THE LAW!

KHALED SAIFULLAH KHAN A TRUE MUSLIM

Abdul Hadi Palazzi another false Muslim with Zionist support (another infedel !)

Posted on Sunday, October 22, 2006

Abdul Hadi Palazzi, or a tale of another infedel that talks in the name of our faith.

Fatwas, Mormons, ufologists, secret services, the Supreme Solomonic Order of the Princes of Shekal, coups in Somalia, nuns making websites for neo-Pagans, an unsolved murder, New Age healers, a "God intoxicated" Communist dictator, Adam's somersaults, an African tyrant, terrorists and thirty pretty Ukrainian girls.

THESE EVIL PIMPS WHO PARTICIPATE WITH THE JEW OSAMA BIN LADEN (OF JEWISH ORIGINS BY THE WAY...) IN THE JESUIT ILLUMINATI ZIONIST NEW WORLD ORDER ARE NOT ISLAM BUT ENEMIES OF THE HOLY QURAN AND OUR PROPHET (PBUH).

ZIONIST ARE SATANIST AND FRIENDS OF THE JESUITS

 

FORGET THE UFO'S Angels and Jinn in This World

Posted on Saturday, October 21, 2006 

Angels and Jinn in This World

By Fethullah Gulen

http://www.islamonline.net/English/In_Depth/MagicAndJinn/Topic_02/02.SHTML

Angels and jinn can assume different forms and shapes and appear in this world. Here, we observe movement from the visible to the invisible: Water evaporates and disappears into the atmosphere, solid matter becomes a liquid or a gas (steam), and matter becomes energy (nuclear fission). Likewise, we observe movement from the invisible to the visible: Gases become fluids, evaporated water becomes rain (as well as snow or hail), and energy becomes matter. Similarly, intangible thoughts and meanings in our minds can appear in the tangible form of letters and words in essays and books. In an analogous way, such invisible beings (to us) as angels, jinn, and other spirit entities can become visible.

We read in Qur’an 19:17 that the spirit that Allah sent to Mary (the mother of `Isa [Jesus]), and whom Muslim scholars say is Angel Jibreel (Gabriel), appeared before her as a man. When Jibreel came to Prophet Muhammad (peace and blessings be upon him), he sometimes came as a man, in the shape of a Companion named Dihyah. For example, he came following the end of the Battle of the Trench and told the Prophet (peace and blessings be upon him), “O Messenger of Allah, you have taken off your armor but we, the angels, have not yet done so. Allah orders you to march upon the Banu Quraizhah.†(Bukhari and Muslim) Once Jibreel came as a man dressed in white and, in order to instruct the Companions in religion, asked the Prophet such questions as, What is belief? What is Islam? What is ihsan (excellence or perfection of virtue)? When is the Day of Judgment? (Muslim)

Like angels and jinn, Satan (who is a jinn) can appear in different forms. It is narrated that before the Battle of Badr, he appeared to the Quraishi leaders as an old man from Najd and advised them. Likewise, a Companion guarding Ramadan’s Zakah caught a disguised Satan trying to steal some items. Satan entreated the Companion to release him, which he did twice. On the third time, the Companion tried to take him to Allah’s Messenger. But Satan appealed, “Release me, and I’ll tell you how you can secure yourself against me.†The Companion asked what that was, and Satan replied that it was Ayat Al-Kursi (Al-Baqarah 2:255). When informed of this, Allah’s Messenger (peace and blessings be upon him) commented, “That one is a liar, but (on that occasion) he told the truth.†(Bukhari)

The Qur’an relates that a group of jinn listened to Allah’s Messenger recite the Qur’an and, when they returned to their people, said, [O people! Surely we listened to a Book that has been revealed after Moses, affirms what precedes it, and guides to right and the Straight Path] (Al-Ahqaf 46:30). The surah continues with what they thought about what they had heard. Some traditions tell us that the Messenger (peace and blessings be upon him) recited parts of the Qur’an and preached his message to the jinn.

*Excerpted with some modifications from: http://en.fgulen.com

** Fethullah Gulen is an influential Turkish Muslim intellectual who inspired a series of social activities, including a transnational education and business network, inter-faith dialogue forums, and multi-cultural encounters. His official Web site is http://en.fgulen.com/

THE CHAPTER OF MISBELIEVERS , HOLY QURAN

Posted on Saturday, October 21, 2006

Holy Quran

109. al-Kafirun: The Unbelievers
THE CHAPTER OF MISBELIEVERS

(CIX. Mecca.)

In the name of the merciful and compassionate God. Say, ‘O ye misbelievers! I do not serve what ye serve; nor will ye serve what I serve; nor will I serve what ye serve; nor will ye serve what I serve;-ye have your religion, and I have my religion!’

Back to Top

-- Sura 109 --

EZIO GIUNCHIGLIA E LEO LYON ZAGAMI GLI ILLUMINATI DELLA P2

Posted on Saturday, October 21, 2006

 

(NELLA FOTO L'ILLUSTRE FRATELLO EZIO GIUNCHIGLIA DELLA LOGGIA MONTE CARLO DELLA P2 CON LEO LYON ZAGAMI DALL' AVVOCATO FRANCESCO MURGIA NEL GIUGNO DEL 2006 )

Universal Unity
Associazione di Uomini Liberi
Strada Sen. E. Marsaglia n° 131
18038 SANREMO (IM)
www.universal-unity.net

Sanremo, 2 Maggio 2006

Oggetto: CONVENTO GENERALE ANNUALE del Primo Sabato di Giugno 2006.

Gentili amiche e Cari amici,
Per disposizione del C.D. ho il piacere di convocarvi al CONVENTO ANNUALE della nostra Associazione nel Solstizio d’estate 2006, che terremo alle ore 16 del giorno 3 giugno 2006 a MASSA PISANA (55050 LU) nella Casa di Spiritualità di SAN CERBONE delle suore “Figlie di San Francesco di Salesâ€
con il seguente
ORDINE DEL GIORNO:
1° - Relazione sull’attività dell’Associazione nel periodo 1° Genn-31 Dic. 2005.
2° - Relazione sul conto di gestione ed approvazione.
3° - Nomina (per elezione) del Collegio dei probiviri, composto da un Presidente, due membri effettivi e due membri supplenti.
Al termine tutti gli Associati potranno intervenire e porre le loro questioni.
A seguire
L’ing. Luigi Piazza, Gran Maestro della Gran Loggia unita Tradizionale d’Italia – Palazzo Medici – FIRENZE, ci presenterà l’Obbedienza Massonica che egli presiede, illustrandocene i principi, le finalità e l’organizzazione.
Alle 19,30 avrà luogo una cena conviviale nel refettorio del Convento.
Si potrà alloggiare nel Convento stesso, ma per questo occorrerà prenotarsi entro il 25 Maggio al numero telefonico 0583 379027-Fax 0583 370720– oppure all’indirizzo E-mail: sancerbone@inwind.it con preghiera di segnalarlo anche all’indirizzo di posta Elettronica dell’Associazione: info@universal-unity.net oppure al Segretario Gianpaolo al numero telefonico 338 294 2634.
Per coloro che non avranno preso alloggio nel convento, il Segretario raccoglierà in loco i denari per il costo della cena di €. 25,oo.

Confidando nella vostra partecipazione, a tutti
Un Cordiale Saluto.

Per i Consoli
Il Segretario Generale
(Gianpaolo Guglielmi)

 

33rd degree

Posted on Tuesday, October 24, 2006

PASSWORD - De Molay, Hiram Abiff, Frederick II of Prussia

SIGN OF ORDER: Place the left hand over the heart.

SIGN OF ENTRANCE: Cross the arms on the breast and bow the head.

MOTTO OF THE ORDER: "Deus Meumque Jus" (My God and my Right)

MEET CARL ABRAHAMSSON THE NEW SECRET MASTER OF THE REAL CHURCH OF ANTON SZANDOR LA VEY

Posted on Tuesday, October 24, 2006 

INSIDE THE ILLUMINATI JESUIT SATANIC NETWORK WITH LEO LYON ZAGAMI:

Mon, 22 Sep 2003 21:13:03 +0200
Subject: Lecture etc
From: "Carl Abrahamsson" carl@ubertext.se
To: "leo young"
Dear leo,

93

Thanks for yours.

I've been very busy. Am going to San Francisco on Wednesday and will be
back on the 3rd. I have given the lecture some thought but haven't yet
come up with something... I'll have to get back to you upon my
return...

I have informed John David Griffin about it all but he hasn't replied
yet. He'll be back in Stockholm early October too.

The reply from HB was positive but, again, the requirement is that his
girlfriend and child (infant) can come along. They will travel out of
NYC. Please keep location secret.

Wow... Now I've just talked to you on the phone. Interactive
psychedelia, real time...

93 93/93

Carl Abrahamsson

WARNING FROM THE AUTHOR OF THIS WEB SITE : The group calling itself "The Hermetic Order of the Golden Dawn" is under the satanic direction of John David Griffin, a pervert secretely working for the American illuminati and their Scandinavian Satanic OTO's.

HB stands for Hymenaeus Beta Xo William Breeze Grand Master of the satanic Caliphate OTO secretely linked to the Jesuit Satanic Network.Alberto Moscato was playing an important role until is recent misterious death. Moscato was a Vatican Knight of Malta of the 3rd degree.

A evil Satanist and Jesuit slave Dr.Nicholaj de Mattos Frisvold in Brazil

Posted on Tuesday, October 24, 2006 

Sun, 23 Nov 2003 01:16:08 -0300 (ART)
From: "Ishtahar Maya" Add to Address Book
Subject: Re: About: Nicholaj Frisvold..........PURE EVIL!
To: "leo young"
Dear Mr. Leo,

Thanks for your concern. Actually I am not a R+C, nor a Mason, neither a Templar. I am just a woman really worried about some friends that had been iniciated in Alexandrian wiccanTradition by this Mr. Frisvold.

We were actually 4 friends, three of them just "kitchen witches" and I. These friends were witches since some time ago, thoug they've never had initiated in any tradiction yet... I met them in mailing lists on the Internet.

I knew of Mr. Frisvold by his wife, called "Tzillah", or Kati de Mattos Frisvold, also involved in tantric tradictions, among other things like Order of Merlin in Brazil and Tantric "practices" also in maling lists. She was proud of her husband and telling us by emails about his old grimoires, his deep knowledge related to magician old tradicitions, witchcraft and a kind of workshop he would do within some weeks, about 3 months ago, ... and then, I saw onde of my friends saying that she also knew him... I can't say how, but I felt really bad since then... like if there was a kind of black cloud above my head.

So, within some days, also three months ago, in one of the lists I'm moderator, a man asked for a black cat for sacrifice... and then I knew something that I really didn't like: this man is related to Black Magic here in Brazil... and he is "linked" to Frisvold. Both are "babalawos" in african rites... and they were "working" together sacrifying animals for their african gods... in order to "cure" even lung cancer!

Due to this cat, there was a kind of "rupture": Two of my friends left us, there was a huge "fight" between them and the other friend of mine... After some time, I knew the reason for that: these friends who left me were decided to get their iniciation with this man, Nicholaj...

I can't describe you what I felt. During the period they were fighting and saying sad things to each other, I had a kind of a vision of an evil being. And something like a voice said me "it" was being sent by those black magical people... I became really worried... and that's how I started searching about Nicholaj on the internet, as I could see something really evil relating to him.

On Internet, I could find a site where his name is related to Jorge Rodriguez-Villa, a so called Old Catholic Skulker and I could knew among other things that Frisvold was an Anglican-Rite Catholic Bishop... despite the fact none of the people that knows Frisvold had ever said anything about that... I've found it amazing...

I entered an internet group where Nicholaj and his wife are moderators... and it was there, in their internet group, where I've found your email address (I sent you the messages where Nicholaj is "fighting" against you, in my previous email...) that's how I could find you, and that's the whole story, despite the fact there were other events related to it but of no real importance. What matters is that within some months I could know that Frisvold is a master in Psychology, a Catholic Bishop, a Babalawo, a Mason and many other titles in other secred orders like Thelema which I don't know...

I am indeed really worried about my friends. They look like brain washed people... and when I read your email, I truely believed in what you say because that's a fact: my friends look like brain washed people, they've cut off our friendship, they don't even want to listen to me. I called them by phone begging them to stop, I begged please don't accept being iniciated by him... but it was too late: they are already like Nicholaj's daughters now... all of them are "brothers" and "sisters"... none says absolutely nothing about anything they do, nor accepts any kind of comment related to their activities nor what they do, just that all that they learn is about thelema and satanism and black mass, and black magic... Really? I find that I've lost my friends...

Maybe you won't say me anything else as I'm none but an worried person. I am sorry because I know I am of no help for you but if even if I am none you think that I can help... please let me know. Those people related to Nicholaj declared war against me, his wife hates me for the fact I went there in their group and said they are doing wrong when killing animals for the practice of ilegal medicine... she threatens me and says I will die if I go on my searching about her husband Frisvold. I don't know what to do.

I really don't fear witchcraft... but I am worried anyway. My two friends (that now are like Frisvold's daughters) know a lot about me... they even know my street address, the town I'm in, my routine... and if they are brain washed now, I don't know what they are able to do in the name of their "father" "bishop"Dr. Nicholaj Frisvold...

Help me, please... I need a way to stop all this... I need a way to stop Frisvold of doing what he is doing here in Brazil. I feel he is a dangerous man and I don't know what's able to happen from now on...

Thank very much you again, I hope we keep in touch.

Ishtahar

PS: so sorry I can't give you my real name right now as I fear for my life. But when I can find a way to stop all this, I promise, I will tell you.

PS2: Sorry for my english. And please don't forget to say my how can I help you, of if there is something that I can do in order to stop this man and send him back to Norway where he can be judged for his acts.

THROUGH THE HOLY QUR'AN MEET THE ULTIMATE TRUTH

Posted on Tuesday, October 24, 2006 

Qur'an says ALLAH made us into tribes and comunities so that we may know one another and not despise one another.

 

"Get Knowledge,get wisdom, but with all thy getting, get an understanding". There is an aim and a purpose for each individual on the face of the earth.We all have a destiny.As long as man is shackled with the chains of ignorance and selfishness,he may never come to realize his inherent worth.Those who know are to inform those who do not know.

Verily,(the ends) ye strive for are diverse.

So he who gives (in charity)

And fears (God),and (in all sincerity) Testifies to the Best-

We will indeed make smooth for him

The path to Bliss.

 

(Holy Qur'an 92:4-7)

MERCY AND COMPASSION

Posted on Monday, October 23, 2006

[QUOTE]Hi leo,
my name is cameron poole. im sorry if my original post was rude in anyway. but i was just trying to point out whats on your own site.
anyhow im lookin forward to hearing what you have to say. im listening to your radio interview now. and id like for you to futher contribute. so please dont let me scare you off, ill make sure youre words are heard in an even and fair light.
again im sorry if i came off rude. weve had alot of attacks lately. people claiming to be outlandish things. im just a bit gun shy when someone comes claiming what you have thats all.
but im listening to your interview now, and id love to hear more from you.[/QUOTE]

Saalam Aleikum,
one day all people will know the truth.
The time will come to disclose all secrets about all Prophets and the final acceptance of Mohammed (PBUH) as the last Prophet and Jesus THE MAN as the Messiah and Saint of the end of times. This is my way of disclosing my reality and my world in the light of the Holy revelation of the Quran to mankind.
Im only a servant of God doing what other Brothers dont dare to do in the darkness materialistic interest. I am a Knight by birth I have taken the tittle Khan in the muslim tradition because that what I was in the Christian tradition,I talk the Universal language of sense against the present one of distruction and nonsense ,I talk truth against lies ,Im devoted to God Allah always at every moment of the day and night.The mother of my wife decided for my name Khaled Saifullah and she is a Sufi, I have commited many sins and crimes but Im sinceraly a believer now and that what counts for me, I want Freemasons and all Secret Societies in the world to disclose all their secrets NOW to mankind or perish with the Satan at the end.
May God protect you,
I believe,
Fraternaly,

Khaled Saifullah Khan

 
 

ARTICLES 96-105

 
 

THE MURDER OF CALVI WAS ARRANGED WITH UK INTELLIGENCE SUPPORT BY P2 BROTHER GAETANO BADALAMENTI

Posted on Wednesday, October 25, 2006
Bro.Gaetano Badalamenti was taking orders from the masonic Lodge P2 part of the Vatican illuminati Jesuit Network.
He was also untill is death a good friend of illustrius Bro.Ezio Giunchiglia treasurer of the P2.
Badalamenti arranged for the P2 the killing of Brother Calvi, this murder was ordered by Marcinkus and the Jesuits in control of the Vatican safe and the P2.
From Wikipedia, the free encyclopedia

Mafia boss Gaetano Badalamenti
Gaetano Badalamenti (Cinisi, September 14, 1923 – Devens Federal Medical Center, Ayer, Massachusetts, April 29, 2004) was a powerful member of the Sicilian Mafia. Don Tano Badalamenti was the capomafia of his hometown Cinisi, Sicily, and headed the Sicilian Mafia Commission in the 1970s. In 1987 he was sentenced in the United States to 45 years in federal prison for being one of the leaders of the so-called Pizza Connection, a US$1.65 billion drug-trafficking ring that used pizzerias as fronts to distribute heroin from 1975 to 1984.
Tano Badalamenti always remained the old style mafioso, faithfull to the rule of omertà. He never admitted to belong to Cosa Nostra, but he never denied it either. At one point he said during interrogations by the FBI: "If I did answer I would damage myself in Italy." Despite his 45-year sentence in the US he never became a pentito. Badalamenti commanded respect. He is described as "the kind of person, who, when you look at him, you know is in charge of something."
Tano Badalamenti was the youngest of a family with five boys and four girls. He had minimal schooling before he was put to work as a field hand at age ten. Drafted into the Italian army in 1941, he deserted before the Allies invaded Sicily in July 1943. His elder brother Emanuele Badalamenti migrated to the United States and operated a supermarket and gas station in Monroe, Michigan. In 1946 Gaetano was named in an arrest warrant on charges of conspiracy and kidnapping. In 1947 he was charged with murder as well, and he fled to his brother Emanuele in the US. Badalamenti was arrested in 1950 and deported back to Italy. He married Theresa Vitale (her sister was married to Filippo Rimi, the capomafia of Alcamo) and set up a business on the family land as a lemon grower. His judicial difficulties were all resolved because of insufficient evidence.
Badalamenti founded a successful construction business that supplied the crushed rock for Palermo's Punta Raisi Airport which fell within the Cinisi family's sphere of influence. In the early 1960s he successfully bribed officials to have the airport built near his hometown, despite its inconvenient geographical position. The construction needed large quantities of rock and gravel, which were available in large quantities on the family property. His two construction firms, a concrete plant and a fleet of trucks provided much needed employment for the townsfolk and enriched Badalamenti.
[edit]Capomafia of Cinisi
Badalamenti assumes leadership of the Mafia in Cinisi in 1963 after a car bomb killed Cesare Manzella during the First Mafia War. The Ciaculli Massacre on June 30, 1963 – when seven police and military officers sent to defuse a car bomb intended for mafioso Salvatore Greco were killed – changed the Mafia War into a war against the Mafia. It prompted the first concerted anti-mafia efforts by the state in post-war Italy. Within a period of ten weeks 1,200 mafiosi were arrested, many of whom would be kept out of circulation for five of six years. The Sicilian Mafia Commission was dissolved.
Badalamenti had complete control in Cinisi. "It seemed that Badalamenti was well-liked by the carabinieri as he was calm, reliable, and always liked a chat. It almost felt like he was doing them a favour in that nothing ever happened in Cinisi, it was a quiet little town." [...] "I often used to see them walking arm in arm with Tano Badalamenti and his henchmen. You can't have faith in the institutions when you see the police arm in arm with mafiosi," according to Giovanni Impastato – the brother of murdered Anti-mafia activist Giuseppe Impastato – in his declaration before the Italian Antimafia Commission. [1]
[edit]Heroin Trafficking
Gaetano Badalamenti would become one of the major heroin traffickers of the Sicilian Mafia. From 1975 to 1984, he was one of the main ringleaders of a US$1.65 billion dollar heroin trafficking operation, known as the Pizza Connection, that imported heroin from the Middle East and distributed the drugs through U.S. mid-western pizzeria store fronts.
Already in 1951, the American police identified a 50 kilogram shipment of heroin to Badalamenti who was then living in Detroit as an illegal immigrant. However, in the 1950s most money was made by smuggling foreign cigarettes into Italy, In 1953 Badalamenti is arrested for cigarette smuggling in Italy for the first time. In 1957 he is caught again with 3,000 kilograms of foreign made cigarettes.
The repression caused by the Ciaculli Massacre disarranged the Sicilian heroin trade to the United States. Mafiosi were banned, arrested and incarcerated. Control over the trade fell into the hands of a few fugitives: the Greco cousins Salvatore "Ciaschiteddu" Greco and his cousin Salvatore Greco, also known as "l'ingegnere" or "Totò il lungo", Pietro Davì, Tommaso Buscetta and Gaetano Badalamenti.
After 1975, Badalamenti allied with Salvatore Catalano of the Sicilian faction in the Bonanno family in New York and was involved with the "Pizza Connection" case, where mafia smuggled millions worth of heroin and cocaine to USA using mafia-owned pizzerias as distribution points. When FBI began to close in 1984, Badalamenti fled to Spain but was arrested in Madrid.
In 1985 Gaetano and others involved with the case were charged with illegal narcotics trade, conspiracy against the RICO Act and for money laundering. Prosecutors also said that they were responsible for murders in USA and Sicily. The trial against Badalamenti and his allies took 17 months. During it Badalamentis and Catalanos testified against each other and. On June 22, 1987 Badalamenti was convicted only of money laundering but sentenced to 45 years in prison and fines worth $125.000. Only his son Vito Badalamenti was released.
[edit]On the Sicilian Mafia Commission
In 1970, the Sicilian Mafia Commission was revived. It consisted of ten members but would initially be ruled by a triumvirate consisting of Gaetano Badalamenti, Stefano Bontade and the Corleonesi boss Luciano Leggio, although it was Salvatore Riina who actually would represent the Corleonesi. In 1975 the full Commission was reconstituted under the leadership of Badalamenti.
The Mafia Commission was meant to settle disputes and keep the peace, but Leggio and his stand-in and successor, Salvatore Riina, were plotting to decimate the Palermo clans. At the close of 1978, Gaetano Badalamenti was expelled from the Commission and Michele Greco replaced him. This marked the end of a period of relative peace and signified a major change in the Mafia itself. Tano Badalamenti was also replaced as head of the Cinisi Mafia family by his cousin Antonio Badalamenti. He moved to Brazil through Spain and settled in Sao Paulo.
[edit]Political Contacts
Italy’s highest court, the Court of Cassation, ruled in October 2004 that former Prime Minister Giulio Andreotti had "friendly and even direct ties" with top men in the so-called moderate wing of Cosa Nostra, Gaetano Badalamenti and Stefano Bontade, favoured by the connection between them and Salvo Lima through the Salvo cousins.
According to investigating magistrates Andreotti also commissioned the Mafia to kill the muckraking journalist Mino Pecorelli, managing editor of the obscure magazine Osservatorio Politico (OP). Pecorelli at times accepted bribes to stop publication. The murder took place on March 20, 1979. Andreotti feared Pecorelli was about to publish information that could have destroyed his political career, in particular the illegal financing of the Christian Democratic Party and secrets about the 1978 kidnapping and killing of a former Prime Minister Aldo Moro by the Red Brigades.
Mafia turncoat Tommaso Buscetta testified that Gaetano Badalamenti told him it was the Salvo cousins who commissioned the murder with the Mafia as a favor to Andreotti. In 1999 the Perugia Court acquitted Andreotti, his righthand man Claudio Vitalone (a former Foreign Trade Minister), Badalamenti and Giuseppe Calò, as well as the alleged killers Massimo Carminato, who has been linked to right-wing terrorist groups active in the 1970's, and Michelangelo La Barbera. On November 17, 2002, the Appeals Court overturned the acquittal of Badalamenti and Andreotti. They were sentenced to 24 years in prison for ordering the murder of Pecorelli. However, the Supreme Court cleared both on October 30, 2003.
In 2002, an Italian court convicted him of the 1978 murder of activist radio broadcaster Giuseppe Impastato and sentenced him for a life in prison. Giuseppe Impastato used humor and satire as his weapon against the Mafia. In his popular daily radio programme Onda pazza (Crazy Waves) he mocked politicians and mafiosi alike. On a daily basis he exposed the crimes and dealings of mafiosi in Mafiopoli (Cinisi) and the activities of Tano Seduto (Sitting Tano), a thinly disguised pseudonym of Don Tano Badalamenti, the capomafia of Cinisi.
Don Tano Badalamenti died from heart failure at the age of 80 at the Devens Federal Medical Center, Ayer (MA) on April 29, 2004.
[edit]References
^ Giuseppe Impastato: his actions, his murder, the investigation and the cover up by Tom Behan, Centro Siciliano di Documentazione "Giuseppe Impastato".
Men Of Honour: The Confessions Of Tommaso Buscetta (1987) Tim Shawcross & Martin Young, Collins ISBN 0002175894
Octopus. How the long reach of the Sicilian Mafia controls the global narcotics trade (1990) Claire Sterling, Simon & Schuster, ISBN 0671734024
The Sicilian Mafia: The Business of Private Protection (1993), Diego Gambetta, Harvard University Press, ISBN 0674807421
Mafia Brotherhoods: Organized Crime, Italian Style (2003) Letizia Paoli, Oxford University Press ISBN 0195157249
Cosa Nostra. A history of the Sicilian Mafia (2004) John Dickie, Coronet, ISBN 0340824352
 

Dall'illustre Fratello e amico Gabriele Mandel Khan

Posted on Wednesday, October 25, 2006

Stimatissimi amici, ho ricevuto una lettera e ciò mi ha dato un grande piacere, vista l'alta considerazione che ho per chi me l'ha inviata, Monsignor Granfranco Ravasi, prefetto dell'Ambrosiana e uno dei più grandi biblisti di fama mondiale. Permettetemi dunque di condividere con voi questa mia gioia. Grazie, cordialissimi saluti, Mandel
Caro prof. Mandel, La ringrazio della duplice sorpresa graditissima che mi ha fatto, inviandomi da un lato il suo magnifico (anche graficamente) volume di poesie, che inserirò nel catalogo dell'Ambrosiana dopo una lettura che mi sta già affascinando; e dall'altro il bel dizionario iconografico "Islam" che mi sarà certamente utile. La ricordo con stima e simpatia, ammirando la Sua opera di fede e di luce nella comunità milanese e per il suo impegno a diffondere Rùmì. Un augurio e un saluto affettuoso da Gianfranco Ravasi.

FRATER FEDERICO FELLINI AND THE ILLUMINATI OF THE S.P.H.C.I. Fr+Tm+ di Miriam

Posted on Wednesday, October 25, 2006 

Federico Fellini, Giulietta Masina,Vittorio Vanni and famous medium and sensitive Gustavo Rol belonged to a Chapter of the illuminati School of Giuliano Kremmerz S.P.H.C.I.Fr+Tm+ di Miriam.
In the photo bellow the only surving member of this very exclusive group of illuminati the illustrius Freemason Vittorio Vanni at le Giubbe Rosse di Firenze (famous gathering place for the illuminati of every kind in Florence-Italy).
Bro.Vittorio Vanni is actualy one of the few illuminati I still respect in Italy who truly cares for truth and freedom of speach, in this poor country of Italy still living under P2 dictatorship after all these years, and thats why Bro.Ezio Giunchiglia was always trying to sabotage him in Monte Carlo (Bro.Vanni is a honorary member of the Monte Carlo Lodge) , but Ezio never realy manages completely because Vanni is also very close to Licio Gelli and he is the most important rappresentative of Florence Martinism...thats another name for the illuminati MARTINISM.

 GIULIANO KREMMERZ A VERY IMPORTANT ITALIAN ILLUMINATI WHO LIVED AT THE END OF HIS LIFE IN NICE
WITH THE MONEY MADE AT THE MONTE CARLO CASINO USING JINNS...

Another important actor of Kirby Lodge 2818 in Great Queen Street

Posted on Wednesday, October 25, 2006 at 01:47AM
Brothers at work or just slaves of the New World Order? Kirby 2818 another quarrel and the George Washington portrait
Posted on Wednesday, October 25, 2006 at 01:38AM

 
G. Washington portait donated by illustrius Brother Henry Welcome   KIRBY LODGE 2818
 
Posted on Wednesday, October 25, 2006 at 01:12AM
 
Leo Lyon Zagami at the Bolshoi in Moscow with Billy Cobham officialy raising money for the children victims of terrorisms in Feruary 2002 , cost of the ticket 1000 Dollars pr. person, all given to charity obviously.
In reality a secret gathering of Russian illuminati of the highest level with many great friends of the Russian intelligence comunity.
 
Remember my words in that occasion my Russian Brothers?

Sacred geometry indeed at Kirby Lodge 2818 in GQS HQ's London

Posted on Wednesday, October 25, 2006

Bro.Clive Hicks from the Corner Stone Society and Bro.Leo Lyon Zagami
 
Our illustrius Brother Clive gave a speach callled "Beauty and Unity" on the 25th of June 2005 in London for the Corner Stone Society Summer Conference.

Convento di San Cerbone with the illuminati of the P2 UNIVERSAL UNITY!

Posted on Wednesday, October 25, 2006 at 12:52AM
 
P2 UNIVERSAL UNITY Convento di San Cerbone 3 Giugno 2006 e.v.
VW.BroFrancesco Murgia ( 30o A.A.S.R. Grande Oriente D'Italia) and MW.Bro.Luigi Piazza ( 33o A.A.S.R. and GM of the Gran Loggia Unita Tradizionale) responsible for the Rectified Scottish Rite in Italy.
 

THE DIVINE DESTINY

Posted on Tuesday, October 24, 2006 at 11:55AM by Freedom of Religion
2) Freedom of Speech
3) Freedom from Want (material accomplishment) and
4) Freedom from Fear
 
 

ARTICLES 86-95

 

 

 
NO COMMENT ONLY TEARS IN THIS HOLY DAY BECAUSE GOD IS ONE AND LOVE IS THE LAW!
KHALED SAIFULLAH KHAN A TRUE MUSLIM

Abdul Hadi Palazzi another false Muslim with Zionist support (another infedel !)

Posted on Sunday, October 22, 2006
Abdul Hadi Palazzi, or a tale of another infedel that talks in the name of our faith.

Fatwas, Mormons, ufologists, secret services, the Supreme Solomonic Order of the Princes of Shekal, coups in Somalia, nuns making websites for neo-Pagans, an unsolved murder, New Age healers, a "God intoxicated" Communist dictator, Adam's somersaults, an African tyrant, terrorists and thirty pretty Ukrainian girls.
THESE EVIL PIMPS WHO PARTICIPATE WITH THE JEW OSAMA BIN LADEN (OF JEWISH ORIGINS BY THE WAY...) IN THE JESUIT ILLUMINATI ZIONIST NEW WORLD ORDER ARE NOT ISLAM BUT ENEMIES OF THE HOLY QURAN AND OUR PROPHET (PBUH).
ZIONIST ARE SATANIST AND FRIENDS OF THE JESUITS
 

FORGET THE UFO'S Angels and Jinn in This World

Posted on Saturday, October 21, 2006
Angels and Jinn in This World
By Fethullah Gulen
http://www.islamonline.net/English/In_Depth/MagicAndJinn/Topic_02/02.SHTML
Angels and jinn can assume different forms and shapes and appear in this world. Here, we observe movement from the visible to the invisible: Water evaporates and disappears into the atmosphere, solid matter becomes a liquid or a gas (steam), and matter becomes energy (nuclear fission). Likewise, we observe movement from the invisible to the visible: Gases become fluids, evaporated water becomes rain (as well as snow or hail), and energy becomes matter. Similarly, intangible thoughts and meanings in our minds can appear in the tangible form of letters and words in essays and books. In an analogous way, such invisible beings (to us) as angels, jinn, and other spirit entities can become visible.
We read in Qur’an 19:17 that the spirit that Allah sent to Mary (the mother of `Isa [Jesus]), and whom Muslim scholars say is Angel Jibreel (Gabriel), appeared before her as a man. When Jibreel came to Prophet Muhammad (peace and blessings be upon him), he sometimes came as a man, in the shape of a Companion named Dihyah. For example, he came following the end of the Battle of the Trench and told the Prophet (peace and blessings be upon him), “O Messenger of Allah, you have taken off your armor but we, the angels, have not yet done so. Allah orders you to march upon the Banu Quraizhah.†(Bukhari and Muslim) Once Jibreel came as a man dressed in white and, in order to instruct the Companions in religion, asked the Prophet such questions as, What is belief? What is Islam? What is ihsan (excellence or perfection of virtue)? When is the Day of Judgment? (Muslim)
Like angels and jinn, Satan (who is a jinn) can appear in different forms. It is narrated that before the Battle of Badr, he appeared to the Quraishi leaders as an old man from Najd and advised them. Likewise, a Companion guarding Ramadan’s Zakah caught a disguised Satan trying to steal some items. Satan entreated the Companion to release him, which he did twice. On the third time, the Companion tried to take him to Allah’s Messenger. But Satan appealed, “Release me, and I’ll tell you how you can secure yourself against me.†The Companion asked what that was, and Satan replied that it was Ayat Al-Kursi (Al-Baqarah 2:255). When informed of this, Allah’s Messenger (peace and blessings be upon him) commented, “That one is a liar, but (on that occasion) he told the truth.†(Bukhari)
The Qur’an relates that a group of jinn listened to Allah’s Messenger recite the Qur’an and, when they returned to their people, said, [O people! Surely we listened to a Book that has been revealed after Moses, affirms what precedes it, and guides to right and the Straight Path] (Al-Ahqaf 46:30). The surah continues with what they thought about what they had heard. Some traditions tell us that the Messenger (peace and blessings be upon him) recited parts of the Qur’an and preached his message to the jinn.
*Excerpted with some modifications from: http://en.fgulen.com
** Fethullah Gulen is an influential Turkish Muslim intellectual who inspired a series of social activities, including a transnational education and business network, inter-faith dialogue forums, and multi-cultural encounters. His official Web site is http://en.fgulen.com/

THE CHAPTER OF MISBELIEVERS , HOLY QURAN

Posted on Saturday, October 21, 2006

Holy Quran
109. al-Kafirun: The Unbelievers
THE CHAPTER OF MISBELIEVERS
(CIX. Mecca.)
In the name of the merciful and compassionate God. Say, ‘O ye misbelievers! I do not serve what ye serve; nor will ye serve what I serve; nor will I serve what ye serve; nor will ye serve what I serve;-ye have your religion, and I have my religion!’
Back to Top
-- Sura 109 --

EZIO GIUNCHIGLIA E LEO LYON ZAGAMI GLI ILLUMINATI DELLA P2

Posted on Saturday, October 21, 2006 at 11:44AM

(NELLA FOTO L'ILLUSTRE FRATELLO EZIO GIUNCHIGLIA DELLA LOGGIA MONTE CARLO DELLA P2 CON LEO LYON ZAGAMI DALL' AVVOCATO FRANCESCO MURGIA NEL GIUGNO DEL 2006 )
Universal Unity
Associazione di Uomini Liberi
Strada Sen. E. Marsaglia n° 131
18038 SANREMO (IM)
www.universal-unity.net
Sanremo, 2 Maggio 2006
Oggetto: CONVENTO GENERALE ANNUALE del Primo Sabato di Giugno 2006.
Gentili amiche e Cari amici,
Per disposizione del C.D. ho il piacere di convocarvi al CONVENTO ANNUALE della nostra Associazione nel Solstizio d’estate 2006, che terremo alle ore 16 del giorno 3 giugno 2006 a MASSA PISANA (55050 LU) nella Casa di Spiritualità di SAN CERBONE delle suore “Figlie di San Francesco di Salesâ€
con il seguente
ORDINE DEL GIORNO:
1° - Relazione sull’attività dell’Associazione nel periodo 1° Genn-31 Dic. 2005.
2° - Relazione sul conto di gestione ed approvazione.
3° - Nomina (per elezione) del Collegio dei probiviri, composto da un Presidente, due membri effettivi e due membri supplenti.
Al termine tutti gli Associati potranno intervenire e porre le loro questioni.
A seguire
L’ing. Luigi Piazza, Gran Maestro della Gran Loggia unita Tradizionale d’Italia – Palazzo Medici – FIRENZE, ci presenterà l’Obbedienza Massonica che egli presiede, illustrandocene i principi, le finalità e l’organizzazione.
Alle 19,30 avrà luogo una cena conviviale nel refettorio del Convento.
Si potrà alloggiare nel Convento stesso, ma per questo occorrerà prenotarsi entro il 25 Maggio al numero telefonico 0583 379027-Fax 0583 370720– oppure all’indirizzo E-mail: sancerbone@inwind.it con preghiera di segnalarlo anche all’indirizzo di posta Elettronica dell’Associazione: info@universal-unity.net oppure al Segretario Gianpaolo al numero telefonico 338 294 2634.
Per coloro che non avranno preso alloggio nel convento, il Segretario raccoglierà in loco i denari per il costo della cena di €. 25,oo.
Confidando nella vostra partecipazione, a tutti
Un Cordiale Saluto.
Per i Consoli
Il Segretario Generale
(Gianpaolo Guglielmi)
 

33rd degree

Posted on Tuesday, October 24, 2006
 
PASSWORD - De Molay, Hiram Abiff, Frederick II of Prussia
SIGN OF ORDER: Place the left hand over the heart.
SIGN OF ENTRANCE: Cross the arms on the breast and bow the head.
MOTTO OF THE ORDER: "Deus Meumque Jus" (My God and my Right)

MEET CARL ABRAHAMSSON THE NEW SECRET MASTER OF THE REAL CHURCH OF ANTON SZANDOR LA VEY

Posted on Tuesday, October 24, 2006 

INSIDE THE ILLUMINATI JESUIT SATANIC NETWORK WITH LEO LYON ZAGAMI:
Mon, 22 Sep 2003 21:13:03 +0200
Subject: Lecture etc
From: "Carl Abrahamsson" carl@ubertext.se
To: "leo young"
Dear leo,
93
Thanks for yours.
I've been very busy. Am going to San Francisco on Wednesday and will be
back on the 3rd. I have given the lecture some thought but haven't yet
come up with something... I'll have to get back to you upon my
return...
I have informed John David Griffin about it all but he hasn't replied
yet. He'll be back in Stockholm early October too.
The reply from HB was positive but, again, the requirement is that his
girlfriend and child (infant) can come along. They will travel out of
NYC. Please keep location secret.
Wow... Now I've just talked to you on the phone. Interactive
psychedelia, real time...
93 93/93
Carl Abrahamsson
WARNING FROM THE AUTHOR OF THIS WEB SITE : The group calling itself "The Hermetic Order of the Golden Dawn" is under the satanic direction of John David Griffin, a pervert secretely working for the American illuminati and their Scandinavian Satanic OTO's.
HB stands for Hymenaeus Beta Xo William Breeze Grand Master of the satanic Caliphate OTO secretely linked to the Jesuit Satanic Network.Alberto Moscato was playing an important role until is recent misterious death. Moscato was a Vatican Knight of Malta of the 3rd degree.

A evil Satanist and Jesuit slave Dr.Nicholaj de Mattos Frisvold in Brazil

Posted on Tuesday, October 24, 2006
Sun, 23 Nov 2003 01:16:08 -0300 (ART)
From: "Ishtahar Maya" Add to Address Book
Subject: Re: About: Nicholaj Frisvold..........PURE EVIL!
To: "leo young"
Dear Mr. Leo,

Thanks for your concern. Actually I am not a R+C, nor a Mason, neither a Templar. I am just a woman really worried about some friends that had been iniciated in Alexandrian wiccanTradition by this Mr. Frisvold.

We were actually 4 friends, three of them just "kitchen witches" and I. These friends were witches since some time ago, thoug they've never had initiated in any tradiction yet... I met them in mailing lists on the Internet.

I knew of Mr. Frisvold by his wife, called "Tzillah", or Kati de Mattos Frisvold, also involved in tantric tradictions, among other things like Order of Merlin in Brazil and Tantric "practices" also in maling lists. She was proud of her husband and telling us by emails about his old grimoires, his deep knowledge related to magician old tradicitions, witchcraft and a kind of workshop he would do within some weeks, about 3 months ago, ... and then, I saw onde of my friends saying that she also knew him... I can't say how, but I felt really bad since then... like if there was a kind of black cloud above my head.

So, within some days, also three months ago, in one of the lists I'm moderator, a man asked for a black cat for sacrifice... and then I knew something that I really didn't like: this man is related to Black Magic here in Brazil... and he is "linked" to Frisvold. Both are "babalawos" in african rites... and they were "working" together sacrifying animals for their african gods... in order to "cure" even lung cancer!

Due to this cat, there was a kind of "rupture": Two of my friends left us, there was a huge "fight" between them and the other friend of mine... After some time, I knew the reason for that: these friends who left me were decided to get their iniciation with this man, Nicholaj...

I can't describe you what I felt. During the period they were fighting and saying sad things to each other, I had a kind of a vision of an evil being. And something like a voice said me "it" was being sent by those black magical people... I became really worried... and that's how I started searching about Nicholaj on the internet, as I could see something really evil relating to him.

On Internet, I could find a site where his name is related to Jorge Rodriguez-Villa, a so called Old Catholic Skulker and I could knew among other things that Frisvold was an Anglican-Rite Catholic Bishop... despite the fact none of the people that knows Frisvold had ever said anything about that... I've found it amazing...

I entered an internet group where Nicholaj and his wife are moderators... and it was there, in their internet group, where I've found your email address (I sent you the messages where Nicholaj is "fighting" against you, in my previous email...) that's how I could find you, and that's the whole story, despite the fact there were other events related to it but of no real importance. What matters is that within some months I could know that Frisvold is a master in Psychology, a Catholic Bishop, a Babalawo, a Mason and many other titles in other secred orders like Thelema which I don't know...

I am indeed really worried about my friends. They look like brain washed people... and when I read your email, I truely believed in what you say because that's a fact: my friends look like brain washed people, they've cut off our friendship, they don't even want to listen to me. I called them by phone begging them to stop, I begged please don't accept being iniciated by him... but it was too late: they are already like Nicholaj's daughters now... all of them are "brothers" and "sisters"... none says absolutely nothing about anything they do, nor accepts any kind of comment related to their activities nor what they do, just that all that they learn is about thelema and satanism and black mass, and black magic... Really? I find that I've lost my friends...

Maybe you won't say me anything else as I'm none but an worried person. I am sorry because I know I am of no help for you but if even if I am none you think that I can help... please let me know. Those people related to Nicholaj declared war against me, his wife hates me for the fact I went there in their group and said they are doing wrong when killing animals for the practice of ilegal medicine... she threatens me and says I will die if I go on my searching about her husband Frisvold. I don't know what to do.

I really don't fear witchcraft... but I am worried anyway. My two friends (that now are like Frisvold's daughters) know a lot about me... they even know my street address, the town I'm in, my routine... and if they are brain washed now, I don't know what they are able to do in the name of their "father" "bishop"Dr. Nicholaj Frisvold...

Help me, please... I need a way to stop all this... I need a way to stop Frisvold of doing what he is doing here in Brazil. I feel he is a dangerous man and I don't know what's able to happen from now on...

Thank very much you again, I hope we keep in touch.

Ishtahar

PS: so sorry I can't give you my real name right now as I fear for my life. But when I can find a way to stop all this, I promise, I will tell you.

PS2: Sorry for my english. And please don't forget to say my how can I help you, of if there is something that I can do in order to stop this man and send him back to Norway where he can be judged for his acts.

THROUGH THE HOLY QUR'AN MEET THE ULTIMATE TRUTH

Posted on Tuesday, October 24, 2006

Qur'an says ALLAH made us into tribes and comunities so that we may know one another and not despise one another.
 
"Get Knowledge,get wisdom, but with all thy getting, get an understanding". There is an aim and a purpose for each individual on the face of the earth.We all have a destiny.As long as man is shackled with the chains of ignorance and selfishness,he may never come to realize his inherent worth.Those who know are to inform those who do not know.
Verily,(the ends) ye strive for are diverse.
So he who gives (in charity)
And fears (God),and (in all sincerity) Testifies to the Best-
We will indeed make smooth for him
The path to Bliss.
 
(Holy Qur'an 92:4-7)

MERCY AND COMPASSION

Posted on Monday, October 23, 2006
 
[QUOTE]Hi leo,
my name is cameron poole. im sorry if my original post was rude in anyway. but i was just trying to point out whats on your own site.
anyhow im lookin forward to hearing what you have to say. im listening to your radio interview now. and id like for you to futher contribute. so please dont let me scare you off, ill make sure youre words are heard in an even and fair light.
again im sorry if i came off rude. weve had alot of attacks lately. people claiming to be outlandish things. im just a bit gun shy when someone comes claiming what you have thats all.
but im listening to your interview now, and id love to hear more from you.[/QUOTE]
Saalam Aleikum,
one day all people will know the truth.
The time will come to disclose all secrets about all Prophets and the final acceptance of Mohammed (PBUH) as the last Prophet and Jesus THE MAN as the Messiah and Saint of the end of times. This is my way of disclosing my reality and my world in the light of the Holy revelation of the Quran to mankind.
Im only a servant of God doing what other Brothers dont dare to do in the darkness materialistic interest. I am a Knight by birth I have taken the tittle Khan in the muslim tradition because that what I was in the Christian tradition,I talk the Universal language of sense against the present one of distruction and nonsense ,I talk truth against lies ,Im devoted to God Allah always at every moment of the day and night.The mother of my wife decided for my name Khaled Saifullah and she is a Sufi, I have commited many sins and crimes but Im sinceraly a believer now and that what counts for me, I want Freemasons and all Secret Societies in the world to disclose all their secrets NOW to mankind or perish with the Satan at the end.
May God protect you,
I believe,
Fraternaly,

ARTICLES 106-115

Brother Julian Rees famous illuminati and satanist with crew (10/26/2006)

W.Bro.Julian Rees editor of Freemasonry Today (directed by Michael Baigent) is probably one of the most influential people in English Freemasonry at the present time, and unfortunately a dangerous agent of the Jesuits in constant contact with the American illuminati satanic network of the various OTO's and other illuminati organizations like for example the illuminati Accademy of Di Bernardo in Italy. Illustrius Brother Julian Reees speaks perfect German and as a past in the military intelligence field working at times for NATO during the cold war in West Germany. In addition to this Julian is a Past Master of Pilgrim Lodge 238 the only German speaking lodge in the English Constitution, and most important a notorious place for illuminati revolutionaries like A.Crowley's Master Bro.Theodor Reuss. Julian Rees was my Mentor in the English Constitution untill I started to rebell against the American illuminati in 2003 . In the photo above Julian Rees and crew (including two Crowleyte satanist in visit from the Grand Lodge of Uruguai).
Leo Lyon Zagami
 

INSIDE FELLINI'S SECRET ILLUMINATI SCHOOL - HIERARQUIA DE MYRIAM (10/26/2006)

HIERARQUIA DE MYRIAM
Pragmatica di Myriam
La presente Pragmatica fu creata dal Kremmerz per la sua Schola Hermetica e approvata nei suoi 60 commi nella convezione del 22 Dicembre 1909, in sostituzione dei precedenti 33 articoli dell’istruzione generale, approvati il 20 Marzo del 1896.
Tale Pragmatica costituiva il fascicolo A, il primo quaderno che la Miriam forniva a tutti i nuovi iscritti alla Schola.
Ritengo che il materiale e la documentazione interni alla Schola e le opere che il Kremmerz non dette alle stampe, debbano rimanere tali, non fosse altro che per il rispetto verso la volontà del Maestro. In seguito però alla pubblicazione della Pragmatica, insieme alla "Relazione ai Dodici Supremi Vecchi Maestri del Collegio Operante", alla "Circolare del 29 Giugno 1914" e al "Credo", su di un testo intitolato "Le carte storiche della Fratellanza di Myriam", a cura di Giammaria Gonnella, un allievo del Ricciardelli, edito dalla Kemi di Milano nel 1980, la Pragmatica non è più un documento riservato e mi sento quindi legittimato alla sua pubblicazione.
I 60 commi della Pragmatica descrivono l’organizzazione gerarchica della Schola, i suoi fini e i suoi mezzi, e sono quindi di fondamentale importanza per chiunque voglia comprendere meglio il messaggio del Maestro Kremmerz e la sua Schola.
CAPO I
Scopo, gradi e noviziato
1
Scopo di questa Scuola è:
1° Lo studio delle scienze che si occupano dei poteri non ancora ben conosciuti dell'organismo umano, animismo, attività mentale, chiaroveggenza, previsione, telepatia e tutti i fenomeni supernormali e spirituali.
2° L'invenzione sui documenti classici, opere, memorie, scienze alchimiche e magiche, religioni, riti, tradizioni popolari, mitologie delle verità occultate dagli antichi o per ostruzionismo religioso o per regola settaria.
3° L'affratellamento di tutti gli studiosi di buona volontà e l'allenamento alle pratiche per conquistare possibili attività dell'organismo mentale e psicofisico tali da spiegare col proprio controllo gli effetti e i fenomeni non comuni.
4° L'applicazione di queste forze alla medicina, alla terapeutica e alla psicurgia e taumaturgia.
2
Questa Scuola segue un doppio metodo di cultura: uno di letture, conferenze, pubblicazioni intese a dare un corredo di cognizioni di tutto ciò che è argomento di ermetismo e magia antica e psichismo moderno, l'altro di pratiche tradizionali per provocare la propria educazione ascensionale e dirigerne in senso utile ai dolori umani l'esplicazione.
3
Non essendo le cose, di cui la scuola fa materia di sua investigazione ed insegnamento, tali da paragonarsi alle scienze sperimentali fisiche e matematiche, adotta un metodo di insegnamento e di esplorazione tutto differente da quello adoperato finora dalle società di ricerche psichiche e sopranormali, sviluppa le attitudini occulte di ogni allievo ed esperimenta le correnti di volontà collettive per ottenere fenomeni benefici controllabili da tutti.
4
A questa scuola possono appartenere tutti gli uomini di buona volontà che si impegnano a seguirne gli insegnamenti pratici, a obbedire alle regole di ogni classe, a rispettarne l'organizzazione gerarchica e a rivolgere nell'unica applicazione delle forze psichiche alla cura delle infermità ogni manifestazione del proprio ascenso.
Sono pregati di non domandare l'iscrizione quelli che appartengono a società di studi psichici, teosofici, spiritisti o i praticanti fervidi di religioni o i facenti parte di sette mistiche.
La nostra scuola deve considerarsi dal punto di vista della sua organizzazione come una famiglia col diritto di primogenitura dei più avanzati e l'autorità patriarcale dei preposti alla sua direzione.
5
L'idea generale della Scuola è compresa in cinque circoli o classi.
Il primo (circolo esterno) comprende due sezioni: i novizi praticanti e gli anziani.
Il secondo (circolo interno) è formato dai discepoli propriamente detti integrali.
Il terzo (circolo interno) dai terapeuti.
Il quarto (circolo interno) dai maestri ermetisti.
Il quinto (direzione) dal Collegio degli Operanti.
6
Ogni iscritto è considerato come un numero, cioè una quantità concreta di forza, ed è l'unità minima di una catena di volontà.
Il Collegio Operante è l'unità più alta e si fa rappresentare da un delegato all'insegnamento generale e alla propaganda, il quale può avere nello archivio centrale uno, due o più segretari o dirigenti.
7
Per essere ammesso alla iscrizione bisogna farsi presentare da un iscritto quando non si sia conosciuto dal Delegato Generale, ed avere i requisiti di rettitudine che rendono rispettabile ogni uomo nella società in cui vive, la cultura anche elementare delle materie che formano lo scopo dei nostri studi e poi farne domanda con:
1° Nome, cognome, maternità e paternità, data e luogo di nascita.
2° Promessa di seguire le regole e le pratiche della scuola.
3° Dichiarazione di non appartenere a società come al secondo capoverso del n° 4° Impegno di tenere riservate le istruzioni pratiche e gli insegnamenti particolari che dalla direzione gli saranno concessi.
8
Accolta la domanda l'iscritto riceverà una pagella di ammissione contenete il numero determinativo che gli spetta, la sua serie o categoria di tendenza generale, e una cifra ideografica indicante lo sviluppo geniale cui deve aspirare, un quaderno di istruzioni particolari al grado e un rito o regola da seguire come novizio operante.
L'iscritto deve provvedersi di un camice di lana rosso con cappuccio e un cordone di seta, che rappresentano il tipo uniforme di ogni numero della catena psichica della scuola.
9
I1 novizio deve formare intorno a se un gruppo di dodici nuovi iscritti per ottenere l'anello di anziano, e dopo di aver mostrato di ben dirigerli potrà aspirare a diventare del circolo interno col grado di discepolo.
10
L'iscritto che si renda socialmente indegno della stima pubblica, o subisca condanne degradanti è radiato dai numeri componenti la nostra scuola; ma violando le regole subirà le punizioni disciplinari che il collegio dei dirigenti vedrà giuste.
11
Al novizio praticante saranno consigliati i libri da leggere o studiare o commentare. e saranno concessi aiuti in ragione della solerzia e degli studi che compie.
12
La Scuola non domanda il rimborso di nessuna spesa. Costituita intorno ad un ideale di Bene. tutti gli ascritti sono considerati come stretti da un patto affettuoso di famiglia. Chi può concorra alle spese generali, chi può meno paghi le sole spese di invio. i poveri non saranno in debito con nessun dovere di contribuzione.
CAPO II
Carattere generale della scuola
13
La Scuola nella forma esteriore non ha simbolo ma l'insieme delle volontà ed anime che compiono i riti in tutti i cinque circoli in una catena o comunione di idealità è conosciuta come Fratellanza Terapeuta, magica o ermetica, di Miriam e ogni iscritto è un fratello, a qualunque circolo o classe appartenga.
Le abbreviazioni sono indicate da una croce, così Fr+ Tm+ di Mir+.
14
Esteriormente i gruppi di iscritti che si riuniscono autorizzati dal Delegato Generale sotto la direzione di un anziano, in sede fissa, con programma speciale di studio, istituzioni di carità, devono presentarsi al pubblico sotto il nome di Accademia seguita da un appellativo speciale scelto dai fondatori e approvato dalla Delegazione Generale, così accademia Lulliana, Della Porta, Paracelsiana o semplicemente accademia scientifica, psichica, filoterapica etc.
15
Ogni gruppo di non meno di cinque iscritti può riunirsi in accademia, purché tra i componenti vi sia almeno un anziano o un discepolo e siano tutti di accordo per sostenere a proprio carico ogni spesa occorrente ad una sede particolare con modesta dignità.
16
Ogni Accademia deve avere tre offici elettivi, un Preside, un Archivario e un Censore. La nomina del Preside cade di spettanza su chi tra gli associati ha grado più avanzato, e tra quelli di pari grado per elezione, salvo l'accettazione della carica da parte dell'eletto o il veto della segretaria generale. L'Archivario fa officio di segretario e il Censore di cassiere ed economo.
17
I fondatori di ogni Accademia sono liberi di stabilire uno statuto o regolamento interno, determinare il modo o il tempo di elezione degli offici, le contribuzioni degli associati alle spese di mantenimento dell'Accademia, casa, illuminazione, suppellettili, spese di segreteria etc., le attribuzioni particolari di ogni ufficio, i giorni di riunioni particolari, obbligatorie o libere, la fondazione di sale di lettura, di dispensari medici quando tra i soci vi sia un medico legalmente esercente, e per fino di sale ospedaliere ove il numero dei soci o i fondi lo permettano.
18
E' obbligatoria in ogni accademia l'esistenza regolamentare di tre registri:
l° Uno pei verbali delle sedute di spettanza del segretario o Archivario.
2° Uno per le spese, gli incassi e le oblazioni di qualunque specie, e che sarà tenuto dal Censore.
3° Uno per certificati originali e documentati di tutte le guarigioni ottenute o propiziate e deve essere tenuto, custodito e redatto sotto la assoluta responsabilità morale del Preside.
19
Le regole pei lavori collettivi o conferenze o insegnamenti verranno comunicate volta per volta dalla direzione generale, la quale conserva assoluta autorità gerarchica come su tutti i soci, su tutte le accademie, e dove non creda regolari le gestioni, può incaricare d'ufficio un iscritto di altra sede perché ispezioni e riferisca per provvedere alle irregolarità.
Però in massima, quando non siano violate le disposizioni di studi, pratiche e lavori, la Delegazione Generale assicura la più ampia indipendenza alla vita ed espansione locale delle accademie che devono comparire innanzi al pubblico come istituzioni indipendenti e profane, ma escludere assolutamente la partecipazione ad esse di soci non iscritti alla scuola.
20
Quando una Accademia affidi ad uno dei soci, medico esercente legalmente, l'istituzione di una clinica gratuita pei poveri o ricchi che si presentino, il medico deve essere assistito da due fratelli per turno tra i soci e tutti devono indossare la vestaglia o camice rituale. Tutti i rimedi farmaceutici o del Laboratorio Ermetico devono essere dati gratuitamente, però le Accademie nella loro personalità collettiva possono accettare donazioni o oblazioni di qualunque specie.
21
Un novizio può indicare la sua qualità facendo precedere il suo nome da una croce;
l'anziano da tre croci; tutti del circolo interno da un punto circolare nero — , il segretario generale da due linee parallele tagliate da una perpendicolare, e il delegato generale dalla croce egiziana o da cinque punti o cinque croci.
22
Tutti i soci sparsi in una regione devono essere ascritti come corrispondenti all'Accademia più vicina stabilita e riconosciuta; devono accettare le condizioni fatte dall'Accademia ai soci corrispondenti, hanno il diritto di aver comunicate le relazioni più importanti e il dovere di assistere una volta almeno all'anno ad una riunione plenaria dell'Accademia di cui sono corrispondenti.
23
E' obbligatoria in ogni Accademia una festa annuale, con un pranzo rituale collettivo e una riunione plenaria nella sede sociale con conferenza del capo, il giorno del plenilunio della costellazione di leone. In tale circostanza possono partecipare alla festa persone estranee alla scuola, con regolare permesso dell'ufficio presidenziale.
24
L'Accademia che voglia erigersi ad ente morale secondo le leggi dello stato, deve presentarne domanda alla Delegazione del Collegio o Capitolo operante.
La chiusura di un anno accademico è fissata al 21 Marzo di ogni anno; in tale giorno si rinnovano o si confermano gli uffici elettivi.
CAPO III
I1 circolo interno - Il discepolo integrale
25
Ai due gradi accademici del circolo esterno (novizi praticanti e anziani) si dà il carattere di preparazione degli elementi numeri alla iscrizione nel circolo interno, dove veramente comincia la pratica integrale dei poteri umani e si seguono i metodi tradizionali della educazione magica, cioè del gruppo di conoscenze accertate o trasmesse nei libri e oralmente da chi ci ha preceduto, con adattamento esclusivo allo sviluppo dei poteri terapici.
Non si accede al circolo interno se non dopo esame dell'anziano come cultura generale e come condotta morale di vita sociale, e con iniziatura rituale che è data dal Delegato Generale o da suoi procuratori, e si conferisce o pubblicamente nelle accademie tra i già facenti parte del circolo interno, o in forma privata.
Per considerazioni speciali l'investitura del grado di Discepolo può essere conferita anche a chi non abbia formato intorno a se un nucleo di dodici iscritti, ma solo come eccezione e per servizi resi alla scuola.
26
Non diventa regolare l'investitura del Discepolo se non dal giorno in cui questi riceve la Pagina o il diploma dal Delegato Generale o dal suo Procuratore, e previa dichiarazione dell'investito di non appartenere a nessuna Scuola di psichismo, setta, società o circolo che si occupi di scienze delle religioni, di pratiche religiose, di riunioni mistiche e di forme massoniche con concetti iniziatici. Sarà dato con riserva l'elenco delle società del genere, alla cui iscrizione il discepolo può partecipare.
27
La domanda di iniziatura al circolo interno deve essere scritta e presentata il giorno precedente al plenilunio di ciascun mese al Segretario della Delegazione Generale, e le investiture concesse non possono esser compiute che tra il 3° giorno del novilunio e la vigilia del plenilunio seguente nelle ore di Mercurio propizie del calendario astrologico della scuola, e l'aspirante alla investitura deve presentarsi con almeno tre giorni di preparazione.
28
Il Discepolo riceverà gratuitamente dalla Delegazione Generale carte, diploma, pagina, comunicazioni, quaderni senza aver altro obbligo che di rimborsare le spese postali e nel caso sia decisa la pubblicazione di opere, stampe o bollettino della scuola, di acquistarne un esemplare che può essere gratuitamente concesso a chi non possa in alcun modo pagarne l'importo.
Si firmerà nei rapporti con la scuola facendo precedere il suo numero da un punto circolare nero.
29
Il Discepolo di primo grado deve formarsi un corredo di cognizioni proprie a spiegare a se stesso, e non ad altri, le pratiche che sono speciali al suo grado. La nostra regola non proibisce anzi facilita a tutti, promuovendo l'impianto di biblioteche nelle accademie, la lettura di libri di ogni genere attinenti alle scienze che studiano l'anima umana, e vuole che tutto venga appreso con criterio e discernimento positivi, ma impedisce assolutamente che si adoperi nelle relazioni scritte ed orali fra gli ascritti di qualunque grado, una logologia diversa da quella adoperata nei quaderni di iniziazione che saranno dati manoscritti o stampati nell'insegnamento delle classi.
In pari tempo è proibito di eseguire pratiche magnetiche o far parte di sedute spiritiche e sperimentali, o praticare riti che non siano direttamente autorizzati in via gerarchica.
30
Il Discepolo deve in modo concreto raggiungere la prova che egli è numero di una Scuola Unica, perché Uno è l'Ermete Universale e il Nume, e che la sua compagine consacrata in questo statuto fondamentale non può né deve essere scrollata con innovazioni di forme, solo perché a qualcuno non chiamato a questi studi o non comprendendone il nobile fine, non possa piacere la rigida istituzione gerarchica, fondata sul governo dei più evoluti, nelle anime magicamente oranti in catena per un fine comune.
31
Il Discepolo, oltre al completo adattamento esteriore alle leggi morali della società in cui vive, deve:
• rinunziare ad ogni vanità di eccellere in apparenza nella stima del volgo e non dimenticare che è un numero il cui valore è dato dal Nume e non dalla società umana;
• non imporre la propria fede, coscienza e opinione se non con l'esempio e l'esercizio delle virtù acquistate. L'intolleranza deve essere bandita da ogni cuore ed anche dinanzi all'errore di quelli che negano la Luce;
• non mancare alla promessa e non dimenticarla;
• non rifiutare mai il suo aiuto a colui che glielo chiede e ricordarsi che dove non può con la persona bastano le parole, e se non ha parole basta un pensiero e che se a lui un suo simile s'inchina è il Nume o l'Ermete che glielo manda, e contemporaneamente gli dona il potere di aiutarlo, consolarlo o sanarlo;
• non sognare in vana fantasia che egli possa sanare tutte le infelicità umane, poiché l'umanità è fatta di uomini simili a lui in apparenza, a lui eguali in elementi virtuali, ma differenti da lui e tra loro stessi per grado di sviluppo e di virtù in atto, dalla quale cosa emergono i mali sociali, per sanare i quali egli non ha missione universale se non quando diventerà l'incarnazione di un nume.
32
Il Discepolo deve compiere verso la sua donna compagna, se non ha scelto a tempo la via del celibato, missione di padre prima che di sposo, e considerarla come simbolo della donna nella umanità universale, fonte di tutto ciò che è nobile e bello, se in lei, matrice della società maschia, egli semina nobiltà e bellezza; guidarla, amarla, perdonarle generosamente ogni errore dovuto alla sensibilità del suo organismo, poiché Ermete predilige il profumo delle anime sensitive; sostenerla nelle sue debolezze, perché di lui più debole e soggetta al governo della luna; non offenderla, non disprezzarla, non imprimere sul suo animo le stimmate dello spavento; e pensare che quello che egli fa sulla donna si riproduce nelle generazioni nelle quali egli deve vivere fino alla fine dei secoli.
33
Il Discepolo verso i figli deve esercitare non solo ogni cura che impone l’affetto e la società umana, ma ogni vigilanza perché prima di una maturità intellettuale riconosciuta, non siano avvinti a società religiose.
Ai figli deve insegnare con l'esempio continuo che ogni atto della vita ha origine dalle nostre azioni, dalle nostre parole, dai nostri pensieri;
che il dolore nella carne e nello spirito umano è come l'ombra e l’oscurità in un oceano di luce;
che la morte non deve far paura, perché la vita è nel rinnovarsi perpetuo delle forme;
che qui siamo sempre gli stessi e raccogliamo, soffrendo o godendo, quello che abbiamo seminato e seminiamo;
che gli dei si manifestano in noi e per mezzo nostro e che l'Unico grande Dio dell'Universo è la Legge per la quale l'Universo è.
34
Il Discepolo, oltre le cose che potranno essergli comunicate oralmente, ha l'obbligo di copiare di suo pugno, nel tempo assegnato, i quaderni necessari alla sua istruzione, né comunicarli neanche a condiscepoli, né farne oggetto di discussioni pubbliche. Deve eseguire con solerzia le pratiche assegnate a lui dal suo procuratore o maestro e compiere ogni sua azione con solerzia e puntualità, avere un giornale intimo dei progressi fatti e dei fenomeni ottenuti, e riferirne in iscritto se richiesto dal Capo della Scuola o dalla Segreteria centrale.
35
Il Discepolo può aspirare al grado di terapeuta dopo almeno un anno di grado, e appena in lui si presenta la certezza di poter compiere guarigioni nella corrente della catena della Fratellanza; a tal punto deve informare con rapporti quindicinali la segreteria del Delegato Generale di ogni cosa ottenuta e provata e tali rapporti saranno acclusi alla sua storia nella scuola e protocollati.
36
Quando la domanda del discepolo è presa in considerazione, il capo del Circolo o il Delegato Generale, gli assegna per controllo due condiscepoli e, risultato esatto alla prova, passa al circolo dei terapeuti.
CAPO IV
Circolo interno: i terapeuti e maestri ermetici
37
I1 grado di terapeuta è conferito con anello d'oro massiccio di forma rituale. Deve esser acquistato o fatto costruire da chi è insignito del grado e consegnato alla Segreteria Generale perché siano incisi i caratteri talismanici, poi gli sarà riconsegnato con un breve rito da un Procuratore o dal Delegato Generale.
38
Assieme all'anello di grado, verrà data scritta od oralmente l'istruzione per adoperarlo efficacemente.
E' proibito al terapeuta di fare dell'anello di grado segno appariscente e ordinario di decorazione personale, e lo conserverà con le disposizioni che gli saranno comunicate alla consegna.
39
I1 terapeuta nella scuola comincia ad esercitare officio di istruttore o di docente e gli possono essere affidati più novizi che egli deve curare e far progredire, e non può rifiutarsi a tale ministero, perché per lui questo insegnamento è una prova.
40
Il terapeuta deve esercitare praticamente tutti i poteri animici e psichici acquistati, consolidare la sua cultura, e tentare la manifestazione diretta del Kons o Dioscuro e vederne la faccia o sentirne la parola e avere la chiave delle tre forme del serpente del male.
41
Il terapeuta passerà alla conoscenza dell'Unica Sorgente da cui emanano i poteri guaritivi dei dolori della carne e dello spirito umani, e delle tre forme di emanazione dei poteri curativi e miracolosi: la preghiera. la incantazione e lo scongiuro o carme.
42
Il terapeuta acquisterà conoscenza della Rosa nella corrente delle anime, per intendere i principi della terapeutica ermetica adattabile alla elaborazione dei medicamenti e su che riposa la fallacia di tutte le scuole mediche profane rispetto alla terapia magica; imparerà l'applicazione del magnetismo animale fuori l'empirismo delle scuole note; e conoscerà senza parlare i centri emanatori di vita e di morte; intuirà la possibilità di una terapia assoluta senza medicinali, nella psicurgia e taumaturgia.
43
Al terapeuta saranno impartite solo comunicazione orali a periodi fissi e passerà senz'altro nella categoria dei Maestri Isiaci o di Miriam appena avrà intravisto la conoscenza dell'arcano simbolizzato nella tradizionale clavicola salomonica ed il suo uso.
44
L'investitura dei maestri è data con la stola nera dei necrofori sacerdoti isiaci e la stola bianca e oro dei celebranti; essi si daranno esclusivamente allo studio alchimico per la ricerca del secondo arcano conosciuto tradizionalmente coi nomi di Elixir di Lunga Vita, Medicina Ermetica, Polvere di proiezione, Trasmutatore alchimico e altri caduti in dispregio per non avervi gli studiosi profani voluto vedere l'artificio di nascondimento di poteri ignoti, per analogia e non per similitudine.
45
I maestri saranno chiamati a perpetuare la scuola, a formare i laboratori ermetici, ed essere in missione di propaganda e ad eleggere tra essi un capo, che sostituirà l'attuale Delegato Generale preposto ora alla scuola ed entrerà direttamente in contatto coi dodici vecchi maestri del Collegio Operante.
46
Ai Maestri è confidato il mandato di mantener salda la campagine della Scuola e assi curarne la continuità; a prendere iniziative per la sua sistemazione avvenire come ordine laico di vera scienza delle anime adattata ad un fine di utilità umana; a renderla strumento di progresso scientifico e fonte di luce su ogni tirannia tenebrosa dell'ignoranza sacerdotale delle vecchie religioni monopolizzate con intendimenti oppressori degli spiriti e della scienza.
47
Il Delegato Generale è il più giovane dei maestri scelto dai dodici vecchi formanti il Collegio o Capitolo Operante. Apparisce come fondatore di questa Scuola, ma deve essere considerato come uno strumento della Mente del consesso da cui è scelto.
Il Delegato Generale manterrà coi mezzi consentitigli dal suo ufficio la disciplina e la osservanza delle regole e non verrà meno al suo mandato.
Gli ascritti che violano i regolamenti o dimenticano le promesse o che in modo qualunque si rendano indegni della scuola saranno puniti con l'interdizione negligente o la punitiva.
L'una e l'altra importano la sospensione dei poteri acquistati, temporaneamente o definitivamente o con l'aggravante di altri provvedimenti di ordine morale.
48
I1 Delegato Generale può lasciare il suo ufficio per ordine del Collegio o Capitolo Operante, suo giudice diretto e suo mandante.
Può, autorizzato, farsi sostituire temporaneamente o delegare a sua volta un rappresentante diretto per una regione o stato, può conservarsi anonimo o manifestarsi apertamente.
In caso di morte, dal circolo dei maestri sarà eletta una terna su cui cadrà la scelta del Collegio Operante, secondo speciale regola che il circolo dei maestri conoscerà a suo tempo.
CAPO V
Disposizioni complementari
La Scuola Ermetica deve essere considerata da ogni ascritto come un Ente Benefico, alle cui simboliche fonti ogni ascritto deve sapienza e grazia e la Fratellanza una immensa corrente di bene e di Luce.
La personalità collettiva e grandiosa di questa Fratellanza Ideale, famiglia di perfettibili senza altra pretesa che di progredire e spandere dovunque e comunque l'esempio di una grande opera civile che si manifesta con un insegnamento progressivo a tutti gli uomini di buona volontà, non deve essere menomata posposta o impersonata da un nome o da alcuni nomi, anche che questo uno o questi più ripetano i miracoli taumaturgici dei grandi iniziati di tutti i tempi e di tutte le razze.
Ogni adepto di questa scuola quindi non può emergere ne lo deve a detrimento della personalità collettiva della Scuola e della Fratellanza, anche che il Nume lo renda degno di reverenza e fama. Non per principio di falsa umiltà comune a diverse sette, ma perché ognuno di noi deve considerarsi un numero, che tanto esplica le sue funzioni virtuose nella realtà della vita per quanto il proprio valore è originato, aumentato e intensificato dalla grande corrente psichica di una catena di volontà che può diventare immensa, pur passando ignorata dalla folla.
50
Onde non si stabiliscano viziose abitudini fino dal suo inizio funzionale, si vieta di attribuire al nome del Delegato Generale ogni successo che stia per ottenere riconoscimento di un pubblico più o meno ristretto, e si fa ordine esplicito di riferire e addebitare ogni cosa riuscita alla Scuola Ermetica o Fratellanza di Miriam.
51
La Scuola conserva i suoi insegnamenti secreti, non perché sia o aspiri a diventare una setta, ma per l'indole stessa dei metodi e procedimenti di educazione psichica degli iscritti. Se oggi questi metodi paiono non scientifici ai volghi e rifuggenti la luce della pubblicità, appena le scienze psichiche studiate da singoli cultori delle università europee saranno per poco avanzate, si troverà opportuno che una scuola della nostra indole non possa servirsi di altri metodi. Poiché gli insegnamenti e le pratiche variano spesso non solo da gruppi a gruppi, ma da uomo a uomo, per differenza di preparazione, di carattere, di tendenze, di costituzione di ogni allievo.
52
La Scuola Ermetica nata integrativa pei poteri dell'organismo fisico e psichico dell'uomo, tendente ad acquistare qualità supernormali, non è una Fratellanza mistica nel senso ovvio della parola, perché non fa procedere dall'Ignoto il Grande Ignoto padre di ogni religione volgare per grazia la concessione delle qualità superiori alle medie della umanità contemporanea, ma allena le potestà virtuali dell'organismo vivente e vitale alla produzione di effetti vari o non comuni, materia di miracoli attribuiti agli Dei sacerdotali e se i suoi discepoli arrivano alla conoscenza di vere entità (eoni) individue fuori la sensibilità umana, lo devono non all’avvicinamento fortuito o impreciso e eccezionale di quelle a noi, ma per lo studio di leggi conosciute da certi sacerdozii speciali per le quali, se queste entità esistono, si devono rendere sensibili e intelligenti a noi.
53
La Scuola Ermetica Fr+ Tm+ di Miriam proibisce ad ogni ascritto di qualunque grado, di tentare realizzazioni fuori l'unico intento di curare o sanare infermi: quindi saranno disciplinarmente puniti coloro che si occupano di ricerche a scopi diversi, o cercano di abusare della libertà dell'intelligenza dei meno evoluti, o prevaricano per adattare le doti acquisite a procurarsi ricchezze o vincere in competizioni commerciali, o sopraffare in modo qualunque i disarmati alla lotta. Anzi si fa obbligo a tutti di denunziare qualsiasi persona fuori gruppo che, esercitata nelle pratiche di alcuni segreti psichici, tenda a violare la incolumità delle persone e delle famiglie.
54
Si fa obbligo a tutti gli ascritti di non modellarsi su alcune scuole di empirismo medico che denigrano tutti gli studi moderni e le investigazioni dei pazienti scienziati glorie con temporanee, col pretesto che, non essendo credenti nelle leggi dello spirito, non sono giovevoli alla società umana come dovrebbero.
Essi ascritti devono invece considerare che la Scienza Umana è il risultato dei contributi di tutte le intelligenze, e il secolo passato e questo che comincia hanno contribuito ad essa in copia maggiore dei diciotto secoli di ignoranza precedente in cui l'Occidente diventò mancipio della tirannia spirituale esercitata dal fanatismo cristiano cattolico sugli sperimentatori liberi asserviti al pregiudizio di un sacerdozio indotto nelle cose che sono oggetto di osservazione e sperimentalismo.
Essi ascritti, più che vedersi in conflitto con un medico che cura un infermo devono comprendere che l'opera del medico non manca di intenzione benefica accoppiata ad una osservazione sperimentale chiara, imperfetta solo nel rendere il rimedio virtuoso; essi quindi comprenderanno ancora che se a donare questa virtù concorrono coi mezzi psichici che sono loro a disposizione, faranno bene egualmente a chi si ha il dovere di soccorrere.
55
A tutti gli ascritti si richiede la libertà assoluta da ogni impegno precedente o contemporaneo all'affiliazione nella Scuola Ermetica, ma s'intende per ogni qualsiasi società religiosa, mistica, iniziatica.
La nostra Fratellanza è e sarà come è stata nei secoli, non ha pretesa di apostolato unico, ma vuole raccolti e raggruppati, col vincolo dell'Ideale santo della Scienza e della Verità, pochi ma saldi elementi che ne assicurino l'esplicazione e la realizzazione fuori ogni lotta politica, sociale e religiosa, poiché la Scienza deve essere considerata di là dai confini delle nazioni e delle razze, e patrimonio della Umanità intera.
56
In base al concetto fondamentale formulato nel paragrafo precedente, la Fratellanza si intende esclusa da ogni preconcetto che determina le lotte di opinioni nella politica e si afferma come strumento solo di scienza libera dai vincoli della superstizione ignorante, monopolizzata da questa o quella forma religiosa, e generante l'idra ostacolante il libero sviluppo dell'anima umana alla conquista del suo diritto all'ascenso: esempio di tolleranza per ogni opinione, si circoscrive nel risultato delle proprie esperienze.
57
La Fratellanza Ermetica come nella sua entità collettiva esclude ogni servitù di spirito, e prescinde dalle divisioni occasionali delle società umane, così tende a formare di ogni suo numero un uomo integrale, cioè un individuo completo nella famiglia umana, prototipi di cittadini della Città Civile Umana, dominatori delle passioni bestiali, correttori della asprezza nei conflitti delle idee umane, pionieri di quella Pace tra i Popoli che deve preparare il simbolico avvento di un giorno di giustizia e di paradiso senza limiti di ore.
Quindi il simbolo della Matriarchia di Miriam valga ad essere interprete di un programma di Amore, in cui la formula matematica arida ed inesorabile della filosofia maschia si umanizza nella sensibile dell'ideale di affetto della madre, della bellezza nella forma e della delicatezza nell'essenza muliebre.
58
Scuola e Fratellanza si presentano al candidato senza la pompa della dovizia esteriore, poiché di mezzi e pecunia umani esse son povere, il loro tesoro è una Idea, alla quale tutti i fratelli devono concorrere perché diventi una realtà e spanda il bene comunque e dovunque, nelle anime e nella carne umana. Ricchi o poveri, gli aspiranti di buona volontà e di retto sentire sono accolti nello abbraccio fraterno. La pecunia non mancherà, perché i Numi provvidenti suppliranno alla povertà del contributo umano, ma il tesoro della scienza deve essere alimentato e consolidato col tributo di tutte le forze intelligenti chiamate a raccolta.
59
Il segno esteriore di riconoscimento e affermazione della Scuola, come la croce pel cristianesimo, è la destra mano aperta in alto, con le dita separate. E' il riconoscimento dei cinque elementi costitutivi dell'uomo integralizzato, e il segno della costituzione quinaria della scuola e della liberalità in alto, nel mezzo e nel basso.
60
Questo programma non deve restare infruttuoso tra i libri documentali delle poesie e dei sogni. Si affida alle anime buone, come il seme alla terra fertile, perché generi un albero robusto dal fogliame spesso, che offra ricovero contro le tempeste della vita agli umani che, perduta la fede, ricercano la verità nell'Amore che é la Scienza della Luce.
I. M. Kremm - Erz
 

SIAMO TUTTI IN PERICOLO- ORDER OF THE ROMAN EAGLE ARRIVING (10/26/2006)

aquilaincornice.jpg
In the photo the symbol of the Order of the Roman Eagle of Romano Mussolini who carried out the assasination of Pier Paolo Pasolini for the P2 masonic Lodge.
Still nowdays the Order is in the hands of dangerous Zionist like Freemason Massimo Palazzi and P2/GLADIO agents like Brother Roberto Amato a Grand Master of italian freemasonry.These known satanist are working directely under the wings of USA/ISRAEL intelligence, constantely serving their American illuminati Masters like slaves for a further degree of supposed knowledge in their diabolical system.
Siamo tutti in pericolo", di Furio Colombo, l'Unità 9 maggio
[Si tratta del testo integrale dell'intervista di Furio Colombo a
Pier Paolo Pasolini pubblicato sull'inserto "Tuttolibri" del
quotidiano "La Stampa" l'8 novembre del 1975, ripubblicato
dall'Unità del 9 maggio 2005 quasi del tutto integralmente ]
Questa intervista ha avuto luogo sabato 1° novembre, fra le 4 e le 6
del pomeriggio, poche ore prima che Pasolini venisse assassinato.
Voglio precisare che il titolo dell'incontro che appare in questa
pagina è suo, non mio. Infatti alla fine della conversazione che
spesso, come in passato, ci ha trovati con persuasioni e punti di
vista diversi, gli ho chiesto se voleva dare un titolo alla sua
intervista.
Ci ha pensato un po', ha detto che non aveva importanza, ha cambiato
discorso, poi qualcosa ci ha riportati sull'argomento di fondo che
appare continuamente nelle risposte che seguono. «Ecco il seme, il
senso di tutto - ha detto - Tu non sai neanche chi adesso sta
pensando di ucciderti. Metti questo titolo, se vuoi: "Perché siamo
tutti in pericolo"».
Pasolini, tu hai dato nei tuoi articoli e nei tuoi scritti, molte
versioni di ciò che detesti. Hai aperto una lotta, da solo, contro
tante cose, istituzioni, persuasioni, persone, poteri. Per rendere
meno complicato il discorso io dirò «la situazione», e tu sai che
intendo parlare della scena contro cui, in generale ti batti. Ora ti
faccio questa obiezione. La «situazione» con tutti i mali che tu
dici, contiene tutto ciò che ti consente di essere Pasolini. Voglio
dire: tuo è il merito e il talento. Ma gli strumenti? Gli strumenti
sono della «situazione». Editoria, cinema, organizzazione, persino
gli oggetti. Mettiamo che il tuo sia un pensiero magico. Fai un
gesto e tutto scompare. Tutto ciò che detesti. E tu? Tu non
resteresti solo e senza mezzi? Intendo mezzi espressivi, intendo...
Sì, ho capito. Ma io non solo lo tento, quel pensiero magico, ma ci
credo. Non in senso medianico. Ma perché so che battendo sempre
sullo stesso chiodo può persino crollare una casa. In piccolo un
buon esempio ce lo danno i radicali, quattro gatti che arrivano a
smuovere la coscienza di un Paese (e tu sai che non sono sempre
d'accordo con loro, ma proprio adesso sto per partire, per andare al
loro congresso). In grande l'esempio ce lo dà la storia. Il rifiuto
è sempre stato un gesto essenziale. I santi, gli eremiti, ma anche
gli intellettuali. I pochi che hanno fatto la storia sono quelli che
hanno detto di no, mica i cortigiani e gli assistenti dei cardinali.
Il rifiuto per funzionare deve essere grande, non piccolo, totale,
non su questo o quel punto, «assurdo» non di buon senso. Eichmann,
caro mio, aveva una quantità di buon senso. Che cosa gli è mancato?
Gli è mancato di dire no su, in cima, al principio, quando quel che
faceva era solo ordinaria amministrazione, burocrazia. Magari avrà
anche detto agli amici, a me quell'Himmler non mi piace mica tanto.
Avrà mormorato, come si mormora nelle case editrici, nei giornali,
nel sottogoverno e alla televisione. Oppure si sarà anche ribellato
perché questo o quel treno si fermava, una volta al giorno per i
bisogni e il pane e acqua dei deportati quando sarebbero state più
funzionali o più economiche due fermate. Ma non ha mai inceppato la
macchina. Allora i discorsi sono tre. Qual è, come tu dici, «la
situazione», e perché si dovrebbe fermarla o distruggerla. E in che
modo.
Ecco, descrivi allora la «situazione». Tu sai benissimo che i tuoi
interventi e il tuo linguaggio hanno un po' l'effetto del sole che
attraversa la polvere. È un'immagine bella ma si può anche vedere (o
capire) poco.
Grazie per l'immagine del sole, ma io pretendo molto di meno.
Pretendo che tu ti guardi intorno e ti accorga della tragedia. Qual
è la tragedia? La tragedia è che non ci sono più esseri umani, ci
sono strane macchine che sbattono l'una contro l'altra. E noi, gli
intellettuali, prendiamo l'orario ferroviario dell'anno scorso, o di
dieci anni prima e poi diciamo: ma strano, ma questi due treni non
passano di li, e come mai sono andati a fracassarsi in quel modo? O
il macchinista è impazzito o è un criminale isolato o c'è un
complotto. Soprattutto il complotto ci fa delirare. Ci libera da
tutto il peso di confrontarci da soli con la verità. Che bello se
mentre siamo qui a parlare qualcuno in cantina sta facendo i piani
per farci fuori. E facile, è semplice, è la resistenza. Noi
perderemo alcuni compagni e poi ci organizzeremo e faremo fuori
loro, o un po' per uno, ti pare? Eh lo so che quando trasmettono in
televisione Parigi brucia tutti sono lì con le lacrime agli occhi e
una voglia matta che la storia si ripeta, bella, pulita (un frutto
del tempo è che «lava» le cose, come la facciata delle case).
Semplice, io di qua, tu di là. Non scherziamo sul sangue, il dolore,
la fatica che anche allora la gente ha pagato per «scegliere».
Quando stai con la faccia schiacciata contro quell'ora, quel minuto
della storia, scegliere è sempre una tragedia. Però, ammettiamolo,
era più semplice. Il fascista di Salò, il nazista delle SS, l'uomo
normale, con l'aiuto del coraggio e della coscienza, riesce a
respingerlo, anche dalla sua vita interiore (dove la rivoluzione
sempre comincia). Ma adesso no. Uno ti viene incontro vestito da
amico, è gentile, garbato, e «collabora» (mettiamo alla televisione)
sia per campare sia perché non è mica un delitto. L'altro - o gli
altri, i gruppi - ti vengono incontro o addosso - con i loro ricatti
ideologici, con le loro ammonizioni, le loro prediche, i loro
anatemi e tu senti che sono anche minacce. Sfilano con bandiere e
con slogan, ma che cosa li separa dal «potere»?
Che cos'è il potere, secondo te, dove è, dove sta, come lo stani?
Il potere è un sistema di educazione che ci divide in soggiogati e
soggiogatori. Ma attento. Uno stesso sistema educativo che ci forma
tutti, dalle cosiddette classi dirigenti, giù fino ai poveri. Ecco
perché tutti vogliono le stesse cose e si comportano nello stesso
modo. Se ho tra le mani un consiglio di amministrazione o una
manovra di Borsa uso quella. Altrimenti una spranga. E quando uso
una spranga faccio la mia violenza per ottenere ciò che voglio.
Perché lo voglio? Perché mi hanno detto che è una virtù volerlo. Io
esercito il mio diritto-virtù. Sono assassino e sono buono.
Ti hanno accusato di non distinguere politicamente e
ideologicamente, di avere perso il segno della differenza profonda
che deve pur esserci fra fascisti e non fascisti, per esempio fra i
giovani.
Per questo ti parlavo dell'orario ferroviario dell'anno prima. Hai
mai visto quelle marionette che fanno tanto ridere i bambini perché
hanno il corpo voltato da una parte e la testa dalla parte opposta?
Mi pare che Totò riuscisse in un trucco del genere. Ecco io vedo
così la bella truppa di intellettuali, sociologi, esperti e
giornalisti delle intenzioni più nobili, le cose succedono qui e la
testa guarda di là. Non dico che non c'è il fascismo. Dico: smettete
di parlarmi del mare mentre siamo in montagna. Questo è un paesaggio
diverso. Qui c'è la voglia di uccidere. E questa voglia ci lega come
fratelli sinistri di un fallimento sinistro di un intero sistema
sociale. Piacerebbe anche a me se tutto si risolvesse nell'isolare
la pecora nera. Le vedo anch'io le pecore nere. Ne vedo tante. Le
vedo tutte. Ecco il guaio, ho già detto a Moravia: con la vita che
faccio io pago un prezzo... È come uno che scende all'inferno. Ma
quando torno - se torno - ho visto altre cose, più cose. Non dico
che dovete credermi. Dico che dovete sempre cambiare discorso per
non affrontare la verità.
E qual è la verità?
Mi dispiace avere usato questa parola. Volevo dire «evidenza».
Fammi rimettere le cose in ordine. Prima tragedia: una educazione
comune, obbligatoria e sbagliata che ci spinge tutti dentro l'arena
dell'avere tutto a tutti i costi. In questa arena siamo spinti come
una strana e cupa armata in cui qualcuno ha i cannoni e qualcuno ha
le spranghe. Allora una prima divisione, classica, è «stare con i
deboli». Ma io dico che, in un certo senso tutti sono i deboli,
perché tutti sono vittime. E tutti sono i colpevoli, perché tutti
sono pronti al gioco del massacro. Pur di avere. L'educazione
ricevuta è stata: avere, possedere, distruggere.
Allora fammi tornare alla domanda iniziale. Tu, magicamente abolisci
tutto. Ma tu vivi di libri, e hai bisogno di intelligenze che
leggono. Dunque, consumatori educati del prodotto intellettuale. Tu
fai del cinema e hai bisogno non solo di grandi platee disponibili
(infatti hai in genere molto successo popolare, cioè sei «consumato»
avidamente dal tuo pubblico) ma anche di una grande macchina
tecnica, organizzativa, industriale, che sta in mezzo. Se togli
tutto questo, con una specie di magico monachesimo di tipo paleo-
cattolico e neo-cinese, che cosa ti resta?
A me resta tutto, cioè me stesso, essere vivo, essere al mondo,
vedere, lavorare, capire. Ci sono cento modi di raccontare le
storie, di ascoltare le lingue, di riprodurre i dialetti, di fare il
teatro dei burattini. Agli altri resta molto di più. Possono tenermi
testa, colti come me o ignoranti come me. Il mondo diventa grande,
tutto diventa nostro e non dobbiamo usare né la Borsa, né il
consiglio di amministrazione, né la spranga, per depredarci. Vedi,
nel mondo che molti di noi sognavano (ripeto: leggere l'orario
ferroviario dell'anno prima, ma in questo caso diciamo pure di tanti
anni prima) c'era il padrone turpe con il cilindro e i dollari che
gli colavano dalle tasche e la vedova emaciata che chiedeva
giustizia con i suoi pargoli. Il bel mondo di Brecht, insomma.
Come dire che hai nostalgia di quel mondo.
No! Ho nostalgia della gente povera e vera che si batteva per
abbattere quel padrone senza diventare quel padrone. Poiché erano
esclusi da tutto nessuno li aveva colonizzati. Io ho paura di questi
negri in rivolta, uguali al padrone, altrettanti predoni, che
vogliono tutto a qualunque costo. Questa cupa ostinazione alla
violenza totale non lascia più vedere «di che segno sei». Chiunque
sia portato in fin di vita all'ospedale ha più interesse - se ha
ancora un soffio di vita - in quel che gli diranno i dottori sulla
sua possibilità di vivere che in quel che gli diranno i poliziotti
sulla meccanica del delitto. Bada bene che io non faccio né un
processo alle intenzioni né mi interessa ormai la catena causa
effetto, prima loro, prima lui, o chi è il capo-colpevole. Mi sembra
che abbiamo definito quella che tu chiami la «situazione». È come
quando in una città piove e si sono ingorgati i tombini. l'acqua
sale, è un'acqua innocente, acqua piovana, non ha né la furia del
mare né la cattiveria delle correnti di un fiume. Però, per una
ragione qualsiasi non scende ma sale. È la stessa acqua piovana di
tante poesiole infantili e delle musichette del «cantando sotto la
pioggia». Ma sale e ti annega. Se siamo a questo punto io dico: non
perdiamo tutto il tempo a mettere una etichetta qui e una là.
Vediamo dove si sgorga questa maledetta vasca, prima che restiamo
tutti annegati.
E tu, per questo, vorresti tutti pastorelli senza scuola
dell'obbligo, ignoranti e felici.
Detta così sarebbe una stupidaggine. Ma la cosiddetta scuola
dell'obbligo fabbrica per forza gladiatori disperati. La massa si fa
più grande, come la disperazione, come la rabbia. Mettiamo che io
abbia lanciato una boutade (eppure non credo) Ditemi voi una altra
cosa. S'intende che rimpiango la rivoluzione pura e diretta della
gente oppressa che ha il solo scopo di farsi libera e padrona di se
stessa. S'intende che mi immagino che possa ancora venire un momento
così nella storia italiana e in quella del mondo. Il meglio di
quello che penso potrà anche ispirarmi una delle mie prossime
poesie. Ma non quello che so e quello che vedo. Voglio dire fuori
dai denti: io scendo all'inferno e so cose che non disturbano la
pace di altri. Ma state attenti. L'inferno sta salendo da voi. È
vero che sogna la sua uniforme e la sua giustificazione (qualche
volta). Ma è anche vero che la sua voglia, il suo bisogno di dare la
sprangata, di aggredire, di uccidere, è forte ed è generale. Non
resterà per tanto tempo l'esperienza privata e rischiosa di chi ha,
come dire, toccato «la vita violenta». Non vi illudete. E voi siete,
con la scuola, la televisione, la pacatezza dei vostri giornali, voi
siete i grandi conservatori di questo ordine orrendo basato
sull'idea di possedere e sull'idea di distruggere. Beati voi che
siete tutti contenti quando potete mettere su un delitto la sua
bella etichetta. A me questa sembra un'altra, delle tante operazioni
della cultura di massa. Non potendo impedire che accadano certe
cose, si trova pace fabbricando scaffali.
Ma abolire deve per forza dire creare, se non sei un distruttore
anche tu. I libri per esempio, che fine fanno? Non voglio fare la
parte di chi si angoscia più per la cultura che per la gente. Ma
questa gente salvata, nella tua visione di un mondo diverso, non può
essere più primitiva (questa è un'accusa frequente che ti viene
rivolta) e se non vogliamo usare la repressione «più avanzata»...
Che mi fa rabbrividire.
Se non vogliamo usare frasi fatte, una indicazione ci deve pur
essere. Per esempio, nella fantascienza, come nel nazismo, si
bruciano sempre i libri come gesto iniziale di sterminio. Chiuse le
scuole, chiusa la televisione, come animi il tuo presepio?
Credo di essermi già spiegato con Moravia. Chiudere, nel mio
linguaggio, vuol dire cambiare. Cambiare però in modo tanto drastico
e disperato quanto drastica e disperata è la situazione. Quello che
impedisce un vero dibattito con Moravia ma soprattutto con Firpo,
per esempio, è che sembriamo persone che non vedono la stessa scena,
che non conoscono la stessa gente, che non ascoltavano le stesse
voci. Per voi una cosa accade quando è cronaca, bella, fatta,
impaginata, tagliata e intitolata. Ma cosa c'è sotto? Qui manca il
chirurgo che ha il coraggio di esaminare il tessuto e di dire:
signori, questo è cancro, non è un fatterello benigno. Cos'è il
cancro? È una cosa che cambia tutte le cellule, che le fa crescere
tutte in modo pazzesco, fuori da qualsiasi logica precedente. È un
nostalgico il malato che sogna la salute che aveva prima, anche se
prima era uno stupido e un disgraziato? Prima del cancro, dico. Ecco
prima di tutto bisognerà fare non solo quale sforzo per avere la
stessa immagine. Io ascolto i politici con le loro formulette, tutti
i politici e divento pazzo. Non sanno di che Paese stanno parlando,
sono lontani come la Luna. E i letterati. E i sociologi. E gli
esperti di tutti i generi.
Perché pensi che per te certe cose siano talmente più chiare?
Non vorrei parlare più di me, forse ho detto fin troppo. Lo sanno
tutti che io le mie esperienze le pago di persona. Ma ci sono anche
i miei libri e i miei film. Forse sono io che sbaglio. Ma io
continuo a dire che siamo tutti in pericolo.
Pasolini, se tu vedi la vita così - non so se accetti questa
domanda - come pensi di evitare il pericolo e il rischio?
È diventato tardi, Pasolini non ha acceso la luce e diventa
difficile prendere appunti. Rivediamo insieme i miei. Poi lui mi
chiede di lasciargli le domande.
«Ci sono punti che mi sembrano un po' troppo assoluti. Fammi
pensare, fammeli rivedere. E poi dammi il tempo di trovare una
conclusione. Ho una cosa in mente per rispondere alla tua domanda.
Per me è più facile scrivere che parlare. Ti lascio le note che
aggiungo per domani mattina».
È diventato tardi, Pasolini non ha acceso la luce e diventa
difficile prendere appunti. Rivediamo insieme i miei. Poi lui mi
chiede di lasciargli le domande. «Ci sono punti che mi sembrano un
po' troppo assoluti. Fammi pensare, fammeli rivedere. E poi dammi il
tempo di trovare una conclusione. Ho una cosa in mente per
rispondere alla tua domanda. Per me è più facile scrivere che
parlare. Ti lascio le note che aggiungo per domani mattina».
Il giorno dopo, domenica, il corpo senza vita di Pier Paolo Pasolini
era all'obitorio della polizia.
 

ROBERTO NEGRINI,L'OPUS DEI E GLI ILLUMINATI DI BOLOGNA (10/26/2006)


Roberto Negrini
 
Nato a Bologna nel 1958, parallelamente alla sua professione di agente d’affari Negrini svolge da un trentennio attività di saggista e conferenziere su tematiche esoteriche, religiose e filosofiche.
Come esoterista e libero ricercatore è attivamente impegnato negli ambienti culturali massonici e paramassonici italiani e ha fondato nel 1989 l’Akkademia PanSophica Alpha Draconis (APsAD), di cui è tuttora Presidente: un’organizzazione culturale senza scopi di lucro che, finalizzata a forme di collaborazione interdisciplinare fra studiosi/e orientati/e verso un nuovo Rinascimento culturale, parascientifico e magico, ha attivato in Italia vari programmi di divulgazione su neopaganesimo, rapporti fra sessualità e sacro, neostregoneria e tradizioni magiche.
Negrini ha inoltre contribuito alla pubblicazione di opere specialistiche di ricerca sulle culture pre-monoteistiche, partecipando anche - nell’ambito del progetto culturale Elissa inerente alle tradizioni precristiane dei Monti Sibillini - a saggi a più voci curati dall’Editrice Miriamica di Montemonaco, fra i quali: Sibilla Appenninica. I volti di pietra della Matriarchia (1997), Le terre della Sibilla Appenninica. Antico crocevia di idee, scienze e cultura (1999). Errante Erotica Eretica. L’icona sibillina fra Cecco d’Ascoli e Osvaldo Licini (2000), Sibilla sciamana della montagna (2001).
Come libero ricercatore di Antropologia del sacro ha collaborato a periodici specializzati in culture e filosofie di frontiera quali Il Giornale dei Misteri, Re Nudo, Mystero e a opere di approfondimento sulle eresie medievali. Nel 1998 ha pubblicato con Giordano Berti I Tarocchi Aleister Crowley, un saggio sulle 78 immagini ermetiche elaborate nel ’47 dal magista inglese, di cui ha pure sceneggiato una completa rielaborazione pittorica, ispirata in gran parte ai Decani rinascimentali e illustrata dal pittore Andrea Serio (Edizioni d’Arte Lo Scarabeo, 2004).
Ha scritto inoltre uno studio introduttivo sulla storia e sulle dottrine della Magia moderna nell’opera La Qabala della Bestia Trionfante di Charles Stansfeld Jones, discepolo e collaboratore di Crowley (Venexia, 2004).
Ha collaborato ai volumi Psicologia e psichiatria nel Terzo Millennio. La prospettiva Next Age (Istituto Internazionale di Psichiatria e Psicoterapia, ’99), La Magia della sessualità (Atanòr, 2000) con il saggio “Magia erotica e Alchimia sessuale†e L’immaginazione al podere. Che cosa resta delle eresie psichedeliche (Stampa Alternativa, 2005), con l’intervento “L’estasi di Luciferoâ€, un contributo sugli aspetti iniziatici, magici ed ermetici dell’uso sacramentale di sostanze psicoattive ed enteogene.
Sotto il profilo della divulgazione editoriale, artistica e culturale in genere si occupa da qualche anno di computer-grafica sia nell’ambito illustrativo delle proprie iniziative che di altre collaterali.
Autore di alcune copertine per conto di case editrici (fra le quali Akkuaria di Vera Ambra) ha curato il logo e le scenografie digitali di Crezia, uno spettacolo multimediale finanziato dalla Regione Toscana su una condanna per Stregoneria nella Lucca del XVI secolo, scritto da Selene Ballerini e andato in scena nel 2002, con regia di Sonia Prezioso e interpretazione di Ottavia Piccolo.
Attualmente sta partecipando come elaboratore d’immagini alla realizzazione dello spettacolo Nelle Spire della Draco che, ispirato al libro Il Corpo della Dea di Selene Ballerini (peraltro pure regista e sceneggiatrice della versione teatrale) e interpretato dalla Compagnia PanSophica (un’emanazione dell’Akkademia omonima), ha debuttato al San Martino di Bologna sabato 4 marzo 2006.
Roberto Negrini e la sua filiazione Luciferiana degli illuminati (OTO-FHL) sono legati sia alla Loggia Monte Carlo della P2 del Fratello Giunchiglia, sia alla mitica sede di Bologna dell' Opus Dei ovvero Villa Leona dell'amico e Fratello Carlo Maria Baserga. Carlo Maria e' un importante personaggio dell'Opus Dei che al momento e' coinvolto nella grande opera di rimodernamento del porto di Genova condotto dall'Opus Dei.
Carlo Maria Baserga in realta' non prende molto sul serio gli illuminati o la Massoneria (in cui e' stato tra l'altro iniziato) ma li usa per i propri scopi da buon businessmen nordista. Egli ritiene giustamente tutto questo mondo di vane glorie e patacche varie un teatrino inutile, ma nel frattempo e' un fedele servo dell' Opus Dei e di Santa Madre Chiesa con cui lavora ai massimi livelli. La figlia di Carlo Maria Baserga una devotissima dell'Opus Dei e iniziata anche lei alla Massoneria, ha detto di recente che il Papa' sarebbe la TV e la voce di Dio (poveri noi...).
In un colloquio segreto che si e' tenuto a Villa leona nell'Estate 2005 con il Fratelllo Roberto Negrini Gran Maestro degli illuminati di Bologna , il Fratello Baserga ed io abbiamo offerto al Negrini una posizione da Cardinale nella Chiesa Cattolica del nuovo millennio, anche perche' gli abbiamo detto che il teatrino Vaticano si adattava molto alle suo modo di essere e al suo credo AntiCristiano ecco perche' tutti gli infedeli lavorano con il Vaticano.
Khaled Saifullah Khan
 

"S'io fossi Satana..." di Gian Carlo (10/26/2006)

“S’io fossi Satana…â€

Ci sarebbe di che divertirsi, parafrasando il famoso Cecco; ed essendo tale, in quanto ex puro spirito, avrei conservato un certo senso dell’umorismo, mi muoverei con disinvoltura nel tempo e nello spazio e avrei memoria di tutto, dal primo vagito del bipede implume alle ultime, allarmanti grida di aiuto provenienti dalla purezza umana calpestata dalla iniquità massonica con annesso anatema “usque ad finemâ€.
Forse c’è bisogno di questo. Che sarebbe Topolino senza Gambadilegno?
Ci vuole l’antagonista, soprattutto ora che il comunismo non fa più paura (la fame, la sopraffazione, l’idiozia, ci sono sempre state e non sono scomunicabili) ed eccotelo servito su un piatto d’argento.
C’è bisogno di tenere alta la tensione, sennò la fede può vacillare, anche se tutto, cioè ogni cosa, dacché vive è in movimento, ovunque, sia sul piano fisico che su quello mentale e spirituale.
Tutto si evolve, si modifica, si “storicizzaâ€, per alcuni ciò vuol dire che migliora, per altri c’è il rischio del baratro. Così fu in ogni tempo, ne seppe qualcosa Socrate, poi Giordano Bruno, poi Galileo e tanti altri, meno illustri, ma non per questo meno perseguitati e martoriati.
Ma, s’io fossi Satana, farei in modo che l’uomo spendesse bene la più grande moneta che ha: la Stupidità, duttile e fertile come nient’altro. Anche perché, da Satana, mi farebbero sbellicare dalle risa le parole autorevoli di Leone XIII: “Orrende e mostruose opinioni levano la testaâ€.
Sogghignerei soddisfatto nel constatare che questa mediocrità umana, non avendo il coraggio di ammettere di nutrire “dentro†di sé sia il Bene che il Male, quindi di essere artefice (come sostenevano quei rozzi pagani dei Romani) della propria Fortuna, crea il mostro permanente e non riflettono, quei bravi ragazzi, che il Male agisce in maniera diversa. Non è mai esplicito né dichiarato; è subdolo, è suadente, è accattivante, è mansueto, è simpatico, è goliardico, ed ha sempre delle apparenti giustificazioni morali, anche al massimo dell’immoralità.
Non è forse per questo che la più precisa definizione del demonio, secondo le Scritture, è “Ingannatore�
Che bisogno c’è di sguinzagliare le logge all’insegna diabolica, c’è già tanta gente dabbene che ammazza in nome di Dio! C’è anche tanta gente che aiuta, che sfama, che consola, che spende i suoi soldi, pochi o molti, in Africa, per dare agli altri l’acqua; e magari non sa o non si chiede perché lo fa: “Sente†che deve farlo e basta.
Quando ci si allontana dall’Uomo, si perde di vista Dio, per conto del quale pullula uno sciame di rappresentanti, su questa terra, dimentichi del fatto che quel rapporto è diretto: se c’è passa, si trasmette, si moltiplica, in maniera diretta. Fortunato, chi sa percepire il Silenzio.
In questa valle di lacrime e di lucro, per troppi, non c’è altra SpA che abbia ottenuto, investendo poco, il massimo del profitto, come la Chiesa Cattolica, attraverso il confessionale, con la speranza del Paradiso e la paura dell’Inferno.
AUGURI
Gian Carlo
 

da il Giornale del 23 Settembre (10/26/2006)

Il Giornale 23 settembre 2006
Tavaroli: non rendevo conto a Tronchetti - di Gianluigi Nuzzi -
L’ex capo della sicurezza: «Dipendevo dall’ad Buora e agivo solo su incarico dei dirigenti del gruppo. Indagammo sui dipendenti per paura d’infiltrazioni Br»
Gianluigi Nuzzi

da Milano
«Non sono una scheggia impazzita di Telecom. Soddisfavo le richieste dei vari dirigenti, come il capo dell'ufficio personale e dipendevo da Carlo Buora, amministratore delegato della società e non da Marco Tronchetti Provera. Non ho mai agito in autonomia, di mia spontanea iniziativa». Giuliano Tavaroli vuol dire Telecom, Buora e chi sa chi altri ancora. Tre ore di interrogatorio e l'ex capo della sicurezza del gruppo telefonico in carcere da mercoledì, respinge tutte le accuse. Assistito dal penalista Massimo Dinoia, rivendica di aver agito esclusivamente nell'interesse di Telecom-Pirelli. E tira in ballo le Brigate rosse per giustificare quei controlli a tappeto disposti su migliaia di operai e impiegati che ambivano a essere assunti da Pirelli e da Telecom.
«Ebbi l'incarico dal direttore del personale Pirelli - mette a verbale Tavaroli - subito dopo l'omicidio di Massimo D'Antona. Si temevano infiltrazioni delle Brigate rosse. Tra l'altro era stato ritrovato un volantino delle Br in una cabina telefonica vicino all'azienda». Situazione fotocopia, assicura Tavaroli, per i controlli sui candidati Telecom: «Anche queste verifiche avvengono subito dopo l'omicidio del professor Biagi a Bologna». Che poi Cipriani attingesse i dati da banche dati riservate, corrompendo forze di polizia infedeli, Tavaroli dice di non saperne nulla: «Io gestivo 150 milioni di budget all'anno per la sicurezza. Qui parliamo di 20 milioni di euro in nove anni». Come dire: vicende marginali. «Non seguivo ogni singola pratica, i dirigenti di Pirelli prima e di Telecom poi chiedevano notizie ai miei manager che agivano in autonomia». Ma quali manager? Tavaroli indica i capi del personale che si sono succeduti: «Mi evidenziavano la necessità di compiere indagini sui candidati e io delegavo i miei dipendenti che gestivano in autonomia le pratiche». Tra chi bussava alla sua porta, Tavaroli indica anche il capo dell'audit Armando Focaroli: «Ogni tanto mi chiedeva delle pratiche». L'indicazione non è casuale. Focaroli infatti aveva messo a verbale che non poteva compiere i dovuti accertamenti interni per l'autonomia gestionale di Tavaroli che «riferiva direttamente al presidente». E a questo punto ha indicato Buora: «Ci sono delle imprecisioni. Io dipendevo da Buora e non dal dottor Tronchetti Provera».
La difesa si gioca quindi in tre mosse. Negare ogni accusa scaricandola sui sottoposti che lavoravano con gli 007 privati di Emanuele Cipriani. Sostenere quindi che ruolo e incarico erano organici a manager e strategie del gruppo. Indicare in Valente e Lambiase i dipendenti Telecom che pagavano le fatture estero su estero per la Polis d'Istinto di Cipriani e che saldavano le fatture (false) emesse dalla struttura dell'amico di infanzia. Anche lui è stato sentito e ha confermato quanto sostenuto nei precedenti interrogatori. «Sta spiegando tutto», taglia corto il difensore Vinicio Nardo. Su di lui emergono anche altri particolari. Cipriani per poter utilizzare dei conti correnti a Montecarlo, spostare quindi soldi da un conto corrente alla Barclays Bank di Londra alla Abc Banque International de Monaco, aveva un domicilio nel Principato che corrisponde a quello della nuora del venerabile Licio Gelli, moglie di uno dei due figli del capo della loggia Propaganda 2. Uno spunto approfondito: il gip Paola Belsito nell'ordinanza sostiene che «Cipriani gode di importanti conoscenze in ambito massonico». Quanto ciò sia rilevante e non suggestivo ancora non si capisce. Di sicuro quei 13 milioni di euro di Cipriani sequestrati all'estero sono stati bloccati al momento giusto. L'investigatore privato li stava per trasferire a una fondazione nel Liechtenstein.
 

SECRET TEACHINGS OF THE FRENCH P2 ILLUMINATI RING LEADER JEAN PIERRE GIUDICELLI (10/26/2006)

NOTE OF THE AUTHOR OF THIS WEB SITE:
ILLUSTRIUS FRENCH BROTHER JEAN PIERRE GIUDICELLI IS ALSO INVOLVED WITH GINO SANDRI ( SECRETARY OF THE LATE PLANTARD SINCLAIR) IN RUNNING THE SO CALLED PRIORY OF SION OPERATION, A FRENCH RIGHT WING INTELLIGENCE NETWORK FOR VICHI SUPPORTERS AND CATHOLIC LEFEVRE FANATICS PILOTED BY GLADIO AND THEIR P2 ILLUMINATI MASTERS UNDER JESUIT CONTROL. JEAN PIERRE GIUDICELLI IS ALSO A CLOSE FRIEND OF JESUIT PUPPET MASTER MASSIMO INTROVIGNE.
Préface 11
Introduction 17
Avertissement 21
Des diverses alchimies 27
Les voies extérieures 33
Les courants rosicruciens et hermétistes 45
Ordres actuels ayant un rapport avec une ou plusieurs voies alchimiques 59
Les Arcana Arcanorum 66
Précisions sur les rites de Memphis et Misraïm 77
Gnostiques et Rose + Croix en Corse, une permanence de la Tradition 81
Un Ordre mystérieux, les Frères Ainés de la Rose + Croix.. 95
Graal et Alchimie ou les voies développées 101
La Doctrine du corps immortel 103
La voie des sons 117
La voie secrète ou le réel Art chimique 123
Ibis - cinquième proposition 131
L'aide des Dieux ou des Anges de Lumière dans la quête .... 139
Ésotérisme, Tradition et Franc-Maçonnerie 143

Gnosticisme et initiation 151
Ésotérisme, paganisme et religions 157
Les femmes, ésotérisme et chevalerie, histoire d'un faux problème 167
Conclusion 173
Appendices: 181
1 - Histoire secrète du Pythagorisme 181
2 - Giuliano Kremmerz et la « Myriam » 183
3 - La voie alchimique féminine dans le Taoïsme en Chine 187

Préface
Alchimie... Rose-Croix... deux qualificatifs étroitement liés à l'histoire Traditionnelle de l'humanité. Si l'origine du premier remonte à la plus haute antiquité greco-égyptienne et lui est certainement antérieure, le second est d'émergence relativement récente bien qu'il associe deux symboles représentatifs de Traditions plus que millénaires.
Les Ordres qui, sous le vocable Rose + Croix, apparurent en Occident au xive siècle, héritiers de filiations prestigieuses', détenaient les clefs de l'Art Royal. Ainsi, depuis cette époque, l'histoire de l'alchimie tend à se confondre, du moins dans ses manifestations les plus extérieures, avec celle de la Rose-Croix. Malheureusement depuis la démocratisation et la modernisation pernicieuse de la société, qui fait tout pour abrutir l'individu, diluant son peu de conscience dans l'avoir quantitatif, de
1. Michel Maier précisa dans son Silentium post clamarens que les Rose-Croix étaient les successeurs des Collèges Brahmanes Indous, des Égyptiens, des Eumolpides d'Eleusis, des Mages de
Perse, des Gymnosophites d'Éthiopie, des Pythagoriciens et des Arabes.

nombreuses spéculations, fruits des échecs répétés de chercheurs déçus, se sont greffées sur ce courant. Face à ce verbiage chaotique, qui relève plus d'une logorrhée mentale que du désir d'intégrer une connaissance Traditionnelle, les collèges R+C s'occultèrent, se cachant parfois dans les structures initiatiques que nous connaissons aujourd'hui.
Totalement asservi par la matière, soumis à ses illusions, et croyant échapper à cet esclavage pesant, l'humain en vint même à inventer les théories fumeuses de l'alchimie dite spirituelle. Mais de solve en coagula abstraits et moribonds, il ne fit que flatter et renforcer son ego, s'éloignant encore un peu plus du but qu'il s'était fixé...
Heureusement, ce livre présente le témoignage d'un Collège détenteur des Arcanes Majeurs, non pas qu'il se soucie des opinions humaines dont il n'a que faire, mais parce que le monde est parvenu à un tel point de confusion que peu de chercheurs sincères pouvaient espérer encore appréhender un des fils de la Toison d'Or. La Quête est suffisamment ardue en elle-même pour ne pas avoir à se débattre avec les interprétations dérisoires des philologues de l'Ésotérisme qui, surtout s'ils n'ont pas les compétences nécessaires, s'emploient à étaler sur le papier leur propre confusion, ajoutant leur désarroi à celui du lecteur. Soyons donc reconnaissant à M. Jean-Pierre GIUDICELLI de CRESSAC BACHELERIE qui, ayant impétré la plupart des filiations justes et vraies2 et pos
2. Vraies c'est-à-dire Réelles, ayant dépassées les contingences humaines.

sédant toutes les qualifications nécessaires, a bien voulu préciser ici quelques points essentiels de la Quête alchimique et entrebâiller certaines portes.
Dans cette étude, le lecteur trouvera beaucoup d'indications utiles, trop même reprocheront certains souffleurs arguant du secret et du fait qu'ils ont cherché pendant de longues années, et parfois avec succès, les clefs que l'auteur donne ici. Mais c'est oublier que les impératifs liés à la conquête héroïque de l'Arbre de Vie sont tellement éloignés des préoccupations de l'humain moyen que pour beaucoup le Verbum ne se fera pas chair. En effet, le prix à payer est bien souvent lourd, le quêteur croyant tout perdre, mais en fait ce ne sont que ses propres fantômes qui se dissolvent dans l'unité retrouvée. Au-delà de l'ego il n'y a rien à perdre'.
La Quête commence là où la volonté est suffisamment forte pour quitter le courant vulgaire, mais puissant, de l'identification et de la soumission aux désirs et instincts, grands dévoreurs de substances fines. Il faut donc s'évertuer à se rapprocher de l'Axe vertical afin que le « Dieu subtil » qui réside en nous puisse se faire entendre, car les lois occultes échappent à la logique commune du mental analytique.
Développant l'axiome alchimique selon lequel la Nature est vaincue par la Nature4, ce livre est avant tout
3. L'ego peut être considéré comme un complexe mouvant de petits « moi » qui naissent et meurent au gré des événements extérieurs, ce n'est que la persistance mémorielle et la rapidité des
changements qui donne l'illusion d'un moi stable et unique.
4. Fermicus disait : « La Nature se réjouit dans la Nature, la Nature conquiert la Nature, la Nature domine la Nature. »

le livre des substances car la rédemption doit se faire par la matière qui est Dieu se manifestant. L'auteur rend ainsi
à l'alchimie sa signification originelle, en rappelle les deux aspects, Wouei Tan et Nei Tans, et précise leur complé
mentarité : le travail sur la matière extérieure à l'homme n'est pas une fin en soi mais une étape de l'alchimie
interne du Corps de Gloire6. L'Art Royal permet donc
de déclencher et maîtriser le processus créateur des substances qui forment ce Corps Solaire et Christique, que
KREMMERZ définissait comme un principe intellectif participant à la vie universelle'.
Le dernier mérite de ce livre, et non le moindre, est de rappeler que la Tradition est Une et que ce sont les hommes et les circonstances qui sont multiples. L'alchimie
a de tous temps répandu son message universel, qui fit dire à PAUL dans son épître aux Éphésiens (5-14)
Éveille-toi, toi qui dors,
Lève-toi d'entre les morts
et sur toi luira le christ8
5. Wouei Tan = Alchimie externe, Nei tan = Alchimie interne.
6. D'ailleurs en Inde le Mercure (une des matières de l'ceuvre externe) est appellé : celui-qui-confère-le-passage-dans-l'autremonde.
7. G. Kremmerz « Introduction à la Science Hermétique », Éd. Axis Mundi.
8. Cette universalité de la Tradition qui a toujours su «chevaucher le Tigre » se retrouve aussi d'une manière saisissante chez le Soufi Ibn Sab'in qui considérait « Hermès (= Idris) comme le premier philosophe spiritualiste, qui a démontré que l'âme était une substance autonome, indépendante du lieu, en la faisant sortir hors de son corps durant sa vie : lors de son ascension (raf), grâce à son ascèse » (in « La révélation d'Hermès Trismégiste », Éd. des Belles Lettres).

Ce message est parfaitement illustré par la légende rapportée par ZOZIME : « Certains Anges s'étant épris de femmes trahirent les secrets de la Nature en apprenant aux hommes les signes magiques, les propriétés des racines, des métaux, des arbres. » TERTULLIEN mentionna aussi que les Anges enseignèrent aux hommes « l'art de teindre les Toisons ». M. GIUDICELLI de CR.ESSAC BACHELERIE nous rappelle, par ailleurs, que les voies de l'alchimie interne ne sont révélées qu'à celui qui a suffisamment développé l'Hermès en soi, ce qui donne toute sa signification à cette légende.
En effet, c'est bien l'Ange-gardien (ou Hermès) qui enseigne à l'homme les secrets de l'alchimie. De cette union (l'accouplement de l'Ange-Hermès avec la FemmeNature) naîtra la race des Titans, des Héros dont il est dit qu'ils sont les Seigneurs des hommes et des Dieux.
Le Corpus Hermeticum précise (X-24) : « Bien plus ne craignons pas de dire la vérité, l'homme véritable est audessus des Dieux ou tout au moins égal à eux. » Le Héros est celui qui a dépassé la Nature et qui apparaît dans un Corps de Lumière, échappant à la fatalité, libre de l'esclavage, de l'illusion et de l'identification: « Ils n'ont plus besoin de nourriture, ne souffrent plus de soif, échappent à la perception » (ENOCH XV, 2).
EVOLA écrivit à ce sujet : « Selon l'enseignement initiatique, l'état suprême est au contraire au-delà soit de l'être soit du non-être ; dans le mythe cosmique des cycles, dans cet état indifférencié identique à la transcendance absolue, même le Dieu personnel et tous les cieux sont résorbés au moment de la grande dissolution (ou incendie cosmique). L'extrème perfection de l'oeuvre, réalisée lors-

que la Terre a été entièrement dissoute et qu'on s'est uni au Venin, signifie avoir atteint cette limite extrême tout en restant actifs. Alors il n'y a plus de résorption possible. L'initié royal, vêtu de Rouge, est un vivant qui dure et est aussi là, ou aussi quand, dans le mythe cyclique - les mondes, les hommes et les dieux disparaissent9. »
Il ne nous reste plus qu'à conseiller au lecteur de lire et relire cet ouvrage et surtout d'expérimenter les voies qui sont indiquées car « l'expérience est la grande Maîtresse, parce que sur la base des résultats prouvés, elle enseigne à celui qui comprend, ce qui peut mieux le conduire au but » (ZOZIME). Dans l'Univers il n'y a pas d'échecs, il n'y a que des expériences.
Michel MONEREAU
9. Julius Évola : « La Tradition Hermétique », Éditions Traditionnelles.

Introduction
Dans une époque de confusion, telle que celle que nous vivons, condensé du Kali Yuga dans ses derniers soubresauts, apparaissent néanmoins plusieurs signes clairs d'une reprise du désir de CONNAISSANCE.
Comme il arrive toujours, à la charnière de deux époques, une qui touche à sa fin et l'autre qui s'annonce, il se produit un pullulement déréglé d'organisations qui s'autodéfinissent traditionnelles et initiatiques, tandis qu'elles confondent la Tradition avec les coutumes et doctrines récemment apparues et l'Initiation avec quelques cérémonies scénographiques de réception.
Puisque le désordre et la confusion pèsent, il sera nécessaire de faire le point, de s'assurer des doctrines et lignes authentiquement traditionnelles et, en même temps, de traiter comme elles le méritent, toutes les organisations néo-spiritualistes et modernes ainsi que celles qui furent à un moment traditionnelles et sont maintenant dénaturées par les réformes, et tombées dans la banalité.
De cette nécessité d'éclaircissement naît ce livre, qui

est le fruit d'une recherche sérieuse, fidèle et engagée, qui
éclaircit, pour ceux qui veulent avec un coeur pur, entreprendre la voie du réveil de la Divinité qui dort dans les profondeurs de l'homme, lignes et voies de la Tradition que les Grands Maîtres du passé nous ont transmis depuis la nuit des temps.
La Tradition, même si diversifiée dans les formulations des différents peuples est UNE et Sacrée, et personne ne peut se permettre de la modifier sans commettre un sacrilège et encore moins de l'inventer selon son bon plaisir. Elle nous a été donnée et ne peut être changée.
Ce livre, dans lequel Jean-Pierre GIUDICELLI de CRESSAC BACHELERIE a transmis son désir ardent de clarté dans un domaine aussi important, évoque, en exposant leurs doctrines, les grands esprits guides de l'humanité ; lesquels sont toujours présents pour éclairer avec leurs sacrifices le difficile chemin de l'Initiation.
Ce livre aura certainement la fortune qu'il mérite, mais plus encore de fortune auront ceux qui le rencontreront sur leur chemin et le méditeront avec un coeur pur.
Sebastiano CARACCIOLO 330 90° 97° S:': I:: I Souverain Grand Hiérophante Général de l'Antique et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis.

Aujourd'hui, aujourd'hui, aujourd'hui,
Ce sont les noces du roi ;
Si tu es né pour y prendre part
Élu par Dieu pour la joie,
Va vers la montagne
Qui porte trois temples.
Cependant prends garde à toi,
Examine-toi toi-même
Si tu ne tes pas purifié assidûment,
Les noces te feront dommage.
Malheur à celui qui tarde
Et malheur à celui
Dont l'esprit manque de poids.
SPONSUS et SPONSA (Le Fiancé et la Fiancée).
Si le pauvre genre humain
Voulait ne pas se révolter,
Il recevrait beaucoup de biens
Dune véritable mère ;
Mais refusant d'obéir,
Il reste avec ses soucis,
Et demeure prisonnier.
« Les Noces Chymiques de Christian Rose + Croix » de Valentin ANDREAE

Il n'est rien dont l'homme ne soit aussi fermement convaincu que d'être éveillé, en réalité il
est captif d'un filet de sommeil et de rêve qu'il a confectionné lui-même.
Gustave MEYRINCK « Le Visage Vert »
Avertissement
Nous avons écrit ce livre pour quelques lecteurs capables de se livrer à une recherche sérieuse sur les traditions les plus fermées. Ainsi avertis dans une époque de confusion, ils pourront peut-être découvrir un des filons qu'ils pressentaient. Les,..cercles~ tiaticuues ordres divers sont fort nombreux les f ations traditions çixs so~,pt,,,par contre rares fe e_çsaarfois escamotées derrière tout un assembi4ge, de structures diverses. Insaisissables historiquement, elles connaissent les autres, mais ne sont pas connues ni même soupçonnées, qui a assez d'HERMÈS en soi les rencontre ou les retrouve, malgré le prix à payer. Leurs secrets ne tiennent pas de la jalousie de caste, comme le pensent quelques petits curieux plus proches dans leur esprit des inquisiteurs que des nobles voyageurs.
Nous aurions pu donner bien plus d'indications, et aussi déranger divers cercles ou auteurs établis... Tel n'était pas notre but car tout ce qui converge vers la recherche libre et non sectaire nous convenait.
Le problème des filiations n'est pas réellement impor-

tant et ne concerne chaque fois que des secrets terminaux, la plupart des ordres initiatiques ne s'en préoccupent pas, et en fait, dans l'exotérique ou le mésotérique peuvent avoir encore plus d'efficacité que d'autres cercles extérieurs émanant de filiations indiscutables, mais peu adaptées à des extériorisations. Giuliano KREMMERZ en Italie, qui tenta de vulgariser la voie hermétique est un exemple, la MYRIAM fut ainsi une source de troubles. La voie ésotérique„ étant expérimentale, elle n'a ni vérités pré-établies, ni dogmes.
Quant aux filiations les plus internes, elles n'ont jamais eu de problèmes pour se perpétuer... Les traqueurs, les assoiffés des quêtes rudes et totales finissent par les découvrir, et souvent y mettent le prix, les maîtres de ces filiations n'ayant pas la manie des débordements affectifs et des réceptions mondaines et courtoises que certains attendent. Elles concernent des méthodes précises, une praxis initiatique rigoureuse, liée à un ou plusieurs secrets non extériorisables parce que dangereux s'ils étaient mis entre toutes les mains.
Dans ces voies, comme dans celle du BOJA YOGA, la connaissance sans la puissance n'est que plaisanterie. Non pas le pouvoir en tant que but, mais en tant que moyen de vérification. Méthode d'ascèse qui de facto ne pouvait être réservée qu'à ceux qui ne cherchent plus le pouvoir, ou qui n'en ont que faire, et ils sont rares ) et ses principes aristocratiques, au sens étymologique et platonicien du terme.
Ce livre est aussi une mise au point d'un collège dépositaire de filiations multi-millénaires dans leur essence, même si les formes extérieures restent anachroniques ou dépassées dans certains cas, nous avons tenu à ne parler que de ce que nous avons expérimenté et constaté après trente années de recherches et de quête inconditionnelle. La forme extérieure compte peu, le prince ou le mendiant selon les cas sont les dépositaires ; chaque fois il faudra une stratégie différente, mais cette dernière fait partie de la quête, et le chevalier ne juge pas le"1ïnricë pour lequel il se bat, notion d'éthique élémentaire, si incomprise à notre époque.
Les critères traditionnels resteront toujours les mêmes en ce qui concerne les alchimies, il est impossible d'en

changer car la porte est ouverte à l'imposture, au verbiage et aux impressions fumeuses. Ils sont doubles et immuables.
Sur la voie extérieure, la pierre au rouge transmutatoire est le seul moyen de vérification qu'un adepte puisse avoir, on ne peut rentrer dans le processus des divagations diverses surtout créées autour d'une voie où on parle d'aurore boréale provoquée par l'explosion de l'œuf, et toute une série d'autres faits des plus discutables, très en vogue à l'heure actuelle où l'aberration mentale s'ampli _ fie. Cette pierre pouvant être faite à partir de divers métaux selon les écoles, étant entendu que la voie la plus simple et la moins onéreuse est la plus intéressante.
Sur la voie interne, la création tangible d'un corps de gloire, corps de conscience coagulée, qui permet à l'adepte de monter au ciel de son vivant, lui donne ainsi la certitude de son immortalité. Le taoïsme, dans les écrits de certains maîtres, précise qu'il y a divers degrés d'immortalité, certains allant jusqu'à la maîtrise du corps physique. Mais notre propos n'est pas d'aborder des questions qui ne concernent que des adeptes terminaux, lesquels n'ont plus rien à voir avec l'alchimiste habituel, tant les divers constats de la pratique provoquent une conscience de plus en plus réelle et donc différente de celle de l'humain.
Il est ainsi indispensable de préciser que ces états de conscience sont aussi précis que le reste de la voie, ils n'ont rien à voir avec des états d'ataraxie mentale, ou émotionnels, ils sont liés au contrôle de la pensée, et concernent le regard OBJECTIF, conscience non parasitée par les productions de l'EGO. Conscience regardante

et non cogitante, verticale et non horizontale, PRÉSENTE et non oscillant entre le futur et le passé, bref conscience totale de l'HIC ET NUNC (ici et maintenant). Rien de commun donc avec le monde des impressions, de l'à-peu-près si en vogue dans les milieux spiritualistes contemporains, dits traditionnels, plus amateurs de verbiage et d'inféodation aux doctrines ahurissantes actuelles, que de recherche véritable, honnête, lucide, sur un sentier déjà difficile sans les obstacles des théories.
Il nous reste à souhaiter que la véritable race des seigneurs, éternels rebelles, amoureux fous d'un monde UN, puisse toujours éveiller les éléments qualifiés des jeunes générations afin qu'ils perpétuent à leur tour la voie de l'ÊTRE.

Des diverses alchimies
Les diverses définitions de l'alchimie et leur analyse nous conduiraient à des spéculations inutiles. L'intention de ce livre n'est pas de donner un aperçu de plus sur l'ART ROYAL, mais d'éclairer le lecteur sur la situation actuelle de certains filons traditionnels, d'examiner certains problèmes, et surtout d'indiquer un chemin, non par des révélations, mais par l'indication d'opportunités hermétiques qu'il devra explorer par lui-même, non par curiosité, mais avec un désir profond de connaissance.
Beaucoup d'auteurs actuels n'arrivent pas à comprendre que l'Hermétisme est par définition... hermétique ! Si un Ordre traditionnel pouvait être cerné par un historien, il ne serait plus ésotérique, surtout à une époque où le secret est bien plus difficile à protéger.
C'est LANZA DEL VASTO qui a le mieux défini la situation actuelle quand il écrit : « La conjuration des imbéciles, des charlatans et des Sages a parfaitement réussi.
Cette conjuration avait pour objet de cacher la vérité.
Les uns et les autres ont servi cette grande cause, chacun selon ses moyens : les imbéciles par le moyen de

l'ignorance, les charlatans par le moyen du mensonge, les Sages par le moyen du secret.
Les imbéciles ne veulent pas qu'on découvre la vérité. Ils soupçonnent d'instinct qu'elle les dérangerait. Si on la leur montrait, ils détourneraient les yeux ; si on la leur mettait dans la main, ils la laisseraient tomber... Si on les forçait au face à face, ils hurleraient d'horreur et courraient se cacher sous terre.
Les charlatans ne veulent pas qu'on découvre la vérité car elle ruinerait leurs artifices, empêcherait leur profit, étalerait leur honte.
Les Sages qui possèdent la vérité ne veulent pas qu'on la découvre. Ils l'ont tenue cachée pour quatre raisons
La première, c'est qu'ils savent que Savoir c'est Pouvoir, et veulent en écarter les indignes. Car le Savoir chez l'indigne devient malice, le Pouvoir danger public et fléau. C'est pourquoi les réserves de connaissance accumulées pendant des millénaires dans les temples d'Égypte demeuraient inaccessibles à celui qui n'était pas passé par tous les degrés des purifications et des épreuves. Plus tard, les philosophes inconnus, les nobles voyageurs, les alchimistes, se sont légués les restes du mystérieux héritage de la même manière c'est-à-dire de bouche à oreille, ou plutot par la presence et par l'exemple, en symboles et en énigmes, Y,et_ toujours_ sous le sceau du secie'ils ont vécu dans l'intimité des formidables puissances de la nature, ils se sont bien gardés d'en faire
part aux étourdis... 1. »
1. Extrait de la préface de Lanza Del Vasto au livre de Louis

Le terme Alkimia apparut au XIIie siècle sous sa forme latine. Il est probable que le mot chimie vienne du grec cheuma qui désigne tout ce qui peut être fondu. Mais qu'elle soit la chimie- de la terre noire : ALKHEMIA (chemia désignant la terre noire), ou l'alchimie de Dieu AL KIMIA, que des Anges l'aient communiquée aux humains, ou que ces derniers l'aient progressivement découverte à une époque où leur conscience était normale, c'est-à-dire moins pathologiquement analytique qu'actuellement, ne change rien à la question.
Le constat le plus extérieur que l'on puisse faire est que cet Art était connu de diverses civilisations, avec particulièrement deux berceaux importants : l'Égypte et la Chine ; mais le terme berceau ne serait-il pas plus heureusement remplacé par relais ou axe, car l'histoire est l'étude d'un phénomène, à travers le peu que l'on sait, et encore très extérieurement.
L'alchimie est en tout cas la voie de la transmutation, c'est-à-dire d'un processus d’accélération et de mutation ou modification d'une situation donnée, quel qu'en soit le règne.
Comme le dit le Maître LEHAHIAH dans sa préface à « Introduction à la Science Hermétique » de Giuliano KREMMERZZ : « Il existe et il a toujours existé un secret
Cattiaux « Le Message Retrouvé », édité par les amis de Louis Cattiaux (Bruxelles). Cette préface ne peut être donnée en entier du fait de sa longueur, mais il était indispensable de la citer partiellement.
2. « Introduction à la Science Hermétique » de Giuliano Kremmerz, Éditions Axis Mundi.

initiatique qui peut donner à l'homme la clef de son essence, déchirer le voile de son Être occulte et lui dévoiler la science de la vraie évolution. En possession d'un tel secret, l'homme devance les termes naturels de son ascension et en relation avec le vulgaire - intellectuel ou non - de son siècle, il peut apparaître comme un demi-dieu. Ce secret a toujours été jalousement gardé par les anciennes Théocraties... »
Cela explique bien entendu la responsabilité liée à un tel secret : toute matière n'est pas propre à subir un processus d'accélération et tout humain qui n'aurait pas les qualifications requises devrait être écarté de la praxis initiatique.
Pour ce qui concerne l'Occident, l'alchimie est d'origine égyptienne. Les autres alchimies occidentales sont des dérivés, en particulier l'alchimie hébraïque que MOÃSE, comme le rapporte PHILON LE JUIF, étudia en Égypte. (MOÃSE étant probablement un Égyptien, car CLÉMENT D'ALEXANDRIE précise que les prêtres égyptiens n'enseignaient cette science qu'aux enfants des rois ou à leurs propres enfants'.)
« L'art sacré des Égyptiens et la puissance de l'or qui en résulte, écrit ZOSIME, n'ont été révélés qu'aux juifs, par fraude, et ceux-ci l'ont fait connaître au reste du
monde4. »
Toutefois, bien que les preuves historiques manquent, on ne peut négliger l'existence probable d'une alchimie
3. Clément d'alexandrie, stromates, V, 7.
4. « Le premier livre de l'accomplissement » de Zozime le Thébain.

des Trois Règnes avec Magistères internes comme le rapportent certains druides. La tradition druidique de l'OEuf de Serpent renferme, comme le précise SAVORET, un des secrets majeurs du Sanctuaire, mais cet enseignement est resté très fermé et la plupart des Sociétés Celtiques actuelles n'en sont plus dépositaires, car il concerne surtout une alchimie interne.
Parallèlement à l'alchimie égyptienne, se pratiquait en Chine une alchimie dont les diverses voies furent mieux expliquées.
Dès le début de l'histoire de l'Art alchimique, on signale qu'il existe deux conceptions, certains adeptes travaillant sur la Pierre et réalisant transmutations et élixirs, d'autres travaillant au contraire sur leur propre corps physique et s'attachant à la réalisation d'un corps
d'immortalité.
Pour plus de clarté nous allons adopter la classification chinoise, qui distingue le Wouei-tan (voie du cinabre extérieure), qui consiste à travailler sur une matière

extérieure à l'homme (ici le sulfure de mercure), et le Neitan ou alchimie intérieure dans laquelle l'adepte se sert de son propre corps, tant pour les ingrédients que comme laboratoire. Il est évident que la pierre au rouge transmutatoire et les élixirs sont issus de la pratique de la voie extérieure, alors que la constitution du corps de gloire ou corps d'immortalité, ne peut s'obtenir que par les pratiques internes.
Comme de nos jours, il y eût très tôt trois écoles, l'une pratiquant le Wouei-tan, l'autre uniquement le Nei-tan, enfin quelques adeptes de la vieille Tradition alliant les deux.

Les voies extérieures

Nous allons aborder les « voies extérieures », qui utilisent un produit extérieur à l'être humain, métal ou plante, ce qui ne signifie pas que de bonnes dispositions intérieures ne soient necessaires.
Dans le Traité d'Alchimie et de Physiologie Taoïste de ZHAO BICHEN', Catherine DESPEUX écrit : « Le cinabre, ou sulfure de mercure, sous la forme d'une pierre rouge, est en alchimie chinoise la matière première de la Pierre Philosophale. En d'autres termes, le cinabre est le matériau de base de l'élaboration de l'or en alchimie externe, de la drogue d'immortalité en alchimie intérieure... »
Le terme champ de cinabre, qui désigne une partie du corps, apparaît plus tardivement ; pour citer encore le même auteur : « Ce n'est que vers le 11Ie-IVe siècle que l'on voit apparaître trois champs de cinabre distincts
1. Zhao Bichen « Traité d'Alchimie et de physiologie Taoïste ». Introduction, traduction et notes de Catherine Despeux, Éd. Les Deux Océans (Paris).

étagés dans le corps. Ce sont:' le champ de cinabre inférieur localisé au-dessous du nombril, le champ de cinabre médian au niveau du coeur, le champ de cinabre supérieur dans la tête ».
Il est certain que d'autres précisions pourraient être apportées sur la voie du cinabre mâle ou Yan tan (voie du cinabre extérieur), et sa différence avec ce qui a été qualifié de voie du cinabre femelle ou Yin tan où l'on utilise des substances végétales en absorption, en combinaison avec des pratiques internes surtout basées sur la respiration.
De même, à l'intérieur d'une voie existent des divergences. Si l'on prend par exemple la classification de KO CHANG KENG, nous pouvons distinguer trois méthodes pour l'alchimie ésotérique interne
• Dans la première, le corps est le plomb, le coeur le mercure. Dans ce cas, la méditation est le liquide nécessaire (l'eau), les lueurs de l'intelligence le feu.
• Dans la seconde, la respiration fournit le plomb et l'âme le feu. Il s'agit là d'états psychiques, ou de réactions émotionnelles qui produisent elles-mêmes des substances.
• Dans la troisième, le sperme est le plomb, et le sang le mercure. Ici les reins fournissent l'élément eau, et l'esprit le mercure.
La première est considérée comme pouvant être très rapide, remplaçant dix mois de gestation par un battement de paupières.
En Égypte, la voie du mercure est souvent évoquée. DIOSCORIDE qui étudia à Alexandrie précise

« D'aucuns affirment que le mercure est un constituant des métaux. » Et si ÉPICTÈTE dit : « Le pouvoir du vrai bâton d'Hermès réside dans le fait qu'il change en or tout ce qu'il touche », il sait qu'il s'agit du mercure.
Le chaînon le plus ancien entre l'alchimie grecque et l'alchimie arabe, le Livre de Crates, contient trois songes. Dans le deuxième on précise que dans le sanctuaire de Phta se trouve une idole de Vénus qui tient en main un vase duquel coule de l'argent liquide... Il s'agit là du premier mercure ou vif-argent. Dans la suite du même songe, quand le rêveur voit une femme d'une grande beauté qui ressemble à l'idole de Vénus, qui détache sa ceinture d'or incrustée de deux pierres, l'une blanche l'autre rouge, on souligne que sur ces deux pierres sont sertis deux morceaux de soufre. Ainsi sont définis les constituants de la Matière Première de l'OEuvre et son aboutissement : la Pierre au blanc et celle au rouge.
Certains auteurs occidentaux rejoignent cette conception. Dans le « Livre de la Philosophie des Métaux », LE TRÈVISAN écrit : « Mais le soufre et vif-argent sont appelés la propre et première matière des métaux. »
Comme le précise Wilhem GANZENMULLER2: « La théorie du mercure simple fait son apparition dans la nouvelle pierre précieuse de PETRUS BONUS (1330). La séparation entre les deux théories se fait jour dans différentes oeuvres du xlve siècle ; ainsi, le "De magni Lapidis Compositione" expose en principe que le composant originel de tous les métaux est formé d'un liquide
2. W. Ganzenmuller : « L'Alchimie au Moyen Age », Éd. Aubier (Paris 1910).

sec appelé vif-argent et d'un esprit appelé soufre. Il renvoie pour plus de détails au IVe siècle de la Météorologie d'ARISTOTE, au livre d'ALBERT LE GRAND sur les Minéraux et à la Somme de GEBER. Ce dernier dit que le principe essentiel des métaux est une vapeur très fine de vif-argent et de soufre qui, par notre Art, naît de ces deux corps. Beaucoup de philosophes prétendent qu'on peut créer cette fumée sans l'aide du soufre, mais cela revient au même, car le vif-argent contient, par sa nature, le rouge soufre. »
Au sujet de cette Materia Prima pour la voie métallique ou extérieure, il existe une querelle inutile. Si beaucoup de voies exprimées (Taoïste, Égyptienne, Indienne) partent du mercure3 ou du cinabre, il reste évident que d'autres sulfures (sulfure d'antimoine, de plomb, etc.) peuvent conduire à la Pierre au Rouge. Basile VALENTIN ne précise-t-il pas que l'antimoine est le « Loup Gris des Philosophes ». Il faut noter cependant à ce sujet que pour ARTEPHIUS, l'antimoine est « notre vinaigre », de même que DOM PERNETY écrit que « c'est l'eau céleste qui nettoie, purifie et lave ».
3. Certains prétendent que les alchimistes, par soufre-sel-mercure, parlent des trois principes, ce qui est exact car Paracelse précise dans son « Traité des Trois Essences Premières »
- « L'un est une liqueur, c'est le Mercure - L'autre est une oléité, c'est le Soufre
- Le troisième est un Alkali, c'est le Sel. »
Chaque découverte expérimentale donna lieu au cours de l'histoire à des extensions sur des corps analogues. Mais la voie du « sable rouge » et du mercure métallique est évoquée sans ambiguïté à un
moment de l'histoire alchimique ; les voyages de certains princes à la recherche de l'immortalité sont révélateurs.

On constate d'entrée qu'il n'est pas difficile de démontrer une chose et son contraire selon les partisans d'une voie ou d'une autre. Pour citer un exemple précis : quand un auteur écrit : Mars attaque le Loup Gris, un alchimiste de la voie de l'antimoine dira que cela signifie que le fer (Mars) attaque l'antimoine (Loup Gris), donc qu'il faut d'une certaine manière utiliser du fer et de l'antimoine. D'autres comme nous l'avons vu précédemment, pour lesquels l'antimoine est leur eau, considéreront que le Loup Gris est le mercure, et Mars le soufre rouge qui va donc attaquer le mercure et provoquer la mondification par l'action de l'eau céleste. Cette incompréhension apparaît d'autant plus grande que certains textes concernent des voies internes, comme nous le montrerons dans d'autres chapitres.
Il existe une voie de la stibine (sulfure d'antimoine), liée à un vieux courant qui fût plus accentué au xxe siècle avec les travaux de CANSELIET et de toute une école qui reste sur ses positions, lesquelles sont parfaitement légitimes si on considère certains textes traditionnels comme ceux du Sieur de GRIMALDI, médecin du roi de Sardaigne, qui donne dans un luxe de détails la voie du Loup Gris. Ce qui n'empêche pas cette voie très complexe qui part du fameux Régule, et qui demande force chaleur et de nombreux ingrédients, d'être intéressante par l'attention qu'elle porte à l'esprit universel et à la manière de le capturer.
Une étude approfondie des textes et une longue pratique avec constat des résultats, discussions avec de nombreux adeptes, nous la font considérer comme une de plus complexes, et comme support d'un autre ensei-

gnement et d'une autre voie plus secrète qui n'apparaît pas encore à certains des adeptes actuels, trop ahuris par de soi-disant maîtres. Comme nous ne le répéterons jamais assez, sur la voie extérieure le seul critère est la Pierre au Rouge transmutatoire, et non pas quelques vagues transmutations exécutées à quels frais avec la méthode du particulier... !4
Sur les voies extérieures nous ne citerons pas les autres aspects, particulièrement ceux de la voie du plomb évoquée par un vieux sixain
Il est une partie dans l'homme Dont le nom six lettres consomme. Si tu y vas un P ajoutant Puis l'S en M permutant Tu trouvera sans nul ambage Le vrai nom du subject des Sages.
Basile VALENTIN dans « Le Dernier Testament » précise l'importance de Saturne : « Prenez de la céruse blanche ou du minium rouge ou du plomb jaune, c'està-dire de la litharge. »
Nous ne traiterons pas des voies utilisant le phosphore, mais il est certain qu'on ne peut négliger les voies toujours extérieures, liées à une substance universelle qui
est trouvée en tous lieux, en tous temps et chez toute
personne, de laquelle on peut extraire un archéus, d'un intérêt majeur, à condition que cette matière soit issue de
4. Il s'agit de procédés parallèles à la voie alchimique pour obtenir ces transmutations, en général on parle du particulier à propos de Blaise de Vigenere, auteur du « Traité du Feu et du Sel », Pans 1618.

l'union du ciel et de la terre, c'est-à-dire riche en nitre. Dans d'autres voies cette Matière Première joue un autre -rôle, devenant un des sels, ou dans d'autres cas un constituant actif de l'eau qui ne mouille pas les mains, dans une voie interne très secrète elle est cependant MATERIA PRIMA. La séparation qu'en font certains alchimistes en quatre éléments relève cependant de décisions gratuites toujours liées à un mental analytique, encore qu'ils soient sur une piste intéressante. La voie de l'eau (sous forme de neige ou de rosée car elle doit être riche en nitre) peut servir pour les voies internes comme celle du mercure (qu'il soit traité à travers le cinabre ou seul, à l'aide de plantes). On retrouve curieusement cette situation d'un sel qui peut devenir Matière Première, dans d'autres voies, cas de la salive humaine par exemple.
Ainsi nous ferons nôtres, en conclusion, les affirmations de trois alchimistes avertis, SYNESIUS, ARTEPHIUS, et Nicolas FLAMEL. Ce dernier écrit : « Les philosophes n'ont couché sur le papier leurs conceptions que pour ceux qui en connaissaient déjà les principes, lesquels ne se trouvent dans aucun livre car ils appartiennent à DIEU, qui seul le révèle à qui bon lui semble, ou bien les fait enseigner par la bouche d'un Maître selon la tradition. » L'alchimiste SYNESIUS, après avoir répété que les philosophes parlent de manière à n'être compris que de ceux qui possèdent la sagesse, dit alors : « Ils ont toutefois indiqué dans leurs oeuvres une certaine voie et prescrit certaines règles grâce auxquelles un Sage peut comprendre ce qu'ils ont écrit occultement et parvenir au but qu'il se propose, même s'il s'est fourvoyé dans quelqu'erreur ainsi que cela m'est personnellement arrivé. »

ARTHEPHIUS confirme ces points de vue : « Est-ce qu'on ignore que notre Art est un Art cabbalistique ? C'est-à-dire à ne transmettre qu'oralement, et qui est plein de mystères ? Pauvre imbécile ! Seras-tu assez ingénu pour croire que nous t'enseignons ouvertement et clairement le plus grand des secrets ? Je t'assure que celui qui voudra expliquer avec le sens ordinaire et littéral des mots, ce que les philosophes écrivent, se trouvera pris dans les méandres d'un labyrinthe duquel il ne pourra s'échapper parce qu'il n'aura pas le fil d'Ariane qui le guidera pour en sortir. »
Il existe cependant des constantes qui concernent l'ensemble des voies extérieures
1) La Materia Prima, certains diront plus exactement une Matière Première. Si on considère que la Materia Prima est la substance noire universelle qui permit la manifestation, ISIS, la Vierge Noire, est le symbole de cette substance très dense par rapport à la matière de notre univers qui est un véritable trou.
2) Les sels ou un sel selon les voies.
3) Les étapes de l'(Euvre (séparation, solve, coagula blanc, coagula rouge, multiplication, transmutation) pour la voie du cinabre.
4) La Pierre philosophale qui est rouge, quelles qu'en soient les variantes, et fusible.
Mais quels sont les éléments clefs de la voie du cinabre ?
Pour les orientaux, il s'agit du cinabre extérieur, Wouei tan
1) Préparer, à l'aide de ce que nous foulons aux pieds, notre sel, en prenant bien soin que notre végétal soit bien

ancien, car le chaos est multiple, et précisé sans équivoque par GEBER, JEAN XXII et PARACELSE.
2) Séparer les constituants de la Matière Première sans feu vulgaire, mais avec le feu secret, est l'un des aspects majeurs de la manipulation circulaire ou périphérique.
3) Entamer l'(Euvre au Noir, à ce sujet beaucoup de voies du Mercure commencent directement par ce stade, les adeptes savent pourquoi. Mais le problème réside dans la vie du soufre et du mercure qui ne doivent pas être brûlés par le feu vulgaire, utilisé seulement dans certaines voies extérieures plus récentes dans l'histoire.
Les matières constituantes dé l'(Euvre doivent créer les mondes par le mouvement féminin horizontal circulaire et masculin axial vertical, puis noircir sous l'action des divers feux, sans oublier le Feu Céleste.
Quand la Couronne du Sacrifice apparaît, aller à la pêche au filet et couper la tête du Corbeau. Parfois certains inversent.
4) Travailler Coagula en saison sèche.
5) Procéder à l'Albification sans omettre la Barbe de l'Éternel.
6) Commencer l'(Euvre en Rouge progressivement en ne poussant le feu que vers la fin.
7) Multiplier trois fois, transmuter et préparer les élixirs.
8) Ingérer, aux équinoxes et solstices, l'Élixir de longue vie, manger et faire des opérations de la voie interne à l'aide d'objets en or de transmutation.
9) Utiliser la Pierre dans l'OEuvre interne (alchimie du

Nei tan), non seulement comme régénérateur mais dans son rôle efficace pour la Separatio, séparation du corps embryonnaire, ce pourquoi elle était faite réellement, car le fait de promener du mercure purifié sur l'œil de la main (centre de la paume), produit cette separatio.
Le mercure est ainsi un pont dans l'Univers. Si on recherche une relation entre le minéral et l'animal, elle pourrait passer par cette substance, il ne faut pas oublier que dans certaines alchimies secrètes du Cachemire, l'alchimiste extrait son sperme qu'il remplace par du mercure métallique purifié.
Des alchimistes de la voie extérieure ont pu constater le rôle de pont du mercure au niveau physique, et la possibilité d'interférence avec d'autres dimensions d'une situation phénoménale. Faut-il faire un rapprochement avec le fait que les Vimana à Swastykas sont propulsés au mercure, d'après les anciens textes indiens ?
Il s'agit là de processus liés à une alchimie classique, il est évident que les matières de l'OEuvre peuvent être traitées d'une autre manière. Par exemple dans le cas du mercure, il est possible d'utiliser d'autres soufres et moyens de purification6. Les plantes jouent d'ailleurs un grand rôle dans l'alchimie indienne où le mercure est travaillé jusqu'au 18 samskar, il devient progressivement Pierre Rouge. Ce même processus peut se rencontrer avec les autres matières (antimoine, plomb) mais plus diffici
5. Vaisseaux aériens des « dieux » ou de la race des géants.
6. Ainsi, la voie du Cinabre peut se faire d'une toute autre manière en partant d'un nitre que l'on trouve au bord des lacs ou que l'on doit recueillir dans certaines eaux.

lement car le mercure a l'avantage peu commun d'être en fusion à la température ordinaire qui est celle de la vie végétale ou animale sur terre, c'est un point de détail qui échappe trop souvent à certains alchimistes des voies extérieures'.
Il faudrait aussi se poser d'autres questions essentielles quant à la différence des pierres transmutatoires, selon que l'on part du mercure ou du plomb, non pas sur une transmutation mais sur les corps subtils et le corps humain. Il ne faut pas oublier que le mercure est dans la tradition indienne le sperme de SCHIVA, et qu'un sublimé de sulfure de mercure peut être bénéfique pour l'organisme, alors qu'un sublimé de su fure de plomb peut avoir un tout autre effet. Enfin les alchimistes indiens et thibétains connaissent le rôle important de ce métal sur la voie interne, particulièrement dans la separatio.
7. A ce propos, Paracelse donne bien des précisions sur la voie du cinabre dans « le Trésor des Trésors » : « Prends du cinabre minéral... »

Les courants rosicruciens et hermétistes
Les courants rosicruciens liés à la voie alchimique, plus ou moins directement, se manifestèrent tout au long de l'histoire et d'abord dans les Écoles de Mystères, lesquelles furent anéanties ou persécutées par l'Église chrétienne. LIBANIUS décrivit les opérations de destruction des temples païens conduites par des fanatiques « Les hommes vêtus de noir, portant des morceaux de bois, des pierres et du feu ; quelques-uns se contentent de leurs mains et de leurs pieds... Alors les toits sont abattus, les statues renversées, les autels détruits de fond en comble. Quant aux prêtres, ils ont le choix entre le silence ou la mort'. »
C'est à ce moment que les adeptes commencèrent à (-hevaucher le tigre, r c'est-à-dire à adapter les forces ahurissantes et leur donner un sens souvent traditionnel. Les cercles d'adeptes se réfugiaient dans certaines familles, puis dans certains ordres hermétiques, pour arriver à une époque que nous connaissons bien, le Moyen Age.
1. Libanius « Discours pour les temples ».

C'est au Xviue siècle, et plus particulièrement dans les pays où l'autorité centrale était faible, que les Sociétés Secrètes proliférèrent.
Un passage s'effectua des divers relais initiatiques, pour aboutir à l'Allemagne, passant par Venise, porte ouverte à l'influence orientale. C'est ainsi que nous savons que les van den RECK, dont la sueur ELISA fut la dernière Princesse de COURLANDE, et beaucoup de familles aristocratiques s'intitulaient Rose + Croix ; le siège de leur groupe était situé à Fez où se donnaient les dernières directives et où se conserve encore une stèle des Rose + Croix avec une liste des membres de cette époque. Le but de cette organisation était l'immortalité individuelle obtenue sur Terre en conformité avec les traditions égyptienne et taoïste. Un autre membre de cette organisation, le Conseiller Rudolf Johann Friedrich SCHMIDT, mort en 1761 à Hambourg, apparût à diverses personnes bien après sa mort dans un corps glorifié.
Cet ordre très secret et composé de membres hautains, puisqu'ils conservaient un mépris certain pour CAGLIOSTRO, ne doit pas être confondu avec certains ordres rosicruciens de l'époque, particulièrement les A URI et ROSICRUCIENS qui aboutirent progressivement à neuf grades. Ce critère des neuf degrés, contrairement à ce que publient certains auteurs modernes, n'est pas un critère d'authenticité, pour la simple raison que nous connaissons les étapes successives qui conduisirent à l'adoption de cette hiérarchie.
Puis vint la réforme consécutive au décret impérial qui chassait les Rose + Croix de l'Empire autrichien en 1766.

Cette réforme qui se fit en deux temps d'ailleurs, aboutit à l'obligation de la maîtrise maçonnique pour, comme le précise le livre de FESSLER, « Rozenkreuzerey », «s'assurer plus facilement de la volonté de connaissance chez les hommes ». Nous avons cité ce courant car il est à l'origine d'une recherche et d'une transmission importante en matière d'alchimie. Il faudrait préciser les titres d'auteurs de la Rose + Croix, dont le « Testamentum Thesaurorum a Fraternitate Rosae et Aureae Crucis », cité par Christopher MAC INTOSH dans son remarquable livre « La Rose + Croix dévoilée »2 et qui traite de la fabrication de l'Élixir de Vie à partir des fluides du corps. Ce même traité apporte des précisions sur la sueur et la salive, cette dernière traitée comme matière de l'OEuvre. Traité qui rejoint un des plus beaux chefs-d'oeuvre de la littérature alchimique : « L'Aurea Catena Homeri », écrit par une Rose + Croix d'Utrecht vers 1654 et publié pour la première fois en 1723. Il fut publié à Paris en deux volumes probablement pour la duchesse d'URFE, adepte de la science hermétique sous le titre : « La Nature dévoilée », et traite des divers aspects de la voie alchimique tels que « Opération sur l'eau de
2. « La Rose-Croix dévoilée » de Christopher Mac Intosh, Éditions Dervy, Paris. L'auteur précise que le Testamentum a Fraternitate Rosae et Aureae Crucis (Testament de la Fraternité de la R+C
d'Or, Bibliothèque nationale d'Autriche, Vienne) décrit les règles de l'Ordre et présente quelques processus alchimiques permettant de réaliser l'élixir de vie à partir de certaines secrétions humorales du
corps (sang, urine et salive). Ces processus sont à rapprocher de ceux de la Tradition Taoïste qui, nous le rappelle Catherine Despeux (« Zhao Bichen » Éd. Dervy), attache aussi beaucoup d'importance à certaines humeurs du corps : salive, larmes, rhinorée, semen...
pluye avec laquelle on fait les trois règnes,... l'homme, la vigne et l'or sont les trois clefs des trois règnes, description de l'Alkaest... »I.
Il faudrait citer aussi le livre de KELLNER « Officina Chymico Metallica Curiosa », sorti en 1723, qui enseigne d'une façon claire et facile le moyen de transformer le plomb en or et argent...
Plus près de nous, les Rose + Croix d'Or continuent sur ces mêmes voies dont le Docteur Bernard Joseph SCHLEISS von LOWENFELD (1731-1800) fut un des principaux responsables. Il s'appuyait sur les oeuvres de Christian KNORR von ROSENROTH (1636-1689) et François Mercure van HELMONT (1618-1699)4. Parmi
3. L'« Aurea Catena Homeri », la Chaîne d'or d'Homère, ou Annulus Platonis, parfois sous-titré Superius et Inferius Hermetis, fut publié en Allemagne pour la première fois en 1723 et connut au moins 12 éditions. Le titre est tiré de l'Iliade (VIII, 17-26) et signifie que le Monde est Un. Gérard Heym précise (revue Ambix, 1937) que l'édition la plus intéressante est celle de 1781 car elle est largement commentée par les membres de la dernière société pansophique allemande, sociétés qui avaient leur origine dans la Florence de Ficino et Cosimo de Medici. Ce traité eut, par ailleurs, trois traductions, l'une latine, les deux autres françaises, celle de Sitandre restée manuscrite, celle de Dufournel qui est plus une adaptation qu'une traduction, imprimée en 1772.
Il n'est pas inutile de reproduire ici un passage de cette ceuvre qui confirme certaines informations données précédemment quant à la Materia Prima de l'OEuvre alchimique : « L'animal est formé d'un sperme, substance aqueuse, et tout son organisme dépend d'un équilibre des humeurs acqueuses. L'eau est élément capital de tout corps vivant. »
4. Knorr Von Rosenroth et Mercure Van Helmont fréquentèrent assidument la cour du Duché de Sulzbach (Haut-Palatinat), impor

les oeuvres importantes de la Rose + Croix d'Or, il faut citer l'« Opus Mago-cabalisticum et Théologicum » de Gregorius Anglus SALLWIGT, qui traite des trois substances : sel, soufre, mercure. L'Ordre évolua progressivement pour ne recruter qu'au niveau de Maître-Maçon vers la fin du Xville siècle. Il comprenait 9 degrés ainsi distribués
1 - Junior
2 - Theoreticus 3 - Practicus
4 - Philosophus 5 - Minor 6 - Major
7 - Adeptus Exemptus 8 - Magister 9 - Magus
L'admission au dernier cycle coûtait 99 marks-or. Le lieu de réunion était tous les dix ans à Smyrne. Leurs pouvoirs semblaient miraculeux.
En liaison avec les Rose + Croix d'Or existait une société secrète très fermée : Les Frères Initiés de l Asie ou Chevaliers et Frères de Saint Jean l'Évangéliste venus d Asie en Europe, dont un des Grands Maîtres fut le prince Charles de HESSE-CASSEL, formé par le comte Hans-Heinrich von ECKER und ECKHOFFEN, conseiller privé du roi de Pologne. Les frères devaient aussi être Maîtres Maçons'. L'ordre communiquait une
tant centre ésotérique au XVIIe siècle. Ce duché sera au xvIIie siècle un des principaux centres de la R+C d'or. 5. Notons cependant que l'erreur consistant à faire automatique-

doctrine. La croyance en la rotation des âmes, tenue secrète dans certaines écoles hermétiques, était professée, elle devint plus tard la doctrine de la réincarnation, qui n'est pas aussi récente que le prétend René GUENON6, puisque le Bardo Thodol y fait allusion ainsi que le livre X de « La République » de PLATON. PYTHAGORE luimême reconnut ses armes d'une vie antérieure. Le Prince de HESSE écrit en 1821: « Le Seigneur qui m'enseigna ensuite tous les corps par où j'ai passé... »
Certaines croyances des Frères Initiés de l'Asie rappellent la notion de Boddhisattvas. L'origine orientale asiatique fut toujours attestée par les membres de l'Ordre mais aussi la kabbale et l'alchimie y jouaient un rôle important. L'Ordre était méprisant pour les autres ordres rosicruciens et les hauts grades de la Maçonnerie l'amusaient. Les dignitaires portaient des noms hébraïques kabbalistiques. Le Collège Supérieur formait le Synedrion avec 72 membres.
Nous ne citerions pas cet ordre s'il n'avait eu la clef simultanée des deux alchimies. Les deux premiers grades étaient probatoires. Ils se nommaient premièrement chercheurs, et deuxièmement souffrants.
Il y avait ensuite trois étapes supérieures
- Les Chevaliers et Frères de Saint Jean l'Évangéliste venus d'Asie en Europe.
ment d'un Rose + Croix un Franc-Maçon est souvent commise par ceux qui appréhendent mal ces questions. Il est non moins vrai que
l'appartenance aux deux sociétés est possible.
6. Guenon, remarquable dans certains écrits philosophiques, n'en
est pas à quelques affirmations gratuites.

- Les Sages Maîtres.
- Les Prêtres Rois, véritables Rose + Croix unis à Melchisédech.
Au troisième grade existait la pratique de la Pierre au Rouge. L'étape suivante était réservée à ceux qui pouvaient se libérer des penchants inférieurs. Elle abordait la constitution d'un corps de lumière éternel. On retrouve là exactement les étapes de la quête taoïste interne qui réunissait les voies alchimiques. Les initiés supérieurs de l'Ordre s'appelaient Les Pères et Frères des Sept Églises inconnues d'Asie. Notons aussi que la science pythagoricienne des nombres et des sons était utilisée. L'ensemble des connaissances de cet ordre était assez rare à cette époque.
Séparément ou parallèlement, parfois conjoint au courant Rose + Croix, plus particulièrement de l'Aurae Crucis, se perpétue un vieux filon hermétique dont les traces historiques sont sans équivoques. Nous avons pu compulser les documents de la Grande Loge d'Édimbourg, quelques européens les possèdent en photocopies, certains autres ordres actuels réservent cette histoire à leurs adhérents, encore que comme l'affirmait un responsable actuel belge il n'y ait rien de secret dans cette histoire, et qu'on peut en trouver tous les éléments aisément.
Ce filon, rescapé des Écoles de Mystères dans des périodes plus lointaines (les Fratelli Oscuri, etc.) devient plus apparent au Moyen Age, particulièrement dans l'Académie Romaine autorisée par SIXTE IV en 1471, dans les banquets platoniciens organisés en 1474 par Marcile FICIN. Le cardinal BEMBO fut membre de l'Académie de Ferrare ; c'est lui qui permit la récupération

et les études de la table d'ISIS, un des principaux documents de la voie alchimique interne. Son ami le pape LÉON X l'aida, il lui écrivit d'ailleurs une lettre qui demanderait une étude approfondie sur sa signification, dans laquelle il affirme : «Nul ne sait combien la fable de Jésus-Christ nous a été profitable. » Elle peut laisser penser que beaucoup d'adeptes f chevauchaient le tigre f c'est-à-dire qu'ils jouaient les cartes nécessaires â la sauvegarde du dépôt ésotérique, le meilleur moyen d'éviter la répression étant d'être dans la hiérarchie ecclésiale. Par la suite, ce filon s'occulta après les persécutions papales et celles de PHILIPPE II, roi d'Espagne et de Naples, pour se répandre dans les îles britanniques, particulièrement à travers la société Baconienne.
C'est à la suite de l'interdiction par CHARLES II en 1669 concernant les sociétés secrètes que Thomas STANLEY transforma les tavernes en clubs de priseurs (snuff-Takers), et opta pour une allégorie de la culture du tabac. Parallèlement, ce filon grâce à William PENN, s'implante à Philadelphie, s'étend en Amérique et retourne en France en 1778 où il prendra le nom d'Ordre des Nicotiniaques.
Nous avons les preuves historiques, cependant, d'autres courants parallèles à la même époque y compris dans le monde francophone. En 1780 nous le trouvons dans les Sublimes Maîtres de l'Anneau Lumineux, rite éphémère qui devint le 12e degré du Rite Écossais Philosophique'. C'est le plant de tabac rouge (MOLLY) connu par les Grecs qui était la plante symbolique. La hiérarchie était
7. Voir Appendice 1 : « Histoire de la doctrine pythagoricienne »

aussi pythagoricienne car si les cercles de l'Ordre sont des manufactures, le Vénérable Maître est un didascale. JeanMarie RAGON de BETTIGNIES, dont nous préciserons dans un autre chapitre le rôle important dans le courant hermétique, et Bernard Raymond FABRE PALAPRAT (1775-1838), fondateur des Néo-Templiers, avaient été reçus dans cet ordre hermétique.
Faut-il concevoir la filiation de l'Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem, expression actuelle des Néo-Templiers, comme ayant été le cercle extérieur d'un ordre plus fermé ? Il ne faut pas oublier que le Sâr PELADAN en fut grand Maître (1892). Or, on sait qu'il fut dépositaire d'une certaine filiation rosicrucienne et hermétique sur laquelle nous reviendrons. Il semble que cela soit le départ de cet ordre dit de semi couverture.
C'est l'attitude de l'empereur qui va être la plus révélatrice. Valentin ÉRIGÈNE écrit8 : « En 1808, l'empereur donna l'autorisation à FABRE PALAPRAT en tant que régent de l'Ordre secret des Templiers, d'organiser une somptueuse cérémonie commérorative à l'occasion de l'anniversaire de la mort de Jacques de MOLAY, dernier grand Maître du Temple, brûlé vif à Paris en l'an 1314. L'événement se déroula en grande pompe au Marais, le 11 mars, en l'église Saint-Paul-Saint-Louis, rue Saint-Antoine. Des témoins, dont Monsieur de MONTAGNAC, relatèrent que ce fut une représentation d'un grand faste, comparable au sacre de l'empereur. Napoléon, non seulement donna l'autorisation pour le dérou
8. Valentin Érigène : « Napoléon et les Sociétés secrètes », Éd. Chanteloup.

lement d'un tel événement, mais mieux encore, il ordonna qu'un régiment d'infanterie s'y rendît afin de constituer une haie d'honneur... »
Monseigneur Ivan de la THIBAUDERIE, dans « Églises et Évêques Catholiques non Romains » précise « Au début du siècle dernier, l'Ordre du Temple jouissait en France de la meilleure estime et comptait parmi ses membres des personnages fort distingués : le comte de LANJUINAIS, pair de France, le duc de MONTMORENCY, l'amiral FREYSSINET, le baron FRETEAU de PENY, pair de France, conseiller à la Cour de Cassation, le comte de BRACK, officier général au service de la France, le comte de LACEPEDE, Emmanuel de LAS CASES, l'amiral Sidney SMITH, le poète TENNYSON, le conseiller FUALDES, le magistrat de CAMPOS, Sir LAMBTON, Lord DURHAM, Napoléon de MONTEBELLO, Charles de MORNAU, Eugène NEY, le comte de CHOISEUL-STAINVILLE, etc. » C'est ainsi que nous apprenons qu'au sein de l'ordre existe aussi une hiérarchie religieuse, et que Monseigneur GUILLAUME consacra le grand Maître FABRE PALAPRAT le 20 juillet 1810. Le même jour il reconsacra subconditionné Jean MACHAULT évêque johannite, coadjuteur général. Il leur donna ainsi pouvoir de transmettre les ordres. L'Église johannite va connaître une expansion qui culmina entre 1831 et 1833 avec l'admission du public à la messe johannite. Nous ne reviendrons pas sur le problème des preuves historiques et sur certains faux de FABRE PALAPRAT, qui a pu créer une couverture.
La réalité qui se cache derrrière le phénomène historique peut ne pas apparaître. Si nous tombons dans

l'historicisme, toutes les filiations actuelles, maçonnique, rosicrucienne ou martiniste, sont des créations ex nihilo. Un examen attentif des textes de certains rituels, convents, etc., est suffisant pour s'en rendre compte. Sans parler des conventiculs tel celui de la FUDOSI, qui deviendraient explosifs, s'ils étaient extériorisés.
Pour en revenir à l'Ordre Nicotiniaque, beaucoup de frères étaient membres des derniers degrés du Rite de Misraïm. Il s'agit bien entendu du régime de Naples, ARCANA ARCANORUM, qui comportait aussi quatre degrés. Précédemment, comme actuellement d'ailleurs, le quatrième degré de l'Ordre Hermétique correspond à l'échelle de Naples, à tel point qu'un membre du degré sacerdotal est considéré comme 90e de Misraïm.
La filiation de ce rite, sur ces deux lignes (hermétique et Aurae Crucis), particulièrement à travers les frères PELADAN, et via Sâr HIERONYMUS9, se prolonge jusqu'à nos jours. Nous reviendrons sur la situation actuelle dans un autre chapitre.
Il n'est pas possible de parler d'hermétisme sans évoquer la filiation druidique, non pas au niveau d'un quelconque sacerdoce, mais pour la transmission de secrets initiatiques réels. Le titre ne signifiant pas grand chose, André SAVORET y fait allusion quant il écrit « Certains secrets n'étaient confiés ni aux druides schismatiques, ni même à tous les autres, indistinctement. » Il note par ailleurs que l'histoire rapportée par PLINE, quant à la constitution d'un neuf fait avec la bave de serpents,
9. Sâr Hieronymus : Émile Dantinne (19/04/1884-21/05/1969).

renferme un des secrets majeurs du sanctuaire. Il faut ajouter que l'histoire précise que « l'oeuf doit être projeté en l'air par les sifflements, qu'il faut le recevoir dans un sayon sans qu'il touche le sol, et que le ravisseur doit s'enfuir à cheval, poursuivi par les ophidiens jusqu'à ce qu'une rivière s'interpose entre eux et lui. Comme les mages sont ingénieux à frauder, ils prétendent qu'une, certaine lune est à choisir pour se procurer cet neuf, comme s'il dépendait de la volonté humaine de faire coïncider l'opération des serpents avec l'époque choi
sie 10 ».
Tous les éléments de la constitution du corps d'immortalité semblent ainsi réunis et donnés sans équivoque pour ceux qui connaissent les aspects pratiques de la voie interne, dite aussi quatrième voie, ou voie des substances. Nous reviendrons ultérieurement sur la question des sifflements nécessaires à la séparation, de même que sur la notion de monter à cheval, c'est-à-dire de savoir maîtriser son véhicule psychique (support le plus extérieur du corps de gloire), enfin de passer l'eau sans encombre, car il faut savoir faire le voyage avant la mort naturelle, comme le voulaient les écoles sérieuses des mystères, dont la plupart des soi-disant ordres initiatiques actuels ne sont plus que des parodies. Le degré de maître maçon (avec sa légende d'Hiram), celui de l'Ordre Hermétique (avec la légende d'Osiris et des éléments bien plus originaux que ceux de la maçonnerie), évoquent cette phase.
Les secrets celtiques furent souvent cachés dans la charbonnerie, chapeautée par des cercles ou ordres plus
10. André Savoret : « Secrets du Druidisme », Éd. Dervy.

fermés". Sans doute faut-il considérer l'Ordre Hermétique de l'Hermine d'Argent comme l'un des plus sérieux, même si sa situation actuelle, sur laquelle nous reviendrons, nous semble plus proche de l'axe immobile que de la manifestation.
11. Il est intéressant de rapprocher nos « Carbonari » de l'École derviche des Charbonniers, surtout si l'on sait que le terme « Fehm » signifie en Arabe aussi bien Noir que Connaissance. Les trois principaux degrés d'initiation soufie comportent l'exploitation du thème de la mort: Mort Blanche, Mort Verte, Mort Noire, suivie d'une renaissance.

Ordres actuels ayant un rapport avec une ou plusieurs voies alchimiques
Nous n'allons pas donner des précisions sur le type de voie alchimique que certains ordres détiennent, dans certains cas. Nous excluons de facto ceux qui s'attachent à définir des voies dites spirituelles, ou de verbiage en verbiage, avec le moteur de l'espérance, si essentiel (et si exploité) à l'être humain, on prétend conduire un élève vers la lumière, en lui laissant espérer plus dans les prochaines vies...
Tout d'abord il nous faut parler des filiations du courant dit Rose + Croix ou rosicrucien avec ses multiples facettes.
Les branches liées à 'l'ancienne ROSAE CRUCIS, plus précisément l'ancienne Rose + Croix d'Or, se perpétuent encore aujourd'hui, avec parfois des émergences, lesquelles ne doivent pas être confondues avec l'ORA, Ordre de Rose Croix d'Or qui fût un moment dépendant de Sàr HIERONYMUS, ni même avec les Rose + Croix d'or de Harlem, qui sont une expression du Lectorium Rosicrucianum fondé aux Pays Bas par van RIJCKENBORGH, mouvement chrétien gnostique, qui s'intéresse peu à la matière, ou en tout cas pas comme moyen de rédemption, selon les vues du manichéisme.

Dans une expression plus ouverte, la Rose + Croix d'Or se retrouve dans les cercles internes liés à la filiation HIERONYMUS et ELGIM1 (plus ouverte par rapport aux filiations internes : en fait ces cercles sont encore assez fermés actuellement, et c'est mieux ainsi). Ces ordres ne recrutent pas, ils se maintiennent par cooptation dans d'autres groupes ou dans la Franc-Maçonneriez.
Sâr HIERONYMUS avait amalgamé diverses filiations à sensibilité parfois opposées. Il est surtout connu dans le cadre de l'Ordre de la Rose + Croix Universitaire qui a neuf degrés (Zelator, Theoreticus, Practicus, Philosophus, Adeptus Minor, Adeptus Major, Adeptus Exemptus, Magister Templi, Magus) et conduisait à la « Rose + Croix Intérieure, à quatre degrés (Écuyer, Chevalier, Commandeur, Imperator). Ce courant à sensibilité chrétienne avait été dissocié de son expression païenne hermétique, réorganisée par François SOETEWEY (Sâr SUCUS), ce qui ne signifiait pas que ces ordres étaient en conflit. Il faut préciser cependant que la filiation hermétique était la plus complète au niveau
1. Maître Jean Mallinger.
2. Il n'est pas possible dans la conjoncture actuelle, et afin d'éviter les divagations d'auteurs en mal de sensations, de donner des précisions sur certains courants R + C très fermés, dépositaires
encore, entre autres, des deux voies (externe et interne). Faut-il préciser qu'il existait encore à Florence au xvlle siècle un « Ordre des Magiciens », scission des Frères de la Rose + Croix, au xve siècle, un Ordre plus interne que l'on retrouve à la clef d'événements dans d'autres pays.
C'est actuellement l'Amérique qui compte le plus d'Adeptes de ces voies internes.

de la filiation interne, elle perpétuait le vieux courant des ARCANA ARCANORUM dont nous aurons à reparler.
L'Ordre Hermétique' se présentait, et se présente encore, comme une forme de Maçonnerie plus occulte, pouvant donner l'orientation exacte aux autres maçonneries, en fait à juste raison, car la vieille filiation des ARCANA, et les degrés qui leur succèdent légitimaient cette prétention.
D'autre part, dans l'Ordre Hermétique se continuait toujours 1'AURAE CRUCIS. De nos jours, si l'ambition est moindre, les filons n'ont pas changé. Curieusement, il semble que ce soit une organisation de l'ex-FUDOSI qui a provoqué une occultation encore plus grande des autres filiations : il s'agit de l'AMORC (Ancien et Mystique Ordre Rosae Crucis), qui a adopté une manière américaine de publicité (acceptée, il est vrai par la FUDOSI), puis en Europe une méthode de cours par correspondance (non acceptée cette fois).
Donc, contrairement à ce qu'affirment certains auteurs, d'autres ordres de la défunte FUDOSI se per
3. Il faut rendre hommage au responsable actuel de ce filon, Sâr Neb Ta qui a su le conserver dans la ligne et l'esprit voulu par Sâr Sucus et Sâr Elgim, c'est-à-dire dans l'esprit des Écoles de Mystères
égypto-grecques qui n'ont pas besoin des ajouts ultérieurs kabbalistiques puis chrétiens, pour exprimer le message de lumière, et perpétuer une Théurgie active en relation avec les Dieux. Beaucoup
d'ésotéristes commencent à réaliser que les alphabets égyptiens et grecques peuvent être plus parlants, efficients et bien plus clairs quant à l'explication de l'Univers. Il est regrettable que les Écoles
qui détiennent leur signification ne se soient pas manifestées extérieurement.

pétuent, conservant les vieilles règles de cette FEDERATIO UNI VER SA LIS DIRIGENS ORDINES SOCIETATESQUE INITIA TIONIS.
A ce sujet, certains documents plus internes, dont un procès verbal contresigné par certains Sârs (dont nous ne pouvons faire état car nous risquerions de déclencher des crises inutiles) confirment ce que nous savions de la plupart des filiations, qui ne sont que des créations ex nihilo. Il est vrai que l'humain a besoin de refuges, et qu'une orientation culturelle et quelques exercices psychiques le satisfont pleinement, d'autant plus qu'il garde l'espoir que le degré supérieur lui donnera les clefs qu'il attend... Par ailleurs il faut reconnaître que certains étaient détenteurs des ARCANA ARCANORUM, c'est pourquoi nous nous sommes étendus sur ce sujet controversé.
D'autres détenteurs de filiations (ou soi disant...) avaient choisi un autre camp, celui de R. Swinburne CLYMER, grand maître de la fraternité Rosae Crucis, et ennemi de H. Spencer LEWIS (Imperator de l'AMORC) : il s'agit entre autres de Constant CHEVILLON, responsable de l'Ordre Maçonnique de Memphis Misraïm, de l'Ordre Martiniste, de la Rose + Croix Kabbalistique et de l'Église Gnostique (filiation BRICAUD, décédé en 1934, puis Henri Charles DUPONT, etc.). Ils signèrent un traité qui institua la FUDOFSI (Fédération Universelle des Ordres, Sociétés et Fraternités des Initiés).
Au sujet du rite de Memphis Misraïm, il faut noter que la FUDOSI avait aussi les siens car nous remarquons dans les ordres admis en 1934

- L'Ordre Maçonnique Oriental du Rite ancien et Primitif de Memphis Misraïm représenté par les frères GRUTER (33e, 97e), et FITAU (33e, 95e).
- L'Ordre Maçonnique Mixte de Memphis Misraïm, représenté par le frère Raoul FRUCTUS (33e, 98e), et le frère DESECK (33e, 66e).
La FUDOFSI reçut un coup fatal avec le décès de Constant CHEVILLON, assassiné par la milice en 1944. A ce sujet, il faut préciser qu'une certaine littérature peu informée a souvent assimilé le mouvement synarchique de CHEVILLON, issu des idées de SAINT YVES D'ALVEYDRE, à la synarchie (sorte de cercle de la haute finance que les chrétiens d'extrême droite combattaient). La mort de ce dignitaire, d'ailleurs chrétien lui aussi, fut causée par cette erreur de jugement. Il est à souhaiter que les courants aristocratiques se rapprochent plus de la démarche qualitative de la Gnose, que des voies plébéiennes de la foi ! Cela leur éviterait bien des erreurs fatales, et des orientations contre nature. Il est assez surprenant de nos jours de constater que des ahuris continuent à diffuser certaines confusions...
Notre propos n'est pas de disserter sur les règlements de comptes entre deux dignitaires d'ordres rosicruciens américains, conflits qui apparaissent bien dérisoires quand on connaît les dossiers. Souhaitons que le livre de Serge CAILLET « Sâr Hieronymus et la FUDOSI »4, avec sa remarquable préface de Robert AMADOU, soit repris un jour avec d'autres éléments plus substantiels...
4. Éditions Cariscript (Paris, 1986).

Toujours en restant sur la notion d'ordres et non d'associations (ce qui nous obligerait à traiter de trop de cercles tels que les Philosophes de la Nature, l'équipe de SOLAZAREFF qui a au moins l'avantage d'égayer un peu le microcosme alchimique)', il faut citer sur les mêmes courants deux cercles extérieurs
- La Collégiale AL KIMIA animée par un groupe d'adeptes issus de l'enseignement des Frères Ainés de la Rose + Croix, ordre sur lequel nous reviendrons, et qui est dépositaire de la voie du cinabre (il s'agit bien entendu du Wouei Tan).
- Les FAR + C, vieux collège réservé à trente-trois frères chevaliers, seuls des adeptes y sont cooptés.
Nous reviendrons ultérieurement sur la question des FAR + C, car c'est une des rares organisations à avoir de nombreuses archives et une histoire écrite. De même il faut noter qu'elle est la seule à témoigner d'une vieille pratique : la voie du cinabre. Il s'agit là d'un Wouei Tan (voie du cinabre extérieur), encore que nous ayons la preuve que certains Imperators connaissaient l'aspect interne, c'est le cas par exemple de Lord BULWER LYTTON6. Il ne faut pas s'étonner si on retrouve parfois
5. Citons aussi la société « Spagy Nature » qui anime des stages et diffuse un enseignement qui peut mener à une confrérie : la CHR + CHM. La société « Spagy Nature » enseigne la spagyrie et peut
conduire à une alchimie proche de la ligne Canseliet.
6. Sir Edward George Bulwer Lytton (1803-1873) fut le 51e Imperator des FAR + C (1849-1865), membre de la Société Thulé et responsable du Metropolitan College en 1871. Mais, contrairement à ce qui est souvent avancé, il ne fréquenta pas la SRIA.

dans l'histoire des maîtres d'une ou de l'autre voie et plus rarement de deux ou plusieurs à la fois...
En fait, peu de personnes supportent d'une part la diversité des voies, ensuite on peut être un expert d'une lignée et être complètement réfractaire à une autre. Enfin l'humain est ce qu'il est : facilement ahurissable, dogmatique né, il s'empare de la première idée, et ne la lâche plus... Là comme ailleurs, le cas des arts martiaux est typique, chacun applique son programme, et parfois heureusement. Mais, comme l'a dit un grand auteur « Celui qui n'a plus la possibilité de s'émerveiller, celui là est comme s'il était mort. » C'est pour ceux qui ne veulent pas mourir idiots que nous avons écrit ce livre où il n'y a pas tout, mais où il y a beaucoup pour ceux qui veulent devenir des traqueurs ou des chevaliers verts'. Encore une fois nous ne le répéterons jamais assez, ce ne sont pas les voies qui sont petites, mais les humains qui en sont les supports. On a bien d'autres preuves de nos jours de luttes idiotes et filiations dites opposées, dont les maîtres passés étaient en étroite relation amicale.
La fraternité Thérapeutique Magique de la Myriam8 F+T+M+M, vieille fraternité de moines rouges organisée au siècle dernier par Giuliano KREMMERZ, était le cercle exotérique d'un collège d'Adeptes, lié à l'Ordre
7. On qualifie ainsi ceux qui font vcuux de chevalerie errante et adoptent la couleur vert foncé pour la vêture et les armes, à l'instar' du comte Amédée VI de Savoie, qui fut appelé « le comte vert ».
Le chevalier vert subit ainsi une épreuve purificatrice, étape fondamentale de la quête hermétique.
8. Voir appendice 2.

Osirien. (Nous publions par la suite un texte d'un des maîtres de l'Ordre, commentaire de la 5e proposition de la « Table d'Emeraude »). L'Ordre s'est mis en sommeil. Les adeptes - dont semble-t-il faisait partie le Prince CAETANI, qui publia dans la revue « Commentarium » en 1911 un texte intéressant reproduit aussi par la suite - se réfugièrent au Canada, au moment du Concordat, appréciant sans doute fort peu le mariage fascisme-église. La MYRIAM, qui fut donc cautionnée un moment par Le Grand Ordre Égyptien, a perdu sa légitimité, par rapport au pyramidion ; situation que nous allons retrouver pour la Franc-Maçonnerie du rite de MemphisMisraïm en ce qui concerne les ARCANA ARCANORUM.
Les ARCANA ARCANORUM
On désigne ainsi les quatre degrés, parfois trois, ou un, d'un enseignement très secret qui constituait - et qui constitue encore - le pyramidion de certains Ordres. Parmi ceux-ci le plus connu fut le rite de Misraïm, devenu dans certains cas, associé au rite de Memphis9, le rite de
9. Le rite de Memphis eut et peut avoir encore dans certains cas un aspect interne. Le 86e degré « Sublime maître de l'anneau lumineux » fut une expression de la tradition secrète nicotiniaque des Arcana.
Par ailleurs les sept degrés égyptiens de la loge « Les disciples de Memphis » de Montauban, contenaient les enseignements de certaines connaissances ramenées d'Égypte par des officiers
français, d'autre part ils étaient aussi les héritiers des trois degrés « égyptiens » de l'Ordre des Architectes Africains créé en Allemagne

Memphis-Misraïm. Cet enseignement concerne une Théurgie, c'est-à-dire une mise en relation avec des eonsguides qui doivent prendre le relais pour faire comprendre un processus, mais aussi une voie alchimique très fermée, qui est un Nei tan, c'est-à-dire une voie interne. En effet, dans la Maçonnerie se chevauchent les deux alchimies, et pour qui connaît certains Ordres Internes, on sait avec précision quand ces alchimies furent introduites dans la Maçonnerie, tout en restant aussi dans leur contexte primitif, ce que ne savent pas la plupart des maçons actuels, fussent-ils 33e ou 95e, les degrés représentent uniquement les clefs symboliques. C'est ainsi qu'une partie de la Maçonnerie suggère sans équivoque la voie du cinabre. Par exemple dans le cabinet de réflexion où se trouvent Sel-Soufre-Mercure, dans le premier degré, on prépare le sel par les quatre éléments, précisés d'ailleurs par la formule VITRIOL du cabinet de réflexion. Enfin c'est au grade de chevalier Rose + Croix, qui développe un Wouei Tan (voie extérieure) et non un Nei Tan, que l'œuvre est plus développée.
En effet, le 18e degré concerne les deux étapes classiques de la voie extérieure
- La première étape, SOLVE, est bien décrite : « Le premier appartement est tendu de noir, ciel parsemé
vers 1768 avec trois grades : Apprenti des secrets égyptiens, initié... et Maître. Nous avons eu la preuve de cette survivance initiatique
en Égypte, sans doute des continuateurs de l'ancien Grand Orient d'Égypte dont le marquis Joseph de Beauregard était le G.M. en
1866. Celui-ci devint chef suprême du Rite en 1869. Cette ligne, s'autorisant de la succession directe, ne reconnut pas Joseph Gari
baldi comme Grand Hiérophante mondial.

d'étoiles, nuages obscurcis par les ténèbres pour le tableau, pierre cubique suant sang et eau... »
- La seconde étape, COAGULA, commence avec le second appartement « tendu d'une tapisserie lumineuse... » dans sa phase blanche, puis dans sa phase rouge, que nous n'allons pas développer, mais qui commence dans le second appartement et se termine dans le troisième.
Par contre, la voie interne est suggérée sans équivoque au 12e degré, après qu'il ait été précisé au 4e, à travers le symbolisme de la clef, que Le Saint des Saints est en l'homme. Au 12e degré, « Grand Maître Architecte », la suprême ambition des Grands Maîtres Architectes est de faire vivre en eux la vérité et de manger du fruit de l'Arbre de la connaissance, d'être des Dieux. On précise d'ailleurs que c'est un combat de tous les instants, et cela ne s'applique qu'aux maîtres, c'est-à-dire à ceux qui sont en chambre du milieu, qui ont donc atteint le centre, l'état HIC et NUNC, que ce soit au début ou à la fin des travaux. Le maître est à midi ou à minuit toujours sur l'Axe (rappel de la conscience de la verticale par la pratique constante de la Présence). De plus amples explications sur cette voie, et sa traduction philosophique, sont données dans le 28e degré « Chevalier du Soleil » ou Prince Adepte. Enfin, il faut reconnaître que la clef terminale opérative, ou d'application pratique, était et est encore l'échelle de Naples (87e, 88e, 89e, 90e du Misraïm) ou ARCANA ARCANORUM. A ce sujet certains Grands Hiérophantes de Misraïm ou de Memphis-Misraïm ne savent pas que les ARCANA ARCANORUM ne se trouvent pas que dans leur Ordre, mais en plus

complets dans d'autres cercles plus fermés et même parfois sur des lignes plus anciennes - je fais allusion à la filiation grecque pour les experts -, que l'on peut les avoir sans rien y comprendre, enfin il faut préciser que certains Grands Maîtres ne les ont pas 10 ! Et qu'ils doivent être assistés d'une TRADITION ORALE. Comme me le précisait un maître réel des ARCANA : « Peu les ont, encore moins les ont compris, très rares sont ceux qui ont l'autorisation de les assister". »
Il semble que cette vieille structure initiatique ait fabriqué la couverture misraïmique, entre autres, assez tard. Ce type d'enseignement doit pouvoir se retrouver dans des ordres très fermés, dont nous ne pouvons citer
10. Le Grand-Maître actuel du Rite de Memphis-Misraïm, Gérard Kloppel (successeur de Robert Ambelain depuis 1985) nous a précisé que les Arcana Arcanorum, contenus dans les 87, 88, 89e et 90e degré du Rite, ainsi que les instructions secrètes conjointes ne sont pas systématiquement données aux Frères titulaires même du 95e degré. Il en est de même pour le 66e qui n'est transmis qu'aux FE.. ayant une filiation gnostique parallèle valable, de même le 20e degré, « Chevalier du Temple » au sein duquel est déposé la filiation Templière. Ainsi, en fonction de leur degré d'évolution, les FF... reçoivent certains degrés très ésotériques, mais qui doivent être donnés en dehors de la E M. classique, même si ces degrés sont réservés à très peu...
11. Ces enseignements doivent être compris d'une part, et surtout pratiqués, faute de quoi ils perdent leur valeur. Or, à ce sujet il faut reconnaître qu'il demeure peu de hiérophantes opératifs, surtout sur les supports des A.A. Maçonniques. Une dernière précision s'impose. En effet, beaucoup de 95e ou 90e ne les ont pas reçus, soit que ceux qui leur ont donné ces degrés ne possédaient pas l'enseignement interne, soit qu'ils n'aient pas jugé bon de le leur communiquer.

les noms, mais liés à certaines organisations du monde anglo-saxon et germanique. Il ne faut pas oublier que le Maître de KREMMERZ, IZAR (Pasquale de SERVIS) et BULWER-LYTTON appartinrent au même Ordre Hermétique. Le Metropolitan Collège ou la SRIA ont pu servir de couverture à un moment, quant au nom de l'Ordre dépositaire au cours des siècles de l'enseignement le plus prestigieux, il ne doit pas être donné et demeure insaisissable.
En matière de Maçonnerie initiatique, si on tient compte des critères traditionnels
- structures aristocratiques (sous l'autorité du Grand Hiérophante),
- spécificité des initiations masculines et féminines à certains degrés,
- légitimation par le pyramidion, en l'occurrence les ARCANA ARCANORUM sur une ligne continue et sans équivoque,
il faut reconnaître que le Grand Sanctuaire Adriatique est l'obédience qui devrait servir de référence, y compris au soi-disant Francs Maçons réguliers. Le livre remarquable du comte Gaston VENTURA « Les rites maçonniques de Misraïm et Memphis »12, pose bien certains problème. Le frère Sébastiano CARACCIOLO, 33e, 90e, 97e , est le Grand Hiérophante actuel, et maintient l'Ordre dans la ligne traditionnelle.
Contrairement à ce qu'écrit le frère BRUNELLI dans son livre : « Rituali dei gradi simbolici della massoneria
12. Éd. Maisonneuve et Larose (Paris).

di Memphis misraïm », la pratique du petit arcane naturel n'est pas l'apanage du rite égyptien de Cagliostro, ou de l'Ordre d'Osiris. Comme l'auteur ne le sait pas les ARCANA ARCANORUM ont toujours existé sur la ligne pure, c'est-à-dire exempte de tout caractère judéo chrétien, tant dans le monde anglo saxon que dans la francophonie et surtout dans leurs pays d'origine : la Grèce qui recueillit l'héritage égyptien, ces filons sont plus complets et certains se sont même exprimés dans certains congrès pythagoriciens, précisant qu'il existait une voie secrète pythagoricienne donnant la certitude de l'immortalité. CAGLIOSTRO comme malheureusement KREMMERZ par la suite, ont adapté certains enseignements pris dans ces écoles, adaptation d'ailleurs dont on a pu voir le résultat et qui heureusement ne représentent pas l'esprit des ordres originaux, lesquels aujourd'hui comme dans le passé réussirent à passer inaperçus. Ces antiques filiations sont restées heureusement très fermées (comme la plupart des courants internes). Certains passèrent en Amérique, et y sont encore.
Il existe aussi un courant en rapport avec une vieille alchimie de réintégration, fort dangereuse en Kali Yuga, liée au couple et conservée jusqu'au siècle dernier dans certaines familles qui agrémentaient leur mariage religieux et mondain d'un rituel réservé aux intimes, dans lequel le fiancé vêtu de rouge et la fiancée vêtue de bleu tournaient autour d'un Caducée tenu par Mercure-Hermès. C'est ainsi que nous eûmes la première révélation d'un secret interne réservé à certaines d'entre elles. Le journaliste qui fut admis à la cérémonie, ne fit que la relater sans en comprendre le sens. Cette filiation se

corme aiteree, comme a autres uernierement. L une ae ces branches est dite du comte de CATENAIA (Erim). Le comte Umberto Amedea Alberti di CATENAIA, de la noblesse florentine, fut un valeureux officier durant la première guerre mondiale. Il transmit un enseignement réservé aux couples traditionnels, c'est-à-dire indissolubles, voie d'Amour et de réalisation à deux, mais fort dangereuse car ici le couple doit être réel, ce qui est fort rare en Occident (Un ouvrage extérieur fait allusion à cette voie réellement alchimique : « Il conseguimento
celestiale » de ERIM 13). On la retrouve en ligne plus
essentielle dans les courants du Dragon ou du Serpent et de la Mère. Un document sur ces filiations, plus interne, sera publié sans doute prochainement.
Les courants occidentaux, purs, sont aussi dépositaires de l'alchimie de l'œuf du serpent, à laquelle nous avons déjà fait allusion à propos de l'« Ordre Hermétique de l'Hermine d'Argent ». Cet ordre s'est occulté après la disparition de son dernier Grand Maître, Joseph CHARPENTIER, décédé en 1967 dans son château des Brousses de Bellevue, à Saint-Mars la Jaille, comme le précise le druide KERDASTOS. L'ordre prêchait en secret le retour au règne de la nature, considérée comme le vêtement majestueux, pur, illimité, de l'esprit divin... On comprend que comme pour les autres filiations secrètes, il ne pouvait que s'occulter totalement et enterrer le « Grimoire Vert », sorte de compendium ésotérique.
Il existe dans une certaine église chrétienne toujours
13. Éd. Zéphir (Italie).

en vie actuellement (christianisme ésotérique, gnostique), et de tradition directe, une filiation de même nature, mais elle n'a rien à voir avec l'Église Gnostique de France qui n'est pas en possession des éléments précis et internes de cette filiation.
A ce propos, ni les Martinistes, déjà cités, ni les Martinézistes, et autres ordres très en vogue de nos jours, n'ont aucune trace de ces enseignements. Il en est de même pour les autres créations ex nihilo. Ce qui n'enlève rien à la valeur de ces cercles de recherches, bien au contraire, ils sont utiles dans un premier temps. Certaines figures de Martinez de PASQUALLY, tableaux des opérations Élus Coens, prouvent cependant que l'auteur connaissait l'Arcane. Il en est de même pour LouisClaude de SAINT-MARTIN.
Les filiations internes dites du Serpent ou du Dragon, sont soit réservées à certaines familles depuis des siècles, soit à certaines aristocraties de sensibilité plus sèche, tels que l'Ordre du Dragon14, les Frères de la Croix Lumineuse... Ce courant, dirons nous, est à tendance soit Chamanique, soit Bouddhiste, soit Hermétique et Tantrique, ce qui n'empêche pas la compassion. Outre quelques familles connues, Paracelse les fréquenta, et plus près de nous le prince CAETANI, qui prendra le contre-pied de KREMMERZ (en matière d'ésotérisme). Très peu d'humains ont accès à cette filiation, et sans doute là aussi il y a une seule manière de se présenter dans le temple
14. L'ordre du Dragon : le premier Ordre était dépositaire de la filiation hyperboréenne de Transylvanie, voie chamanique et
hermétique réservée au Roi, à la Reine et à vingt-deux membres de familles aristocratiques, exilés depuis la révolution marxiste.

et de regarder ceux qui sont devenus des Soleils dans Saturne, ou des porteurs de la Croix Lumineuse. Voie réservée uniquement aux éveillés, elle est insaisissable à l'heure actuelle, car elle demande plusieurs qualifications simultanées, bien éloignées des préoccupations de l'être humain moderne, fut-il ésotériste.
Hermann de CILLEI, membre célèbre de l'Ordre du Dragon, écrivit : «Votre Corps immortel existe déjà. Faites grandir cette autre réalité en vous, laissez-vous posséder par ce Réel. Soyez celui qui ne dort jamais, qui ne succombe pas aux automatismes, celui qui ne s'oublie jamais une seconde, un homme vainqueur du coma, triomphateur de la mort. Votre corps suivra. Comment pourrait-il subir la loi de la décomposition? Votre esprit éveillé retiendra entre elles les molécules de chair, dès lors le corps ne pourra plus tomber. C'est le manque de vitalité, de volonté, qui fait que le corps s'effondre en poussière, comme une maison dont on retirerait les moellons... Il faut d'abord agir sur le double, le rendre autonome, le forcer à sortir du corps, à errer dans le plan astral, lui apprendre à vivre sans dépendre du corps et de ses habitudes. Lorsque le double est parfaitement maîtrisé, alors la conscience peut quitter le corps et venir habiter ce double. Après la mort, le double continue à errer, vous devez alors le nourrir avec la vitalité qui est contenue dans le sang... »
Les cercles d'Atoum15 ont gardé un témoignage cul
15. Les Cercles Atoum sont une des expressions extérieures de l'OSIHA (Ordre Souverain Interne et Hermétique d'Atoum), et témoignent de certaines filiations internes. Cet Ordre est réparti en trois classes distinctes (noire, blanche, rouge) et implique la nécessité

turel de ce courant. En effet, la matière de l'oeuvre de nos jours et de plus en plus pervertie, d'où la difficulté de certains ordres tels que l'Ordre Souverain Interne et Hermétique d'Atoum, en sommeil (expression d'une filiation plus ancienne dont il n'est pas opportun de citer le nom), pour se maintenir. Il semble qu'à l'heure actuelle seules les filiations spirituelles conviennent, elles ont d'ailleurs un grand succès, pourtant la matière est bien le reflet de Dieu, et il est lui-même en éternelle gestation. La mettre de côté philosophiquement et pratiquement, est une preuve de l'évolution pathologique et subversive du monde moderne.
La Tradition n'est jamais morte, certains pays comme les Indes devraient être la référence, tellement les courants issus de cette terre sont bien plus vrais, et profonds, que les traditions issues du judéo-christianisme. Un autre pays, l'Égypte, a été trop déconsidéré, il faut rendre hommage à SCHWALLER de LUBICZ d'avoir su si bien transmettre l'esprit de la tradition égyptienne, dont il était dépositaire comme nous le savons par certains textes. Cette tradition n'est pas liée à une quelconque personne ou à un quelconque ordre, voulait-il faire croire qu'il est autorisé. Le symbolisme de la Rose + Croix lui-même est très ancien, comme le démontrent les tombes du monastère de San Juan de la Pena, où on retrouve les croix soit avec la rose centrale, soit avec les quatre roses, croix qui datent du xIe siècle, et qui témoignent avec l'Ordre de Saint-Jean d'un terrain qui appelle les émergences plus tardives.
des trois filiations de base (artisanale, guerrière, sacerdotale) à l'extérieur pour être admis.

Précisions sur les Rites de MEMPHIS et de MISRAIM
La situation actuelle de ces rites est très confuse, cependant on ne peut pas pour autant admettre certaines déviations dont les auteurs se prétendant 90e et 95e ignorent jusqu'au nom des ARCANA ARCANORUM, d'autres les citent sans même savoir qu'il s'agit d'une classe occulte à contenu doctrinal et pratique. Une publication historique concernant la doctrine de ces rites, où les règles de transmission sont encore plus sévères que dans les autres rites, résumera la situation actuelle'.
A l'heure actuelle, si on excepte les Loges de Memphis encore existantes en Égypte (ligne du marquis de BEAUREGARD), on doit reconnaître du point de vue des Arcana Arcanorum et de la transmission de Hiérophante à Hiérophante que les filons suivants sont les seuls acceptables
- Le Grand Sanctuaire Adriatique, la plus traditionaliste des Obédiences qui représente une réunion des rites du Misraïm et du Memphis dans l'esprit primitif de ce courant. Le Grand Hiérophante actuel Sebastiano CA
1. A paraître aux Éditions Axis Mundi.

CARACCIOLO, successeur du Comte VENTURA, lui-même successeur du Comte Ottavio ZASIO, a eu la transmission de l'aspect interne des Arcana Arcanorum.
- L'ensemble des Loges du Misraïm et du Memphis (rites séparés), il s'agit là de loges dites de la filiation PROBST BIRABEN, avec divers Grands Maîtres nationaux et un Grand Hiérophante (actuellement le Frère BRUNNINCK de Belgique - seul détenteur des sceaux de l'Ordre). Implantées par DUBOIS en France et BRUNELLI en Italie, ces loges ne se sont jamais complètement fédérées, ce qui est déplorable au niveau des classes secrètes que certains Grands Maîtres pratiquent de manière scénographique car ils n'ont reçu ni le contenu doctrinal, ni la praxis initiatique. Cette ligne est étroitement liées à l'Ordre Hermétique (détenteur des Arcana Arcanorum) dont BOGÉ de la GREZE fut d'ailleurs responsable pour la France.
- L'Ordre de Memphis-Misraïm (Grand Hiérophante Gérard KLOPPEL, successeur de Robert AMBELAIN) qui, par précaution, a réservé les classes occultes à seulement quelques-uns des détenteurs des 90e et 95e degrés, d'où certaines confusions. Beaucoup de frères ne comprennent pas les relations étroites de cet ordre avec des obédiences sociales (Grand Orient...).
Il existe par ailleurs des loges pratiquant l'un ou l'autre de ces rites et se rattachant à l'une de ces filiations, parfois aussi à la filiation PLATOUNOFF, certaines travaillant parfois avec plus de sérieux que leurs détracteurs ne le pensent (cas des loges de la G.L.I.S.). Il est vrai que jusqu'au 33e degré les problèmes ne se posent pas car, selon la tradition de ces rites, un 33e du Rite Écossais

Ancien et Accepté ne peut prétendre qu'à l'équivalence avec le 77e degré selon les précisions de RAGON de BRETIGNIES, ou au 87e en tant que responsable d'un groupe de création nouvelle (Obédience récente, cas d'un Grand Maître d'un pays), les trois derniers grades restant « voilés » et de toute manière dépendent du Grand Hiérophante. C'est pourquoi certains Grands Maîtres ne les ont pas et ne peuvent prétendre à la légitimité.
Contrairement à ce que prétendent certains Vénérables, les problèmes des filiations est fondamental ; le sérieux en loge bleue implique le même sérieux dans les ateliers supérieurs à moins qu'on n'ait rien compris à la notion du rite, surtout quand il est dépositaire d'une praxis et d'un corpus initiatique ) suffira pour accéder au 18e ou au 30e, malheureusement on compte par milliers ces exemples d'une véritable imposture.
Comme l'a indiqué le G.M. BRUNELLI dans ses remarquables ouvrages sur les rites de Misraïm et Memphis, d'autres ordres succèdent aux Arcana Arcanorum. Mais nous sortons ici de l'aspect maçonnique pour découvrir quatre ou cinq autres ordres (Grand Ordre Égyptien, Rites Égyptiens ainsi que trois autres que nous ne pouvons mentionner).

Gnostiques et Rose + Croix en Corse, une permanence de la tradition
A diverses reprises, certaines régions vécurent le souffle de la TRADITION, parfois rélié à une rébellion face au pouvoir. Si nous citons le cas de la Corse, c'est que ce pays sauvage dont les habitants à mentalité guerrière, comme le précise NIETZSCHE, ne pouvaient s'accommoder d'un pouvoir extérieur lié aux valeurs mercantiles du troc et non aux conceptions aristocratiques et communautaristes. Ainsi furent conservées très secrètes diverses traditions, auxquelles nous ne ferons qu'allusion extérieurement, mais en nous appuyant sur certains textes qui cernent suffisamment le problème et qui prouvent que dans l'histoire mouvementée de ce pays, l'ésotérisme joua un rôle non négligeable.
Si les cathares corses prospérèrent durant toute une partie du XIVe siècle, avec une doctrine et un but sans doute un peu différent des cathares de France, puisqu'un de leurs détracteurs FILIPINI affirme: «peut-être voulaient-ils renouveler cet âge d'Or que les fictions des poètes placent dans le temps de Saturne », et bien que dirigés efficacement par POLO et Henri d'ATTALA au point que ce même détracteur écrit : « la secte se multiplie

bientôt d'une manière étonnante non seulement dans le delà mais aussi dans le deçà des monts », ils n'en furent pas moins anéantis avec une brutalité sauvage... Et ce à la suite de la réaction du pape INNOCENT VI qui déclara les Giovannali (c'était le nom de la secte) hérétiques et les excommunia avant d'organiser la répression.
Ce courant, plus proche de la gnose de CARPOCRATE - qu'on devrait plutôt appeler la Gnose d'ÉPIPHANE, son fils, qui lui donna l'aspect communautariste - que des cathares, subsista jusqu'à nos jours, comme le confirme PIOBB'.
Celui-ci était le comte Pierre VINCENTI PIOBB (1874-1917), en fait avant abréviation VINCENTI da PIOBBETTA. En 1893 il fonda un écho de la Corse à Ajaccio. Il publia le « Formulaire de Haute Magie » en 1907, en 1908 une étude : Vénus. En 1909, un de ses articles fait sensation, il s'agit de « La fabrication de l'or », publiée dans « La Revue des Revues ». Ami de Charles BARLET, il fut très discret sur certaines filiations. Pourtant ii écrit dans sa « Clef Universelle des Sciences Secrètes », d'abord sur l'alchimie : « Ce qu'on appelle l'art d'HERMÈS désigne alors l'alchimie, le minerai d'HERMÈS étant le métal mercure », puis sur un aspect important de la Gnose en relation avec l'histoire de la Corse «Plus possible de se tromper: la Bible peut être lue et interprétée complètement, chrétiennement avec fruit. On a appelé cela la Gnose, et on a condamné,
1. Auteur de «La Clef Universelle des sciences secrètes», Éd. Ominium Littéraire, du « Formulaire de Haute Magie », Éd. Dangles et de « Vénus, Déesse magique de la chair », Éd. d'Aujourd'hui.

poursuivi, martyrisé même les gnostiques. Certains, il est vrai, versaient dans des erreurs répréhensibles. Mais d'autres étaient simplement Johannites conservant en secret les enseignements de Saint Jean, auteur de l'Apocalypse. » Il précise plus loin : « Les Johannites, qu'en italien on disait giovannaï, ont été persécutés au xive siècle. Beaucoup se réfugièrent en Corse. Ils y furent impitoyablement exterminés. Quelques-uns pourtant ont échappé au massacre, et c'est là un fait ignoré. Il y a dans une haute vallée de l'Ile, dont les eaux coulent vers l'Est, en un endroit si inaccessible qu'on ne peut l'atteindre qu'à pied, toute une famille de Giovannaï qui vit retirée, presque sans relations, avec personne d'alentour. Les hommes portent des prénoms bizarres, tirés du grec : ils s'appellent Chiron, Geryon, Scamandre, Priam, les femmes Perséphone, Aphrodite, Pallas, Hécate. Ils se marient entre eux. Mais si par hasard, quelque jouvenceau tient à épouser une jeune fille d'un village voisin, les parents de la fiancée ne sont pas autorisés à assister au mariage religieux. Celui-ci a lieu dans une chapelle basse où jamais un prêtre n'a officié, ou personne d'ailleurs sauf un Johannite n'a pénétré. Et plus tard, la jeune étrangère ne révèle sous aucun prétexte les rites auxquels elle a assisté. Je tais moi-même le nom de cette bourgade pour éviter à ces braves gens les ennuis qu'ils redoutent toujours. »z.
Il serait intéressant de faire une parenthèse pour aborder certains problèmes de la magie corse, non pas dans ses aspects populaires comme l'a fait un récent
2. In « La•clef universelle des Sciences secrètes ».

ouvrage, mais à travers l'étude de filiations plus fermées. Nous avons eu l'occasion de constater les effets indiscutables d'une certaine théurgie, basée sur l'évocation des ancêtres, dite de « la clef des morts », placée préalablement d'une certaine manière dans l'Évangile de Saint JEAN, et de bien d'autres aspects tangibles'. De même que nous pûmes constater combien la relation avec certains adeptes de la présence à soi-même était difficile, tant leur densité traumatisait les autres paysans, quand ils retournaient au village, après de longues retraites. Nous pûmes aussi observer comment dans un état de conscience différencié et de paix illuminatrice, un des hobereaux faisait participer les objets du château à la fête cosmique. C'est d'ailleurs Maître COLONNA d'ANFREANI qui nous avait recommandé d'écrire un équivalent de « Rencontres avec des hommes remarquables », pour montrer que certaines terres d'Europe détenaient encore des dépositaires de la Tradition.
Ce fut dans ces mêmes circonstances qu'un membre de l'aristocratie corse me remit un vieux témoignage sur la Rose + Croix'. Il ne nous est pas possible de citer tous
3. La Filiation corse possède des rituels s'apparentant par de nombreux aspects à ceux du « Sacramentaire du Rose + Croix »
(Robert Ambelain, Éd. Scientifique), particulièrement au niveau des « Sorts de Saint-Jean » où l'on retrouve l'utilisation de la Clef des
morts. Mais l'invocation est différente car la Filiation corse utilise directement le début de l'Évangile de Saint-Jean, ce qui est plus réel
au niveau de la Tradition que les prières chrétiennes mentionnées dans le Sacramentaire. De plus, elle se base aussi sur l'évocation
des ancêtres ce qui rend le Rituel très puissant:
4. Une fraternité Rose + Croix a effectivement existé jusqu'à un certain moment, dans des circonstances tellement curieuses qu'il

les noms de ce cercle de « JO » corses' et d'autres, rebelles de la montagne, dépositaires de l'attitude la plus juste qui se puisse concevoir pour recevoir la coupe du GRAAL, mais qui ne purent beaucoup communiquer, faute d'éléments qualifiés pour recevoir une science avec la conscience indispensable. Cela pour revenir après l'histoire des Giovannali (ou giovannaï) à une deuxième rébellion, toujours à caractère ésotérique.
Nous citerons une phrase en apparence anodine, que les lecteurs peuvent trouver dans une « Apologie de la Rose + Croix » reproduite en partie dans une étude de J.M. RAGON parue vers 1860: « L'histoire du Baron de NEUHOFF (il s'agit du Roi de Corse), n'est que l'histoire de l'établissement du chef-lieu de notre Ordre dans l'île. » Cette révélation est d'une importance majeure étant donnée la notoriété de l'auteur, mais qui est cet historien de la Franc-Maçonnerie ?
Jean-Marie RAGON de BETTIGNIES (1781-1866) exerce sous l'Empire les fonctions de caissier à la recette générale de Bruges (Belgique), alors département français. Il est initié dans cet Orient (c'est-à-dire ville) à la loge « Les Vrais Amis » qui connaît grâce à sa personnalité une certaine notoriété, et en devient le Vénérable Maître. Il appartient également à la loge « Phoénix » du Grand Orient de France, et au Rite de Misraïm. Enfin, il anime
n'est pas possible même à l'heure actuelle (les Corses qui sont concernés savent pourquoi) de donner des précisions. Pourtant ces témoignages tangibles existent toujours et furent enregistrés.
5. Il faut rapprocher le JO du IO qui se trouve devant les noms d'aristocrates de Transylvanie, parenté surprenante à plus d'un titre Régime de Naples Le roi de Corse, lui, n'a jamais mis en avant ces distinctions qui semblent d'ailleurs fabriquées de toutes pièces. Jamais pourtant il ne révélera qu'il est membre de l'Ordre de Sainte-Marie des Allemands, c'est-à-dire Chevalier Teutonique. Une remarque s'impose : dans cette première moitié du xviIIe siècle, n'est pas Chevalier Teutonique qui veut ! La règle de cet Ordre, né aux alentours de 1128 en Terre Sainte, s'apparente à celle des Templiers. Il est difficile, aujourd'hui encore, d'imaginer la puissance et la richesse de cette Chevalerie à la fois religieuse et militaire qui a entretenu cent cinquante hôpitaux et qui possédait, en Prusse seulement, quatre-vingt-dix villes et cent villages. »
L'énigme de ce baron qui n'a eu qu'à se baisser pour ramasser un trône, reste posée. Plus de deux siècles après son entrée dans l'histoire de la Corse, bien des mystères restent à élucider. Pour le compte de qui a agi Théodore ? A-t-il voulu, sur un coup de poker magistral, s'octroyer
6. In « Vive le Roi de Corse » de Jean-Baptiste Nicolaï, Éd. Cyrnos et Méditerranée.

un trône par pure ambition personnelle? Les sociétés secrètes naissantes, initiatrices des Lumières, n'ont-elles pas joué la carte Corse pour prouver à l'Europe en fièvre la possible constitution d'un état de fraternité ?
Le baron de NEUHOFF est, quelque temps après son arrivée, proclamé roi de Corse... Et par qui, grands Dieux Il n'est pas ici dans notre intention de
tirer moralité de cette méchante affaire, dans laquelle on 3 voit le peuple le plus libre du monde se livrer pieds et poings liés aux caprices d'un aventurier. Ainsi le 20 mars 1736, Théodore débarque à Aléria. A peine a-t-il mis le pied sur la terre ferme qu'il signe une adresse aux Illustrissimes Seigneurs de l'Ile, qui, en fait, sont les chefs des insulaires en révolte contre l'occupant génois : « Me voici enfin en Corse, proclame-t-il, où m'ont appelé de leurs prières des corses, et les nombreuses lettres que j'ai reçues d'eux... »
René de WEECK7 révèle comment Théodore et le chanoine ALBERTINI devaient se reconnaître l'un et l'autre membres de la Rose + Croix. Deux jours après avoir réalisé l'accord des chefs corses sur sa proclamation, Théodore décide de prendre un peu de repos. Il congédie tout le monde, à l'exception de Don Joseph ALBERTINI qu'il fait asseoir à son chevet. « Théodore étendit sa main à plat sur la couverture, raconte de WEECK, et contempla fixement, à l'annulaire, le châton d'une bague. Les regards du prêtre suivirent les siens et s'arrêtèrent sur le
7. In « Vive le Roi des Corses ».

même objet. C'était une pierre dure, noire, de forme carrée, sertie dans de l'or jaune ; l'entaille, très nette, figurait une croix de Saint-Jean, ornée aux quatre angles de roses épanouies. Sous les pans de son rabat, le chanoine tira une chaîne à médaillon où apparaissait, gravée pareillement, la même figure.
- Frère, dit-il, je te salue. Sans le savoir, c'est la cause d'un frère que j'ai plaidée l'autre jour à Matra. Comme j'avais raison de leur dire, à ces ignares, qu'un homme de ta sorte, abordant sur nos rivages dans les jours où l'église célèbre l'Annonciation de la Très Sainte Vierge, leur apportait la délivrance.
- Tu ne t'es pas trompé, frère, répliqua Théodore. »
René de WEECK, dans une note placée en fin de son ouvrage, prend la précaution de préciser que dans son récit rien n'est inventé. Il rappelle aussi comment le chanoine ALBERTINI sombra dans l'anonymat. Après avoir cité devant l'official par les autorités ecclésiastiques pour ses travaux de kabbalistes, Don Joseph fera amende honorable. Aucune peine canonique ne lui sera infligée. Et le brillant théologien terminera sa carrière terrestre à Buccugnanu, comme simple curé de ce modeste village de montagne.
NICOLAY, raconte une autre anedocte : « Il faut croire que sur le plan de la foi, le Rose-Croix Théodore et Paoli parlent le même langage. Au cours d'un repas ce dernier placera, entre autres, ce tercet, à la gloire du Roi :
"Qu'il m'assiste aujourd'hui, le Dieu plein de vigueur ! Et qu'il m'aide à placer le Roi et ses mérites Dans le vaste séjour de l'immortalité..." »

Le roi de Corse tenta d'établir la toute puissance de l'ordre à l'aide de deux couvertures aristocratiques qui malheureusement ne furent comprises que par les détenteurs de certaines clefs ésotériques. Pour ouvrir la Voie à tous les fils des comtes et marquis qu'il crée, il fonde l'Ordre des Chevaliers de la Clef d'Or dont le symbolisme est évident comme le précise Jean-Baptiste NICOLAà « La clef ouvre aux jeunes gens nouvellement honorés la voie initiatique. »
L'ordre qui va lui succéder hiérarchiquement sera l'Ordre de la Délivrance, dont les statuts se composent de 16 articles. Jean-Baptiste NICOLAà se livre à un énoncé et à des analyses dont nous citerons certains extraits
- L'article II indique que le roi sera toujours le Grand Maître. Ce titre et sa fonction, on les retrouve dans toutes les sociétés initiatiques et les ordres de Chevalerie.
A l'article III, il est dit que les chevaliers portent un habit céleste. Le bleu couleur profonde et immatérielle est considéré par les Égyptiens comme la couleur de la Vérité. J. M. RAGON rappelle : « La voûte du Temple est azurée et étoilée comme celle des cieux, parce que, comme elle, elle abrite tous les hommes, sans distinction de rang, ni de couleur. La Maçonnerie n'a pas l'exclusivité des voûtes étoilées : les temples de l'Antiquité ainsi que les églises en étaient décorées. »
On peut en déduire que l'ordre, bien que chrétien, ne pratique pas la charité mais au contraire la solidarité.
De prime abord, l'article XIII peut paraître choquant, tout au moins dans sa première partie. Il est dit en effet que « personne ne sera reçu dans l'ordre que le roi ne

le juge assez riche et que l'on fasse voir qu'il descend de parents honnêtes jusqu'à la quatrième génération ». Certes, il faudra attendre le XIXe siècle pour que certaines sociétés initiatiques se démocratisent.
Plus curieux est l'article XIV. Il note que « ceux-là sont déclarés incapables d'entrer dans l'ordre qui exercent quelques métiers, ou dont le père, l'aïeul, ou le trisaïeul en auront exercé un ». La sélection est draconienne. L'Ordre de la Délivrance est essentiellement spéculatif. Cette restriction peut également s'expliquer par le fait que Théodore veut que les chevaliers soient uniquement des hommes de guerre. Et plus précisément « des capitaines de galères et de vaisseaux du roi, commandants de forts et autres places où il y a garnison ».
Enfin, dans l'article XV, on découvre l'universalité et l'esprit de tolérance de l'ordre puisqu'il est dit expressément qu'on y « recevra les étrangers de quelque nation ou religion qu'ils soient ».
Précisions importantes : chaque chevalier qui est obligé de réciter chaque jour deux psaumes sous peine de sanction, doit se souvenir que l'ordre auquel il appartient « est établi en mémoire de la délivrance de la domination de Gênes et du rétablissement de l'ancienne liberté dans le royaume de Corse ».
Les règles II, III et IV sont inspirées des Templiers, en partie.
Notons que le roi touche trois fois le chevalier de son épée et que les présents le reçoient et l'embrassent comme un frère. Trois, chiffre symbolique par excellence, fait partie depuis la plus haute antiquité de la tradition ésotérique. Qu'il s'agisse de la Sainte Trinité en passant

par les trois pointes du triangle ou encore du Triple Joyau bouddhique, le ternaire est une source inépuisable d'inspiration.
La description du blason et des armoiries de l'ordre précise : « La Croix ou Étoile de cet ordre est un champ de sinople (le vert des héraldistes) avec un ourlet d'argent ou blanc. Les sept pointes de la Croix ou Étoile, l'anneau par lequel elle est attachée, sont d'or ou jaune ; et les sept autres petites pointes, de sable, et chargées des armes du Roi, blanches ou d'argent ; et le rebord de la Croix jaune ou d'or. Dans le milieu de la Croix est la Justice, couleur de chair, représentée par une femme qui a une ceinture d'où pend une feuille de figuier d'or. Elle tient à la main droite une épée d'acier et de la gauche une balance dans un des bassins triangulaires de laquelle est une tâche rouge et dans l'autre une couleur de plomb. Au-dessous de la main qui tient l'épée est un globe d'or, surmonté d'une croix ; et au-dessous de la main qui tient la balance est un triangle d'or au milieu duquel est un T. »
Pourquoi le roi a-t-il choisi l'étoile à sept branches ? On pourrait longuement épiloguer et rappeler tout le symbolisme se rattachant au chiffre sept : les sept degrés de la Perfection, les sept branches de l'arbre cosmique, etc. Mais Théodore est avant tout Rose + Croix. L'emblême de cet ordre mystique est une rose à sept pétales ; on connaît une allégorie rosicrucienne dessinée à Francfort en 1626 qui est marquée précisément par une rose à sept pétales.
Il semble aussi que l'Ordre Teutonique et les Allemands aient joué un rôle dans la résistance corse face à

l'envahisseur génois, car le roi de Corse apparenté aux puissantes familles allemandes NIENROD, NUCINGEN et DROST a eu un oncle Bernard de DROST, Grand Commandeur de l'Ordre Teutonique, dont le fils joue un rôle dans la résistance aux génois en terre corse. La réaction du général baron de WACHTENDONCK qui, en 1731, débarqua dans l'Île avec une troupe de 4000 Allemands, d'abord à la solde de Gênes, puis début octobre 1740 accueillant Frédéric de NEUHOFF, chassé à son tour de Corse, est révélatrice. Le rôle de ce dernier est aussi important, car après le départ du roi en novembre 1736, il continue à agiter la Corse, dirigeant la résistance. Le baron Matthieu de DROST, bien qu'arrêté le premier et réembarqué vers le continent, se retrouve encore dans l'Île en octobre 1741.
Quoi qu'il en soit, avec la défaite de la résistance Corse, les Rose + Croix vont encore s'occulter, transmettant comme les Giovannali leurs secrets en famille, ou dans un clan déterminé.
En dehors des courants exprimés dans les lignes précédentes il faut donner quelques précisions sur certains cercles très fermés de chamanes de l'Île. Il s'agit d'une branche des Mazzeri qui avaient la maîtrise du double, ils arrivaient non seulement à lui rendre une consistance visible mais chassaient ainsi la nuit les sangliers qui, pourchassés par une meute de corps volants, étaient conduits dans une course folle à se précipiter du haut d'un rocher. Le lendemain il suffisait aux Mazzeri d'aller récupérer les corps. Les témoignages sur cette confrérie sont fréquents dans le sud de l'Île, bien d'autres pouvoirs étaient prêtés à ces cercles, qui se tenaient à l'écart de la

vie religieuse, dont celui de frapper de mort ou d'une malédiction de manière irrémédiable. Si les filiations religieuses se continuent encore très vivaces, il semble que les confréries de Mazzeri se soient presque complètement éteintes dans leur branche chamanique pure.

Un ordre mystérieux : l'Ordre des Frères aînés de la Rose + Croix
Parmi les ordres qui se sont extériorisés, les FAR + C sont les seuls à avoir fourni à quelques chercheurs de très nombreux documents, malheureusement non soumis à une commission, ce qui a provoqué des jugements très rapides d'historiens qui se sont évertués, par ailleurs, à légitimer (ou tenter de le faire) des filiations bien plus contestables. Mais là comme ailleurs, le temps aidant, certaines vérités émergeront. L'Imperator n'ayant pas voulu montrer à tout venant les très nombreux éléments d'une filiation, et sans doute a-t-il eu raison, car ils semblent trop prosaïques, ou évidents, démystifiant ainsi le mystère dont s'alimente si bien l'humain pathologique actuel. Par ailleurs, les FAR + C n'ayant eu dans leurs rangs que très peu de membres, il n'était pas nécessaire de justifier leur existence.
Comme le précise l'Imperator Pierre PHOEBUS « les FAR + C ne remontent pas au temple de Salomon, ni à TOUTMES III, mais leur présence est virtuellement démontrée avec ces 115 parchemins munis de leur scel d'origine s'étalant de 1317 à nos jours. La continuité est

parfaite. Du reste, sans être un spécialiste en la matière, un seul regard suffit pour s'apercevoir que ces antiques reliques du passé sont authentiques. Parmi celles-ci, n'oublions pas qu'un seul manuscrit, retraçant les actes vécus de 1503 à 1723 est un in-folio de 23 X 34 X 8 contenant 1 211 pages. On y relève plus de trente écritures différentes. Quelles explications pourrait-on fournir aussi pour les 340 pages manuscrites de Mr de BASVILLE (41e Imperator), qui traitent de l'Ordre de Pont Saint Esprit, de Malte et des comtes de MONT FORT, etc. (date 1693). Enfin, quelle justification donnerait-on à ce recueil de « Discours faits au Roi LOUIS XIII » par David RIVAULT (30e Imperator), entièrement écrits à la main, dont la bibliothèque de Laval possède le premier
tome ?...8 » Mais pour notre part, ce n'est pas à une histoire
que nous avons voulu rendre hommage, mais à une des rares filiations qui a donné des exemples de son savoir, par l'obtention de la Pierre.
L'histoire de l'ordre part du contact entre quelques rares templiers (et non les templiers plus guerriers que quêteurs de sciences hermétiques) et des adeptes liés particulièrement à l'École de Bagdad « Beit et Hikmat » créée par le Khalife AL MAMOUN en 830. Les chrétiens l'appelèrent Maison de la Sagesse. Il ne faut pas négliger non plus le rôle de la mosquée d'El-Azhar, lieu de rencontre important de l'époque, où un maître de l'université cachait aussi parfois un hermétisme.
Enfin il faut aussi citer les relations entre les templiers
8. Dans « Legenda des FAR + C » de Roger Caro, Éd. privée hors commerce.

et les ismaëliens, pour se rendre compte que la circulation des élites, si chère à PARETO, existait sans doute mieux à cette époque que de nos jours.
Selon l'histoire de l'ordre, en France, prévenus à temps par le chapelain du manoir de la Buzardière, près du Mans, sept templiers, Gaston de la Pierre PHOEBUS, Guidon de MONTANOR, Gentilis de FOLIGNO, Henri de MONTFORT, Louis de GRIMOARD, Pierre Yorick de RIVAULT et César MINVIELLE, se replièrent en toute hâte vers Dinard, puis vers Saint-Malo où ils affrétèrent de nuit une barque de pêcheurs qui les déposa sur le sol d'Angleterre. La commanderie de Londres les reçut et les hébergea. Afin d'éviter les persécutions du roi ÉDOUARD, quelques chevaliers adeptes s'enfuirent à lile de Mull, ils retournèrent plus tard en France, où ils donnèrent un nom à l'ordre le 2 décembre 1316: « Les Frères Aînés de la Rose + Croix». Nous n'allons pas suivre l'ordre au cours des siècles, mais il nous semble important de signaler quelques noms des derniers Imperator, le 51e était Lord BULWER LYTTON, lié étroitement à divers cercles très fermés, l'abbé Louis CONSTANT (Eliphas LEVI) lui succéda, suivi par William Wynn WESTCOTT (membre de la SRIA). Passant ainsi entre les mains de frères dépositaires de filiations diverses, l'ordre va par la suite retourner à son pays d'origine : la France, où il manifestera sa présence sous l'impulsion de Pierre PHOEBUS, faisant publier de nombreux livres hors commerce.
Les FAR + C étant limités à 33 membres, ils ne peuvent coopter que chez quelques adeptes. L'extrême prudence de l'Imperator a permis que quelques frères

seulement accèdent à la connaissance opérative, mais il se refuse à rentrer dans la notion de mythes, de rêves si chers à l'humain plus avide de sensations et d'évasion que de réalités. L'ordre ne se propose pas de réformer le monde, il est dépositaire d'une Tradition.
Il existe un autre Ordre des FAR + C réservé à 12 membres et qui concerne une autre opérativité alchimique interne mais, malgré son ancienneté, nous pensons que les deux ordres n'en constituaient qu'un seul à un moment de l'histoire, ou qu'ils étaient imbriqués l'un dans l'autre de toute manière. Cet ordre interne pratique la voie du corps d'immortalité par la méthode des substances.

Graal et alchimie, où les voies développées
Nous ne voulons pas développer un thème bien établi, mais comme les voies sont entremêlées, le chercheur se retouve là aussi dans un véritable labyrinthe. Or tout s'y trouve.
Sur la voie extérieure le château du Graal se nomme CORBENIC, ce qui, si la matière de l'OEuvre n'est pas si clairement énoncée que, par exemple, dans les contes d'HOFMANN, qui se terminent par l'histoire héroïque du célèbre ministre KLEIN ZACH surnommé cinabre, il n'en est pas moins vrai que CORBENIC se décompose en CORNI-BEC et CINEBRO à l'envers, désignant aussi bien le vaisseau que la matière de l'OEuvre. Nous retrouvons cela dans le nom du père de PERCEVAL, BLIOCADRAN, qui en anagramme donne CINABRO. Ainsi il n'est pas bien difficile de préciser les ingrédients et les étapes.
La voie interne apparaît durant la rencontre du vendredi saint avec l'ermite. Certains l'ont confondue avec l'albification, étape de la voie du cinabre (coagula blanc) quand l'ermite précise que le roi n'est nourri que

d'une hostie et rien d'autre, laquelle est servie dans le GRAAL. Il ne s'agit plus d'albification mais d'un magistère interne donné comme par l'ermite, de bouche à oreille, et qui conduit au développement du corps christique ou embryon de gloire et d'immortalité, à condition que l'ermite, comme dans les tarots, chasse avec prudence le serpent de l'astral qui pourrait récupérer les énergies. Il ne faut pas oublier que la coupe du GRAAL est verte et que le sang du Christ, comme s'en rendit compte le soldat LONGINIUS avec sa lance, est blanc comme celui d'OSIRIS.
Le vert est issu du noir, prima materia. Il fut la première couleur, celle de la vie. De celle-là, par dissociation, naissent une couleur légèrement Yin, le bleu, et légèrement Yang, le jaune, les autres couleurs naissant de l'accentuation, ou densification de cette première SEPARATIO. Ainsi par exemple, le jaune accentué donne l'orange puis le rouge (couleur très Yang, nous retrouvons dans l'oeuvre cette démonstration, le bleu accentué va donner l'indigo puis le violet très Yin). Mais le vert signifie aussi de facto la puissance de la vie. Si la table alchimique est dite table d'émeraude, et si la coupe du Graal est verte, c'est tout simpement qu'on a voulu indiquer une clef qui n'apparaît sans doute qu'après les périgrinations du Chevalier Vert, dans la solitude la plus nécessaire qui soit, quand HERMÈS-MERCURE se manifeste, soit directement soit avec l'aide de l'ERMITE ou de MERLIN.

La doctrine du corps immortel
S'il existe des voies extérieures, elles doivent conduire l'adepte à la compréhension de la matière, puis, par reflet, de lui-même. Ensuite il lui faut entreprendre la réunion des voies : comme le précise bien le taoïsme, il faut passer du WOUEI TAN au NEI TAN. Il est nécessaire de rappeler que l'Ordre des Frères Asiatiques proposait à ses adeptes la même progression traditionnelle, puisqu'après la pratique de la Pierre au rouge, ceux qui pouvaient se libérer de leurs penchants humains pouvaient tenter la création du corps de gloire ou corps d'immortalité.
Dans « Ur et Krur », Julius EVOLA explique le pourquoi de cette étape' : « ... L'immortalité, la réincarnation, n'est pas une vérité pour tous les hommes mais seulement pour ceux qui sont parvenus à s'accomplir selon une voie, en fait, radicalement perpendiculaire à celle des hommes... La parure de gloire ou corps immortel des traditions gnostiques, en remplaçant la guenille d'esclavage, serait l'ultime consécration de celui qui, après
1. Éditions Arché, Milano.

avoir traversé victorieusement cette série d'épreuves, s'émanciperait ainsi totalement de la sphère du Destin et de la domination des Régents ou Archontes. »
A l'enseignement traditionnel concernant l'immortalité correspond la doctrine du triple corps. Précisons immédiatement que le terme corps est employé ici d'une façon analogique pour désigner de nouvelles formes de conscience et d'action que le Moi peut faire siennes, en vertu de possibilités qui, toutefois, dépassent le commun des mortels. De sorte que la doctrine en question - comme toute doctrine ésotérique - ne peut être considérée comme vraie que dans le cadre propre à l'aristocratie restreinte de ceux qui sont parvenus à fouler le sentier de l'initiation. En parler à propos de l'homme ordinaire n'aurait aucun sens : pour lui n'existent ni les trois, ni les sept, ni les neuf corps, ni tous ceux que l'on pourrait se plaire à imaginer.
La vie après la mort a pour condition de parvenir à la capacité de maintenir la conscience, une fois celle-ci privée de l'appui du corps physique. Celui qui a atteint ce sommet est, virtuellement, hors des eaux, et le fait que l'unité de l'organisme physique se défasse n'a plus pour lui aucune importance. A ce propos, on a également évoqué la possibilité de partir pour ne plus revenir. L'affirmation de l'existence (ego sum) est alors ressentie comme une entrave, comme une négation de l'être. Cette voie consiste donc à se défaire de tous les déterminismes, réels et possibles, de dépouillement en dépouillement, de mise à nu en mise à nu, jusqu'à ce que - une fois tombée l'enveloppe par une intégration absolue à l'ipséité - le sum se dissolve et se résolve dans l'est.

Mais si l'immortalité ne doit pas être uniquement la prolongation de la pure conscience, si au contraire cette conscience doit s'articuler en formes d'action et d'expression propres au niveau qui est le sien, et puisque les formes corporelles sont inhérentes à la conscience des mortels, il faut dans ces conditions que la qualité individuelle que celle-ci possède, s'étende également aux divers éléments et vertus constitutives de l'agrégat humain, pour les faire siens, pour les tenir en laisse sous une forme qui porte précisément le sceau de l'individualité. C'est cela le corps magique ou corps de résurrection.
La constitution du corps de gloire passe par l'alchimie interne que nous allons définir à l'aide d'un extrait des « Procédés Secrets du Joyau Magique », un traité d'alchimie taoïste du xle siècle2 : « L'alchimie intérieure est un système syncrétiste très complexe qui poursuit sur le plan théorique le même idéal que l'alchimie opératoire, à savoir l'élaboration d'une drogue dont l'absorption est censée rendre l'homme immortel et lui permettre de monter au ciel en plein jour. Mais c'est de son propre corps que l'adepte du Nei Tan fait son laboratoire ; il y trouve en effet tous les ingrédients et les ustensiles de l'alchimie traditionnelle : fourneau, chaudron, mercure, cinabre, plomb et autres minerais ; et c'est en suivant un processus mental et physiologique qu'il installe le laboratoire, allume le feu du fourneau, en surveille la chaleur, provoque le mariage des ingrédients dans le chaudron et recommence le processus à un niveau différent, une fois obtenu le résultat désiré. »
2. Édition des Deux Océans, Paris.

En d'autres termes, les textes de l'alchimie intérieure empruntent le langage de l'alchimie opératoire pour décrire leurs processus de purification destinés à une transformation spirituelle et corporelle. Mais on n'aboutit pas au corps d'immortalité par une simple recette... Une opération très longue est nécessaire. De plus, des pièges redoutables peuvent se présenter. EVOLA écrit encore à ce sujet3 : « Les étapes successives de ce processus sont les mêmes que les diverses épreuves et étapes de l'initiation, dans la mesure où celles-ci sont le résultat de rapports établis avec les divers êtres, d'abord psychiques et ensuite naturels (dieux) qui règnent en maîtres sur les êtres humains et agissent au travers de leur corps et de leur esprit. C'est sur ces êtres que le mage doit, dans ce domaine opératif, réaffirmer sa propre autonomie, et même plier sous la loi les forces qui attestaient la présence de ces êtres à l'intérieur de son organisme. »
Le résultat peut être la fin des corporifications (les morts et réincarnations) pour celui qui a, comme le dit Ibn JABIR, communiqué sa fixité au volatil, et SCHWALLER de LUBICZ indique que « la renaissance définitive, ou résurrection, est la complémentation absolue. BA est le volatil, le subtil, et KA est le fixe énergétique qui est l'aimant de BA »4. Le texte indique que le BA doit retrouver le KA, ce dernier engendrant le fils.
Dans la tradition hébraïque le corps de gloire se situe à Tipheret, qui sur l'arbre kabbalistique est sur l'axe central délimité par Kether et Malkut, appelée aussi
3. In « Ur et Krur », Éd. Arché, Milano.
4. R.A. Schwaller de Lubicz « Her Bach disciple », Éd. Flammarion, Paris.

Shemesch, sphère du soleil, ce mot s'écrivant avec deux Shin qui encadre un Mem, or Shin signifie le feu du ciel et Mem la mère primordiale, l'interaction fécondante terre-eau produisant l'Or ou Corps de Gloire.
Les phases de la voie alchimique sont donc complexes, et l'obtention de la Pierre au rouge n'est qu'une étape d'une longue quête, techniquement précise. Outre leurs pouvoirs régénérants et transmutatoires, les pierres ont aussi un pouvoir de séparation en ce qui concerne la partie conscience de l'homme qui peut voler. Il ne faut pas oublier que dans la tradition indoue, le mercure-métal (traité alchimiquement) est le sperme de Schiva. En cela, il possède l'essence de Dieu, et la possibilité de l'actualiser dans l'homme. C'est la raison pour laquelle nous avons insisté sur l'alchimie du mercure, ou plutôt du sulfure de mercure ou cinabre. Cette voie du mercure pouvant bien entendu se réaliser aussi sans utiliser le cinabre, par un processus de purification progressif du mercure à l'aide de plantes, cas de l'alchimie indienne qui utilise les purifications jusqu'à 18 samskar.
L'homme qui doit réaliser la suite de la voie se trouve confronté à divers problèmes, le plus grave étant déjà de savoir ce qui va être cristallisé, dans ce qui constitue les agrégats plus ou moins informels qui composent un je humain. Il est certain que l'approche de la voie va passer par la conquête préalable d'un état de conscience différencié, où le regard prend le pas de plus en plus sur le je humain, avec les crises inhérentes à cette élimination progressive de l'Ego. Celui-ci, ayant constitué et secrété un monde dans lequel, tel un cocon, il a enfermé la conscience, ne va pas accepter cette modification.

D'autre part, avant de sortir du filet de sommeil, il faut avoir assez de . conscience seconde (le chen des taoïstes), pour tenter l'aventure. Enfin, la plupart des humains étant des agrégats artificiels, il ne s'agit pas de casser en eux un univers sans lequel ils n'existeraient plus, car l'humain moyen est un ensemble complexe, passant de l'être particulier sur lequel il a projeté son amour (en fait, sa détresse...) à la considération que les autres ont de lui, à sa nourriture, à son désir de se projeter dans le futur à travers la procréation, au plaisir des sens, et parfois à ses autres opiums que sont ses considérations religieuses ou politiques, lesquelles sont parfois aussi fluctuantes que les humeurs du moment. Le sortir du monde qu'il s'est créé est suicidaire, et comme le dit si bien MEYRINCK : « la voie de l'éveil est jonchée de cadavres. » Ainsi ces voies s'adressent à des personnes qui ont mis fin aux intérêts humains ou en tout cas qui les voient comme extérieurs à leur regard sur le monde.
La première étape de la voie interne est donc l'accession à l'état de conscience aussi appelé ÉTAT OBJECTIF, c'est-à-dire un état où les choses sont perçues pour ce qu'elles sont, et non pas conceptualisées. C'est dans un tel état que l'humain se rend compte qu'il n'avait en fait jamais vécu, mais qu'il n'avait fait que dormir. Cet état d'être, parfois appelé ÉVEIL, est inconsciemment recherché par les humains. Ils savent plus ou moins que rien ne les satisfait réellement, mais ils cherchent des solutions dans des remèdes horizontaux liés au monde de l'avoir, de l'acquis, ou aux théories analytiques liées aux fadaises de la psychanalyse ou de la psychologie moderne dont on serait bien en peine de tirer quelque chose d'utile,

même si certains « pères » comme JUNG ont fait preuve de beaucoup d'ouverture d'esprit en ce qui concerne les sciences traditionnelles.
C'est donc un combat total pour la quête de l'instant PRÉSENT qui va constituer la première étape de l'alchimie interne, une lutte difficile, faite de hauts et de bas, de crises, parfois de conflits, tant que le moment juste ou la place ne sont pas trouvés.
L'aide de frères extérieurs pouvant être requise, ce ne sont pas les faux gourous qui vont manquer pour apporter leur concours, pendant que le quêteur va se fatiguer dans une recherche illusoire, où le temps compte, et beaucoup, pour ceux qui doivent terminer l'oeuvre. Quant aux vrais maîtres, conscients de ce que représente une telle quête, ils se cachent soigneusement, et n'ayant pas de temps à perdre, ne sont découverts que par les vrais traqueurs, dont la sagacité et l'HERMÈS en eux - parfois aussi une longue pratique -, leur permettent de trouver celui qui peut apporter les éléments manquants. Celà nous conduit à une seconde considération : la nécessité d'avoir un HERMÈS développé, c'est-à-dire un guide intérieur ou une intuition sûre pour trouver la voie juste, laquelle peut se cacher dans des formes qui ne la laissent pas paraître. Sans tomber dans les aspects très difficiles de certaines voies directes et de certains maîtres impitoyables, évoqués par exemple dans la vie de Jetsun MILAREPA, il est certain que les véritables maîtres n'ont pas le choix des moyens, et que seuls un certain type de disciple a des chances de trouver le terminal d'une quête.
Conséquence de ces considérations : la nécessité

d'avoir un type de vie peu conforme à la vie moderne, bien que pouvant s'y accommoder... Tout est fait pour abrutir l'individu et le pousser à consommer. Quant à ceux qui font semblant de lutter contre ce système en se croyant révolutionnaires, ils enferment la plupart du temps l'individu dans un système étatique redoutable. Très peu de politiques posent les problèmes de liberté et de qualité. Quant à la culture et l'information, elles sont adaptées à une humanité de zombies, soigneusement parquée dans des champs. Entendons par là des façons de penser ou de voir autorisées. Il est certain, comme l'a montré PLATON, que l'aristocratie véritable ne peut se sentir concernée par cette farce, et qu'elle n'y participe pas.
La Quête implique la création d'un équilibre psychophysiologique grâce à plusieurs facteurs
- Une alimentation réduite, ponctuée de périodes de jeûne avec purification indispensable de l'appareil digestif. Les repas doivent tendre à se composer le plus possible de produits non liés à une agression. Le feu diminue considérablement l'apport vital d'un aliment, c'est pourquoi il faut éviter les fritures, mais aussi diminuer les cuissons. De même il faut faire des cures régulières de produits livrés directement par la nature, cas des fruits, aliments solaires (yang) indispensables. Un poireau, au contraire, est arraché à la terre, il apporte du Yin. Il subit aussi une agression. Si un fruit tombe naturellement dans la main, il ne nécessite aucune violence pour le récupérer. Il en est de même pour les produits animaux, le lait et les fromages, qui constituent un apport élaboré mais naturel. La sensation progressive confirmera ces critères

qui aident au développement de l'HERMÈS en nous, notre corps solaire.
- Nécessité également de la prise de conscience de plus en plus réelle de l'instant PRÉSENT, d'abord le jour, puis jour et nuit. Souvent à ce stade la présence d'un expert est requise, la sortie du monde des identifications demande un labeur peu commun.
- Conséquence de l'Art de vivre : le contrôle de plus en plus complet et définitif de l'acte sexuel, particulièrement au niveau de la non-déperdition de la semence. Un couple marié qui contrôle les émissions est plus chaste qu'un moine ou un prêtre qui, sans se marier, vivent des déperditions (qu'elles soient noctures à cause des rêves, ou pour d'autres raisons...).
- Pratique plus initiatique de certains exercices
a) liés à la respiration,
b) basés sur certains mantras (répétition d'un son). Le zikr des soufis en est un exemples. Ces conseils précédents permettent de créer le sepa
ratio progressivement en le débarassant de l'ego d'une part, et en l'autonomisant et le densifiant d'autre part. Ce n'est que par la suite qu'une voie alchimique prend son sens. Qui voudrait tromper un maître ne tromperait que lui-même.
- Autre aspect de la quête : l'épreuve du métal. Un disciple doit savoir attendre, parfois très longtemps, un résultat, comme le Chevalier du Moyen Age. Il se bat sans
5. Le Zhir ou Dhikz est un des exercices fondamentaux des Soufis, il permet, par la répétition d'un Mantra, le rappel de Soi et une élimination progressive du parasitage du mental.

investir sur le futur, sans considérer le passé, et en cela il prouve qu'il existe d'une part, qu'il a vaincu en lui la notion mercantile et peu initiatique de l'intérêt, d'autre part. Cette patience et cette persévérance forgent en lui une direction, comme le disait Guillaume d'ORANGE, là où existe une volonté, existe un chemin ; si rien ne l'a perturbé dans sa quête, il est la preuve que celle-là lui ressemble.
On peut ajouter que seuls les quêteurs ayant fait leurs preuves dans la société en assumant leurs responsabilités peuvent suivre une voie car, comme l'a dit KREMMERZ, qui n'a pas fait de l'or à l'extérieur n'en fait pas en soi. Les conséquences de la pratique de ces rectifications dans la vie de tous les jours peuvent être importantes, il en sera de même pour ceux qui persévèrent dans la quête quoditienne de l'attention ou présence. Il leur faut souvent aboutir à des solutions douloureuses et passer par des crises qui, parfois, peuvent conduire à l'abandon de la quête. C'est ainsi que le départ de la voie passe par un constat purement intellectuel : les valeurs habituelles et sociales ne présentent aucun intérêt.
La première étape qui consiste à regarder le Je humain est souvent déterminante, nos préoccupations et intérêts quotidiens sont dérisoires, les justifications que nous donnons à nos actes sont le plus souvent le pur fruit de l'hypocrisie, quant aux motivations réelles, mieux vaut qu'elles n'apparaissent pas Ici et Maintenant

La voie des sons
Au début était le Verbe. La voie du Verbe est un des éléments clefs de l'Initiation, et complète heureusement les Magistères alchimiques. Divers alchimistes ont fait allusion au Verbe Créateur, dont KALLID en 1662, et tout adepte averti doit connaître la signification et l'utilisation des voyelles. D'après BIRCH : « La Gnose ou la connaissance des noms divins dans leur sens extérieur et leur sens ésotérique était en fait le grand mystère religieux ou l'initiation chez les Égyptiens. » DÉMÉTRIUS écrivait trois siècles avant notre ère : « En Égypte, les prêtres chantent les louanges des Dieux en se servant des sept voyelles qu'ils répètent successivement, et l'agréable euphonie du son de ces lettres peut tenir lieu de flûte et de cithare. »
On sait que les Théurges invoquaient la Divinité avec des sifflements stridents ou roucoulés, et avec des sons sans consonnes, inarticulés. Nicomaque de GÉRASE, disciple de PYTHAGORE, écrit : « Les sons de chacune des sept sphères produisent un certain bruit, la première réalisant le premier son, et à ces sons l'on a donné les noms des voyelles. » Eusèbe de CÉSARÉE nous apprend

que, suivant les oracles d'Apollon, il faut se concilier les Dieux « par des invocations muettes dont le plus grand des Mages est inventeur, le roi des sept sons que tous connaissent ».
Les sept voyelles sont les suivantes phonétiquement
Omega-ô
Y-u
O-o
I-i
H-ê
E-é
A-a
Utilisées correctement, ces voyelles sont des instruments de puissance, comme le précise Edmond BAILLY' « On serait porté à ne voir dans les incantations que de simples prières formulées en vue d'une union mystique entre les choses du Ciel et celles de la Terre, ce qui fait l'objet de toute pratique religieuse proprement dite. Il s'en faut qu'il en ait été toujours ainsi dans l'antique Égypte où le postulant brigue, bien plutôt qu'il n'implore, l'intervention d'En-Haut. Ici comme avec la plus grande partie des formules enseignées par les Brâhmanes, nous sommes en pleine théurgie ; et cette communauté des rites égyptiens avec ceux de l'Inde doit arrêter notre attention. L'incantation n'est donc pas une prière, mais un ordre auquel les Dieux sont contraints de se rendre, si nulle faute ne s'est glissée dans l'accomplissement du rituel ».
Valentin ÉRIGÈNE écrit dans « Mystères et Pouvoirs
1. Edmond Bailly : « Le Chant des-voyelles », Éd. Bellisane, Nice.

des Sons au Temps des Pharaons »': « Généralement, on admet que le clergé de Memphis chercha à aller plus loin que ses prédécesseurs et qu'il s'efforça d'apporter des idées nouvelles. On pense qu'il commença par observer comment se développe le processus de la connaissance (SIA) et de la réalisation (HOU). Il est d'ailleurs intéressant de noter que SIA et HOU (la connaissance et la réalisation) furent divinisées... »
Nous ne pouvons oublier bien sûr que l'OEuf de Serpent que créent les Druides avec la bave du Serpent doit se maintenir en l'air avec des sifflements. Pour bien comprendre la notion de voyelles il faut en trouver l'essence.
Comme le précise von SEBOTTENDORF3: « ARTHÉPHIUS nous enseigne, dans son Clavis Majoris Sapientae, l'art de facere descendere spiritum, et donne les formules suivantes dans lesquelles l'esprit s'épanche volontiers : I V X O par L. Nous trouvons ici le "I" et le "O", "V" et "X" sont deux formes du "A". » Malheureusement l'auteur n'a pas compris par manque de sensations ou de clefs traditionnelles, la notion de Création avec les sons. « A » est la voyelle centrale, un équivalent de la couleur verte. Si on étend ou plutôt dissocie la couleur verte, nous obtenons la bipolarisation légèrement chaude, jaune (léger Yang), légèrement froide bleu (léger Yin). Si nous continuons à étendre sur la bipolarisation, nous obtenons l'extrême Yang rouge rubis à l'extrême Yin
2. Éd. Trédaniel, la Maisnie, Paris.
3. Von Sebottendorf : «La pratique de l'ancienne Franc-Maçonnerie turque », Édition du Baucens, Belgique.

l'indigo. Il en est de même pour les voyelles : le « A » étendu sur ses extrêmes donne le « I », voyelle la plus aiguë, et l'« O » voyelle la plus grave. Le « I » produit le froid au niveau de la sensation, or, c'est un symbole mâle, le « O » produit le chaud, or c'est un symbole femelle. Chacun sait, dans la voie des mutations, que Yang produit Yin et Yin produit Yang. Le « A » reste donc hermaphrodite même si dans d'autres traditions ou symboliques il puisse avoir une connotation diverse et prendre la place du « I » comme symbole mâle, exemple dans Je suis l'Alpha et l'Omega, mais comme il s'agit de science précise nous ne pouvons nous attacher aux dérives postérieures de situations essentielles.
Saint IRÉNÉE, citant le gnostique MARCUS, nous confirme en donnant les clefs de la distribution pour ceux qui peuvent comprendre : « La voyelle A retentit dans les voix du premier ciel ; dans les voix du second, E seul résonne ; H, dans celles du troisième ; le quatrième, qui est en même temps le ciel du milieu répète la voyelle I ; la cinquième O ; le sixième R, le septième, qui est le quatrième, depuis celui du milieu SL »
Quant à la centralité de l'A et son extension, SCHWALLER de LUBICZ donne des précisions qui complètent ses premières informations' : « Ces deux syllabes assemblées, ia aou, expriment l'origine de l'Être dans sa plénitude non divisée, non spécifiée. Écoute l'enseignement de nos Sages : au commencement, iaaou vivait dans le corps unique, avant qu'il y eût dualisation,
4. « Her-Bak, Disciple » de R.A. Schwaller de Lubicz, Éd. Flammarion.

avant que fussent les choses terrestres... Quand il n'y avait pas encore de naissance... quand aucun dieu n'existait... quand le désir pour Ikou n'était pas encore formulé... Nous avons déjà effleuré le sujet du dédoublement de l'Unique, iaaou ; considère-le maintenant sous l'aspect de la formation des quatre directions contenues en possibilité dans l'Unique. La première syllabe du mot iaaou, ia, exprime la polarisation de l'Origine : Nord et Sud, haut et bas, et tout ce qui, dans la Nature, présente obligatoirement cette polarisation, par exemple iat, bâton, perchoir, colonne dorsale, la tombe (de la tête aux pieds).
La seconde syllabe, aou, exprime l'idée d'extension d'amplitude, par possibilité du volume : ainsi la sphère en rotation a son axe, le reste n'est que volume. Nul ne pourra jamais expliquer le pourquoi ni le comment de la division de ia et aou, qui produit le volume par la fixation des quatre directions. »
Pour l'utilisation, une fois les essences perçues, l'adepte doit travailler les consonnes émettrices, condensatrices ou réceprices. Est-ce un hasard si le sifflement commence par un S, le soleil égyptien (Râ) par un R, ou le mot Mer ou Mère par un M, qu'on retrouve à la fin du mot ATOUM. Il ne saurait trop être question de disserter sur le iaou dont le ton le plus exact est donné par le chat, animal d'Osiris. Il faut noter aussi que certains oiseaux et insectes donnent les clefs d'autres sons de puissance.
Si la science des sons est très utile, dans la théurgie active, elle est aussi indispensable dans l'alchimie interne, car elle doit être utilisée, tel le ZIKR des Soufis (mantra répétitif pour provoquer l'animation puis la séparation

des éléments constitutifs qui aboutissent à la formation du Corps de Gloire ou d'Immortalité)5.
Il faut arriver à l'époque moderne pour trouver des voies contre-initiatiques, fragmentaires pour ne pas dire résiduelles, qui n'enseignent pas ces clefs et aboutissent à des résultats déviés (quand il y a résultats bien entendu !). Mais ce type de considérations ne concerne que les adeptes de certains magistères très fermés qui touchent au corps humain, et ce que nous écrivons constitue plutôt une forme de mise en garde aux détenteurs de sciences traditionnelles tronquées.
Le signe mudra chez les Indous peut constituer aussi un élément important de la voie, et là aussi la sensation et la logique priment ; si l'index levé du bras droit (pour un droitier), est le signe mâle d'émission d'énergie (Yang), le pouce et l'index recourbés' ou fermés sous forme de O permettent la réception dans les deux dimensions. Cette émission et cette réception peuvent se faire sur l'extérieur et sur l'intérieur. Il en est de même pour les sons quand il s'agit d'invocation ou d'évocation, l'une se faisant en inspirant, l'autre en expirant. Notre propos n'étant pas dans ce livre de donner toutes les clefs qui doivent être le produit d'une recherche individuelle comme c'est le cas de la 4e Voie, dont GURDJIEFF dit que « avant tout elle doit être trouvée. C'est le premier test ».
5. L'utilisation du son est trifonctionnelle, outre ce que nous avons mentionné précédemment (balayage du mental), il peut agir comme Sel c'est-à-dire qu'il a un pouvoir de modification physiologique et enfin d'action extérieure.
6. Le binaire est femelle, récepteur.

La voie secrète ou le réel art chimique
A part les diverses voies, parfois fort complexes, de la série des WOUEI TAN, ou voies extérieures, qu'elles soient du cinabre, de la stibine, de la galène, de la céruse, du bismuth ou du phosphore, il existe des voies directes, simples, parfois même très rapides, ou bien des voies de longue haleine, mais exécutées par des processus très simples... Comme ces voies sont, et furent très fermées, et qu'elles ne peuvent être enseignées, car la première condition de la pratique est que l'HERMÈS en soi soit assez fort pour les découvrir... le maître ne joue plus qu'un rôle de témoin.
La simplicité extrême de cette voie est attestée par de nombreux alchimistes
« Il est une pierre de grande vertu, et est dite Pierre et n'est pas pierre, et est minérale, végétale et animale qui est trouvée en tous lieux et en tous temps, et chez toutes personnes... » (Nicolas VALOIS, « La Clef du Secret des Secrets »)
« Si HERMÈS, le Père des Philosophes, ressuscitoit aujourd'hui avec le subtil GEBER, le profond Raymond

LULLE, ils ne seroient pas regardés comme des Philosophes par nos chymistes vulgaires qui ne daigneroient presque pas les mettre au nombre de leurs disciples, parce qu'ils ignoreroient la manière de s'y prendre pour procéder a toutes ces distillations, ces circulations, ces calcinations, et toutes ces opérations innombrables que nos chymistes vulgaires ont inventées, pour avoir mal entendu les écrits allégoriques de ces Philosophes. » (Jean d'HOURY, « Cosmopolite ou nouvelle lumière chymique » Paris, 1669)
« Il ne s'agit pas en -alchimie de procédés dans le vaste monde extérieur, mais de processus microcosmiques très secrets; qui ont constitué la matière centrale des mystères depuis la plus haute antiquité. On peut donc dire à raison que la science hermétique est la plus haute science de l'humanité, très vraisemblablement issue de traditions que les anciens Égyptiens désignaient avec respect sous le nom de secret des Anciens. » (« Prologue microcosmique » de 1720)
Une manifestation actuelle des Rose + Croix d'Or affirme: « Mais les amateurs et chercheurs indignes ne peuvent, avec leur SUBJECTIS et LABORIBUS contre nature, faire naître l'enfant philosophique du soleil et de la lune. Ils cherchent cet Art naturel et divin sans la connaissance de Dieu ; ils ne savent même pas ce que la nature est avant tout, encore moins comment, avec quoi, et où elle opère.
Ils tournent en rond avec leurs états d'âme, et savent parler des maintes actions de la nature, mais le centre de la nature qui provoque toutes les actions de celle-ci, ils ne le trouvent pas. Alors qu'ils devraient, dans le feu

vivant, tirer, des métaux vivants des Sages, la semence et par conséquent faire le mercure par le mercure, ou la matière première par la matière première : ainsi, ils ne savent ni ce qu'est la vie, ce qu'est la semence des métaux, ni ce qu'est le mercure et ce qu'est la matière première, mais ils travaillent avec des agents morts ou éteints, tels que l'or, l'argent, le mercure etc., vulgaires, et ils font ceci avec du feu de bois, de charbons, des lampes ou tout autre feu mort, et ils pensent par ce moyen préparer la médecine universelle qui donne la vie et la multiplie, et la teinture ; comme si mort et vie étaient dans leur main.
Ils cherchent un art facile et un travail difficile, alors qu'il s'agit d'un art difficile et d'un travail facile ; il leur en coûte beaucoup en matériaux, que l'on peut se procurer pourtant sans bourse délier et que l'on ne trouvera dans aucun bric à brac, aucune pharmacie, etc., mais que l'on peut prendre directement dans la nature. »
Quant aux causes de l'aveuglement, elles sont bien définies dans cet extrait de la « Clavicula Hermetica Scientiae, ab Hyperboreo Quodam Horis Subsectivis Consignata Anno 1732 » : « Mais voici la première et véritable cause pour laquelle la nature a caché ce palais ouvert et royal à tant de philosophes, même à ceux nantis d'un esprit très subtil, c'est que, s'écartant, dès leur jeunesse, du chemin simple de la nature par des conclusions de logique et de métaphysique, et, trompés par les illusions des meilleurs livres mêmes, ils s'imaginent et jurent que cet art est plus profond, plus difficile à connaître qu'aucune métaphysique, quoique la nature ingénue, dans ce chemin comme , dans tous les autres, marche d'un pas droit et très simple. »

Certains textes occidentaux font allusion nettement à cette alchimie, « Le Monde Magique des Héros » de Cesare della RIVIERA', ou des citations telles que celleci, extraite de « Rosinus ad Sarratantum Episcopum »
Cette Pierre est une chose qui se trouve en toi plus fixe que nulle part ailleurs, créée par Dieu et tu en es la minière (prima materia) et extraite de toi... Et de même que l'homme est composé de quatre éléments, de même la pierre, et ainsi elle provient de l'homme et tu en es la minière, à savoir par l'opération ; elle est extraite de toi à savoir par la science. Autrement dit, elle est fixée en toi, à savoir dans le mercure des sages ; tu en es la minière, c'est-à-dire elle est enfermée en toi et tu la tiens cachée et elle est extraite de toi, puisqu'elle est réduite (à son essence) et dissoute par toi, car elle ne peut pas être parfaitement en toi, et toi tu ne peux vivre sans elle, ainsi regarde le commencement et vice-versa. »
La voie interne est aussi suggérée par certains gnostiques, et appelée par GURDJIEFF quatrième voie ou voie des substances, bien que la vie privée de ce dernier n'ait pas tellement coïncidé avec l'ascétisme nécessaire à cette voie très périlleuse, et délicate. Saint ÉPIPHANE y fait allusion dans « les Interrogations », évoquant la vision de Marie MAGDELEINEB, à propos de laquelle il est dit : « Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous
7. Éd. Arche, Milano.
8. Marie Magdeleine semble la continuation d'ASTARTE, d'ISHTAR et d'INANNA encore plus antérieure (Dame du Ciel des Sumériens).

dirai les choses du ciel ? » et ils interprètent : « quand vous verrez le Fils de l'Homme remonter où il était auparavant » ; hoc est, inquiunt, profluens semen exsorptum, ut eo unde exierat revertatur...
La sensation juste de l'univers, permet au véritable religieux (au sens étymologique, religare = relier) de faire les voies extérieures sans frais et dans des temps brefs. S'il existe la voie sacerdotale, très brève, dans la voie du cinabre, d'autres auteurs ont mis l'accent sur ces réalisations dont aucune ne demande plus de quelques heures, parfois quelques jours pour d'autres. Sans faire mention de la voie sacerdotale, ou de la voie de la foudre, TOLLIUS dans « Le chemin du ciel chimique » écrit en 1688: « Laissant donc à part tous les sentiments différents, je me suis proposé cette règle certaine avec laquelle je puisse heureusement parvenir à la fin de ma carrière
- Que la Pierre des philosophes doit être faite en trois ou quatre jours.
- Que la dépense ne doit point excéder la somme
de trois ou quatre florins.
- Et qu'enfin un seul creuset ou vaisseau de terre
suffit.
J'estime qu'il faut rejeter toutes les propositions qui ne s'accorderont pas avec ces trois aphorismes. Prévenu de la sorte, Basile VALENTIN m'a été d'un grand secours, car après avoir fait représenter un creuset dans ses premières Clefs, il ordonne de continuer par cette voie, et de laisser là tous autres vaisseaux, le feu de la lampe, de fientes de cheval, de cendre, de sable et de flamme, et d'appliquer son esprit aux plus profonds mystères de l'Art. »

L'utilisation du feu du ciel ou foudre, est présente dans la voie, sans évoquer les fulguratores étrusques (prêtres maîtres de la foudre). Il y eut dernièrement certains constats sur les pouvoirs provoqués accidentellement chez certaines personnes frappées par cette force et qui en ont réchappé. Outre le fait qu'elle permet l'acquisition de la MATERIA PRIMA pour certaines voies, elle est aussi utilisée pour modifier le corps humain par des maîtres qui ont les signes et les sons nécessaires. Le remarquable roman de VILLIERS de l'ISLE ADAM, « Isis », où une comtesse italienne alchimiste et initiée à certains mystères hermétiques, invoque la foudre et se fait frapper par elle dans une pièce du palais, y fait allusion. La foudre est alchimiquement un mariage du ciel - père - Yang, et de la terre - mère - Yin. Elle produit donc un Fils qu'il faut récupérer. Il existe aussi une foudre interne au corps humain.
Nous retrouvons aussi cette voie interne de l'alchimie dans la tradition bouddhique ésotérique Shingon où elle est décrite avec précision par le Moine japonais KUKAI (774-835), qui écrit dans sa « Thèse de l'Ermite Ultra
Vide »9
« D'un coup de pied, rejetez au loin les richesses, comme on se débarrasse d'une écharde ; face aux honneurs du rang, ayez l'attitude qu'on a quand on se sépare d'un soulier de paille usé. Que les regards que vous posez sur les femelles aux hanches fines soient les mêmes que
9. In « La Vérité finale des Trois enseignements » de Kukai, traduction et commentaires de Allan Georges Grapard, Éd. Poiesis, Paris.

ceux portés sur les démons, et que celui porté sur les rangs et les salaires soit le même que sur un rat en décomposition. Soyez calmes et sans agir, tranquilles et sans désirs, diminuez le nombre de vos actes. Quand vous aurez réalisé ceci, l'étude deviendra chose aisée. D'autre part, ce que l'homme du commun prise le plus pour se divertir est ce que le taoïste déteste avec le plus de conviction. Cependant, si vous réussissez à vous en éloigner, devenir un Immortel ne sera point chose difficile.
Rire aux éclats et éprouver de grandes joies, se mettre en colère comme être excessivement triste : autant de facteurs ayant de fatales conséquences. Nombreux sont, à l'intérieur du corps, les ennemis de ce genre. Mais à moins d'en venir à bout, nul ne peut comprendre ce que l'on entend par longévité et éternelle conservation. S'éloigner de cette situation est ce que les êtres du commun considèrent être le plus difficile. Mais qu'on y réussisse, et alors devenir un Immortel est la chose au monde la plus aisée. Il faut que je vous indique l'essentiel de ces techniques, et il ne vous restera plus qu'à prendre ces remèdes. Le chardon blanc et le grain jaune, la sève de pin, les graines du murier balayent les maladies internes ; la flèche d'armoise, la lance de jonc, les amulettes, les exorcismes et les interdictions protègent contre les autres maux. Comptant rythmiquement les respirations, mettezles en harmonie avec les saisons. Ouvrant le nez, buvez à la source pure. Creusant le sol, dégagez-en et avalez la pierre précieuse. Les herbes grasses et maigres satisfont la faim au matin, tandis que les pommes de pin et leur sève chassent la fatigue au soir. Cachant votre ombre en plein jour, vous pourrez écrire sans lumière au milieu de

la nuit. Pénétrant profondément la terre du regard, vous pourrez marcher sur la surface de l'eau. Faisant des démons et des esprits vos acolytes, les dragons et les étalons de Mou-wang seront votre monture. Avalant les épées et ingurgitant le feu, vous provoquerez vents et nuages. Si vous parvenez à maîtriser ces techniques, quel souhait ne serait exaucé ?
En outre, l'argent et l'or jaune sont les substances par excellence de l'univers, tandis que le cinabre et sa purification par le feu produisent des remèdes merveilleux. Il y a une manière de les prendre, et une certaine technique pour les fabriquer. Si vous réalisez l'unité parfaite, vous réunirez vos proches et monterez au Ciel. Grâce à un peu de cinabre, vous vous rendez en plein jour dans la Voie Lactée. »

Ibis - cinquième proposition
Tu sépareras la Terre du Feu, le subtil de l'épais, doucement, avec grand art. Il remonte de la Terre au Ciel et, subitement, redescend dans la terre et recueille la force des choses supérieures et inférieures.
Il est notoirement connu qu'un secret alchimique existe, et qu'il est jalousement gardé. Aussi, même ceux qui n'en savent rien mais ont lu SCHURE, PAPUS et jusqu'à BESANT et quelques revues ésotériques, affichent un air de suffisance et feignent de passer pour savants.
Ce sont, en vérité les meilleurs gardiens du Secret, et il faut reconnaître que s'ils n'en parlent pas plus ouvertement, c'est qu'ils n'en savent rien.
Ceux-là, dans le fond, ne font de mal à personne parce qu'ils ne connaissent ni voie ni pratique, et ne se targuent pas de pouvoirs, ils essaient seulement de se donner un peu d'importance.
Mais ceux qui ont atteint ou croient avoir arraché quelques secrets, ou qui possèdent vraiment des secrets ne doivent pas les laisser tomber au hasard sous les yeux des ignorants. Car ceux-ci ont aussi pratiqué, attirés par

les mirages profanes, et ils n'ont rien obtenu. Mais ils se gonflent de Science, ils s'entourent de mystère. ils s'infiltrent chez les crédules, parlant à mots couverts et, aussitôt qu'ils le peuvent, écrivent quelque petit livre irraisonné, fruit particulier de plagiat effronté et déformé, philosophie de boudoir, sophistique pédante de ce qu'ils n'ont manifestement pas digéré.
Ils prennent très au sérieux ce qu'ils racontent dans une langue malmenée, entre des notes de seconde ou troisième main, enrichies de citations autorisées, ne pouvant personnellement rien conclure.
Ce sont de pauvres diables qui s'imaginent par leurs indiscrétions violer le secret de la révélation, s'arrogeant le droit d'en assumer la responsabilité (comme s'ils pouvaient être responsables !) avec des avis de maîtres émancipes.
Mais comment expliquer l'authenticité absolue de ce secret, en dépit des indiscrétions ? Comment expliquer l'existence d'un Ordre qui en assure la pérennité, en dépit des indiscrétions ?
C'est simple : les notes et les textes (quand ils échoient à quelqu'un de sérieux) sont, pour celui qui s'en montre digne, une preuve et une indication pour parvenir à la connaissance du secret : mais ils ne sont pas en eux,-mêmes le Secret'.
1. A la connaissance de ce Secret préside, invisible des profanes et de tous ceux qui n'en sont pas dignes, un collège d'intelligences
justement distribuées. Les indignes ne pourront jamais l'atteindre. Les égoïstes perdront la route. Ceux qui parleront pendant la
pratique de l'Arcane trouveront la mort (G. Kremmerz «Introduction à la Science Hermétique »).

C'est pourquoi le TRISMÉGISTE reste laconique quand il l'expose dans sa Table ; il prend la peine de ne pas toucher au Principe ; il dit seulement : « Tu sépareras, etc. »
Mais de quelle façon?
Et bien le moyen, n'a jamais été transmis, ni oralement, ni par écrit, et c'est là la garantie certaine du Secret. Voilà pourquoi tous ceux qui sont parvenus à l'atteindre se sont tus et savent pourquoi.
Ce moyen, quand il n'est pas transmis par des symboles pratiquement incompréhensibles, s'apprend par vision directe, en entrant, en compagnie d'un MAÎTRE INITIATEUR dans le laboratoire alchimique d'une LOGE D'AMON, et en assistant à une transmutation réelle dans le silence le plus rigoureux du Maître et du Novice.
Mais même ici, pour une raison qui va de soi, la transmutation qui consiste en quatre opérations et quatre résultats spécifiques, n'est pas montrée dans son entier2.
Elle s'occulte à partir de la troisième opération, et tout ce qu'on peut dire, pour l'édification du cercle interne pour lequel sont rédigées ces notes, est révélé ici, sans voile, pour la première fois.
2. Les alchimistes se gardent bien d'exposer le secret dans sa nudité, ils ont toujours dit que seul, est autorisé à accéder à la Porte Majeure celui qui en aura reçu la permission divine. Ils préparent le Disciple à intégrer des concepts sans la compréhension fondamentale desquels il lui serait impossible de pouvoir interpréter les visions ou manifestations divines reçues (Kremmerz).

Le laboratoire alchimique est une petite pièce simple de forme carrée, aux murs rigoureusement peints en noir, avec deux ouvertures surbaissées opposées : une pour l'entrée, l'autre pour la sortie. Au centre se trouve un cube sur 1 quel est posé à la verticale un serpent en verre soufflé d Murano recourbé en cercle sur lui-même (le serpent qui se mord la queue) avec la gueule ouverte, à peu de distance de l'extrémité caudale. Ce serpent entièrement creux, possède un renflement ovoïde dans la gorge : à sa base, près de l'étranglement inférieur est inséré un filtre au niveau duquel s'ouvre un purgeur. La queue, creuse comme le reste, se termine par une ouverture et l'ensemble est maintenu à température constante par un bain-marie.
Le Maître dépose dans la gueule de l'animal une substance gélatineuse qu'il prélève d'un récipient latéral prévu à cet effet et muni d'un robinet ; celle-ci va cuire dans le renflement ci-dessus mentionné, se dissoudre peu à peu et traverser le filtre, s'écoulant dans la partie inférieure (Tu sépareras la Terre du Feu).
Quand il ne passe plus rien au travers du filtre, au moyen de la valve latérale, on ôte les dépôts insolubles et, grâce à un ingénieux dispositif manoeuvré de l'extérieur, on fait passer, à travers la queue du Serpent le liquide obtenu (passe de la Terre au Ciel) jusqu'à ce que tout ait transité de la partie incurvée dans la gueule ouverte où elle recommence à tomber (subitement elle redescend dans la Terre).
A ce stade on remplace le filtre par un autre, plus ténu, et on répète l'opération et ainsi de suite à l'aide d'un filtre toujours plus fin jusqu'à ce qu'il ne vienne plus, de l'extrémité caudale, qu'une précieuse vapeur, sans aucun

liquide : il s'agit d'un état de la matière à mi-chemin entre liquide et gaz.
Alors se termine la PREMIÈRE OPÉRATION TRANSMUTATOIRE qu'on peut dire réussie lorsque la vapeur recueillie se congèle en une masse homogène opalescente qui, obtenue par le biais du passage d'un état de la matière à l'autre, recueille la force des choses supérieures et inférieures, c'est-à-dire la consistance de l'éther et celle de la matière.
L'insuccès de cette première opération serait certain pour celui qui s'entêterait à poursuivre sans avoir procédé aux rectifications, lesquelles peuvent concerner les temps d'ouverture et de fermeture, la température, les obstructions, les interruptions, le bain-marie et beaucoup d'autres qu'il est superflu d'énumérer.
En cas de succès, par contre, et, parce que le processus est linéaire, on passe à la seconde opération qui est identique à la première mais change par l'adjonction d'un composé accessoire qui va se mélanger au premier élément transmutatoire selon « les modalités déterminées qui sont les conditions indispensables et nécessaires à 1'oxydabilité sans laquelle la pratique reste nulle et peut devenir tout à fait improductrice ».
Cet extrait est tiré de l'ortosvodum (inutile que les latinistes cherchent un sens à cet archaïsme) rigoureusement gardé dans un enclos impénétrable fermé au désir de n'importe quel animal mâle.
Ce réactif, par des centrifugations, coctions et filtrages réitérés, dynamise le mélange au point qu'il faut surveiller avec le maximum d'attention son expansion dans l'alam-

bic, au risque de voir exploser l'appareil et se perdre irrémédiablement la substance.
Mais si tout est fait selon les précautions requises, en mettant la main à l'extrémité de la queue, on sera d'abord averti par une bouffée d'air froid, sec, et recueillera une poudre subtile (poudre de projection) qui a la propriété de séparer la force de la matière, mais pas de façon explosive (rien à voir avec la bombe atomique!) aussi
bien induit-elle le mouvement dans les corps (IBIS
Mobile).
Cependant elle est légèrement stupéfiante et aphrodisiaque, aussi est-elle dangereuse pour l'imprudent qui en ferait mauvais usage, laissant en cet état d'enchantement tout le loisir au serpent toujours vigilant de dévorer le petit oisillon.
Mais l'alchimiste austère ne se laisse pas séduire par l'attrait érotique et procède impertubable à la troisième opération.
Il effectue un second m&#